Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Smirnoff de Domino



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Domino - Voir le profil
» Créé le 06/08/2008 à 09:12
» Dernière mise à jour le 11/06/2009 à 06:10

» Mots-clés :   Humour   Johto   Romance

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
031 - Bienvenue à Doublonville
« Je t'aurais bien invité
A prendre le thé dehors
Je t'aurais bien invité
Dommage que tu sois mort »

Les portes de la faculté s'ouvrirent. L'homme marchait à pas normaux. Ca faisait bien un mois et demi que lui et les autres n'étaient pas retournés en classe. Normal, en même temps, vu ce qui s'est passé. Il se dirigea vers le couloir de l'administration et fut reçu par le proviseur Winchester. L'homme s'assit et regarda l'ancien bureau de Hadley, maintenant rempli d'affiches de films des années 50-60.
-Etienne Smirnoff…
-Ici et toujours sexy.
Etienne était affalé dans le bureau. Il avait l'air bien. Par contre la barbe avait quelque peu repoussé.
-Oui… Euh…
Il posa ses pieds sur le bureau de Linus qui les chassa à coups de main.
-Ne soyez pas ridicule voyons !
-Je le faisais tout le temps avec Hadley !
-Bah voyons et moi je me promène en tutu dans les couloirs !
-Seulement la nuit, d'après les caméras…
-Hmph… Monsieur Smirnoff… Comme prévu vous êtes là pour remplir vos fonctions de cette année. Nous sommes le 8 février 2009, jour de la rentrée officielle désigné par l'administration suite aux… Evènements auxquels vous avez été lié.
-Oui, un petit cambriolage de rien du tout, n'est-ce pas…
-J'y étais aussi, je vous signale !
-Avec une crise d'asthme, oui, on m'a dit ça… Terrible ! Alors que moi, pouf ! Trois balles ! C'est rien ! Des comme ça, vous vous en faites chaque matin, avant d'aller au taf.
-Mr Smirnoff… Soupira Linus.
-Je sais, je vous énerve. Enfin, en même temps vous êtes golfeur, non ? Les trous et les balles ça vous connaît !
-Je ne peux pas vous engager.
Etienne tomba des nues. Linus rangea ses papiers.
-Quoi ?! Je croyais que j'avais un poste réservé, moi !!
-En fait effectivement c'est ce qui était prévu au départ…
-Quel sale coup vous me faites, là ?!
-…Seulement nous sommes sous la surveillance très stricte des inspecteurs gouvernementaux. Si vous vous souvenez, la prise d'otages du 15 décembre 2008 marque également le moment ou la presse a été mise au courant pour la première fois d'une affaire touchant au milieu éducatif. Depuis, croyant que nous sommes des magouilleurs sans scrupules, les espions du KGB ou tout comme, sont à nos basques. Dans l'état actuel des choses, avoir un élément perturbateur tel que vous m'enquiquine sérieusement.
-Moi ? Un perturbateur ? Jamais !
-Qui a organisé une course de voitures dans les jardins de la faculté dans le cadre du programme « Profs contre Administration » ?!
-C'est vous qui m'aviez donné le feu vert… Je vous prenais au mot !
-Qui a emmené ses élèves voir un match de catch de Pokémon femelles clandestin ?
-Voir deux Lippoutou se battre c'est très sympa en groupe !
-Enfin, qui cache des revues DOUTEUSES dans son CASIER ?
-Ah ça c'est une blague de Kenneth, y'a que des catalogues de lingerie dans mon casier ! Pas de revues douteuses !
Linus grommela.
-Smirnoff, plus sérieusement vous êtes une calamité et en vous engageant, je perdrais tous mes crédits et ma crédibilité. Je suis profondément désolé pour vous.
-… Et qu'est-ce qui vous fait croire que je vais me laisser faire ?
-MISTIGRI III !
Le Chaglam sortit de son panier et aiguisa ses griffes. Smirnoff partit en courant.

