Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Requiem pour l'avenir de Myschin



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Myschin - Voir le profil
» Créé le 19/12/2008 à 20:32
» Dernière mise à jour le 20/04/2011 à 14:20

» Mots-clés :   Aventure   Cross over   Science fiction

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Episode 41 : -Requiem for themselves and tragedies- (5/5)
/!\ ATTENTION ! Ce chapitre est susceptible de choquer les gens sensibles (Contient des scènes de torture / violence) ! /!\
"Nakanai Kimi to Nageki no Sekai - requiem for themselves and tragedies -" (You who Don't Cry and the World of Bewailing - requiem for themselves and tragedies -)

Musique d'accompagnement du chapitre : --> Ici <--

----------

- Peuh, et alors ? demanda Sasaki, ce n'est pas parce que tu n'es plus attaché à la pokémon que t'es tiré d'affaire !
- Certes, mais maintenant, c'est du trois contre trois !

Zen s'empara de la poké-ball de Mysdibule et fit apparaître sa pokémon.

- Ridicule ! Tyranocif va n'en faire qu'une bouchée !

La pokémon acier prit peur de l'imposant pokémon ténèbres. Sasaki claqua des doigts et Tyranocif donna un violent coup de queue qui envoya Zen, son pokémon et Gardevoir voler dans les cartons.

- La vaaache, s'écria Zen en se relevant tant bien que mal, ça fait un mal de chien !

Divers objets s'étaient éparpillés au sol lorsque les cartons s'étaient renversés. Le jeune garçon resserra sa main autour d'un manche de batte de base-ball.

- Oh oh, que j'ai peur, rétorqua Sasaki.

Et elle claqua des doigts une nouvelle fois. Tyranocif se jeta sur Mysdibule et Gardevoir. Zen vit là une bonne occasion d'attaquer directement Sasaki et lui fonça dessus.

- Yaaah !

La fille aux cheveux bleus jeta un regard amusé vers Zen qui sentit alors quelque chose s'enfoncer dans sa cuisse.

- Merde !

Il fit un pas sur le côté pour se dégager, et grâce au sang qui restait en suspension dans l'air, mit toutes ses forces dans un violent coup donné dans le vide, jusqu'à ce qu'un sinistre bruit de fracture se fasse entendre. Sasaki et Zen virent alors le Keckleon réapparaître, titubant et couvert de son sang.

- Keckleon ! Vite ! Redeviens invisible !

Ca, il n'en était pas question ! Zen frappa le pokémon une seconde fois qui s'écoula, inanimé.

- AAAH ! Keckleon ! Tyranocif ! Tue l'humain avant !

Le pokémon ténèbres se désintéressa des autres pour foncer sur Zen. Ce dernier n'eut pas le temps d'esquiver qu'il fut jeté en l'air et retomba au milieu d'autres cartons, complètement sonné. Tyranocif en profita pour lui décrocher un coup de griffes magistral dans le dos.

- GYAAAH !

Zen s'écroula et Sasaki se mit à rire de manière malsaine.

- Bon aller ! Assez rigolé ! Tyranocif ! Tue ces deux pokémons !

Le pokémon ténèbres allait se précipiter sur ses victimes quand il vit que sa maîtresse était figée. L'adolescent aux cheveux bruns s'était relevé et bien qu'il tenait à peine sur ses jambes, il était debout.

- Comment a-t-il pu survivre à une attaque pareille ?! Tyranocif ! Ultralaser !

Le pokémon ouvrit la gueule en direction de Zen, mais Gardevoir eut la bonne idée de le téléporter au dernier moment. L'attaque du pokémon roche dévasta une bonne partie des installations.

- ULTRALASER ENCORE !

Cette fois-ci, Gardevoir joua la carte de la défense et créa un mur de lumière pour protéger Zen et Mysdibule ! Le garçon vit que la pokémon ne tiendrait pas longtemps.

- Mysdi ! Ultralaser toi aussi !

La pokémon acier se concentra de toutes ses forces avant d'envoyer elle aussi un rayon de lumière dévastateur, plus puissant même que celui du Tyranocif. Ce dernier vacilla et fut emporté par l'attaque de son adversaire. Une violente explosion se produisit. Sans doute parce que l'Ultralaser de Mysdibule avait atteint quelque chose d'inflammable ou d'explosif. Tous purent alors voir le pokémon brûler dans les flammes. Sasaki était hors d'elle.

