Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Smirnoff, 3ème recueil de Domino



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Domino - Voir le profil
» Créé le 26/04/2009 à 12:25
» Dernière mise à jour le 11/06/2009 à 07:56

» Mots-clés :   Drame   Humour   Présence de personnages du jeu vidéo   Romance   Sinnoh

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
163 - Boire dans une coupe tenue par un nain
"We accept you ! We accept you ! Gubble Gobble Gubble Gobble ! One of us ! One of us !!"
(Freaks, film de 1932)



-Le nain monte sur la table. Tout le monde crie alors "We accept you, we accept you, Gubble Gobble, Gubble, Gobble, One of us, One of us !", c'est la coutume chez les monstres. Le nain prend une coupe remplie d'alcool dans laquelle les autres monstres du cirque boivent, puis il la passe au nouveau venu !
Etienne et Jade grimacèrent.
-C'est une coutume comme une autre chez les monstres. Mais Cléopâtre refuse et se fout de leur gueule. Résultat à la fin les monstres la zigouillent comme une malpropre et la transforment en femme-dinde.
-Beeeerk Dexter c'est répugnant !!! geignit Jade.
-A côté de ça, n'importe quel cas stratégique passerait pour un conte de fées... C'est ton film préféré ça ?
-Ouais. Je trouve ça marrant, ces monstres qui n'ont jamais été acteurs et qui s'exposent pour une grande oeuvre plutôt que pour effrayer les badauds. C'est vraiment un grand film pour moi.
-Quels goûts de chiotte ! glapit Jade.
-Booon. On s'arrête un petit moment, je suis vanné. Et on n'a même pas atteint le Mont Couronné !
Jade et Dexter acquiescèrent.

Charlie se réveilla.
Seul.
Mais la nuit précédente avait été bel et bien réelle. Il afficha un léger sourire heureux. Il s'habilla promptement et rejoignit la cuisine.
-Salut !
Léopold regarda Charlie, embarrassé.
-Salut...
-Ca va ?
-Mouais.
-Euh... A propos de la nuit dernière....
Léopold cessa de se servir un café.
-Euh, Charlie si on... pouvait ne pas parler de la nuit dernière...
Charlie s'étonna.
-Ah...
-Si... Si on pouvait ne pas parler du tout, ce matin, ce serait super.
Charlie hocha la tête.
Silence donc. Léopold s'assied et servit un café à Charlie qui le remercia d'un regard.
Petit silence encore. Charlie ne savait pas trop quoi penser ni comment agir.
-Euh... Pourquoi tu ne veux pas...
Léopold finit rapidement son café, mit ses chaussures et partit pour la fac. Charlie resta scié.

-Et on constate, de même, que l'augmentation de la puissance n'est pas seulement relative, elle est aussi réelle ! Bien... J'appelle ici... Rachel Heine !
La jeune fille se pressa sur scène. Elle salua la classe qui l'applaudit. Malcolm soupira, ostensiblement ennuyé.
-La barbe...
-Face à... Hmmm... Quelqu'un a envie d'affronter Rachel ?
Tout le monde se tut. Malcolm roula les yeux.
-Moi !
Le prof se tourna vers un type qui arriva promptement, connu pour être une grande gueule. Malcolm s'étonna tout comme d'autres dans l'amphithéâtre.
-Moi j'veux bien la tabasser ! Je suis sûr qu'elle est pas si forte !
Malcolm soupira. "Mon Dieu, je me demande comment ça va se passer ! Quelle surprise ce combat imprévisible va nous réserver ?"
-Ah-ha ! Benjamin Tutson ! Bah voyons ! T'es nul, je t'ai vu te battre, t'es nul !
"La fameuse provocation du Seviper enragé. N'importe quelle belette peu farouche s'y laisse prendre..."
-Commencez ! sourit le professeur.
-Donphan, Go !
L'énorme Pokémon terre apparut.
"Faisant preuve d'une attitude complètement girlie, la petite chieuse envoie un de ses adorables Pokémon pour filles afin de tromper la vigilance de l'ennemi."
-A toi de jouer ! Aquali !
"L'adversaire se débat comme un beau diable pour éviter de tomber au fond du trou de sable ou la fourmi-lion va le dévorer, mais l'infâme créature agite ses mâchoires et manque à chaque coup de mandibules de dévorer sa victime."
-Bélier !!
A toute vitesse, Donphan chargea Aquali. Le Pokémon eut beau tenter d'esquiver, il fut quand même emporté dans la puissance du Pokémon.
"L'ignoble créature satanique crée misère et désolation autour d'elle. Ses adversaires finissent dans un asile psychiatrique à manger leur caca."
-Aquali ! Pistolet à O !
L'attaque frappa Donphan.
-Hm ! Roulade !
Donphan fonça sur Aquali qui sauta en l'air et retomba, un Vibraqua entre les pattes. Donphan le prit de plein fouet. Malcolm se releva de sa chaise.
"Néanmoins il arrive que la vipère noire maléfique démoniaque mangeuse de Rattata soit aux prises avec quelqu'un qui lui tienne tête..."

