Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Les Arcanes de l'Aube de Domino



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Domino - Voir le profil
» Créé le 11/07/2009 à 22:22
» Dernière mise à jour le 11/07/2009 à 22:22

» Mots-clés :   Action   Aventure   Présence de poké-humains   Région inventée

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
1-5 : Chowg
Je regarde les deux autres qui semblent d'accord avec moi.

« On la suit, n'est-ce pas ? »
« Ca paraît évident ! » Sourit Flimini.
« Mais comment la suivre ? » soupira Geroro.

J'avais de l'expérience dans la direction de troupes. Moi, Chowg, jeune soldat de la Nation du Feu, n'en étais pas à mon coup d'essai. J'ai seulement 14 ans mais je suis un bon bougre concernant les excursions.

Voici à peu près comment s'est passé mon recrutement pour cette mission : Le Roi Vivitelios m'a fait appeler. Notre bon roi est un homme accompli, un puissant guerrier du feu qui a pris la conquête du pays après de nombreux conflits. Il est souvent présenté comme un pacificateur. Il entretient de bonnes relations personnelles avec tous les autres pays même notre ennemi séculaire, la Nation de l'Eau. Seul le pays du métal lui reste encore distant, mais il ne désespère pas dans ses efforts diplomatiques. Il est aussi le seul souverain à travailler à l'édification de Nations pour les autres élémentaires.

Dans la nation du feu, on a une lourde tradition de l'argent. Moi-même j'ai fait monnayer mon aide aux Reines de la Nation du Bois. Ca peut paraître ignoble mais c'est naturel chez nous : Tout service demande rétribution. Après avoir effectué quelques mission pour ma patrie, j'avais décidé de me mettre au service des autres Nations, demandeuses au vu de notre compétence. Et encore, moi je n'ai que 14 ans. Certains guerriers un peu plus âgés que moi sont d'une force incroyable. D'autres jeunots sont plus forts que moi.

Moi, Chowg, ait été formé à l'école des corps de Feu. Je pratique l'art Physique du feu. J'ai une certaine puissance qui fait que je suis reconnu comme un guerrier de classe B. C'est en dessous de A et de S, mais c'est au dessus de C, D, E et F !

Oui j'ai une nature très optimiste. Il faut dire que comme la plupart des jeunes de mon âge, je suis né au cœur de la guerre des Perpétrides, une terrible guerre opposant la nation de la Terre à celle du Feu qui a cessé il y a huit ans. Toute ma prime jeunesse s'y est déroulée (Je rappelle au passage qu'en tant qu'humains avec l'ADN et les pouvoirs de Pokémon, nous vieillissons plus vite. A l'âge de deux ans j'étais déjà un gamin) et je me souviens avoir vu nombre de mes camarades mourir sur le front.

Mais pas de rancœur ni de mauvaises pensées en ce qui me concerne. Comme Vivitelios, j'applique la politique du pardon et de la compréhension. Ainsi j'effectue régulièrement des missions avec des alliés de la nation de la terre. Sans haine, sans préjugés. Ce sont des amis, des amis qui ont massacré les nôtres, mais des amis.

J'ai tendance à penser que ce qui se passe en guerre doit rester dans la guerre. Malheureusement je suis d'une minorité qui pense ça. Et Maître Vivitelios a beau être rayonnant et populaire, il n'arrivera jamais à faire croire à des orphelins de cette guerre que les élémentaires de la terre sont nos alliés. Je pense qu'un enfant qui a vu des soldats Osselait éclater la tête de ses parents à coups d'os ne peut pas pardonner.

Quand les gens apprennent que j'ai fait de telles missions, ils me regardent bizarrement comme si j'étais un traitre, ou quelque minable chair à canon servile. Mais je sais ce que je fais. Oh bien sûr on m'a frappé pour ça. Je laisse faire, si ça les défoule. Mais le faire c'est montrer que la guerre a laissé sa trace, sa survivance. C'est revêtir l'habit de l'ennemi que de me châtier pour mes actes.

Donc je comprends Evelia dans sa soumission rigoriste aux actes de ses Reines. C'est dur je sais. Mais je comprends ça. Je comprends aussi son respect acharné des règles même si personnellement je sais qu'il faut parfois les briser.

Flimini réfléchit. Je sens très vite que ce type est un cérébral. Et j'ai un bon feeling sur les gens en général.