-Et merde… Me v'la sans taf…
Il bouscula un blondinet qui transportait des cartons. Tout se renversa.
-Oups !
-Ouarg !
Etienne avait été cogné dans son épaule anciennement blessée. Le souvenir de la douleur lui revint. Il s'accroupit pour aider le type à ranger.
-Désolé, monsieur…
-C'est rien… J'vous ai pas fait mal ?
-Non… Pas consciemment, soupira Smirnoff
-Oh…
Les cartons rangés, Etienne se proposa d'en prendre.
-C'est gentil de m'aider.
-C'est normal. Vous êtes ?
L'homme tendit la main.
-Norbert Finsbury ! Le nouveau Doyen des professeurs !
Etienne la lui serra.
-Etienne Smirnoff, professeur de stratégie et de techniques de combat.
-Oh… Vous êtes le professeur que Mr Winchester a écarté de l'équipe professorale…
-Les nouvelles vont vite…
-Malheureusement, les motifs de Linus sont… Justifiés.
-C'est injuste, au contraire ! Je suis sur qu'il y a des professeurs encore plus fainéants que moi !
-J'ai revu vos dossiers, Mr Smirnoff, ça n'est pas très brillant, ni très sympathique… Le proviseur Hadley vous décrivait comme… Spécial.
-Oh ça va je sais que je suis exceptionnel, ne tournons pas autour du pot… Je vous ai aidé à ramasser vos papiers tout à l'heure, vous ne pourriez pas faire quelque chose pour moi ?
-….Non… Désolé, aussi sympathique que vous me paraissiez…
-Vous êtes trop cool vous aussi !
-…Oui, euh… Désolé, j'ai les mains liées.
-Mais… Je n'ai pas de travail, moi ! Je sors de convalescence, j'étais hospitalisé… Je comptais vraiment sur ce boulot !
Norbert parut sincèrement peiné.
-Désolé, Mr Smirnoff.
-Vous pouvez m'appeler Etienne.
Il entendit des talons. Il renifla.
-Je reconnaitrais ces talons aiguilles entre mille…
-Etienne ?!
Il sortit du bureau de Norbert, puis y fit reparaître sa tête.
-Au fait, sympa la médaille !
Norbert regarda la médaille placée sur la poitrine de son veston, et il hocha la tête, étonné.