Dexter regarda Grainipiot dont il lustrait la peau.
-Voilà... Tu es tout propre...
Dexter regarda le Pokémon.
"J'ai envie de te tuer... J'ai envie de te tuer..."
Il regarda vers Etienne et Jade qui... papotaient.
-Non, non, non ! Tu ne peux pas dire ça !
-Je vous assure ! Brittany était beaucoup plus intelligente que Kévin !
Etienne secoua la tête.
-Kevin la manipulait complètement !
-On a regardé les mêmes épisodes de Daria ?!
-Par contre je persiste à croire que Jane était plus intelligente que Daria !
-Ah mais non ! N'importe quoi ! Rien à voir avec Quinn !
-Quinn ?! Là c'est toi qui n'a pas regardé les mêmes épisodes !
Dexter haussa un sourcils alors qu'ils ricanaient ensemble.

Dexter, 14 ans.
Il n'arrivait plus à tuer correctement des Pokémon. Il avait comme des remords. Avec l'âge, il éprouvait des problèmes à s'isoler avec des Pokémon pour les torturer et les zigouiller.
De plus, depuis quelques temps, il vivait chez sa grand-mère, ça allait un peu mieux pour lui.
Peut-être que sa vie pouvait changer.

Il tenait une barre en fer.
-C'est l'heure...
Le Toudoudou regarda Dexter, apeuré.
-Tu vas crever, tu m'entends ? Crever comme une merde !!
Il coinça le Pokémon contre un arbre. Il leva la barre de fer en l'air. Et puis...
-........Je peux pas !
Il la balança.
-J'peux pas faire ça... Merde !!
Toudoudou partit.
-Putain, pourquoi... Pourquoi je peux plus faire ça !!

Elle posa un plat de spaghettis bolognaises devant lui.
-Merci, grand-mère.
Il mangea de bon cœur.
Le soir, il rejoignait ses draps chauds après avoir fait ses devoirs.
Sa vie commençait à être presque normale.


Dexter soupira en regardant Grainipiot, jovial.
-Hmm...
-Dexter ! Hey Dexter ! Tu connais la série Daria ?
Le gamin soupira.
-Celle où une fille sans émotions digresse sans volonté ni enthousiasme sur sa misérable vie de merde ? J'ai dû regarder deux épisodes avant de m'écrouler de sommeil !
Etienne et Jade se regardèrent.
-Laissez tomber, il est nul ! admit Jade.
Dexter sembla s'assombrir.

Charlie rangea ses affaires avec lenteur. Il semblait troublé, ému. Il avait très mal au ventre. Arriva alors la productrice exécutive de cette love-story.
-Hello Charlie, alias le finaliste du tournoi ! Tu sais qu'on parle plus de toi que du gagnant, Scott Pitterson ? Il est vert !
Charlie soupira.
-J'ai pas très envie de parler, Dawn. Pas aujourd'hui.
-Ah bon ? Pourquoi ça ? T'as tout le temps envie de parler ! Léopold t'a fait une crise de jalousie ?
Charlie ferma lourdement son casier.
-Juste... pas envie de parler AUJOURD'HUI !!!
Il partit comme un ouragan. Dawn s'étonna tout comme le reste du couloir.
-J'ai déjà vu une scène de ce genre dans High School Musical... Ca va se finir à la cafétéria entre les jambes de Vanessa Hudgens ! Ou de Zac Efron. Beurk dans les deux cas !

Elle approcha de Léopold.
-Hey...
Léopold la regarda. Jessica se mordilla les lèvres.
-Euh, écoute, j'ai beaucoup réfléchi...
-Ah oui ? prononça Léopold d'une voix chevrotante.
-Léo, je veux bien te laisser une seconde chance. J'ai été stupide. Ecoute, on peut réessayer de sortir ensemble ?
Léopold la regarda et secoua la tête.
-Pourquoi ? Excuse-moi, j'étais énervée, on avait perdu...
Léopold soupira.
-J'ai déjà quelqu'un d'autre. Désolé.
Jessica s'étonna. Il partit, elle le suivit.
-Quoi ? Déjà ?! Depuis hier t'as trouvé quelqu'un d'autre ?!
-Oui !
-M... Putain alors en fait j'étais vraiment de la merde pour toi !
-Si c'est ce que tu tiens à penser...
-Qui est l'heureux ou l'heureuse élue que j'aille lui péter la gueule ?
Léopold se retourna vers Jessica, excédé.
-C'est déjà fait. Enfin, la personne en question t'a déjà "pété la gueule".
Jessica crut mal comprendre. Et effectivement, elle ne comprit pas.

