Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Cité Universitaire
de Ramius

                   


[balises ratées|visible][<<][/balises ratées] Bienvenue dans la Cité Universitaire de Cromlac’h, le plus grand rassemblement interpluridisciplinaire du monde ! (D’après le discours inaugural de notre fondateur.)

En effet, vous trouverez ici tout ce qui peut s’enseigner. Nous avons une Faculté de Lettres, une École de Sciences, un Bar Philosophique et même un Parc Artistique ! Ainsi, en vous promenant, vous pourrez croiser des écrivains assez enthousiastes pour parler de leurs projets, des spécialistes capables de vous expliquer tout et surtout n’importe quoi, et parfois même des représentants du Temple du Mauvais Goût ! (N’hésitez pas à visiter notre Galerie pour constater que nous acceptons vraiment n’importe qui en parcours Arts. Vous serez déçu.std2a mais c'est pas grave.) En plus on a fait le ménage ! Regardez, tous les... eh bien tous les trucs variés sont regroupés par catégories ! Voici d'ailleurs un plan du campus.

Et surtout, vous croiserez parfois notre Président-Directeur-Fondateur-Maître de recherches et de conférences-Général-Promoteur-Beau Parleur, Ramius le Mégalomane ! Faîtes attention par contre, il lui arrive de parler de la Mathématique. Et si vous êtes fou.olle.série_S, son bureau est par là. Et si vous voulez le suivre à la trace, vous trouverez par ici un tableau de bord qui recense les endroits où il a été. Il le nettoie assez souvent, donc normalement, il n'y a pas deux fois le même. »

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Plan du campus
Vous êtes ici.
Et en passant, pensez à rejoindre l'Honorable Bureau des Blogs Rangés. Une courte description, et en en-tête un article qui recense tous les articles.
Un article pour les recenser tous.
Un article pour les lier tous.
Un unique article de Pouvoir.

Donc ici, c'est un article d'inspiration légèrement égocentrique, parce qu'il va servir de plan/sommaire à mon blog. C'est parti !


Zone des Amphis

Ici, on est plutôt sérieux. On adapte la science à Pokémon, et c'est un excellent prétexte pour caser mes blagues de science.
Cours de Géologie assuré par le professeur Audrey Hêtre
Cours de Météorologie assuré par le professeur Jules Cèdre
Cours de Physique assuré avec la participation du Bureau du Crime

Bibliothèque Universitaire

Vous êtes priés de FAIRE DU BRUIT ! En effet, les auteurs adorent qu’on commente leurs créations, ils sont juste accros à ça !
Nous tenons en priorité à vous recommander cette fiche technique, qui traite du sujet le plus utile ici. (Ladite fiche ne nous appartient en aucune façon.)
Archives
Publicité pour nos propres produits !

Potager

En vertu de la rumeur selon laquelle le jardinier est un prof de physique à la retraite qui étudie la théorie du chaos, vous pouvez y trouver à peu près n'importe quoi.
Sondage tout sauf innocent et désintéressé, sur la mise en pages et les paragraphes
Allitération qui a failli se retrouver dans la catégorie teasers
— Une Courgette sauvage apparaît ! Elle vous vole l'heure.
I'm a Champion !

Local à Poubelles

Où vous retrouverez le fameux Dictionnaire d'Un Seul Mot. (Un mot pour les définir tous. Un mot pour les lier tous. Un unique mot trop traduit.)
Mülldeponie
Rigatierre
Junkyard
Zikintegia
Lastezerezh

Toilettes

Parce que même ça, on le référence.
Gros tas de trucs divers
Version historique du gros tas, peut-être une nouvelle formule
Je crois pas que cet article mérite d'être ici mais c'est une version des deux précédents alors...
Ceci n'est pas une blague de sciences
Ne me passez pas la salière
Un troll de shiny hunting qui a lamentablement foiré

Bruits de couloirs

Chez nous, les rumeurs ont l'avantage d'être officielles ! Elles ont même une salle de cinéma spécialement dévolue aux teasers... mais chut, elle n'est pas encore terminée.
Théorie du complot : Moby Dick serait un cachalot
Rumeur : Ramius aurait eu un projet en cours, qu'il appelait Calydhiès
Annonce officiellement inutile : j'ai enfin trouvé le titre de ce truc
Spoiler ne spoilant que dalle : la couleur d'arrière-plan de Pokébip est le blanc
Article ajouté le Mercredi 06 Novembre 2019 à 18h28 |
0 commentaire
Cours de Géologie
Chut, ne troublons pas le cours !
J'ai en ce moment deux articles pourris (c'est à dire, à moitié hors contextes) sur ce blog, et vous avez échappé à un troisième (un essai de critique constructive sur la politique actuelle de Game Freak qui a viré au point Godwin). Alors qu'à la base, j'avais pensé ce blog plutôt comme cet article-ci ! Des théories (et encore, pas toujours) sur l'univers Pokémon présentées sous forme de cours d'université. D'où le nom du blog.
Alors voilà, j'ai été tellement énervé par ce troisième article (inutile de me le demander, vous ne l'aurez pas) que je rage-post deux articles en moins d'une semaine. Laissons maintenant la parole au Professeur Audrey Hêtre.

[…] Une fois posés ces bases concernant la composition des plaques lithosphériques, nous allons maintenant revenir à la vie géologique de la Terre. Vous savez sans doute tous que le problème du moteur de la dérive des continents, soulevé par les opposants de Wegener, a été résolu en 1923, avec l’observation par K. Von der Grunde, un ami de Wegener, d’un Pokémon se reliant par de cordes aux surfaces terrestres et tirant dessus ; Pokémon qu’il a appelé Regigigas. Ce dont je vais vraiment vous parler, dans ce cours, c’est du comportement des Pokémon influents sur la géologie, et en particulier les Heatran et Volcanion. Je rappelle que les Heatran s‘assemblent en clans et les Volcanion en familles.

Ces deux espèces, classée pseudo-fabuleux depuis qu’il a été montré qu’ils sont en mesure de se reproduire, et qu’il en existe une population stable, sont responsables de la majorité des phénomènes géologiques observés à ce jour. On sait ainsi que les volcans naissent lorsqu’une famille de Volcanion s’établit à un endroit. Pour creuser une tanière, ils commencent par imbiber d’eau chaude la roche environnante, avant de la porter à haute température, générant une bulle de magma. Ensuite, ils établissent leurs nids tout autour, afin de bénéficier de ce magma qui, je vous le rappelle, est indispensable à leur métabolisme.