« Ca va être compliqué… A cause de Vanillaminou. Elle compte bien l'utiliser pour nous empêcher de l'approcher. Au moindre mouvement qu'il va sentir arriver, il va crier. C'est la grosse difficulté de notre mission. »
« Je croyais que notre mission c'était juste d'aller en Nation du Métal voir ce qui s'y tramait… » marmonne Geroro.
« Il faut savoir s'adapter… Le plus important à l'heure actuelle c'est de récupérer notre chef ! » soupire Flimini.
« Tu avoueras que c'est un contretemps fâcheux ! » argue Geroro.
« Qu'est-ce que j'y peux ! Elle s'en va toute seule, nous laisse… elle ne donne pas envie qu'on l'aide mais je suppose qu'on n'a pas le choix ! »
« Elle va surtout nous tuer quand elle va nous voir arriver. »
« L'important est de localiser ce Mangriff et de l'atteindre avant elle ! Tu peux faire ça ?! » demande Flimini.
« Bien sûr que non, tu m'as pris pour quoi, je suis un Cradopaud, pas un Kaorine ! »
« Geroro, tu n'es pas très coopératif ! »
« Au contraire je te fais judicieusement remarquer que je ne suis d'aucune aide ! Trouvons un autre moyen ! »
« Je n'en vois aucun !! » geint Flimini.

Je toussote, voyant que ça part en noisette.

« Excusez-moi… Vous vous rappelez quel genre de Pokémon je suis ? »
« Un Pokémon Feu ?! » répond Geroro.
« …Nan, un Caninos ! J'ai un bon flair ! »

Flimini claque des doigts. « Bien sûr ! Tu peux localiser Mangriff ! »
« Eh bien je n'ai pas eu le temps de bien prendre son odeur. Par contre il a sur lui quelque chose qui a toujours la même odeur sur qui que ce soit. Le sang. On n'a qu'à repérer une forte odeur de sang, ce sera lui. »

Geroro et Flimini acquiescèrent.

« On va aller en haut de cette falaise ! Suivez moi ! Ce sera plus facile ! » s'enhardit le papillon en volant. Je suis embarrassé… Geroro me regarde.

« Tu sais pas voler ?! »
« …Non évidemment que non ! » réponds-je, gêné (Par sa naïveté probablement.)
« Je plaisantais, hein, j'en étais sûr. »
« …Mouais… »

Ce genre de Mouais bien ambigu, empli de doutes…

« Bon. On y va alors ! »

Les baskets et gants de Geroro s'illuminent. Il saute sur la paroi, recroquevillé contre elle.

« Grimpe sur mon dos ! »

J'observais le dos nu du Pokémon Poison.

« T'es sûr ?!! »
« A moins que tu veuilles que je te porte sur le ventre ! »
« Nononononon ! »

On est très pudiques chez nous, dans la Nation du Feu. En fait nos divers entrainements nous montrent qu'une bonne tenue de combat est nécessaire. Alors forcément voir d'autres populations se lâcher autant sur la mode vestimentaire, c'est dur. D'aucun croient que les vêtements font tout, en réalité ce ne sont que des moyens pour nous d'accroître nos compétences. Personnellement ils ne me servent pas tant que ça, et en tant que gamin je peux me permettre de rester décontracté.

Escalade, donc, de la part de Geroro, avec un Chowg quelque peu gêné d'être collé à un Cradopaud d'aussi près. Ah ça il a la peau très douce, aucun problème là-dessus. Reste que c'est toujours un peu embarrassant.

Les plateaux sont très jolies plaines rocheuses. Etonnant de voir qu'en réalité nous avons marché dans de longues travées. Ici nous sommes au dessus, entourés par la chaine de montagnes. Nous n'ignorons pas que nous frôlons le territoire de la Nation de la Terre. Il faut rester prudent. Au fait j'ai entendu dire que Bonhaggar sortirait bientôt de son trou. C'est une vieille blague entre nations. Je me demande si Geroro la connait.

Nous rejoignons Flimini qui observe autour.

« C'est grand… »
« N'est-ce pas ! » souris-je. « On appelle cet endroit les plateaux déserts, ce sont des lieux pour ainsi dire inhabités. Il y a un peu de vent, fais attention, Flimini. »

Nous marchons simplement pour cette étape. Inutile de nous déplacer. Geroro et Flimini se regardent ponctuellement. Manège étrange que je ne comprends pas. Inversement je comprends mieux les soupçons d'Evelia. C'est un comportement pour le moins inhabituel entre deux Pokémon d'élémentaires différents.