Ah je brûle je brûle, les tentacules m'attrapant du fond des enfers
me donnent la cruelle sensation de marcher pieds nus sur du verre.


Léopold alla aux toilettes, se rinça la figure. Il se regarda, maussade. Il soupira et rentra dans un box.

La bonté de ta main généreuse et parfaite qui me fait signe d'avancer,
me donne l'aimable sensation d'être à la vie de nouveau convié, convié.


Charlie sortit d'un autre box, reniflant encore d'un petit chagrin.

A la table des convives, convives
Qu'on vive jusqu'à ce que repu l'on en meurt.
Tu m'invites à prendre ma place à partager le miel des honneurs de ton cœur.


Dawn les regarda se croiser dans un couloir et s'éviter soigneusement.
"Ouh pinaise..."

Volontiers j'accepte le meilleur traitement
Que l'on réserve tout exclusivement
Aux invités le festin nu, qui fait les langues au soir se délier...


Elle retrouva Charlie à une table isolée de la cafétéria.
-Oh-mon-DIEU !
Charlie la regarda péniblement.
-C... Comment vous avez pu... Qu'est-ce qui vous est passé par la...
-Tu devrais être contente, tu attendais sûrement ça avec impatience...
-N... Non, Charlie, enfin c'est la pire chose qui pouvait arriver !
-Tu le penses aussi ?
Dawn soupira.
-Vous devez vous sentir... sales... honteux... Enfin merde quoi, plus frères que vous y'a que les vrais frères !
-En fait Dawn... C'est moi qui ai commencé. Il était désespéré après sa rupture avec Miss "Il parait que je suis une bombasse, respectez-moi..."
-Ah l'autre pute, là...
-Ouais... Il pleurait... Il disait qu'il allait finir seul... Et je l'ai embrassé.
-Réaction idiote !
-Et après j'ai essayé de m'en aller en m'excusant !
-Réaction de tapette !
-Mais Dawn, j'étais vraiment désolé ! En l'embrassant je me suis juste aperçu que... C'est mon ami mais pas...
-Tu as eu peur de ton plaisir, Winchester ! Tu as vécu à fond la caisse pendant 15 secondes, et comme dans Fast and Furious, en entendant la BO douteuse...
-Ne dis jamais ça devant Léo, il adore cette BO !
-...Tu as réalisé que tout ça c'était trop pour toi. Trop tôt, trop d'amour, trop de...
-Mais après c'est lui qui est venu pour qu'on... fasse ça.
-C'était bien ?
Charlie regarda Dawn.
-Tu veux vraiment savoir ?!
-Ca fait deux ans que je brûle un cierge pour ça !
Charlie soupira.
-C'était... fabuleux. J'étais... maladroit, effrayé, sous l'emprise de mes sens, mais... Il a été d'une tendresse incroyable, inouïe. J'ai... vraiment aimé ça... à fond. C'était ma première fois et grâce à lui c'était... merveilleux.
Dawn trépigna comme une gamine.
-C'est bon ! Je peux quitter l'académie maintenant ! J'arrête les études, je deviens serveuse au Macdo !
Charlie ricana avec elle.

-Elle a fait une tête ! Mon dieu, on tient tête à Rachel Heine ! La déesse du combat est déchue !
-Elle a gagné quand même ? s'assura Roland.
-Ouais, mais... Ce ne sera plus jamais pareil. Maintenant les gens savent qu'il y a un moment où l'étoile d'invincibilité ne fonctionne plus !
Roland secoua la tête.
-Y'a que peu de jeux ou Bowser peut toucher cette étoile. Des Mario Kart principalement.
-Ouais... Mais c'était trop fort quoi ! Elle contre cet idiot de Benjamin Tutson !
-C'est pas avec lui qu'elle cause là ?
Malcolm regarda sa sœur bavasser gaiement avec Benjamin.
-Oh... mon...Dieu....
-Je crois qu'elle aime qu'on lui tienne tête. Bowser peut donc aimer... Bowser a un cœur...
-Mais c'est pas possible ! C'est ma sœur !
-Je crois que mon père a déjà dit ça et que ton père lui a répondu un truc cynique en échange ! admit Roland.
-Mais... Hon...