- MON POKEMON ! BORDEL ! JE SAVAIS QU'IL ETAIT FAIBLE.

Elle se précipita sur Zen mais Mysdibule et Gardevoir l'en empêchèrent. La jeune fille n'avait plus rien de celle que Zen avait rencontré la première fois. Soudain, elle attrapa Mysdibule par le cou et commença à l'étrangler.

- Nooon !

Ca, c'était la pire des choses à ne pas faire devant Zen, essayer de tuer son pokémon. Il rassembla ses forces et donna un violent coup de batte sur la tête de Sasaki qui s'effondra mais qui n'avait pas lâché la pokémon acier. Il la frappa encore une fois, mais elle ne lâchait pas son étreinte et il continua à la frapper.

- BORDEL MAIS TU VAS CREVER OUI ? CREVE ! CREVE ! CREEEVE BORDEL DE MERDE !

Il continuait inlassablement de frapper le corps inanimé de la fille aux cheveux bleus à coup de batte de base-ball. Elle était morte depuis bien longtemps, mais il continuait de la frapper, chaque coup donné brisant des os de son cadavre et projetant du sang un peu partout. Dans sa folie, il ne voyait pas qu'elle était morte et continuait à frapper le corps, brisant successivement le crâne, les côtes, les jambes... Un spectacle atroce ! On n'entendait plus qu'un sinistre bruit de fracassement du corps humain contre la batte.

Lorsqu'il s'arrêta, le corps de la fille aux cheveux bleus ne ressemblait plus à rien, divers os sortaient des membres distordus et certains organes se répandant au sol rougit par une marre de sang. Il pouvait même voir la cervelle qui reposait dans ce qui restait du crâne de la fille. Mysdibule s'était dégagée et s'était évanouie. Gardevoir cessa de se cacher la vue et pris le jeune garçon dans ses bras pour le calmer. Il venait de commettre un meurtre ! Sous les yeux de la pokémon de sa mère en plus... Minute ! Sa mère ! Son père ! Kat ! Il devait partir à leur recherche ! Il rappela Mysdibule, mais il n'avait plus de forces et s'évanouit à son tour.

Zutto inoru you ni Tada negau you ni
Semete Kono koe ga todokimasu you ni


La mère de Zen et de Kat prit peur et plaça ses deux mains dans les appareils quand la lame pendulaire descendit d'un cran. Elle appuya sur les boutons et sentit ses mains se compresser. C'était une douleur qu'elle ne pouvait pas supporter, et elle retira ses mains tout de suite.

- AU SECOUR ! QUELQU'UN ! A L'AIDE !

Mais personne ne pouvait l'entendre... La lame descendit d'un cran supplémentaire et passait à quelques centimètres de son ventre. Si le pendule descendait encore, elle se ferait sectionner en deux !

- Aaaah merde...

Avec une expression de dégoût, elle plaça ses mains dans les appareils et appuya de nouveau sur les boutons. Ses mains commencèrent à se compresser. La douleur était abominable, mais c'était ça où mourir.

- GYAAAH !

Ce bruit qu'elle venait d'entendre, c'était le brisement de ses os. Les appareils forcèrent le plus possible jusqu'à ce qu'ils remontent automatique. La mère de Zen et Kat retira ce qu'il restait de ses mains.

- JE L'AI FAIT BON DIEU ! DELIVREZ-MOI !

Mais personne ne vint, les menottes ne s'ouvraient pas et la lame pendulaire continuait inexorablement de se balancer. Soudain, le pendule descendit encore d'un cran, fauchant au passage le haut du ventre de la femme retenue prisonnière.

- ARRETEZ... AAAH !... CE TRUC !

Mais rien à faire, le dispositif ne semblait pas vouloir s'arrêter. Des larmes coulèrent sur les joues de la mère de Zen et Kat alors que la lame pendulaire descendit d'un dernier cran avant de s'arrêter lentement au milieu du corps totalement sectionné en deux.

Tsumiagete wa Kiete yuku maboroshi
Tayutau minamo ni Nagasu yume no ato


Pendant ce temps, sur la grande place du village, le Matsuri no Meigetsu battait son plein. Tout le monde s'était rassemblé dans l'espoir de voir apparaître le pokémon légendaire Cresselia qui, selon la tradition du festival, faisait une apparition lorsqu'on lui faisait une offrande de pierres Lune.