Pour en entretenir la qualité, ils vont donc en permanence en reconstituer à partir des roches du bas de la bulle, tout en évacuant le vieux magma par un conduit en hauteur. Ces remontées de magma ont tendance à former des éminences, par accumulation, et à jaillir par intermittence. C’est ce qu’on appelle un volcan, mot qui donné Volcanion lorsqu’on a commencé à en rencontrer uniquement dans ces structures géologiques. L’écosystème naturel des volcans, à ce stade, se compose surtout d’espèces appréciant les hautes températures, comme Typhlosion, Camérupt, Pyroli, etc…

Une famille qui grandit suffisamment verra ses descendants émigrer par les courants magmatiques souterrains afin d’aller fonder une autre famille – un peu comme le font les Lougaroc. Ils reviennent parfois s’établir dans la bulle familiale, restent parfois dans celle de leur partenaire, ou, pour les plus ambitieux, fondent une nouvelle bulle. Toujours est-il qu’ainsi, la population des bulles reste relativement stable.

Avec l’âge, une bulle s’enfonce dans le sol, puisqu’elle liquéfie les roches en dessous d’elle et n’entretient pas celles en dessus. Cela se traduit par deux phénomènes. Tout d’abord, les vieux volcans ont tendance à entrer en éruption moins souvent et moins violemment, ce qui fait évoluer leur écosystème vers un panel plus large d’espèces : sur la Montagne Noire, un très vieux volcan de la région de Sindron qui doit son nom à sa couleur, provenant de ses roches basaltiques lesquelles… Bref, je ne vais pas vous refaire le cours de tout à l'heure.

On y a recensé, là encore, des spécimens de Typhlosion, Camérupt et Pyroli dans les parties profondes, et, plus proches de la surface, dans les grottes creusées par le magma et encore réchauffées par lui, des Pokémon tels que Rhinastoc, Maganon, Simiabraz, Grolem, Minotaupe, Gigalithe ; et à la surface, des Dracaufeu habitant près des dernières sources occasionnelle de lave, quelques Pyrax, des Absol… et des espèces appréciant les basses températures disponibles à une telle altitude, et n’étant plus gênées par les écoulements occasionnels de lave : Blizzaroi, Polagriffe, Dimoret, Givrali, Mammochon… Toute une biodiversité qui bénéficie des différents rythmes de fonctionnement du volcan.

Le deuxième phénomène constaté se produit lorsqu’une bulle arrive au niveau de l’asthénosphère, domaine des Heatrans : en réponse à l’hostilité nouvelle du territoire, les Volcanion reconfigurent leur bulle, formant une couche de roches froides autour et s’approvisionnant en roches à fondre par le dessus (ce qui provoque l’arrêt total de l’activité du volcan, qui devient une simple montagne). Le maintien de cette structure, ainsi que sa protection contre des raids de clans de Heatran nécessite une vigilance constante, et une bulle n’y résiste pas souvent : ses occupants finissent par la déserter.

Il existe cependant des exceptions. Certaines bulles étaient si étendues et si habitées à leur arrivée dans l’asthénosphère que leur survie ne posait pas de problème. On constate alors que les Heatran remodèlent les courants de magma tout autour pour les empêcher de s’enfoncer plus, et les déplacent vers les territoires d’autres clans. C’est ce qui provoque le phénomène des points chauds, ces alignements d’îles d’origine volcanique en mer. On en trouve aussi sur terre, mais ils sont beaucoup moins visibles. Je vous en explique le principe.

Pour empêcher une bulle de sombrer, les Heatran mettent en place un système de courants de magma ascendants en dessous d’elle. Cela permet aux Volcanion d’avoir à portée de main une importante source de magma (en contrepartie de la possibilité pour des Heatran de les attaquer en passant par cette source), et tend à accélérer leurs rejets vers le haut. Un volcan se forme donc plus rapidement au-dessus de la bulle. Mais celle-ci est désormais en mouvement horizontal et non plus vertical : elle produit donc des volcans de tailles comparables, à intervalles réguliers, qui s’éteignent très vite (géologiquement parlant, évidemment). C’est un tel point chaud qui a formé l’archipel d’Alola.

Parlons maintenant des Heatran. Vous l’aurez compris, ils ne peuvent pas sentir les Volcanion. Un clan de Heatran s’assemble autour d’un couple dominant. Ce dernier fédère d’autres couples, et peut s’en faire obéir. Le couple dominant peut tout à fait changer, à la suite d’un défi par exemple. Un couple ne peut se former qu’au sein d’un même clan (et on n’a jamais constaté de séparation entre membres du couple), mais peut en partir et aller voir ailleurs si les dominants ne sont pas appréciés. Les clans établissent leurs territoires sur les courants telluriques de l’asthénosphère. Pour vous donner un ordre de grandeur, une la taille moyenne de ces territoires a une aire en surface grande comme une Région.

À la différence des Volcanion qui filtrent le magma, les Heatran se nourrissent exclusivement de chaleur ; les clans s’affrontent donc en permanence pour le contrôle des endroits les plus chauds, les plus puissants se situant à l’aplomb des dorsales océaniques où du magma brûlant remonte du Noyau. Cela explique l’inimitié entre les Heatran et les Volcanion : les bulles des Volcanion refroidissent l’asthénosphère, et menacent donc la survie des clans ; tandis que le cycle vital des Heatran tend à amoindrir la qualité nutritive du magma pour les Volcanion.

Enfin, dans le Noyau réside le Pokémon légendaire Groudon, qui se déplace sans cesse pour des raisons qui nous sont inconnues et qui réchauffe le magma autour de lui. Une question ?

— Oui Madame, c’est par rapport au cours de Théologie. D’après le professeur Tilleul, Groudon ne cesse de créer des planètes ; pourquoi resterait-il alors dans la nôtre ?

— Ne confondons pas Groudon et Groudon. Plus précisément, le Pokémon légendaire qui vit au cœur de notre planète, possédant le même quotient intellectuel qu’un Camérupt (d’après ce qui s’est passé à Hoenn il y a quelques temps), et le Dieu créateur de mondes, assez intelligent pour avoir un libre arbitre, et surtout, si puissant que s’il résidait en entier dans notre planète, il la détruirait à coup sûr.