Dexter alla voir Jade.
-Je peux savoir ce que tu fais ?
-Comment ça ?
-Tu ricanes avec lui. Je sais que tu fais semblant d'être idiote et superficielle mais ne pousse pas le vice à sympathiser avec la cible.
-Je ne pousse aucun vice. Il est plutôt sympa.
Dexter fronça les sourcils.
-Pardon ? Es-tu folle ? Tu sais ce qu'on va devoir faire !
-Mais non, ne t'inquiète pas, j'ai un plan.
-Un plan ?
-Oui, un plan. Je vais laisser le chef s'en charger pour nous !
Dexter plissa les yeux.
-Oh vraiment ?
-Oui, Vraiment ! Après tout, Dexter, merde ! On n'a même pas seize ans et on va tuer un homme ? Regarde la réalité en face ! Et puis regarde-toi, à jouer les nounous pour Grainipiot !
Dexter hocha la tête.
-Tu sais quoi ? Si jamais le chef trouve ton plan aussi intelligent que le mien, et qu'il fait ce que je crois qu'il va faire... Je ne bougerais pas un orteil.
Jade soupira.
-Gros naze. De toute façon que tu n'agisses pas ou que tu agisses, du pareil au même ! Regarde tes "pulsions meurtrières" ! Quand tu as voulu agir pour les réduire...
-Oui bon ça va...
Dexter se rapprocha de Smirnoff. Jade soupira.
-Pauvre type...

Dexter captura une Farfuret.
Au début il la trouvait mignonne, sympathique. C'était une petite femelle. Il l'entrainait avec soin. Elle avait son petit caractère mais au fond, ça faisait sourire Dexter.
Un jour, après un entrainement, il voulait lui apprendre une attaque. Elle n'y arrivait pas. Elle s'énerva, peu encline à échouer.
Elle le griffa quand il approcha pour la calmer. Il regarda la coupure sur sa main.
Son sang coulait.
Il la regarda, elle semblait désolée.
Son sang ne fit qu'un tour.
Dexter étrangla la pauvre bête. Il la secoua, la lâcha, la prit par un pied et la balança vivement contre un arbre en la tenant toujours.
"SALOPE !!! SALOPE !!!"

Dexter rentra chez lui, exténué.
"Putain... Qu'est-ce que j'ai fait ! Tout ça pour ça ! Elle était juste furieuse de ne pas réussir..."
Dexter sanglota.
"Je suis un monstre, putain !!! Je suis un sale monstre dégénéré !!"

Il se tourna vers la religion, d'abord.
-Mon père... pardonnez-moi, j'ai pêché.
-Hmm... Vous ferez trois Ave Maria et trois Pater...
Dexter haussa un sourcil.

-Vous êtes l'Imam Habib ?
L'homme musulman s'étonna de voir un blanc près d'une mosquée.
-Oui... Qu'y a t-il ?
-Euh... Puis-je vous questionner sur la vision du meurtre de Pokémon par l'Islam ?
-Eh bien, d'après le Coran, Mahomet considère toute vie comme importante, celle des Pokémon ne fait pas exception. Tout crime est impardonnable et passible de lapidation.
-Je... vois...

-Mr le rabbin...
-Oui mon petit ? Vite, j'ai une conférence sur les 60 ans du massacre des Pokémon appartenant à des juifs pendant la seconde guerre mondiale...
Dexter roula des yeux lassés.
-Non, rien...


Dexter soupira et regarda Feurisson qui marchait à ses côtés.
"Et si c'est toi ou Elektek que j'avais étranglé... Et me pardonneriez-vous, vous ?"
-Dex, tu trainasses ! Plus vite sinon je vais être obligé de te trainer sur une planche à roulettes !!
-Hmph... soupira le gamin.

Dawn approcha à pas de loups. Léopold la regarda.
-C'est stupide, je t'ai vue !
-J'ai... deviné quand vous vous êtes évités dans le couloir et j'ai eu la confirmation par Charlie après moult tortures que...
Léopold plissa les yeux et fondit en larmes.
-Oh non... soupira Dawn.