A l'écart de la foule, Sakki et son père observaient le ciel, cachés.

- Que fais ta soeur ? Elle en met du temps !
- Papa, est-ce possible que ma grande soeur puisse se faire battre ?
- Normalement non mais on ne sait jamais. Après avoir tiré sur Cresselia avec la balle contenant mon produit hallucinogène, nous irons vérifier ce que fait ta soeur.

Deux heures plus tard, le scientifique et sa fille la virent alors, Cresselia. Le pokémon lunaire descendait lentement en direction des offrandes alors que tout le monde s'était reculé pour pouvoir la laisser faire.

- A toi de jouer Sakki !

Sakki mit la cartouche dans un fusil à lunette, visa avec précision le cou de la pokémon psychique et finalement elle tira. Cresselia poussa un hurlement strident qui surprit tous les villageois. Elle commença à tourner sur elle-même et, voyant les humains et se croyant encerclée, lança un rayon multicolore qui toucha tous les villageois présents. Ces derniers se jetèrent alors les uns sur les autres et commencèrent à s'entretuer de toutes les manières possibles et inimaginables. Le scientifique et sa fille observaient la scène.

- Parfait... Mon sérum de confusion a fait son effet, et va se répandre dans tout le village ! Rentrons à la maison pour nous protéger !

Kanashimi no katachi Kage o otosu

- Aaah... Il faut que je me remette en route !

Zen s'était relevé péniblement, mais il était en état de se défendre au cas où. Il attrapa la batte de base-ball et se précipita avec Gardevoir dans les couloirs de la maison pour trouver une sortie.

Zutto inoru you ni Tada negau you ni
(Itsu made mo) kotae sagashimotometsuzuketa hibi


- Je vais te venger Lucario !

Kat s'avança, arbalète à la main, et vérifia que personne d'autre se trouvait dans la pièce. Cette personne qui disait être la mère de Sakki, elle avait voulut la tuer et Kat n'avait pas eut d'autre choix que de se défendre comme elle le pouvait, c'est à dire en la tuant d'un coup de carreau d'arbalète.

Elle réarma son arme et se dirigea à l'extérieur vers un groupe de rochers.

Elle vit alors Cresselia en train de lancer son rayon multicolore un peu partout et des villageois qui s'entretuaient. C'était un spectacle horrible. Soudain, le pokémon lunaire s'éloigna en direction des montagnes. Kat eut du mal à la voir, mais elle crut distinguer une forme noire, blanche et rouge poursuivre le pokémon psychique.

Yuragu koto nai Hitamuki na manazashi
Otozureru ashita wa Nani o utsusu darou?


Zen avait finalement réussi à sortir des sous-sols et croisa le corps inanimé de la mère de Sasaki. Il se demanda ce qui s'était passé ici.

Au même moment, Sakki et son père revinrent vers leur maison.

- Attention Papa ! s'écria la jeune fille, il y a un intrus dans la maison !
- Tu arrives à le voir alors que nous sommes aussi loin ?
- N'oublie pas que j'ai une vue perçante... Je vais m'en occuper d'ici..

Elle s'allongea par terre et observa à travers la lunette.

- Mais c'est le garçon que Sasaki devait tuer ! AAAH ! C'est le corps de maman !
- QUOI ?! TUE-LE !

Ils parlaient si fort et étaient si concentrés qu'ils n'avaient pas vu Kat qui s'approchait en silence. Sakki ajusta son arme et se prépara à faire feu.

Zen ne se doutait de rien, mais Gardevoir sentait que quelque chose n'allait pas. Soudain, elle ressentit la présence des autres dehors. Sakki appuya sur la gâchette. Gardevoir n'eut pas le temps de téléporter Zen et le poussa violemment au sol.

- Quoi ?!

Il ressentit un choc et fut sonné quelques instants.

- Meeerde ! Je l'ai raté ! Vite, une deuxième cartouche !

Mais elle n'eut pas le temps de charger une deuxième balle qu'un carreau d'arbalète traversa sa tête, la faisant s'écrouler, et elle mourut sur le coup. Son père fut terrifié sur le coup.

