Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Requiem pour l'avenir de Myschin



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Myschin - Voir le profil
» Créé le 16/10/2008 à 18:16
» Dernière mise à jour le 20/04/2011 à 14:06

» Mots-clés :   Aventure   Cross over   Science fiction

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Episode 38 : Tsuki wa Noboru, Watashi wa Utau (2/5)
Tsuki wa Noboru, Watanashi wa Utau / The Moon Rises, I Sing

"Nakanai Kimi to Nageki no Sekai - Soushunfu -" (You who Don't Cry and the World of Bewailing - Early Spring Ode -)

Musique d'accompagnement du chapitre : --> Ici <--

----------

Kanashimi no shirabe tazusaete Shiroki hikari
Sukuwarenu Sadame no michi dake Terashidasu


- Les enfants, ne rentrez pas trop tard hein.
- Oui maman, on ferra attention.
- Vous avez vos sacs de prêts ?

Zen et Kat vérifièrent une dernière fois le contenu de leurs sacs : nourriture pour le pique-nique, jeux de poches pour s'amuser, maillot de bain, lampe torche... Non, ils n'avaient rien oublié. Ils étaient parés pour cette journée. Comble de la chance, il faisait beau et pas un seul nuage ne se profilait à l'horizon.

- C'est partiii !

Les deux jeunes adolescents coururent en direction du village. Ils avaient rendez-vous sur la place centrale du village où ils avaient rencontré les autres la vieille. Kuruu et Mijinai étaient déjà sur les lieux.

- On est en retard ! s'exclama Kat.
- Mais non, le rassura le garçon aux cheveux blonds, vous êtes même très en avance.
- M'enfin, faut dire que les deux soeurs sont des adeptes de la grasse matinée et que Reina est très coquette.

La jeune fille aux cheveux orangés arriva un quart d'heure plus tard. Elle avait l'air d'être excellente humeur.

- Qu'est-ce qui t'arrives ? demanda Zen.
- Hihihi... J'ai trop hâte de câliner vos pokémons.

Les autres eurent un sourire gêné.

- Elle est toujours comme ça ? demanda discrètement Kat à Kuruu.
- Hélas oui...

Un autre quart d'heure passa.

- Bon, on va s'avancer... De toutes façons, elles savent où on se rend...
- Heu Kuruu, commença le garçon aux cheveux noirs coupés en bol, regarde là-bas.

Il pointait l'autre extrémité du village, un nuage de poussière se dirigeant dans leur direction.

- C'est quoi ça encore ? La météo est pourtant bonne...

Le nuage se rapprochait de plus en plus.

- Reviens ici soeur indigne ! Tu vas me le payer !
- Ahahah ! Attrape-moi si tu le peux !
- Je connais ces voix... commença Reina.
- Roooh, elles ne changeront jamais celles-là, continua Kuruu.

Zen et Kat eurent à peine le temps de voir deux filles courir vers eux qu'elles avaient poursuivies leur courses en direction de la rivière.

- Suivons-les, c'est par là...

Kizuita no Hora Anata no te ga
Fureru tabi Sou Kokoro yureteta
Hanashitai Koto Fuete yuku yo
Kono mama ja Tada tsumoru bakari de


Le petit groupe arriva au bord d'une rivière, sur une plage de gravier fin.

- Excuses-toi soeur indigne !
- Naaan ! Veut pas !
- Keckleon, chatouille-là !

Sakki, allongée ventre contre sol, se mit soudainement à rire aux éclats.

- AHAHAH ! Non pitié ! AHAHAH ! Ca suffit ! AHAHAH ! C'est déloyal ça ! AHAHAH !

Sasaki avait l'air furieuse et n'était pas très bien coiffée. Elle regardait sa soeur de haut.

- Mais qu'est-ce qui se passe ? demanda Zen.
- C'est le Keckleon de Sasaki, il est sans doute devenu invisible et a plaqué Sakki au sol, et maintenant, il la chatouille.
- Mais je ne vois même pas le motif en zigzag sur son ventre, dit Kat.
- C'est parce qu'elle l'a dressé de manière à ce qu'il se rende complètement invisible, même au niveau du zigzag...

Sakki n'en pouvait plus de rire, et en plus en étant immobilisée, cela ressemblait à une séance de torture. Finalement, cinq minutes plus tard, Sasaki ordonna à son pokémon de cesser de chatouiller sa soeur. Cette dernière était littéralement terrassée et n'en pouvait plus.

- Alors ? Ne me refais plus jamais ce coup-là, ou la prochaine fois, ce sera une heure de chatouilles !
- Oui grande soeur... murmura Sakki.