-Madonna ! Madonna attendez, je veux un autographe !
La blonde se retourna et sourit.
-Etienne !
Il la serra dans ses bras.
-Comment ça va, Linda.
-Bien ! Et toi tu as l'air beaucoup mieux !
-Merci la soupe de l'hôpital… J'ai retrouvé mon appart tout joli, je devrais remercier Kenneth…
-Alors, prêt pour une nouvelle année ?
-Eh bien… Ce serait avec plaisir si j'étais engagé.
-Comment ça…
-Linus m'a... Licencié avec la méthode Mistigri.
-Les hommes qui possèdent des chats sont toujours louches mais lui il atteint des sommets…
-Désolé…
-Oh c'est pas grave.
Elle se dirigea vers le bureau de Linus et l'ouvrit en claquant la porte.
-WINCHESTER !
-MEOOOOOW !!!
Chaglam sortit du bureau et sauta par une lucarne vers les jardins de la fac.
-Féline, tigresse, panthère noire… Tout ce que j'aime… Marmonna Smirnoff.
-C'est scandaleux !! Après tout ce qu'il a subi, comment osez-vous…
-Je… La décision a été murement réfléchie…
Etienne entra dans le bureau.
-Désolé, elle ne peut pas s'en empêcher…
-Engagez-le tout de suite !
-Ou sinon quoi, Mademoiselle Trautmann ?
-Sinon je dis à Kenneth Heine que vous refusez de l'engager.
-…Et alors ? Vous croyez que parce que vous êtes amis je dois tous vous engager pour que ce soit la fête au village ?!
-Vous faites ça à cause des inspecteurs ?!
-Tout à fait ! Je ne peux pas me permettre d'avoir un boulet comme Mr Smirnoff. Il va mettre la faculté à sac !
Linda réfléchit.
-Si j'arrive à le convaincre d'être tranquille…
-Vous croyez réussir ?
-Hmm… Je sais ! C'est très simple !
Linus regarda Linda.
-Engagez Etienne. Je n'ai nulle part ou m'installer pour cette année ici, alors Etienne me prendra avec lui à son appartement !
Etienne écarquilla les yeux.
-Ce… C'est une plaisanterie, tu déconnes là, chaton… N'est-ce pas ? Y'a du mercure dans l'aération et ça la fait délirer c'est ça ?!
-Comme ça je vous garantis qu'il sera sous mon entière surveillance.
-Je peux pas t'accueillir chez moi, j'ai pas de place !
-Tu en feras !
-C'est un 40 mètres carrés, pas un duplex !
-20 pour toi, 20 pour moi !
Etienne ronchonna.
-Et les enfants, je les mets où ?
-Ils ont leur 5 centimètres carré à eux chacun, ça s'appelle une Pokéball.
-… Ah l'ogresse qui veut me prendre mes enfants…
-Dis-donc !
Linus soupira.
-A l'essai, je veux bien.
-YOUPI !
-Mais vous n'aurez pas le droit à l'erreur !! Compris ? Première embrouille et vous prendrez la porte !!
-Oui papa ! Cria Etienne.
-… Je sens déjà que vous dépassez les bornes des limites…
-Oh ça va, hein, Minus…
-PARDON ?
-Linus… C'est le mercure, il déforme ma voix… Touss, touss !
Linda remercia Linus puis sortit du bureau avec Etienne.
-Et voilà. Merci qui ?
-Merci, opportuniste squatteuse…
-Je n'osais pas te le demander en fait…
Etienne hocha la tête.
-Je… plaisantais. Tu es la bienvenue, évidemment.
Elle lui embrassa la joue.
-Tu es trop chou ! Je vais à l'intendance, à plus tard !
-Ouais…
Etienne retraversa le couloir et passa devant le bureau de Norbert. Il lui leva un pouce joyeux.
-A demain, doyen !
-…A demain…
Etienne se rendit dans son traditionnel amphithéâtre, la salle STR-001. Il retrouva ses tableaux, son bureau, les toilettes juste à côté, le lavabo, la salle arrière… bon, les pupitres des élèves, mais ça c'est tertiaire. Il s'aventura sur la scène qui faisait face aux pupitres et regarda comme si c'étaient ses élèves. Un sourire satisfait s'ouvrit sur son visage. Il était de retour.
-Doux amphi, comme tu m'as manqué…
Il se retourna vers son tableau et décida de s'asseoir sur son bon vieux fauteuil. Lorsqu'il fit ça, un élève leva la main.
-M'sieur ! M'sieur !
Smirnoff soupira.
-Elève Heine ! Vous êtes un vilain garnement. Ce sera la règle sur les fesses en guise de punition !
-Oh ça va…
Kenneth se leva du pupitre.
-Comment tu vas ?
-Mieux…
-Mieux, mieux ?
-Mieux, quoi… T'as combien de définitions de Mieux ?
Smirnoff soupira.
-C'est le fait d'avoir dû passer les fêtes avec ton père qui te rend comme ça ?!
-Oh quelle tuile ça a été… Mon pauvre papa… Et ma pauvre maman…
-Ouais… Et les pauvres prisonniers de la prison centrale du comté de Hoenn… Famine d'ici quatre semaines à cause de Gargamelle la terrible…
Kenneth soupira.
-Je suis désolé… Si j'avais su qu'elle avait financé ces types…
-Je ne veux pas en parler. Je n'ai ni plus ni moins de rancœur envers ta mère qu'avant. Tu n'as aucune culpabilité à avoir.
Kenneth hocha la tête. Etienne reprit :
-Linda va habiter chez moi.
-Oh… Je peux commencer à lancer les paris pour savoir si vous allez…
-Bien sur, mais c'est pas dit que tu sortes de cette pièce avec tes deux jambes entières.
-Ha-ha, ha-ha, ha-ha ! Super drôle, Smirnoff… Quel blagueur… Tu es sur que tout va bien ?
-Ouiiiii pourquoi tu t'inquiètes comme ça ?
-Parce qu'il y a 45 jours tu t'es pris 3 balles !
-Kenneth Heine je vous fais Expert Comptable !
-Et quelqu'un est mort sous tes yeux. Ca laisse des traces, ça aussi.
Kenneth sortit de la salle. Etienne semblait moins heureux d'un coup.