— Je vous demande pardon ?

— À vrai dire, à moi aussi cela me semble étrange. D’après mon collègue, il semblerait que les Dieux soient constitués d’une immense quantité de fractions, des éléments parfois séparés par des distances folles et dont le tout forme une seule entité. Ainsi y aurait-il un fragment de Groudon dans chaque planète… Est-ce tout ? Alors j’en ai fini pour aujourd’hui. Bonne journée ! »
Article ajouté le Jeudi 13 Juin 2019 à 09h45 |
6 commentaires
Cours de Météorologie
Trop de shitpost sur ce blog.
Pour ce qui est des prochains articles intéressants, je vous prépare un plan du blog, un cours très travaillé et une blague.


J’espère que vous avez révisé vos maths, parce qu’on va en avoir besoin !

Le Professeur Cèdre savait refroidir l’atmosphère. Au fil des années à l’Université, il avait réussi à se forger une réputation inégalable de vieux sadique. Mais en l’occurrence, les élèves de Météorologie pouvaient s’estimer heureux, cette science étant réputée pour son usage immodéré des probabilités. Ils étaient en quelque sorte au courant des matières à maîtriser et avaient donc de bonnes chances de survivre à ce premier cours.

Il était vrai aussi qu’un jour, le Professeur Cèdre avait réussi à caser triptyque évolutif neutre à probabilité aléatoire par facteur double complet/pseudo-excessionnel dans un cours sur la topographie. Ainsi que joint de culasse , mais celui-là était compréhensible.

Comme vous le savez tous, la météorologie est une science aisément perturbée. Il est tout à fait possible de prévoir le temps sur plusieurs semaines, mais plus on prévoit loin, plus la précision est faible. Ceci dit… il vaudrait peut-être mieux éclaircir mon propos. Ça fera pas de mal, il fait moche dehors.

Silence consterné dans l’amphi.

Et tout d’abord, je vais vous expliquer le fonctionnement de l’échelle de Baran ! Vous en avez tous entendu parler, les présentateurs de la météo adorent la citer à la TV. C’est avec cette échelle que l’on mesure le coefficient d’ensoleillement d’une journée sur une Région. En gros, elle dit s’il fait beau ou pas. Prenons l’exemple suivant. Ce matin, à la radio, ils annonçaient : Les chances sont de 95% d’avoir un temps beau et dégagé sur le Nord de la région, un peu plus couvert au Sud, avec un écart possible de 7,5% sur l’échelle de Baran autour de 68% au Nord et 45% au Sud. C’est-à-dire qu’on est visiblement au Sud, hein ?

Je reviendrai après sur ce concept de chances, c’est l’échelle qui m’intéresse – et puis il vaut mieux commencer en douceur, non ? Les choses ne se corseront que tout à l’heure, comme dirait la mère de Napoléon. L’échelle de Baran, donc. Sur cette échelle, plus on est proche de 100% et plus le temps est ensoleillé. Cependant, seule l’attaque Zénith peut provoquer un réel 100%. A l’inverse, donc, plus on s’approche de 0% et plus le temps est à l’orage. Et quand je dis orage… Vous avez déjà été pris dans la zone d’effet d’une Danse-Pluie ? Si oui, sachez que c’est à partir de ça qu’on a élaboré le 0 de l’échelle. Si ça ne vous est jamais arrivé, imaginez un orage qui déverse des précipitations de l’ordre de 5 mètres d’eau par jour. Fort heureusement, ça n’est possible que par Danse-Pluie, laquelle ne dure quasiment jamais plus de quarante secondes. Une question ?

— Oui Monsieur, c’est par rapport aux évènements récemment survenus à Hoenn. L’échelle de Baran peut-elle prendre en compte les climats générés par Groudon et Kyogre ?

— Théoriquement, non. Mais nos instruments de mesures ont été conçus par la Devon Corporation. Et ses ingénieurs étant du genre à tout prévoir, ils sont capables de sortir de l’intervalle [0% ; 100%]. On a ainsi pu mesurer les capacités de Kyogre et Groudon : Kyogre provoque des précipitations à 23 mètres par jour, soit -115,4% sur l’échelle de Baran (ce qui, à mon sens est absurde) ; et quant à Groudon, il dessèche l’atmosphère sept fois mieux que le Zénith du Pokémon le plus puissant qui soit, ce qui lui vaut un score tout aussi absurde de 215,4%. Parce que oui, cette échelle est en plus logarithmique !

Cependant, ces absurdités m’amènent à la suite de mon exposé : les variations. Il en existe deux types : les variations légères et les variations exceptionnelles, plus couramment nommées excessions. Les variations légères sont cet écart de 7,5% dans mon exemple, et elles sont dues aux Pokémons. Une attaque Eau, Électrique ou encore Feu peut modifier l’équilibre microclimatique local, et donc la météo. Ne confondons pas climat, microclimat et météo, par contre. Quelqu’un nous explique la différence ? Oui ?

— Le climat est l’ensemble des paramètres tels la que l’humidité ou la température de l’atmosphère, à l’échelle de la planète ; le microclimat étant donc l’ensemble de ces paramètres, à l’échelle locale. Ces paramètres permettent de prédire la météo, qui est une indication du temps qu’il fera.

Ça fait plaisir d’enseigner à des gens instruits. C’est exactement ça. L’exemple bateau, c’est les attaques microclimatiques. La Grêle refroidit l’atmosphère, en augmente le taux d’humidité et la sature de diiode. Du moins en émet une quantité suffisante pour former des grêlons. La Danse-pluie humidifie aussi l’atmosphère, mais ne la refroidit pas. Le Zénith, à l’inverse, absorbe l’humidité de l’air et le réchauffe. Enfin, la Tempête de Sable ne fait que mettre une grande quantité de sable en suspension électrostatique.

Ces attaques, mais aussi beaucoup d’autres, peuvent provoquer des modifications mineures de la météo. Mais il y a un autre type de variations, les excessions, qui sont totalement imprévisibles et inquantifiables. C’est ce qui fait dire que les chances sont de 95% . Ce qui, d’ailleurs, est toujours le cas : ce pourcentage est une moyenne, réalisée sur les années passées. Et c’est la probabilité d’une excession, donc.