Ils s'étaient assis sur un banc dans les jardins de la faculté.
-Auparavant... Je percevais Charlie comme... En dehors de mon cercle de... trucs dégueux... Parce que pour moi, faire ça c'est... exprimer mon mal-être, le partager avec quelqu'un. Et avec Charlie, la moindre conversation réglait ça. Mais là... J'ai l'impression de l'avoir réduit à un bout de viande.
-Oh... Tu as des sentiments pour lui quand même ? Sinon tu n'aurais pas été jusque là !
Léopold prit son temps pour répondre.
-Je peux pas te dire non... Mais... J'ai fait ça parce que quand il m'a embrassé... Charlie est passé de l'état d'ami à homme.
-Mais attends Léo, on ne couche pas avec quelqu'un juste parce qu'il vous embrasse !! Tu ne t'es pas posé de questions ? "Mince, qu'est-ce qui l'a poussé, est-ce qu'il est gay, est-ce qu'il m'aime...."
Léopold regarda Dawn.
-J'me... suis pas posé ces questions... Il est gay ?!
-Oui ! Il a même couché avec toi, il parait ! Je crois aussi qu'il a pu le vérifier à quelques reprises pendant la nuit que vous avez passé ensemble !
Léopold s'étonna.
-C'est à lui de me dire ces choses !
-Ca va prendre encore 500 plombes, j'veux que ça avance, moi !!
-....Il m'aime ??
-Ah ça je ne peux pas répondre à sa place.
-...Je sais pas moi ce que je ressens pour lui ! Exactement je veux dire ! Je serais prêt à tout pour lui mais de là à dire que je l'aime... Enfin c'est Charlie ! C'est... mon meilleur copain ! On a passé notre jeunesse ensemble ! J'ai supporté sa connasse de mère homophobe, son père acariâtre et ses sœurs suspicieuses ! Et lui il a pris sur lui mes deux insupportables pères et ma manie à coucher, et...
-Léo... Tu n'es pas obligé... d'avoir une idée précise de tes sentiments, tout simplement parce que personne n'en a, d'idée précise ! On ne peut pas mettre un mot sur un sentiment parce que... C'est un sentiment ! C'est un concept ! C'est une émotion ! Un ressenti, ça ne se décrit pas, ou difficilement !
Léopold soupira.
-Je crois que j'aimais trop Charlie pour coucher avec lui. Et maintenant qu'on l'a fait... J'ai l'impression d'avoir... brisé quelque chose.
Dawn acquiesça.
-Oui, ou alors tu as construit autre chose.
Elle se leva et partit, observée par Léopold.

Au repas de midi, Judith servit Malcolm et Rachel devant la télévision.
-Dis maman...
-Oui mon grand ?
-Tu dirais quoi si on se mettait a avoir des amoureux, moi ou Rachel ?
Rachel haussa un sourcil, prit le thé glacé de son frère et le goûta.
-Non, je voulais vérifier qu'il n'y avait pas d'alcool !
Judith haussa les sourcils.
-Je... pense que vous êtes un peu jeunes pour ça mais... Si vous... pensez que c'est le moment, faites donc...
Malcolm fronça les sourcils. Rachel le regarda, surprise.
-Tu te sens bien ?
-Moi oui, et toi ?
-Comme une reine !
Malcolm plissa les yeux. Kenneth rentra.
-Bonjour les enfants ! Salut chérie !
Judith embrassa Kenneth.
-Alors, qu'est-ce qui se passe ?
Rachel finit sa bouche.
-Niles a traité C.C de trainée !
-... Je parlais de... vous, d'ici, de la famille, pas de la télé !
Malcolm désigna la télévision.
-Oh, et regarde ! Ils s'embrassent maintenant ! T'as vu ça ?
-Des tas de fois, Malcolm, c'est une rediffusion ! grommela Rachel.
-Oui mais... Tu n'y attaches pas une sensation de déjà vu ?!
-......Tu me compares à cette garce ?
-Racheeeeeel !! grogna Judith.
-Non mais, apparemment tu fréquentes un garçon depuis ce matin alors bon...
Kenneth et Judith regardèrent Rachel, étonnés.
-Vous inquiétez pas, je sais pas non plus de quoi il parle ! sourit Rachel avant de reprendre son repas.

Ils retournèrent ensemble à l'école.
-Tu vas me dire pourquoi tu as essayé de m'humilier devant les parents tout à l'heure ?
Malcolm soupira.
-Tu papotais avec ce type, Benjamin !
-Oh, oui ! D'ailleurs on se marie ce soir ! Tu es mon témoin bien sur !
Malcolm écarquilla les yeux. Rachel soupira.
-Pauvre tête de noeud ! Il est fort, je me suis entendue avec lui, on a discuté ! Désolé de savoir me faire des amis !
-Ah... Ok...
-T'es nul d'avoir fait ça ! Vraiment ! Pourquoi tu m'as pas demandé directement ?
Malcolm soupira.
-T'aimes pas trop que je vienne te parler ici...
-Fallait envoyer Roland !
-Ah... Oui, peut-être... Bon, à ce soir.
-A ce soir, Mac.
Elle le regarda partir vers Roland. Elle regarda Roland en souriant et le salua. Roland la salua discrètement. Elle sourit et partit dans un couloir.