- Ca, c'est pour Lucario ! dit Kat avec un rire amer tandis que le sang de la fille aux longs cheveux bleus se répandait tout autour de son cadavre.

La jeune fille se mit ensuite à viser le scientifique, qui s'enfuit. Elle se lança à sa poursuite en direction du village. Pendant ce temps, Zen se relevait difficilement à cause du choc qu'il venait de subir.

Akaku somari Wakatsu sekai

Il reprit lentement ses esprits, mais qu'est-ce qu'il avait été sonné sur le coup. Gardevoir s'était précipitée pour le faire allonger par terre, et elle n'y était pas allée de main morte. Il remarqua qu'elle l'agrippait encore.

- C'est bon Gardevoir, tu peux me lâcher maintenant... Heu...

Il remarqua les traces de sang sur son pull, elles avaient l'air récentes. Trop récentes même ! C'est à ce moment qu'il recouvra totalement ses esprits et qu'il vit une chose à laquelle il ne s'attendait pas du tout. Son teint pâlit à vue d'oeil, la nausée montait rapidement. Gardevoir n'était plus de ce monde. Si encore, elle était entière, il ne serait pas aussi dégoûté par cette vision, mais tout ce qu'il pouvait constater, c'était de voir que la pokémon n'avait plus de tête, comme si elle avait explosé. Il y avait à la place les restes du cou. Zen pouvait même voir la trachée artère, une vertèbre et l'oesophage sectionnés. Du sang s'écoulant par de nombreux vaisseaux sanguins qui dépassaient légèrement du trou béant qui remplaçait désormais le visage de la pokémon psychique. Le pire étant qu'elle s'accrochait encore à lui.

- Non... Pas toi, commença Zen en pleurant. Il remarqua alors quelqu'un qui s'enfuit en courant, poursuivit par... Sa soeur ? Il déposa le corps de Gardevoir au sol et se précipita à son tour à la poursuite du mystérieux individu.

Ima o kurikaeshite Mada tsunagitomete
(Omoide o) fukaku yasashiku kizutsukeainagara


- JE VAIS VOUS TUER !

Le scientifique se demandait si elle avait touchée par l'Onde Folie de Cresselia.

- ARRÊTEZ-VOUS !

Non, elle aurait perdu tout contrôle de ses pulsions et ne continuerait pas à le poursuivre si c'était le cas. Il pénétra dans la première maison qu'il trouva. Kat remarqua la manoeuvre et rentra à son tour.

Sale gamine ! Elle ne le lâchait pas ! Il profita du fait qu'elle fouillait dans une chambre pour sauter par-dessus une rampe et se réceptionner au sol. Avec tous les bruits de massacre qu'il y avait dehors, elle n'avait pas pu l'entendre. Il s'apprêtait à quitter la pièce lorsque la porte s'ouvrit, révélant Zen.

- MERDE !
- KAT ! IL EST LA !
- FRANGIN !

La jeune fille arriva à son tour, contente de voir que son frère était vivant. Le scientifique était prit en sandwich.

- Je suis sûr qu'on peut s'entendre...

Mais ni l'un, ni l'autre ne réagit à cette remarque et se rapprochèrent de l'homme à la blouse blanche.

- Attendez ! Je peux ramener vos parents à la vie.

Il était prêt à tout pour s'en sortir, y compris mentir comme un gamin, mais il voulait sauver sa peau. Zen et Kat ne l'écoutaient pas et l'avaient coincé dans un coin de la pièce. La jeune fille pointa l'arme sur la poitrine du scientifique.

- Non pitié ! Je vous donnerais tout ce que vous voudrez !

Zen observa sa soeur et s'empara de l'arbalète.

- Voila ! Posez cette arme dangereuse et...

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'il reçut le carreau d'arbalète en pleine tête. Il s'écroula.

- Ca, c'est pour Gardevoir !

Kat plongea dans les bras de son frère tout en pleurant.

Kokoro utsu itami ni Tachimukau hate ni
(Nando de mo) haruka eranda michi no saki ni miru hikari


- Tu comprends frangin ? Ils sont tous en train de se tuer, on n'est plus que tous les deux...
- Il faut quitter ce village maintenant !

Zen reprit sa batte et fit signe à sa soeur de le suivre. Ils commencèrent à s'éloigner quand soudain...

- TUER !