Linus arriva devant le bureau de Norbert.
-Mr Finsbury… Tout va bien ?
-Oh oui, oui oui…
-J'aimerais…
Linus ferma la porte.
-J'aimerais vous mettre en garde. Très sérieusement.
Linus aperçut l'Hippopotas qui dormait tranquillement dans un panier.
-Que se passe t-il, Mr Winchester ?
-J'ai… Commis l'erreur d'engager un… membre de la faction rouge de la profession.
-Pardon ?!
-Oui, en réalité j'ai… décidé de laisser une chance à un… Animal de la profession.
-Vous me faites peur là…
-J'ai engagé Etienne Smirnoff.
Norbert inspira de soulagement.
-Par le saint Groudon j'ai cru que… Vous aviez engagé un Skinhead !!!
-Oh vous savez, entre lui et les Skinheads…
-Linus, Linus, Linus ! Vous êtes trop méfiant… Vous n'avez pas mené d'enquête sur moi j'espère ?!
-Mais non, Norbert ! Vous êtes un homme de bonne foi ! Je sais que vous ne cachez rien de profane !
Norbert hocha la tête en souriant.
-Oh, j'oubliais… Dans le comité administratif, méfiez-vous de Kenneth Heine. Je le soupçonne de trafiquer du haschisch.
Linus repartit vers son bureau. Norbert soupira et eut soudain une mine inquiète voire embêtée.

-Il arrive quand ?
-Tain, je savais que ce serait galère cette année…
-C'est un cours de quoi déjà ?
-Eh Betty !! T'as mon Rimmel ?
-Nan !
-Hey, passe-moi la balle !
Smirnoff sortit de la salle annexe dans un assourdissant silence. Il regarda ses élèves. La salle était presque remplie.
-Waouh… Bonjour à tous… Bienvenue à la Faculté de Doublonville. Je suis Etienne Smirnoff, mais vous pouvez m'appeler Monsieur tout court. Je vous « Remercie », enfin, « remercier »… Peuh ! Je vous remercie d'avoir choisi l'option stratégie cette année, par choix…
Il regarda et vit quelques têtes se hocher.
-Par curiosité…
Quelques têtes s'agitèrent aussi.
-Par abus de substances hallucinogènes…
Etienne regarda mais aucun élève ne hocha la tête ou ne fit signe. Etienne sortit son nouveau dictaphone argenté tout neuf.
-Mémo personnel Classe Supérieure A, Page 1 : Aucun ne se drogue pour le moment.
Il éteignit le dictaphone devant les élèves surpris.
-Je fais ça très souvent, ça ne sert à rien et c'est parfois amusant. Des fois ça veut dire que vous me saoulez, donc il faut écouter. Je tiens à signaler que ce cours n'est pas une blague, cependant. Je suis un enseignant sérieux, admiré par ses pairs, compétent et respecté.
Il regarda les élèves et hocha la tête pour ressortir son dictaphone.
-Page 2 – Aucun n'a entendu parler de moi, cette année va être super…
Il le rangea.
-Bref le cours de stratégie n'est pas un jeu, n'est pas un moyen de ronfler n'est-ce pas l'idiote à lunettes au 14e rang à DROITE…
La jeune femme se releva rapidement.
-Euh…
-Vous faites quoi, là ?
-Je note ce que vous dites…
-Oh… Excellent !
Les autres sortent de quoi prendre des notes.
-Je continue donc…
-Attendez !
-Attendez !
-Attendez !!
Smirnoff soupira.
-Très bien je reprends… En tant qu'Elève je suis un mouton stupide et tout ce que dit mon prof je le fais. D'ailleurs je fais pipi au lit. Vous suivez ?
Les élèves regardèrent leur prof, médusé.
-Bande d'abrutis, noter quoi ?! Je présente mon cours ! Y'a eu une épidémie de vache folle ou quoi ?!
Il ressortit son dictaphone.
-Page 3 : A force d'allumer et d'éteindre mon joujou, je vais avoir des biceps d'acier et surement bousiller l'engin…
Il rangea l'appareil.
-Tout de go je continue : Ca n'est pas non plus un aliment comestible, une balle de tennis funky, et surtout, surtout : La stratégie n'est pas une position référencée au Kâma-Sûtra…
La fille qui prenait des notes rangea ses affaires et sortit par la porte du haut.
-Je la comprends, une désillusion pareille…
Certains élèves sourirent.
-Nous continuons…
On entra par la porte basse. Le proviseur Winchester. Etienne fit signe aux élèves de se lever.
-Merci…
-C'est pas vous, c'est moi… Je les mène à la baguette, pour ne pas ajouter de « R » superflu.
Linus regarda Smirnoff, l'œil méfiant.
-Vous êtes venu pour mater mon super manteau pur cuir ?
-Je m'occuperais de votre tenue peu règlementaire plus tard…
-Et vous vous occuperez de la réception du câble dans mon annexe.
Linus se retourna vers Smirnoff, outré.
-J'ai besoin de la chaîne documentaire, ils diffusent de nouvelles données stratégiques.
-Hm… Jeunes gens. Lundi et mardi de la semaine prochaine vous n'aurez pas cours.
-OUAIS !
-SUPER !
-…Vu que les professeurs du groupe pédagogique vont devoir commencer la sélection des assistants qui les accompagneront….
-Ca tombe bien j'en ai pas besoin !
Linus soupira.
-L'année dernière vous faisiez comme vous vouliez, cette année c'est moi qui dirige !
-Ja, mein Führer…
-Pardon ?!
-Oui Capitaine !
-Je préfère… Presque. Ensuite…
La fille aux notes entra de nouveau. Smirnoff la regarda, étonné.
-Vous étiez où ?
Linus grogna.
-Mr Smirnoff !
-Bah… Aux toilettes !
-Interdit dans mon cours ! Vous ne sortez pas pour aller aux toilettes, c'est quoi ce bazar ?
-Je savais pas si je pouvais aller à celles en bas…
-C'est les miennes, la lunette des toilettes a été arrachée exprès pour mon confort personnel, la cuvette est recouverte du virus de la peste noire et la chasse d'eau joue la musique d'une pub pour les croquettes préférées de mon Capidextre !
Linus soupira.
-Ne l'écoutez pas mademoiselle, Mr Smirnoff est fou à lier… Je tiens aussi à signaler que les inscriptions pour le self se font chez Mr Banks à l'intendance dans l'aile A…
Les élèves regardaient tous Smirnoff aller aux toilettes pendant que Linus parlait.
-Evidemment, vous devez présenter votre emploi du temps définitif d'ici au moins deux semaines au secréterait à Mlle Mochard qui se fera un plaisir de me les porter. A ce terme votre emploi du temps sera définitif et tout changement relèvera de la directrice, Mademoiselle Brooks…
« I WANT TO TAKE YOU TO… MONKEY TOWN !
WANT TO TAKE YOU TO… MONKEY TOWN !!
Tu-tu-tutu, tu, tututututu !
Monkey Town, et votre Pokémon singe aura la banane ! »