Les excessions ont un vrai cauchemar pour les météorologues. Ces foutus machins nous ont longtemps classifiées comme scientifiques au rabais. Car en effet, une excession est due au passage d’un Pokémon légendaire. Le jour où Électhor est de sortie, tous les météorologues vous diront : « Orage, ô désespoir ! » parce qu’ils avaient prévu du beau temps. Fondamentalement, on ne peut rien faire. On se prend l’orage et puis c’est tout. De toute façon, ça n’est jamais qu’un peu d’eau, à moins peut-être qu’un Dresseur particulièrement débile n’ait empoisonné gravement un légendaire.

Mais après ; il y a aussi des excessions qui apportent le beau temps, hein !
Article ajouté le Vendredi 11 Octobre 2019 à 19h41 |
4 commentaires
Cours de Physique
J'ai parlé d'un cours travaillé ? C'est lui. (Et non ne fuyez pas ! C'est pas de la physique normale !)
Et il y a pas mal à en dire... donc je ne dirais que dalle ^^
L'exercice a été trèèès intéressant. J'ai envie de le refaire mais je ne vois pas quel prétexte soulever. Et je suis sensé écrire autre chose. Et réviser.
Bref. Aujourd'hui, c'est Physique... au début.


Le silence se fit dans l’amphithéâtre. La porte avait laissé le passage au garde, un policier vêtu de l’uniforme des gardiens de prison. Il avait la quarantaine, un léger hâle et un air peu avenant sur le visage, et il portait son pistolet à la main. Il alla se poster à côté de l’estrade.

Dans un silence de plus en plus pesant, le second garde entra, et le professeur du jour avec lui. Ce qui frappait le plus, dans l’apparence de ce dernier, ce n’était pas son uniforme de prisonnier, une combinaison bleu sombre et mal ajustée. Ce n’étaient pas non plus ses cheveux bleus ternes, étrangement bien accordés à l’uniforme. Non : c’était l’air de détermination farouche qu’il arborait. S’il le pouvait, cet homme s’échapperait de la salle. S’il le fallait, il tuerait chaque élève présent au passage.

Les plus compatissants se sentirent une pointe de tristesse pour cet homme de tout juste trente ans à la vie condamnée. Les plus émotifs durent se retenir de huer le terroriste. Ceux qui avaient perdu un proche détournèrent les yeux. Pour eux tous, le savoir de cet homme passait avant ses crimes.

Le second policier, guère différent du premier, monta sur l’estrade et prit le micro.

Dans le cadre de votre cursus en physique universelle profonde, vous recevrez aujourd’hui un cours d’Hélio Morgenstern. Veuillez respecter les règles de sécurité qui vous ont été remises au préalable, et si vous vous sentez sur le point de craquer, n’hésitez pas à sortir de la salle. Je vous rappelle également que cet homme doit retourner en prison dès la fin du cours. Si vous tentez de l’aider en quoi que ce soit, vous serez passibles du même sort.

— Je ne vous en tiendrais pas rigueur.

Hélio a parlé d’une voix atone, morne. Un frisson secoue la salle. Ce cours serait éprouvant. Les enseignements d’un psychopathe ne s’acquièrent jamais sans une contrepartie.

Le policier donne le micro au professeur, qui s’approcha du pupitre de commande du vidéoprojecteur.

Bien, le temps que cette machine démarre… Voici. Ce premier schéma présente une frise chronologique. Maintenant, vous pouvez sans doute vous imaginer, sans que je n’aie besoin de le projeter, quelques dates posées sur cette frise. Un zéro juste au milieu, quelques grands événements historiques, que sais-je encore… Votre date de naissance, pourquoi pas ? Ce genre de futilités.

Eh bien justement, vous pouvez oublier toutes ces futilités. Le temps n’est pas une flèche. Cette image ne signifie rien.

Les premières grimaces se forment dans la salle. On commence à douter. À se demander si le savoir doit passer avant le crime. Au centre de l’attention, Hélio sent cela. Son regard vide glisse sur la salle, s’arrête sur quelques étudiants. Intérieurement, il se délecte de la fascination qu’il sait commencer à exercer sur eux. Et ça ne va pas s’arranger. La pause dans le discours a assez duré ; bientôt, les gardes s’impatienteront.

Oubliez tout ce que vous croyez savoir, et au plus vite : ces fadaises ne peuvent que vous ralentir et vous enfoncer dans l’ignorance. L’univers n’est pas régenté par quelques petites équations toutes gentilles. Ou par des systèmes matriciels infinis, puisque c’est avec cela que vous travaillez… Non. L’univers est un résidu. Un rejet de l’activité de Pokémon à l’envergure divine.

Vous ne pouvez pas prédire la façon dont vous allez souffler. De même, vous ne pouvez pas prédire comment l’espace sera modifié par le prochain souffle de Palkia. De même, vous ne pouvez pas appréhender le moins du monde ce qu’est ce Temps qui pulse dans les veines de Dialga.

Ce qu’on peut affirmer de source sûre de nos jours tient en très peu de mots. Le Temps est lié à Dialga, à la fois parce qu’il est produit par Dialga, et parce que Dialga s’en sert. C’est tout.

Le criminel éteint crânement l’ordinateur posé sur le bureau de l’estrade, et s’assoit sur la chaise réservée aux professeurs.

Un ange passe. Le silence n’est pas naturel, pas dans un amphi conçu pour amplifier le moindre son et transmettre les savoirs. Même en devoir, le cliquetis des stylos et le bruissement des feuillets que l’on tourne prennent la place de l’orateur, et se font discours.

Rien. Silence. Oppression. Un meurtrier psychopathe est dans la salle, et il joue avec les élèves.

On est presque soulagé quand la voix d’Hélio retentit à nouveau, repoussant le silence dans l’obscurité d’où il est sorti. Même si c’est une voix pleine de sarcasme, qui moque et qui harcèle. Tout plutôt que le silence.

Dois-je comprendre que vous, les futurs théoriciens curieux de tout savoir sur l’Univers… Vous n’avez pas de questions ? Décevant. C’est exactement pourquoi on m’a amené ici, pourtant : parce que je suis le seul à pouvoir répondre à vos questions.