« Je m'excuse ! »

Flimini regarde Geroro, aussi étonné que je le suis.

« Je n'aurais pas dû te parler comme ça. Je voulais te faire remarquer quelque chose, ça ne valait pas la peine de parler ainsi. »
« Non c'est moi qui devrais m'excuser, j'ai été trop têtu, j'aurais dû plus t'écouter. »
« Tu avais bien raisonné dès le départ mais c'est moi qui ai mal réagi. »
« Tu as le droit de me donner ton avis ! »
« Je sais mais en l'occurrence j'avais tort ! »
« Et moi je n'avais pas réfléchi au flair de Chowg, je n'ai pensé qu'en nos termes à nous… »

Je soupire.

« C'est tout le calvaire d'un membre d'équipe. Quand on ne connait pas les compétences des autres membres, on se retrouve dans ta situation. »

Flimini hoche la tête.

« Néanmoins c'est bien d'avoir cherché à réfléchir à la situation. C'est le comportement qu'on attend d'un bon équipier. En route ! »

Nous avançons prudemment. Il faut dire qu'être silencieux mais avancer rapidement ne sont pas deux prérogatives compatibles. Et la méfiance envers Vanillaminou est d'autant plus forte que comme l'explique Flimini :

« …Ce n'est ni un ami ni un ennemi. Sa loyauté n'est pas encore mesurable. Il s'est incrusté parmi nous sans réelle attache. Tout ce qu'il a fait pour nous c'est récupérer ces cadavres, on n'a aucune idée de qui il est réellement. Il peut nous trahir à n'importe quel moment sans qu'on ait pu le prévoir. Justement parce que Vanillaminou n'est ni un allié ni un adversaire. Il a des capacités très efficaces et nous ne savons même pas s'il peut les contenir où les accroître. C'est dangereux. On peut se faire repérer à n'importe quel moment, il préviendra Evelia et elle pourrait s'en prendre à nous. »
« Tu insinues que le peu de temps entre le moment où nous avons fait connaissance et maintenant est trop bref ?! » réponds-je.
« Exactement. Evelia pourrait s'en prendre violemment à nous pour vivre ce combat contre Mangriff. Et comme on ne connait pas la nature des pouvoirs de Vanillaminou, on ne peut pas savoir s'il doit se focaliser sur une cible où s'il déploie un territoire où ses sens ont une action. »
« Tu… as vraiment bien réfléchi… »
« D'être en dehors de ma stupide ruche ça m'a libéré le cerveau ! » sourit Flimini. « Ca fait du bien d'être bon à autre chose qu'à distribuer des fruits ! »

Je souris. Geroro aussi semblait satisfait. Nous avançons. Je constate sur des arbres morts la présence de Nosferapti. Ce sont des enfants encapés avec des cheveux bleus et des oreilles dans ces cheveux, comme moi quoi. Il sont très pâles, portent un attirail de vampire qui varie selon les gamins.

Je sens quelque chose de bizarre. Geroro semble avoir remarqué aussi.

« Ca sort pas la nuit ces bestioles ?! »
« Si, si… » je marmonne.

Un sinistre rire se fait entendre. Flimini, Geroro et moi paniquons quelque peu. Nous voyons arriver des centaines de Nosferapti, voletant dans les airs. Les enfants poussent des rires cruels. Je soupire.

« Ok, il va falloir les battre… »
« PAS UN PAS DE PLUS !!! »

Nous nous tournons vers un Nostenfer et un Nosferalto. Le Nosferalto est un grand dadais en cape bleue, avec des ailes dans le dos et une bonne tête de vampire débile assoiffé de sang.

« Nihééééé… Sucinette, c'est eux… C'est eux qui suivent aussi la route du sang… »
« Je vois ça, Suezo… »

Sucinette ?!
C'est le nom du Nostenfer ??? Je rêve ou quoi ? On dirait une gamine avec quatre ailes ! Des couettes pourpres sur la tête, un visage bien hargneux, un accoutrement de femme… Mais ça a bel et bien l'air d'un HOMME ?!

Je déteste ce genre de Pokémon… Le pompon c'est sa robe blanche à froufrous, alors là… Et le pull bleu rayé violet… et le corset… et les chaussures…

Geroro et Flimini semblent avoir envie de rire, j'avoue ne pas non plus être loin de l'asphyxie à force de me retenir.