Etienne sortit des toilettes en remettant sa ceinture et sa braguette. Il regarda Linus qui était tout bonnement médusé.
-J'vous avais prévenu ! C'est très, très chiant quand quelqu'un va aux toilettes pendant que vous parlez !
Linus atteignit ses limites. Il s'assit à un pupitre libre devant Etienne, intrigué.
-Allez-y, Smirnoff. Je vous écoute. Donnez votre cours, et je vais voir si je n'ai aucune raison de me méfier de vos manières étranges, parce que là franchement si vous vouliez me tranquilliser pour la suite, c'est Raté !!
Etienne regarda Linus avec une colère très sérieuse dans les yeux.
-Bien. Vous avez raison, donnons à mes élèves un aperçu de ce que sera le cours de stratégie. Une fois que votre emploi du temps se sera décidé, je diviserais mon cours en 3 parties distinctes : Théorie, c'est-à-dire du cours. Pratique, ou je mettrais éventuellement en scène des stratégies et enfin Cas Stratégique. Sur ce dernier point j'aime motiver mes première-années avec un cas bien choisi, pas piqué des oliviers et qui les impressionne bien. Monsieur Winchester, n'hésitez pas à poser des questions.
-J'y compte bien !
-Ok, let's go…
Etienne prit sa chaise et s'assit face aux élèves et au proviseur.
-Notre cas… Est le cas de Mr Stéphane.
Les élèves écoutaient.
-Mr Stéphane est un homme plutôt gentil et talentueux. Il a un ennemi : Mr Sheldon.
Linus pencha la tête, intrigué.
-L'ennui c'est que Mr Sheldon est selon Mr Stéphane, un abruti moche et stupide qui boit trop.
-C'est un vrai cas de stratégie ?! S'étonna Linus.
-Oui oui oui… Mr Stéphane détestait Mr Sheldon qu'il prenait pour un kéké saoulard. La haine entre eux n'a jamais cessé et s'est toujours intensifiée. Surtout que Mr Stéphane avait des amis, alors que Mr Sheldon n'avait qu'une ex-femme détraquée obsédée par l'argent. Mr Stéphane avait une belle carrière alors que Mr Sheldon se trainait pour réussir. Et puis un jour…
Les élèves étaient intéressés par le cas.
-Un jour, Mr Stéphane se retrouva pris dans une sale histoire. Il eut un problème dans sa carrière. Mr Sheldon s'inquiétait pour Mr Stéphane mais, Mr Stéphane, trop fier, refusait de se laisser prendre en pitié. Il se méfiait de Mr Sheldon.
Linus pouffa de rire.
-Je vois, si la leçon m'est destinée, Mr Smirnoff, elle n'est pas drôle…
-La méfiance dura dix longues années. Et puis un jour, un jour noir, marqué du sceau de l'infamie… Mr Stéphane se retrouva dans une prise d'otages.
Linus tressaillit.
-Il était menacé par un malade, un vrai. Un type qui lui en voulait à mort parce que Mr Stéphane avait par inadvertance, mis en péril la vie de ce malade. Et Mr Sheldon avait réussi à s'introduire dans la prise d'otage pour sauver Mr Stéphane et la princesse du palais des courants d'air, de leur agresseur armé. Mr Sheldon avait deviné que le malade était la cause du problème de carrière de Mr Stéphane. Mr Stéphane s'était tellement méfié de Mr Sheldon qu'il n'avait jamais cherché à comprendre cet homme, ni même à le voir comme un éventuel ami… Car après que Mr Sheldon ait fait face au preneur d'otages, le malade le tua d'un tir sec et froid, en plein cœur. La morale de ce cas c'est que la méfiance aveugle votre jugement et peut vous mener sur des pistes terriblement fausses.
Linus se leva, la mine grave, et il sortit. Smirnoff se précipita à sa suite.
-Résumez le cas, on en reparle tout à l'heure.