L'aînée des soeurs aux cheveux bleus remarqua alors que le reste du groupe les observaient d'un air terrifié.

- Ben quoi ? Je ne vais pas vous faire subir ma torture hilarante, rassurez-vous.
- Sasaki... Qu'est-ce que ta soeur à encore fait comme bêtise ? demanda Reina.
- Cette petite peste a remplacé mon shampooing par du dentifrice !

Le groupe resta interdit. Toute cette torture pour uniquement ça ? Qu'est-ce que ça devait être quand Sakki faisait une bêtise plus grave...

Wasurerarenai Sore ga kurushikute mo
Wasuretakunai "Semete" to negau


- L'eau est bonne ! Venez vous baigner ! s'écria Majinai.

Il était en train de faire le fou dans l'eau avec Reina et Sasaki. Kuruu ne tarda pas à aller les rejoindre. Zen et Kat s'étaient approchés de Sakki qui n'avait pas bougé depuis tout à l'heure.

- Hé ? Ca va ? T'es toujours vivante ?
- Ma soeur... Est une vraie furie...
- Peut-être que tu l'as cherché après tout...
- De quoi... Je me mêle ?
- Pardon, répondit Kat.

Aucun des trois n'avait vu Sasaki arriver avec un seau. Cette dernière déversa le contenu d'eau sur sa soeur, ce qui surpris Zen et Kat.

- GYAAAH ! C'est froid !
- On se remue un peu plus que ça soeurette ! Tu n'es pas venue pour roupiller par terre ! Bon, vous deux, venez vous baigner !

Sa voix était ferme, et aucun des deux adolescents ne voulait subir de chatouilles d'un Keckleon invisible.

- Désolés de te laisser seule...
- Vous en faites pas... J'ai l'habitude...

Le frère et la soeur s'éloignèrent chacun de leur côté avant de revenir quelques minutes plus tard vêtus de leurs maillots. Kat avait un air un peu dégoutté.

- Qu'est-ce qui t'arrives soeurette ?
- Rien, si ce n'est que je suis tombée sur un tas de détritus... Certaines personnes ne respectent pas la nature c'est incroyable.

Mais elle oublia bien vite ce qu'elle avait vu en s'amusant comme une folle en compagnie de son frère.

Mune o sasu kowareta shiawase Kitto modosenaide
Aenakute kuruisou da kedo Kono kimochi tsutaetakute...


Midi et donc l'heure de manger arrivèrent rapidement. Tout le monde était sorti de l'eau et avait sorti ses pokémons.

- Bon appétit tout le monde ! s'écria Kuruu.

Zen observait le Goupix qui mangeait aux côtés de Reina. Le pokémon renard avait un énorme noeud rose derrière les oreilles.

- Heu Reina... Ce ruban sur ton pokémon, il est très voyant...
- Mais ça rend ma Goupix si mignonne ! Anyaaa !

Et elle fit un énorme câlin à son pokémon qui se contenta de soupirer. Zen pensa qu'il devait avoir l'habitude alors...

- Et toi, tu ne mets pas un accessoire sur ton Mysdibule ?
- Non, même si c'est une fille, je trouve qu'elle est bien plus jolie sans accessoire.

Ladite pokémon rougit légèrement en entendant cette phrase, ce qui n'échappa à Reina qui voulut lui faire un gros câlin.

- Mysdiii ! Mysdibule !
- Elle est complètement paniquée, remarqua Kat.
- Faut la comprendre, répondit son frère, vu la manière dont Reina la câline.

En effet, la pokémon acier était à la limite de l'étouffement.

Me ga aeba Sugu Fuzakeatte
Gomakasu koto de Nigete shimau no


Tsuyoku narenai Anata soba ni iru to
Tsuyoku naritai "Semete" to negau


Lorsque vint la fin du repas, Reina avait eut le temps de câliner tous les pokémons présents au moins trois fois chacun. Zen et Kat étaient de plus en plus effrayés par les réactions de la fille aux cheveux orangés.

- Puisqu'on vous dit que c'est son caractère normal, répondit Kuruu avec un sourire.
- Comprenez-là, continua Majinai, depuis qu'elle est enfant, elle n'a pas trop eut l'occasion de s'approcher d'un pokémon. Sa mère avait divorcé d'avec son père pour suivre une carrière de coordinatrice, mais son père préférait rester à la campagne, loin de toutes les animations des villes, et il a gardé sa fille avec lui pour qu'il puisse s'en occuper. Elle a des dizaines de peluches chez elle.
- Hé bé, quelle histoire, dit Kat.