Ils atteignirent un centre Pokémon.
-J'ai un truc à faire. Vous m'attendez cinq minutes ?
Les deux acquiescèrent. Etienne entra et alla vers la borne du visiophone. Linda apparut sur l'écran.
-Hey !
"Salut Etienne !"
-Bon anniversaire chérie !
"Oh, Etienne, c'était pas nécessaire ! J'ai 41 ans ! C'est pas un âge pour une femme !"
-Je voulais au moins te le souhaiter quoi. Je t'aime, etc...
"Quelle sincérité désarmante !"
-Tout va bien ?
"Eh bien oui... Roland, Lily et David vont bien..."
-Pourquoi David a un Paras sur la tête ?! Y'a plus de shampooing ?!
"Non, il a commencé à faire un peu d'asthme, Lucy et Lindbergh lui ont donné pour qu'il calme ses troubles respiratoires."
-Oh mince... Ca va petit pote ?
"-Oui papa !
-Il va bien, mais il m'a inquiété un peu..."
-Plus que les 10000 autres fois ou tu t'es inquiété pour lui ? Tu es quand même la mère qui voulait lui faire passer une IRM quand il s'est cogné contre un bras de canapé !
"Un bras de canapé en bois !"
-Mouais... J'ai plus beaucoup de temps à faire, je serais bientôt de retour. Vous me manquez, tous.
"Tu nous manques à nous aussi chéri..."
-Allez, bon courage, et à très vite !
"A bientôt Etienne ! Dis au revoir à papa, David !"
Etienne regarda son fils avec émotion.
-A plus, Dave. Je reviens très vite à la maison, ok ?
David hocha la tête. La communication s'éteignit. Etienne fondit en larmes.

Le stand était devant l'école depuis quelques temps. Dexter alla voir.
-Vous êtes quoi, au juste ?
-Une école de redressement. Nous nous adressons aux caractères forts !
Dexter soupira et partit.
-Pas pour moi. Je suis un gros nul.

En rentrant chez lui, Dexter croisa la route d'un grand type.
-Tu es bien Dexter Stone ?
Dexter regarda l'homme. Esteban Gallhager.
-Oui...
-J'ai lu une coupure de presse sur tes parents. Les cannibales.
-Oh.
-Tu as dû bien grandir dans une telle famille.
-C'est une plaisanterie, j'espère.
-Pas du tout. Ca te dirait de faire partie de mes élèves ? Je cherche des adjudents pour réaliser un travail important.
-Et qu'est-ce qui vous fait dire que je vous suivrais.
-Tu aimes tuer.
-Non.
-Si, c'est certain.
-Comment le savez-vous ?
-J'ai été interroger tes parents. Ils m'ont dit avoir découvert des cadavres de Pokémon dans leur jardin... Ils pensaient que c'étaient les voisins mais en prison ils ont vite déduit que c'était toi. Tu es un tueur en masse.
-C'est faux, je veux plus être comme ça !
-Et si en fait tu étais destiné à l'être ?!
-Prouvez-le moi.
-Tu connais le film Freaks ?
Dexter soupira.
-C'est un de mes films préférés. J'ai une bobine de l'original, même.
-Bien, bien. Tuer, c'est comme boire dans la coupe tenue par le nain. Ca te lie pour toujours à la famille du meurtre. Même ceux qui tuent pour venger. Même ceux qui tuent pour le plaisir de tuer. Ce sont des tueurs. A vie. De tout et n'importe quoi, Pokémon comme humains.
Dexter hocha la tête.
-Se détacher de ce sentiment, c'est se détacher d'une partie de soi. Il y a deux sortes de personnes : Ceux qui tuent et les autres.
Dexter regarda Esteban.
-Vous savez ce qui me fait chier ? Les gens comme vous, qui visent juste. Je déteste qu'on me comprenne.


Dexter regarda Etienne.
"Ce soir. Ce soir j'essaie de le tuer. Non je n'essaie pas, je le fais..."