Soudain la voix d’Hélio, sa voix froide et impersonnelle qui deux ans plus tôt a annoncé au monde les pires horreurs qui soient, sa voix aussi célèbre que lui, sa voix meurt en se développant. Le timbre blasé et méprisant que tous connaissent mue, se transforme ; il s’élève et prend de l’ampleur. Il devient humain à nouveau, plein de passion et de rage. Oublié, le terroriste sadique.

Sur toute cette planète, il n’y a qu’un seul homme qui sache répondre aux questions que pose la nature du Temps ! Sur toute cette planète, il n’y a qu’une seule université qui daigne faire appel à cet homme ! Et vous, vous qui désirez ardemment percer les mystères du monde… Vous refuseriez votre chance ?

Sous le coup de la colère, le détenu se lève de sa chaise et se met à faire les cent pas.

Je sais ce que c’est, vous savez. Ce désir ardent de savoir. Cette folie qui vous pousse à n’importe quelle extrémité pour apprendre. Moi, j’ai appris. Aujourd’hui, je viens partager ce savoir… Mais pour cela, vous devez poser vos questions. Si j’ai trois heures de cours, c’est pour adapter mes explications à chacun de vous. Il n’y a qu’au travers du prisme posé par votre vision du monde que je puis colorer mes connaissances.

Sans lâcher le micro, Hélio se met soudain à crier, et sa voix amplifiée démesurément roule dans l’amphithéâtre comme un raz-de-marée.

Mais pour cela, j’ai besoin de vos questions !

Un vent de panique souffle sur les étudiants. Un policier se précipite sur la console de commande, et baisse le son aussi vite qu’il peut. Mais en vain : Hélio pose le micro sur le bureau, très calmement. Quand il reprend la parole, sa voix s’étend sur la salle naturellement, sans technologie.

Alors. Qui sera le premier à oser me parler ? Qui entraînera avec lui le reste de ses camarades sur la pente glissante de la connaissance ?

Enfin, il se tait. Il se tait. Le silence revient, en force.

Il suinte de partout, envahit la salle avec le panache des conquérants. Comme un démon invoqué par quelque sortilège de terreur, le silence apparaît partout en même temps et commence à murmurer les secrets de leurs vies aux oreilles des humains qui l’entendent.

Le règne du silence est absolu, car il ne peut en aller autrement, et s’il suffit d’un rien, d’une parole, d’un seul soupir, pour que l’amphithéâtre, temple de la parole, s’anime à nouveau et bruisse de vie, personne n’ose faire ce premier pas, pas dans ce silence trop imposant et qui semble prêt à engloutir la parole, le savoir, à les perdre à jamais, comme ils le sont déjà, futiles, suppositions dérisoires dans un océan d’infini…

Une main timide se lève. Terreur ou soulagement ? Silence bientôt rompu ou sur le point de tuer ? Mais si une question est posée à Hélio, il répondra. Il détruira le silence, une fois de plus, il le conjurera dans les limbes d’où il est sorti. Soulagement, plutôt que terreur ; il faut y croire.

Que vouliez-vous dire par, le Temps est produit par Dialga et Dialga se sert du Temps ?

— Précisez. J’ai besoin de connaître votre ignorance.

Si peu ? Déjà le silence revient, ramenant la terreur avec lui. Mais l’élève, tenace, lui tient tête, et prend le relais d’Hélio pour repousser le silence. Sa voix est faible ; mais dans la nuit, la moindre bougie semble éclairer plus que ne le peut le soleil en plein jour.

Eh bien, euh. Comme vous l’avez dit plus tôt, on a tendance à voir le temps comme un flot continu, ininterrompu. Un long fleuve tranquille, comme le dit l’expression. Mais vous nous dîtes que ce n’est pas le cas ; que le Temps est quelque chose de produit et d’utilisé par Dialga. Quelle chose ? Qu’est-ce, comment Dialga s’en sert-il, d’où vient-il, où va-t-il ?

— Je ne vais pas pouvoir rajouter grand-chose par-dessus ceci, mais le peu que je dirais pourrait éclairer votre lanterne. Voici : vous pouvez vous imaginer que le cœur de Dialga pulse à un rythme parfaitement régulier. En effet, ce rythme est le Temps. Et ce Temps est associé au monde : l’esprit de Dialga compte les battements, et les attribue. Par exemple, il peut décider, ou plutôt verbaliser, qui est un terme un peu plus approprié… Dialga, donc, verbalise le Temps. Il affirme que deux événements distincts sont séparés par un certain nombre de battements de son cœur.

Le professeur se tait, tandis que les pensées bouillonnantes de ses élèves remplissent le silence. Alors, le dieu ne serait qu’une sorte de machine géante, qui définit les distances sur la ligne du temps ? Ce n’est guère reluisant…

Vous faites erreur.

La voix d’Hélio a retenti dans l’amphithéâtre avec une force mesurée, pas assez puissante pour agresser, mais capable d’atteindre tous les élèves et de les tirer de leurs pensées.

Vous avez de nouveau imaginé une frise chronologique, affirme-t-il à la stupéfaction générale : comment peut-il le savoir, avec une telle certitude ? Et je vous l’ai dit, la frise est une erreur.

Considérez trois événements : A, B, et C. Mettons qu’ils soient consécutifs. Et bien si ça se trouve, il y a dix battements entre A et C, six entre A et B et huit entre B et C. Ceci n’est en rien impossible à Dialga. Pour ceux que cela intéresse, ces sont les dimensions des côtés d’un triangle rectangle.

Bref. Dialga mesure la distance qui sépare les événements, et ne se limite pas à un temps linéaire. J’ignore moi-même en combien de dimensions il établit le Temps ; une infinité, peut-être. Toujours est-il que ce processus semble être le moteur profond de sa pensée. Nous, Humains, sommes en permanence conduits par nos émotions, nos sentiments. Dialga fait de même avec le Temps qu’il établit.

Bouillonnement, incertitude, questions. Silence, encore ; mais ce silence-ci met les élèves en face de l’Univers. Il leur apprend à entendre son chant. La salle est sereine, plus que la dernière fois… mais certains élèves, voient le gouffre de leur ignorance, encore. Plus fragiles, ou plus sensibles à la connaissance ? Toujours est-il qu’à nouveau, une question s’élève.