La plupart des dresseurs s'étaient allongés sur le gravier pour se reposer le temps de digérer.

- Dis-moi Kuruu, commença Zen, j'ai remarqué que tu es très gentil avec tout le monde...
- C'est parce que ma mère travaille au centre Pokémon du village. Elle a un Leuphorie et quelques Leveinard, je pense que tu comprends d'où vient ma générosité... Et toi ? J'ai remarqué que ta Mysdibule était vraiment proche de toi...
- Ah moi... Ca fait cinq ans que j'ai rencontré Mysdibule... Je m'en souviens très bien. On était allés faire du ski en montagne, mais je me suis perdu et j'ai rencontré ma pokémon alors qu'elle était perdue elle aussi. On a vite sympathisé et depuis, nous sommes inséparables.
- C'est agréable d'être autant attaché à son pokémon, avec Goinfrex et Baudrive, c'est aussi la super entente.

Une grosse heure s'écoula durant laquelle soit certains discutaient tranquillement entre eux, soit d'autres faisaient la sieste.

- Que diriez-vous d'une petite promenade au bord de la rivière ? demanda Sasaki.
- Non merci ! répondit sa soeur.

Sakki voulut se lever mais sa soeur la retint au sol.

- Je ne te forcerais pas à venir petite soeur...
- Ton bras et ton esprit pensent le contraire. Ne crois pas que j'allais rester ici pour faire un mauvais tour...
- Tu vas venir avec moiii, répondit-elle d'une voix terrifiante.
- Oui grande soeur, répondit Sakki d'une voix soumise en baissant la tête.

L'aînée se tourna vers les autres personnes et demanda d'une voix normale si d'autres personnes étaient intéressées.

- Je viens, répondit Reina.
- Heu, je vais rester ici avec ma soeur, dit Zen.
- Aucun problème, rétorqua Sasaki.

Les trois filles s'éloignèrent rapidement, mais les autres pouvaient entendre les gémissements de Sakki qui ne voulait vraiment pas y aller.

Wagamama de mo kawareru hazu Shinjite ita
Sunao na egao de aitai dake na no ni
Mune o sasu kowareta shiawase Kitto modosenai
Tatoe kono mi subete itsuwari de mo Kono kimochi tsutaetakute...


Futari Kokoro Idaku himei
Ima wa Hanare Namida to tomo ni...


- Viens voir frérot ! Le tas de détritus.

Le petit groupe se dirigea vers la forêt. Kat les mena rapidement devant un tas considérable de bouteilles, emballages, boîtes de conserves, journaux éparpillés...

- C'est du joli ! dit ironiquement Majinai.
- Ceux qui ont laissé ça ici n'ont pas de poubelles chez eux ou quoi ?
- Pas tant que ça... remarqua Kuruu, regardez.

Il se dirigea vers le tas de détritus et retira une pochette plastique contenant un CD-Rom. Le garçon aux cheveux blond examina avec attention sa trouvaille.

- Il est quasiment neuf. On dirait qu'il n'a pas servi. Je vais le prendre et je le testerais dans la soirée ou demain. S'il est compatible avec mon ordinateur, je le formaterais pour m'en servir.
- Il y en a d'autres, remarqua Majinai.

Tout le groupe se mit à fouiller avec plus ou moins d'attention le tas à la recherche d'objets éventuellement réutilisables. Zen tomba sur une pile de journaux usés, et un nom retint son attention, le nom du village.

- Un article sur le village ? demanda-t-il.

Il attrapa le journal et commença à le feuilleter.

- Alors frangin ? Les nouvelles sont bonnes ?

Mais il ne répondit pas. Kat observa le journal et vit qu'il datait de l'année dernière.

- Ah oui, c'est sûr que l'on n'apprendra rien, dit-elle avec un sourire, bon Zen, t'as fini ?

Mais toujours aucune réponse. Kuruu avait aussi remarqué que l'adolescent semblait se focaliser sur une page précise.

- Zen ?
- Frangin ? HE HO !

Il sursauta soudainement.

- Ben quoi ? demanda sa soeur.
- Kat... C'est effrayant... Ce que je viens de lire...

Il se tourna vers les deux autres.

- Vous saviez... Que dans votre village... Il y a eut des meurtres ?

Kogoeru kurai kirei na Shiroki hikari
Sukuwarenu Sadame no michi dake Terashidasu


Mou todokanai Omoi hakanaku
Higurashi no koe dake wa Ano koro to kawarazu Sora e