Charlie et Léopold rentrèrent ensemble dans le silence. Une fois la porte de l'appartement fermée, le silence continua à régner. Charlie regarda Léopold.
-Je suis désolé.
Léopold regarda Charlie, surpris.
-Pourquoi ?
-Pour... hier, je suis désolé. Je n'aurais pas dû t'embrasser, c'était une erreur.
-Non, non... Enfin... Je pense pas qu'il faille en parler...
-Pourquoi ça ?
-Charlie, ça... remue des trucs trop compliqués.
-Quoi ?!
-Charlie, tu m'as caché des choses, j'ai... réagi à ce que j'ai cru être une invitation... On... Vaut mieux pas qu'on en parle.
Charlie regarda Léopold, furieux.
-Alors c'est ça ! Tu vas juste attendre que l'année se finisse et qu'on se sépare ?
-Rends pas ça plus dur, Charlie, merde !!!
-Mais AFFRONTE un peu ce qui s'est passé, merde ! La réalité quoi ! On a COUCHE ENSEMBLE !
-JE SAIS, J'Y ETAIS FIGURE TOI !!! C'était... autre part que dans tes fantasmes !!
Charlie se ravisa, choqué. Léopold fronça les sourcils.
-Pourquoi tu ne m'as pas dit que tu étais gay ?
-Parce que... Parce que... C'est un peu toi qui a forcé les choses.
-Je suis bi, tu aurais pu me le dire ! Je t'aurais aidé !
-Non ça aurait été pire !!
-Mais tu aurais au moins été moins malheureux !
-Mais tu m'aurais regardé comme un des connards que tu te tapes tous les trois soirs !
-Baaaah un peu comme maintenant !
-Tu... Tu me réduis à ça, Léo ?
-C'est justement ce que je veux éviter en évitant ce sujet de conversation !!
-Putain et maintenant on se dispute !
-Tu t'attendais à quoi ???
-A... Je sais pas, déjà à plus de respect envers cette nuit ! soupira Charlie.
-Mais on a juste couché ensemble, merde !
-Juste ??
-Oui ! C'était... un banal évènement !
-C'ETAIT MA PREMIERE FOIS, ENFOIRE !!!
Léopold resta figé.
-Ah... T'as... rien fait avec Matt ?!
-Pas plus que... des embrassades. Je... me préservais pour toi en quelque sorte.
-Bah voyons, le coup de l'amour obsessionnel...
-C'était pas juste ça, Léo...
Charlie sanglota.
-Ah non, pas les grandes eaux...
-MAIS POURQUOI TU REAGIS COMME CA ???
-Pourquoi TOI tu réagis comme ça !
-TU ME DEGOUTES !! COMMENT J'AI PU TOMBER AMOUREUX D'UN CONNARD PAREIL !!!
-Tu savais à quoi t'attendre !!
Charlie geignit.
-Tu t'en fous vraiment ? Tu t'en fous de me faire mal ?!
-Mais Charlie, c'était juste...
-Ce qui t'embête c'est que je sois resté le lendemain, hein ? Tu aurais préféré que je me casse comme tous les autres !
-Mais non, c'est juste que...
-En fait ce qui t'embête c'est qu'avec moi, ça avait une signification !
Léopold regarda Charlie. Touché, songea Léopold.
-Tu... es toujours aussi perspicace.
-Que... tu ne réagisses pas à mes sentiments passe encore...
-Non, non je... considère tes sentiments, vraiment...
-Alors pourquoi tu dis...
-Mais Charlie tu ne peux pas agir comme si je DEVAIS aller vers toi ! Laisse-moi... Faire le point, voir si... avec toi ça vaudrait le coup ! Je veux pas faire les mêmes erreurs qu'avec Jessica ou... qu'avec tous les autres. Et je veux pas te mettre à leur niveau, parce qu'avant ça tu étais bien au dessus d'eux.
Charlie baissa la tête.
-Tu as raison... En te disant tout ça, je te force...
-Alors qu'il n'y a pas à me forcer ! Tu es forcément unique pour moi. Ca ne peut pas être comme avec tous les autres. C'est pour ça que je ne suis pas resté au lit ce matin. J'aurais pu mais... Ca aurait engagé une conversation qui... m'aurait contraint à te mentir.
Charlie hocha la tête en souriant.
-On reste amis pour l'instant alors ?
-Ouais. Mais amis-amis, hein, pas... autre chose ! En attendant que je voie si je suis à même de... d'entretenir une relation avec toi. Sans retomber dans mes travers. Voir si c'est toi et... personne d'autre.
-Ok, ok...
On toqua à leur porte. Ils sursautèrent, comme surpris en pleines cochonneries.
-Qui ça peut être ?!
Charlie ouvrit et tomba sur son père.
-Oh... Salut... papa...
Léopold haussa les sourcils étirés par l'ironie.
-Bonsoir les garçons. Je viens vous chercher, on va faire une petite fête pour l'anniversaire de Linda !
Charlie regarda Léopold qui acquiesça.
-Euh, il y aura tes parents, Léo ! signala Linus.
Le blond regarda Charlie et haussa les épaules.
-C'est bon, je suis d'humeur à les voir. Disons que... J'ai changé.
Linus s'en étonna. Charlie sourit. Linus le regarda.
-Félicitations ! Norbert sera très content ! Je ne sais pas ce que tu as fait mais... Bravo !
Charlie n'eut, et n'aura probablement jamais eu aussi honte de sa vie. Son père avait un don incroyable pour sortir des phrases à double sens.