Ils furent pris en chasse par un villageois armé d'une bouteille brisée.

- Par ici Kat ! VITE !

Les deux enfants courraient à en perdre haleine, poursuivis par des hommes armés et fous furieux. Tout était de la faute de cette Cresselia ! C'est elle qui avait rendu les villageois complètement fous ! Un homme armé d'une faucille apparut devant eux, mais Zen et Kat continuaient de courir ! Le jeune garçon tendit sa batte sur le côté et donna un coup violent dans la mâchoire de l'homme. Il avait sans doute dû la lui briser, mais il ne se retourna pas pour le vérifier, entendant ses poursuivants s'acharner à tuer celui qu'il venait de frapper !

Ils nageaient en plein cauchemar ! Cette nuit n'en finissait pas ! D'abord ses parents, son cousin, ses amis... Tout le village allait y passer à ce rythme ! Un coup de feu retentit, et Kat s'écroula, touchée à la jambe.

- Aaargh ! Ca fait maaal, s'écria-t-elle en pleurant !
- Tiens bon soeurette ! Je vais te porter !

Mais avec le coup de griffes qu'il avait reçu de la part du Tyranocif, ça allait rendre la tâche beaucoup plus douloureuse ! Il jeta la batte et prit sa soeur sur son dos. Tout autour d'eux résonnaient les détonations d'armes à feu, des fracassements de corps humains et des hurlements de douleur, d'effroi et de folie. C'était inhumain, mais Zen continuait à courir aussi vite qu'il le pouvait tout en portant sa soeur. Il ne pouvait pas l'abandonner.

- On arrive... Aux limites du village... On peut... S'enfuir...
- Papaaa... Mamaaan... Lucariooo !

Les deux adolescents arrivèrent devant un pont suspendu au-dessus d'une rivière tumultueuse. Il n'avait pas l'air très solide, mais ils n'avaient pas le choix, d'autant plus que des voix se faisaient entendre et semblaient se rapprocher de plus en plus. Zen s'engagea sur le pont au moment où un homme les aperçut.

- TUER !
- Merde ! s'écria le jeune dresseur en voyant que l'homme allumait un bâton de dynamite.

Il essaya de presser le pas, mais c'était mission impossible avec sa soeur sur le dos. Il ne pouvait pas l'abandonner ! L'homme lança la dynamite. Zen réfléchit le plus vite possible. Une autre détonation retentit et le garçon aux cheveux bruns vit que l'homme venait de se tirer une balle dans la tête. Alors qu'il ne restait plus qu'un centimètre de mèche, Zen décida de prier pour qu'ils s'en sortent vivants sa soeur et lui, puis il sauta dans le vide, tombant dans la rivière au moment où la dynamite explosait.

Mune ni kizamikonda Ikuoku no kioku
Kodoku Iyasu Kare no omokage no iro Wasurenai


-----

Quelques jours plus tard, dans un hôpital de Grandegemme

- Alors docteur ? Quel est le verdict ?
- Je dois dire que ce n'est pas tous les jours que je reçois des patients comme ça. Le garçon s'est fait griffer dans le dos par un Tyranocif. Même quand il sera complètement rétabli, il gardera une énorme cicatrice toute sa vie. La fille s'est faite tirer dessus au niveau de la jambe gauche, mais avec le temps, elle pourra à nouveau marcher normalement. Et je ne parle pas des nombreux coups qu'ils se sont pris... Sans doute lorsqu'ils ont été emportés par le courant de la rivière.

L'infirmière l'écoutait sans l'interrompre une seule fois. Ils observaient les lits dans lesquels Zen et Kat étaient allongés, inconscients, couverts de bandages et entourés d'appareils médicaux.

- Mais il y autre chose qui me préoccupe davantage, c'est le fait que ces enfants aient été retrouvés au bord d'une rivière. Or, lorsqu'on la remonte pendant un bon moment, on arrive au village de Kyoukou, et d'après les journaux, il y a eut un énorme carnage qui a fait plus de deux milles victimes et on ne parle d'aucun survivant. Si ces enfants se sont enfuis du village, je n'ose pas imaginer ce qui doit se passer dans leurs esprits. Je pense qu'ils garderont des séquelles psychologiques à vie de ce drame.

Hitomi tojite mireba Kimi Nageku sekai
Namida koboreochi Sora e to kaeru


----------