« …On va bien manger ce soir ! »

C'est trop, avec la voix grave et tout… On éclate tous les trois de rire face au Nostenfer. Le dénommé Sucinette nous observe, méchant.

« Qu'est-ce qui les fait rire ??? SUEZO !!! »
« Je… Je l'ignore, maître, héhéhé… »
« Tu n'es qu'un crétin !! »

Sucinette frappe son acolyte d'un coup de poing bien placé. Silence chez nous. Sucinette nous regarde.

« Ceux qui pleurent, on les écrase du pied pour qu'ils la ferment… »

Je fronce les sourcils.

« …Et ceux qui rient c'est MOI QUI LES TUE !!! CREVEZ-LES !!! »

Les Nosferapti fondent sur nous. Flimini s'échappe par les airs. Geroro en prend deux à la gorge et les cogne l'un contre l'autre. Ses cheveux projettent des dards qui gênent considérablement les troupes ennemies.

Pendant ce temps j'envoie par la bouche des Flammèches. Je réussis à brûler quelques capes et bientôt à provoquer un véritable incendie parmi les petites créatures qui s'éloignent.

« Gnnnn ! Obéissez ! Obéissez !!! Suezo, va t'occuper de l'autre qui attend en haut ! »

Geroro et moi observons Sucinette.

« Vous deux… »

Suezo s'envole vers Flimini.

« Géhéééééhéhéh !!! Toi… Tu vas… »

Une décharge électrique frappa le Nosferalto qui s'écroula à terre, à l'étonnement de Sucinette. Flimini avait le bras tendu, la baie Pecha dans la main.

« Don Naturel… » souris-je.
« Ca alors !! J'aurais juré qu'il vous avait trahi !! » s'étonne Sucinette.

Flimini redescend parmi nous.

« Pas d'attaque surprise à l'horizon ! » nous informe notre coéquipier.
Sucinette semble atterré. « Quoi, juste pour çaaaaa ?! »
« C'est important de bien couvrir ses arrières ! » Signale Geroro. « Tu veux le finir tout seul, Chowg ? »

J'avance vers la chauve-souris.

« Ouais, si ça ne vous embête pas… »
« On n'a pas de types très efficaces contre lui… » marmonne Geroro.

J'enflamme mes deux bras. Sucinette sursaute.

« A ta réaction, je constate soit que tu as peur du feu, soit que tu es un faible. »
« … Pas du tout… »

Je me mets en position. Nouveau sursaut.

« Tu pourrais au moins montrer un peu de combattivité… »

Geroro et Flimini observent. Sucinette semble peu combattif.

C'est alors que les Nosferapti perdent leur forme humaine et se transforment en Pokémon. Ils rejoignent Sucinette qui éclate de rire.

« Nihééééhéhéhé !! On dirait que c'est la fin pour toi !! »
« Comment ça ?! »
« Ton ami a pu battre Suezo, mais… Pourra-t-il battre… Une centaine de Suezo !! »

Sucinette claqua des doigts et fit évoluer les Pokémon Nosferapti en Pokémon Nosferalto qui prirent ensuite les formes humaines semblables à Suezo. Je suis quelque peu surpris, sans plus. Flimini et Geroro semblent presque impressionnés. Mais je crois que globalement on s'en sortira.

« KYAHAHAHA ! Tu ne t'attendais pas à ça ? Tu trembles ! Ouiiii je le vois ! Ces créatures me doivent la vie, elles sont liées à moi et elles le savent ! Elles me défendront jusqu'à la mort !! »

Je comprends mieux…
D'une poussée, j'avance vers l'armée entière. Avec Hâte, j'accrois ma vitesse. Surpris, Sucinette recule et laisse ses sbires m'approcher. J'en embrase un avec mes gants enflammés et je l'embarque dans une Roue de Feu endiablée, m'enroulant dans des monceaux de flammes. Geroro et Flimini reculent. Les ennemis sont littéralement carbonisés. Sucinette reculent.

« N… Non attends !! »
« CROCS DE FEU !! HAH !!! »

Avec mes deux mains formant une mâchoire, l'une au dessus de l'autre enflammées, je fonce vers le Nostenfer travesti.

« ARRÊTE NON JE M'EXC… »

Un coup seulement est nécessaire. Sucinette s'écroule, grièvement blessé. Le peu de Nosferalto vivants s'enfuient à tire d'aile. Je les observe, indifférent, puis me retourne vers mes deux compagnons, apeurés.