Vous avez dit vous-même que le Temps coule dans les veines de Dialga… Mais comment est-ce possible si c’est un nombre ? Les nombres n’existent pas ; comment pourraient-ils se comporter comme du sang ? Et j’ajouterais que je vois plus mal encore comment cela se passerait avec une association d’idée. Dialga est-il un nombre ? Voire une fonction numérique ?

— Une fonction ? demande Hélio avec un amusement non feint. On ne me l’avait encore jamais faite, celle-là ! Dialga n’a rien d’une machine.

Le professeur Tilleul, responsable de vos cours de Théologie, vous a peut-être expliqué qu’on soupçonne que les dieux se composent de plusieurs corps mis en réseau, qui forment une Conscience ? Bien. Imaginez, alors, un réseau immense. Plus large que l’Univers. Ne peut-on pas bâtir un niveau supérieur de Conscience en utilisant les Consciences de chaque univers ?

Cette question sort un peu du sujet, mais des théories affirment qu’Arceus serait une telle Méta-Conscience, composée de réseaux de dieux inférieurs… Bien que cela me semble tiré par les cheveux, cette hypothèse ne peut pas être écartée. Et elle amène la question suivante : est-ce une forme d’existence ?

La question résonne dans la salle pendant de longues secondes. Hélio semble connaître l’acoustique de l’amphithéâtre : sa voix parfaitement mesurée rebondit entre les murs, répétant des échos de sa question. Il ne reprend que quand tous ces échos se sont dissipés, coupant la parole au silence qui s’installait.

Dialga est-il un nombre ? Après tout, peut-être. Pourquoi serait-il limité à une seule forme d’existence ? Le fait est que le Temps, lui, ne l’est pas. Il a des manifestations physiques, parmi lesquelles le sang qui coule dans les veines du dieu. Ce sang, aussi étrange cela soit-il, est une forme de Temps très pur. Comment Dialga transforme-t-il le Temps qui anime son esprit en sang qui pulse dans ses corps ? Mystère. Cela pourrait aussi bien être l’inverse, d’ailleurs : il pourrait transformer son sang en Temps. Cela fait partie des questions auxquelles ce sera à vous de répondre.

Une question fuse, à nouveau. Portée par une voix qui manque de se briser.

En disséquant un Pokémon Légendaire ?

Un élève a craqué. Hélio sourit, et répond comme si c’était la chose la plus naturelle du monde.

Le terme exact est vivisséquer. Et la réponse est, pourquoi pas ? Je trouve d’ailleurs intéressant le fait que vous ayez employé le terme Pokémon , et non dieu . Intéressant, et révélateur…

Sans prêter attention à l’élève qui sort de la salle, ni aux visages blêmes qui parsèment l’assistance, Hélio continue.

Dîtes-moi, vous aviez peut-être l’intention de ne jamais toucher un outil ? Vous oubliez votre héritage, jeunes gens. La science a toujours progressé dans la boue et l’infamie. Le savoir ne s’acquiert qu’au corps-à-corps ! Oui, c’est bien cela : vous devez faire corps avec votre objet d’étude ! Il est futile de croire que vous pouvez comprendre le monde depuis un bureau aseptisé. Vous n’y comprendrez que votre fiche de paie.

Silence dans l’amphithéâtre. Un bon nombre d’élèves regrettent vraiment d’être venus, finalement. Mais pas tous. Une main se lève, arrachant un sourire carnassier au professeur. Les deux policiers se regardent, tendus. Hélio a brusqué la salle trop vite.

Une question ?

Ils jettent un coup d’œil vers leurs montres.

Oui, Monsieur. C’est par rapport au flot du temps : comment pourrions-nous nous le représenter, s’il n’est pas un fleuve ? Comment les choses coulent-elles dans l’espace ?

— C’est là l’une de mes métaphores préférées… Vous pouvez voir l’Univers comme un bol, avec Dialga au fond. Le Temps s’écoule hors du corps du dieu, et remplit le bol. Plus il est loin de Dialga, moins il est pur. Et ce qu’il ne faut surtout pas dire, c’est que le bol se remplit au fur et à mesure que le Temps passe. C’est l’inverse : comme le Temps passe, le bol se remplit. Et vous, vous êtes à une certaine altitude dans le bol. De ce point de vue, vous pouvez considérer que Dialga crée le Temps depuis votre futur.

Huit heures vingt-trois. Si tôt, et le psychopathe contrôle déjà complètement la salle. Il faudra l’évacuer. Il aurait fallu le faire plus tôt.

Peut-être aurait-il fallu ne jamais songer à ce cours.
Article ajouté le Mardi 12 Novembre 2019 à 19h04 |
2 commentaires
Cet article est un plagiat honteux et éhonté
Mais je vous donne la source et vous allez voir que j’ai raison.
Mes hommages !
À partir d'ici, ce n'est plus du plagiat. En effet, pourquoi ne pas recenser des articles de blogs qui recensent des lectures ?
Mes hommages également !

Mais d’abord, une préface ! (Oui vraiment. Sur un article de blog.)
Je doute d’avoir lu même un vingtième des fics du site. Difficile d’appeler ça une liste exhaustive, donc… N’hésitez pas à m’en signaler ! Elles rejoindront ma longue liste de lectures à faire. Je fais donc le choix de ne présenter que les fics que j’ai aimées, et j’y ajoute un résumé !
Et si vous, auteurs, passez ici et ne voyez pas vos créations, eh bien c’est sans doute que je ne les ai pas lues. Désolé, mais je serais très heureux que vous me les signaliez !

***

Aespenn

Il est difficile de dire si le rythme de ses histoires est lent ou rapide. Il est en revanche certain qu'on y accroche rapidement.

Vermine
Plonger dans le quotidien d'un Rattata peut inspirer de sacrées émotions.

***

Ayumi-San

Là encore, je ne me permettrais pas une analyse détaillée… Mais, c’est sans doute parce qu’il n’y a rien à redire !

Les griffes écarlates
Lisez le premier mot, vous êtes ferré. Impossible de décrocher de ce récit, même si la fin s’annonce terrible…

***

Clafoutis

Lui a été mangé par la vie, et on lui souhaite de réussir et d’être heureux. Il nous laisse un panel de fics assez variées ; et même si c’est disparate, c’est charmant comme tout. Il faut dire que Clafoutis excelle dans le Slice of Life…

Cause et Conséquences
Ouch, tout ce cynisme, ça fait un max de bien.
Errare humanum est
C’est sans doute la meilleure fic de Clafoutis, qui entame la construction d’un univers à part entière avec des personnages ma foi fort attachants.
Fanatiques !
Débranchez votre cerveau avant la lecture, ça vaut mieux. Ici, le rire est au rendez-vous.
Stahlblume
Je veux une Mysdibule dans mon équipe depuis que j’ai lu cette fic ! Au programme, des combats variés et innovants. Et des attaques Z, prédites plusieurs années à l’avance !