Etienne sortit et aperçut Linus qui se lavait le visage à une fontaine. Il sortit son inhalateur et prit deux bouffées.
-Je suis désolé, exprima Smirnoff.
-Vous n'avez pas… J'ai été… Stupide. C'est à moi de…
-Linus… Vous avez le droit d'éprouver de la suspicion à l'égard des gens, ça n'est pas interdit, mais je vous promets que je vais faire du bon travail. J'aime mon boulot. Vous comprenez ? Même si pour l'instant ces élèves sont pour moi un ramassis d'abrutis, je compte en faire une tripotée de bons gamins. J'ai réussi à remonter le niveau de l'établissement dans ma matière, il y a deux ans !
-Je sais, ça…
-Et je vous promets de ne pas… Faire péter de bouteilles d'eau… De les emmener au pire voir une comédie musicale et d'y aller mollo sur les magazines.
Linus hocha la tête.
-Je vous réengage sans conditions aucune. Même poste, même avantages… Et pour les assistants c'est comme vous voulez.
-J'en prendrais deux, vous en faites pas. Je plaisante souvent. Ca m'amuse… Parce que ma vie est triste.
Linus hocha la tête.
-A plus tard, Mr Winchester.
-Bonne fin de journée, Smirnoff.

Etienne alla taper à la porte du bureau de Kenneth. Personne.
-Hon…
Il alla voir au bureau de Miranda. Non plus.
-Rhôoo…
Linda était en cours. Etienne avait un trou, temporel et affectif. Il soupira et se rendit vers le couloir administratif.

TOC TOC TOC
-Entrez…
Etienne entra dans le bureau de Norbert.
-Oh… Mr Smirnoff !
-Salut… Je peux entrer ?
-Maintenant que j'ai eu confirmation que vous étiez bien employé ici… Justement je comptais sortir pour promener Floper.
-Floper ?!
-Mon Hippopotas.
-C'est mignon ça, Floper…
L'Hippopotas mâle vint près de son maître qui lui mit sa laisse. Le collier comportait un nœud papillon bleu, ce qui intrigua Etienne.
-C'est mignon ça aussi…
Norbert regarda le collier.
-Oh… Oui… Euh…
-Vous les achetez où ?
-… Vous enquêtez sur moi ?!
-Non je voudrais le même pour mon Capidextre… C'est sympa…
-Oh, je les commande…
-Sur quel site ?
-J'ai un ami qui me les fait à bas prix, si vous voulez je vous en demande un !
Etienne regarda Norbert qui était visiblement stressé. Prenant le Pokémon par une laisse, le doyen sortit.
-Vous venez ?