« On peut y aller ! »
« … »
« … »
« Quoi ? »
« … Tu l'as tué ?! »
« Bien sûr que je l'ai tué, Flimini, que voulais-tu que j'en fasse ?! »
« … »
« … Il… s'était excusé sur la fin ! »
« J'ai un bon flair mais également une bonne intuition ! » fais-je remarquer. « Je connais également bien ce genre de Pokémon. Ils auraient été une source continuelle d'ennuis. »

Les deux semblent peu convaincus.

« Vous en verrez pire durant ce voyage. Et si ça peut vous rassurer nos reines ont fait pire. »

Je sens un frisson les parcourir, puis je les dépasse.

« On se dépêche ! Evelia ne doit plus être loin du Mangriff ! »

Ils avancent finalement.

« Je n'arrive pas à croire qu'il l'ait tué ! »
« Mais il a raison dans un sens » explique Geroro.
« Tu es d'accord avec ça ?! »
« Il avait le choix ? Ce type se serait arrêté ? »
« … On aurait pu trouver un terrain d'entente. Ca n'était peut-être pas nécessaire. »
« Crois-moi, Flimini. C'est ça, le combat. Un perdant, un gagnant. La vie c'est un peu comme ça aussi… »

Flimini plissa les yeux.

« Je ne tuerais jamais personne. »

Geroro le regarde, intrigué. Je continue sans sourciller. Je comprends ses turpitudes mais je ne peux pas m'arrêter dessus. C'est un débat éternel. Je m'étonne cependant que Geroro, compatriote Poison, n'en fasse pas plus de cas.

Je crois comprendre qu'en fait Geroro est un guerrier. Il s'en moque. En tant que simple serveur n'ayant probablement jamais connu le champ de bataille, Flimini a plus de remords.

Ce n'est pas très bon. Notre combattant le plus tactique est une petite nature…

Arrivés au bout de la falaise, nous apercevons une clairière où se tiennent Mangriff et Evelia face à face. Surprise, nous arrivons juste à temps. Vanillaminou est à quelques mètres et nous regarde. Premier réflexe, on se cache, évidemment. Seulement il nous ignore. Flimini s'étonne.

« Il… savait depuis le début qu'on la suivait ! Il n'a rien dit ! »
« Ca veut dire qu'on peut lui faire confiance ?! » marmonne Geroro.
« A première vue oui… » dis-je.

Nous descendons à hauteur de Vanillaminou qui nous observe à travers ses énormes lunettes.

« Vani, on est là ! »
« Sais Oui je, Minou ! »

Flimini se posa à côté de lui.

« Tu nous suivais, hein ? »
« Difficile pas cela n'est, Minou ! Bruit beaucoup de vous faites ! Minou ! »

Je commence à le connaître un peu, le Vani. Il est de plus en plus stressé. Il a peur d'Evelia ou pour Evelia. L'ordre de ses mots s'embrouille de plus en plus et il tremblote comme une feuille. C'est si utile d'avoir un allié comme lui ?!

« Hmph !! Vous voilà, bande de minables ?! Vous êtes têtus ! »
« Ca t'apprendra à nous abandonner, lâcheuse !! »

Elle gronde et se retourne vers moi.

« SALE CABOT !! JE JURE DE TE TUER !!! »
« Fais attention, idiote !! »

Elle se retourne vers Mangriff qui lui bondissait dessus.

« Si tu ne fais pas assez attention… »

Elle le rembarre d'un coup de pied sec en pleine mâchoire. Elle continue à m'engueuler.

« Sale petit morveux !! »
« Tu pourrais te concentrer sur ton combat ! »
« Comment veux-tu, avec des abrutis pareils derrière moi !! »
« On est juste venus te soutenir !! »

Mangriff fonce sur elle et la frappe d'un coup d'Eclategriffe. Sa patte part droit sur elle et la frappe copieusement. Le sol rocailleux en est brisé.

« EVELIA !! »

Elle émerge de la fumée, blessée mais semblant également en bon état. Evelia serre les poings.

« Sale enfoiré !! Tu as tué ces soldats !! Que t'avaient t-ils fait ? QUI T'ENVOIE ??? »

Le Mangriff regarde Evelia.

« Avant tout je m'appelle Seith. Seith le Slasher. »
« Je me moque de ton histoire !! »
« Je ne travaille pour personne et je n'ai pas d'histoire. »

Evelia s'étonne.