***

Corpus09

C’est un compte utilisé pour poster des projets collaboratifs. Styles variés au rendez-vous, donc !

Cadavre Exquis
Le principe était que chaque auteur découvrait les nouveaux chapitres au moment de leur post. Malheureusement, le projet a calé…
Calendrier de l’Avent 2017
Ayant marre des chants de Noël, des auteurs ont fait un recueil de song-fics. C’est vrai que c’est quand même lassant à force…
Intégration Volcanique
C’est un peu la version réussie du Cadavre Exquis. Les auteurs découvraient les chapitres au jour le jour, lors de leur publication sur le blog. Mais la trame, cette fois, avait été esquissée à l'avance. Ce qui nous donne droit à un long et joli O-S !
Portrait de ville
Découvrez Illumis comme vous ne l’avez jamais imaginée…
Rainbow Rocket : the Musical
Pour ma part, je me suis bien marré pendant la rédaction des scènes... mais pas autant qu'en en lisant certaines des membres du projet.

Telle est la magie de la collaboration : ça avance bien, et on est surpris par le récit qu’on écrit. Alors, auteurs en herbe, n’hésitez pas à collaborer !

***

Cyrlight

J’ai bien peur de ne pas avoir autant à dire que ce qui serait mérité ; mais lire Cyrlight, c’est l’assurance de lire un récit de qualité !

Chaos à Kanto
Je reprendrais bien le programme électoral de Red (« … ») mais on ne peut vraiment pas rester de marbre devant cette fic.
Entre infini et au-delà
La première fic de Cyrlight que j’ai lu, et c’est certainement un coup de cœur. Elle y construit un univers, tout simplement ; et le lecteur qui y entre aura du mal à en ressortir…
Nous voulions simplement être des héros…
Oubliez Marvel et DC : voici une vraie histoire de héros.
Une autre étoile
Tout le monde aime Cynthia. Si ce n’est pas votre cas, lisez cette fic et vous aimerez Cynthia, vous aussi.

***

Flageolaid

A longtemps été appelé le Soleil de la section fanfics. Depuis son départ du site, c’est un monstre. En plus il a inondé le Comité de Lecture avec son assiduité à poster des O-S conceptuels !

Analyse cinématique
Le titre est sérieux, mais l’histoire est déjantée à souhait.
Astrologie des étoiles célestes
Votre horoscope du jour est : vous lirez cette fic et vous allez prendre cher.
Combien de temps dure un lancer de PokéBall ?
Et deux secondes vous sembleront une éternité.
Entre ciel et mer
Encore un titre sérieux ? Suivez les aventure de Gamin Raoul, qui…
Epic Fail sur la capture de Celebi
Et quand on dit Epic, c’est vraiment épique. Et surtout très drôle !
Il suffira d’une étincelle
En vrai les combats d’Arène c’est beaucoup plus tendu qu’on ne se l’imagine…
Jo
Un O-S à chute. Essayez de deviner la fin, il y a des indices...
La chanson qui fait peur
J’affirme que la chanson doit être écoutée en même temps que l’O-S est lu. Chacun est suffisant à lui-même ; mais conjugués, ils sont terriblement oppressants.
Long sommeil
Faire aimer une théorie détestée de la communauté ? Flageolaid le peut. (Attention, histoire triste et poignante !)
Magical Girl
Débranchez votre cerveau et appréciez ce qui est peut-être la meilleure fic humoristique du site. Après quoi vos voisins vous traîneront en justice pour les avoir dérangés avec vos hurlements de rire.
Métal Hurlant
Cette fin, mais cette fin…
Myosot1s
Voici peut-être la meilleure fic de Flageolaid ! Vous ne verrez plus les Pokémons Psy de la même façon après ça.
On fait quoi pour la Gen 8 ?
La réponse étant, on rigole.
Plop!
Je serais censé faire un résumé en vers pour rendre hommage à celle-ci, mais non. Essayez un peu pour voir !
Un Sbire à Alola
La première fic du haricot, qui contient de ces punchlines mémorables.
Vie d’errance dans un monde où le vert n’existe pas
Le vert étant bien sûr un ver vert. Vous y découvrirez ce qu'est une épanadiplose.

***

Groudonvert

Avec une dizaine de chapitres de publiés, il doit bien avoir trois mille pages à son actif sur le Bip. (Bon, d'accord, entre 150 et 250.) Et bien entendu, on en veut plus !

Sang Royal, Tome 1 : Trahison
Il y aurait beaucoup à dire sur cette fic ; retenons les cliffhangers magistraux et le mystère omniprésent.

***

Kazumari

Lui il écrit bien et il carbure au commentaire. Donc vous savez ce que vous avez à faire : allez lui dire qu'il écrit bien !

Codélia Network : La justicière virtuelle, suivie du Pilier Proxy
Mélanger SF et Pokémon est un exercice difficile, que Kazumari réussit brillamment.
La ligne de l'Entre-Vie
Vous n'avez jamais vu une fillette aussi badass qu'Ylliana.
Projet Amaryllis
Lisez cette histoire étrange en dernier, histoire d’être encore plus perturbé par les noms des personnages. C'est un véritable chef-d'œuvre de perturbation du lecteur.

***

Keeibuy

Plus perfectionniste que Keeibuy, ça ne se trouve sans doute nulle part. Excellent avec la psychologie de ses personnages, pour le plus grand bonheur de ceux qui s’y identifient !

Que Tombe la Foudre
Je hais Pikachu. Je chasse cette sale bête jusqu’à plus soif juste pour entendre le cri de son décès. Et pourtant, Keraunos a réussi à se faire apprécier de moi. Chapeau.

***

Lacrima

Elle aussi perfectionniste en diable. Et ça lui réussit, sa seconde version d’une fic qui a quand même gagné un concours parvenant à être encore plus captivante !