-J'espère qu'elle ne se doute de rien ! soupira Estelle.
-Linda est plus perspicace qu'on ne croit ! assura Norbert.
-Elle aime les fêtes surprises, vous croyez ? demanda Judith.
-Oh, ça lui fera surement plaisir ! sourit Lionel.
Linus entra chez les Heine ou la sauterie devrait se dérouler.
-Je ramène quelques invités...
Charlie entra et salua tout le monde, suivi par Léopold, à la grande surprise de Norbert (Et de tout le monde.)
-Désolé, je.... l'ai prévenu que tu serais là, mais apparemment, il tenait à venir.
-Pour Linda ! précisa Léopold.
Il regarda toutefois son père.
-Néanmoins... je serais faux-cul de ne pas te saluer.
Il serra son père dans ses bras. Norbert sourit, ému.
-Mon petit bébé...
-Hm. Il paraît, ouais...
-Bon, y'a plus qu'à appeler Kenny la débrouille qui était censé retenir madame... sourit Jonathan.
-Ca veut pas dire que je te pardonne, ni que tu as à t'excuser, mais... Que j'accepte de te revoir, sourit Léopold.
-J'avais compris, sourit Norbert. Je suis content quand même.
Linda et Kenny arrivèrent quelques moments plus tard avec les enfants.
-Devine pour quoi c'eeeest ! sourit Kenneth.
-Je vous tuerais tous demain ! ricana Linda.

Etienne éteignit le feu de camp et se coucha seul, la Pokéball d'Erwan placée contre sa poitrine. Il soupira.

-Je suis certain que Charlie a quelque chose à y voir ! Il a une bonne influence sur Léopold ! vantait Linus.
Linda regarda Charlie, significative. Charlie garda un air mystérieux en se mordillant les lèvres. Le regard de l'adolescent brun croisa celui du blond, avec ses parents. Ce seul croisement de regard éveilla en eux comme de nouveaux sentiments. Loin l'un de l'autre, ils se sentaient comme déchirés.

Dexter fronçait les sourcils dans son sac de couchage. Il se leva et regarda celui d'Etienne.
"C'est maintenant ou jamais..."
Il prit une pierre par terre et la souleva lourdement, se dirigeant vers le couchage d'Etienne.
"Tu vas crever... Ce soir tu vas crever !!"

Repas. Charlie et Léopold sont face à face, juste à côté de Malcolm, Roland, Rachel, Colin, Kate...
-Je veux faire un discours ! sourit Linda. Je remercie tout le monde pour être venus, particulièrement Léopold pour avoir bravé sa Norbertophobie !
Tout le monde ricana. Léopold sourit.
-Je remercie aussi Kenneth d'être un si bon cachottier... Et aussi Estelle pour avoir passé 20 minutes au téléphone à me persuader que personne ne préparait rien pour mon anniversaire !
Rires nerveux.
-Cependant, vous vous doutez que ce soir j'ai... La tête ailleurs...
Tout le monde hocha la tête.
-Alors je porte un toast non pas à mes 41 ans, mais... à mon Etienne !
-A Etienne !
-A Etienne !
-A la tienne, Etienne !
Tout le monde se tourna vers Lionel.
-Fallait que quelqu'un la fasse !!
Nouveaux rires.

Dexter était à deux pas d'Etienne.
"PRENDS... C..."
La pierre chuta de ses mains. Le bruit réveilla Etienne. Dexter tressaillit.
-Qu'est-ce que tu fais debout ?! s'étonna Etienne.
-.... Je voulais aller aux toilettes...
-Bah vas-y. Loin, hein, et pas dans le sens du vent ! Por Favor, compadre !
-Hahaha....
Dexter partit dans les fourrés. Etienne se retourna et repéra le rocher. Il sortit Erwan qui déplaça l'obus à quelques mètres.
"C'était juste..." soupira Etienne.