« Il n'y a pas que des gens et des objectifs compliqués en ce monde. J'ai tendance à croire que ceux qui réfléchissent trop meurent le plus vite. »

Flimini frisonne.

« J'ai tué ces soldats parce que j'avais besoin de sang chaud sur mes griffes. »

Frisson général. Je suis le seul à rester impassible. L'univers impitoyable de l'anarchique plaine. Pas de lois, pas de compromis, pas de raison précise. On y va sévèrement. Mais je sens bien que contrairement à Sucinette, Seith ne nous laissera pas de répit.

« SALAUD !!! »

Evelia fonce droit sur l'adversaire qui semble plus fort que tout à l'heure.

« Danse lames il a fait Minou ! Force plus grande il a une, Minou ! »
« Je ne l'ai même pas vu ! » marmonne Geroro.
« Dissimulé dans la fumée il s'est ! Minou ! Malin il est ! Minou ! »

Je commence à croire qu'on va être obligé de bâillonner Vanillaminou à un moment…

« Mais plus forte que lui elle est toujours, Minou. »

…ou pas. Il a l'air d'avoir une certaine sensibilité. On verra. Enfin je me demande toujours autant pourquoi il intéresse Evelia.
A propos, elle est lancée contre l'adversaire. Ses coups d'Ecras'Face, consistant en de rapides coups de paumes, lui permettent de garder une distance par rapport à son adversaire. Il tente de l'acculer avec Combo Griffe mais elle est plus rapide que lui. Ses mains forment un révolver, une sphère orange se forme au bout, et elle balance des Balle Graine à la manière de balles de pistolet.

Mangriff est sévèrement touché. Il s'écroule lourdement. Evelia prépare ses Lame-Feuilles.

« YAAAAAH !!! »

Elle charge, ses lames tendues comme des crocs. Sa veste verte s'élève derrière elle en même temps que ses queues et ses cheveux. Soudain, Seith se relève et la frappe aux jambes d'une Tranche.

« AAH !! »
« Evelia !! » crie-je.
« Gn !! Ca va aller !! Gnn… »

Evelia se relève. Seith la charge, sûr de lui.

« Prépare-toi à mourir !! »

Evelia tourne sur elle-même, sa longue queue de cheval voletant dans les airs.

« CREEEEVE !!! ECLATE… »

PAF !
La queue de cheval d'Evelia fouetta gravement le visage de Seith. Je crois qu'il a un œil crevé et sa bouche saigne grandement.

« Souplesse… Ce n'est pas le genre d'attaque que j'utilise communément mais… »

Elle saute vers lui.

« C'est parfait pour les abrutis comme TOI !! »

Ses Lame-Feuilles dépècent l'adversaire. Seith s'écroule, raide mort. Nous sommes quelque peu pas trop rassurés…

« Elle… ne l'a pas raté… » marmonne Geroro.
« C'est loin d'être une débutante ! » j'ajoute.
« Quelle… vélocité… » balbutie Flimini.
« Minou… »

Evelia revient vers nous, colérique.

« Vous… Vous allez me suivre tout le temps, hein ? »
« On est un peu obligés, c'est notre mission à nous tous ! » dis-je.
« Je pourrais la remplir toute seule !! »
« Bah voyons… »

Flimini tend une baie à Evelia. Une baie Sitrus.

« C'est quoi, ça ?! »
« Tu es blessée… »

Flimini la regarde, souhaitant vraiment qu'elle prenne cette baie.

« Ce n'est pas du poison ?! »

Je la regarde, blasé.

« Evelia, mange cette baie. Nous ne sommes peut-être pas aussi forts que toi mais nous pouvons au moins te soutenir… »

Evelia soupira.

« Vous m'énervez… »
« On sait ! » souris-je. « Mais on sera là pour toi si tu as besoin de nous. »

Elle regarde les autres. Geroro haussa les épaules. Flimini tendait la baie. Vanillaminou était tout tremblotant, et moi je la regarde, rassurant. Elle prend la baie et la mange. Flimini sourit.

« Bon… Avançons, sinon on n'y sera jamais ! » grommèle notre chef.

Nous traversons la carrière de rochers, sûrs de nous à présent. Et si je ne comprends toujours pas pourquoi Evelia accepte Vanillaminou à nos côtés, je pense qu'à terme je comprendrais… On finit toujours par comprendre après tout, nan ? J'ignore pourquoi mais je me sens observé…