Une fois dans les jardins, Norbert regarda Etienne, éberlué.
-Et vous avez survécu à ça…
-Ouais… Trois balles. Mais la souffrance d'avoir perdu Sherman et certains objets précieux allait bien au-delà.
-Ca a du être tellement difficile…
-M'en parlez pas… Je suis désolé de vous dire tout ça…
-Ce genre de chose, il faut que ça sorte… J'imagine que je ne suis pas le premier à qui vous racontez ça…
-Je l'ai raconté sous camouflage à ma classe de ce matin.
-Ah…
-Et Linus était là.
Norbert hocha la tête.
-Vous êtes mal, c'est ça…
-Terriblement… je me sens coupable, c'est de ma faute tout ça.
-Mais non… c'est ce type qui s'est attiré les problèmes tout seul. Par ambition il vous a fait du mal. Puis vous lui en avez fait, et sa réponse a été… Très forte. C'est tout. Vous n'avez pas à vous punir.
-Tous mes amis auraient pu mourir…
-Il y a eu des pertes, c'est certain, mais au final vous en sortirez. La vie continue, elle continue toujours…
-Oui c'est un truc que j'ai remarqué à force de m'endormir en pensant que le lendemain il n'y aurait rien… On s'assied ?
-Oui bien sur.
Etienne regarda tristement le sol.
-Je comprends même pas pourquoi je vous parle aussi franchement, on se connaît depuis ce matin…
-Vous avez besoin d'une écoute franche. Et quelque chose me dit que vous avez appris à avoir besoin de ce genre de chose dans la douleur.
Etienne baissa la tête, peiné. Norbert lui passa une main amicale dans le dos.
-Désolé pour vous…
-Merci, Norbert… Je sens que ça va aller… Grâce à vous.
-Un peu de courage. Vous êtes un type bien. Je l'ai vu tout de suite.
-Vous devriez prêter vos yeux à Linus de temps en temps.
Ils ricanèrent.
-Vous savez ce que vous devriez faire ?
-Non, quoi ?
-Trouvez-vous un hobby ! Une marotte, un truc qui vous plaise et que vous aimez faire souvent !
-… C'est pas idiot…
-En plus vous sentirez que vous passez votre temps libre de meilleure façon.
Etienne hocha la tête.

Etienne et Linda rentrèrent ensemble avec les valises de cette dernière, portées par les Pokémon d'Etienne.
-Ca a été, ta journée ?
-Très bien chérie, et toi ?
Linda regarda Etienne, surprise.
-Chérie ?!
-Tant qu'à entrer dans la routine pompeuse autant y aller à fond.
-Toi, tu as passé une mauvaise journée…
-Mais non…
Elle le regarda, inquiète. Il vit bien son regard.
-C'était compliqué avec Linus, tout ça… Sentiments contradictoires…
- Les 1ère année sont plutôt sympas…
-Une des élèves a vomi et un autre a lancé une boulette de papier sur un autre type… Et aucun d'entre eux ne connaît le double-type d'Aquali…
-Aquali n'a qu'un seul type, Etienne…
-Encore faut-il savoir dire « Mais m'sieur, Aquali n'a qu'un seul type ! » au lieu de demander « Sous-jacent ou apparent ? »
Smirnoff entra dans l'appartement, suivi par Linda. Il se posa sur son canapé, l'air malheureux. Linda le regarda, triste, elle aussi.
-Je n'ose même plus te demander si…
Etienne la regarda. Elle avait l'air si malheureuse, maintenant. Et lui aussi.
-…Bienvenue à Doublonville, marmonna t-il tristement.
Elle vint s'asseoir à côté de lui et se serra contre lui, espérant trouver un peu de sérénité, tout en lui en conférant un peu.
Etrangement, cela marcha.