De feu et de glace ; Dissension
Ces fics sont une réécriture de l’histoire d’Émeraude. Malgré le spoil (qui reste limité), je conseille de lire la première version en premier, tellement la seconde est encore meilleure.

***

Lief97

Un auteur de Fantasy dans Pokémon ? Eh oui ; et il maîtrise son genre en plus.

Effacé suivi de Égaré
Où est la frontière entre l’humain et le bestial ? Lief explore cette question sans même en avoir l’air, dans un récit qui prend aux tripes.
La légendaire quête du cookie au miel d’apireine
Principale concurrente de Magical Girl pour le titre de meilleure fic humoristique du site. Les deux ont cependant des styles très différents, donc foncez !
Le Royaume de Kirazann
Vous n’avez jamais joué à Zelda ? Voilà qui va vous en donner férocement envie. Vous avez joué à Zelda ? Vous allez adorer.
Le Tueur du Serpentaire
Un thriller implacable, sur les traces d’un meurtrier psychopathe… Ce genre de recette ne s’épuise jamais.
Toucher les étoiles
Un O-S très touchant. (Désolé j’ai manqué d’inspiration pour le louer et le porter aux nues.)

***

LunElf

LunElf est une auteure qui vaut le détour. Certes, les défauts qu’elle soulignent dans ses (j'insiste sur ce point, ses) fics existent ; mais c’est tout de même du bon travail !

Sous les glouglous de la mer
Alola quand il pleut ? C’est tout de suite moins poétique… Sans rien dire de la cause de cet ouragan, je tiens quand même à signaler que c’est une vision précise des catastrophes climatiques qui attendent le monde.

***

Malak

Pilier du site ? On le surnomme quand même l’Empereur des fanfics ! (et je suis désolé mais j’écris toujours Empereur avec une majuscule. C’est comme pour Pokémon, en signe de respect.) C’est un maître de l’intrigue tordue et de l’action foudroyante : quand on est entré dans un de ses récits, c’est dur d’en ressortir !

Team Rocket X-Squad
Vous voyez ce Sbire à l’entrée d’un pont, qui vous demande si vous voulez rejoindre la Team Rocket ? Après X-Squad, vous lui direz oui. (Soit d'ici au moins un an.)
Cinhol, le Royaume Perdu suivi du Sauveur du Milénaire puis du Destin des Primordiaux
Des Fakemons splendides, des intrigues horriblement tordues… On aime.
Entre Destinée et Fatalité
Déjà avec X-Squad, Malak inversait les rôles des gentils et des méchants. Ici, il dépasse complètement cet antagonisme.
Gardiens de l’Harmonie T1 : La mélodie de vie
Cette fic étant très étroitement liée à X-Squad, la suite ne peut pas arriver tout de suite. Et après lecture, vous trouverez ça dommage !
Les Apôtres d’Erubin
Il me semble que celle-ci peut théoriquement se lire avant X-Squad. C’est une histoire aux personnages vraiment géniaux.
Les chasseurs de l’ombre
Vous aussi, vous rêverez de devenir un assassin professionnel.
Pokémonis : T1 La Pokéball perdue suivi de T2 L’embrasement de l’Aura
Chronologiquement, ce sont les dernières fics de l’univers de Malak (on dit le Malakverse). Et elles promettent un final flamboyant à souhait !

***

Misa Patata

Selon moi une grande maîtresse de l’expérimentation étrange. Elle travaille plus dans l’idée que dans l’action, avec un rythme lent… et pourtant ça marche du tonnerre. (Oui non d’habitude j’ai du mal avec la lenteur ; je suis fan des écrits de Misa Patata, c’est vous dire s’ils sont bien.)

Au bout d’une corde
Nouvelle à chute qui vous fera tomber de votre siège. (Un tabouret peut suffire.)
Errance du Souvenir
Calembour : il est impossible de se rappeler pourquoi l'atmosphère de cette fic est aussi réussie.
Extinction
Vous ne regarderez plus jamais les lampes à huile de la même façon.
Le Diable au cœur
Un huis-clos vraiment étouffant.
Les Jardins de Kashmir
Laissez- vous porter par le rythme du récit…
Livre d’images
Chaque O-S de ce recueil est basé sur un tableau. Et c’est si bien fait qu’on arrive parfois à deviner l’aspect du tableau sans le connaître…
Songes de la Mer
Un récit fantastique comme on en trouve tant d’… euh plutôt comme on en trouve si peu d’autres, en fait.

***

MissDibule

Donc il va falloir que je trouve du temps pour lire tout ce qu'elle a écrit sinon je ne pourrais pas faire de commentaire ici.

Coup de Foudre
Inéluctable et tragique.
Merle Grey
L'arrière-goût de thé de cette histoire est-il doux ou amer ? Mystère...
L'Archange
Un prologue obscur, Sinnoh, de l'histoire, des légendes, des fouilles archéologiques ? J'achète.
Copyright Misa Patata pour cette punchline.
***

Olyn

Elle n’est pas très connue (j'ai l'impression... enfin en tout cas elle mérite de l'être), mais je trouve qu’elle est incontournable. Réussir un récit de voyage initiatique original, ce n’est pas permis à tout le monde !

Duel au sommet
Non, finir une cartouche Pokémon n’est pas une formalité !

***

Ordalie Gwynfyd

Des O-S de qualité, dont aucun ne ressemble à un autre et aucun ne se laisse oublier...

Distortion
Une version du bannissement de Giratina dans le Monde Distortion, racontée par le Renégat lui-même...
L'apparition de la 6G du point de vue d'Arceus
Vous ne verrez plus jamais Arceus de la même façon.

***

Sanaito

Vu la qualité de ses O-S, il faudra vraiment que je lise le reste de ses fics !

La comptine
Un récit horrible avec une belle fin ? C’est possible.
Substitution
Splendide. On ne peut rien en dire d’autre.

***

Shunko

Il a peu écrit ? Certes, mais il a très bien écrit.

Templum Fugit
Un nom. Un lieu, quelques paysages. Il y a tellement plus à dire que ce qu'on voit.

***

SilverZekrom

Son style est parfois un peu décousu, pas toujours facile à suivre sur la longueur. Et pourtant, on se rappelle longtemps de ses fics…

A guy and his thundering Destiny suivi de A guy and his breathtaking Destiny
Vous vous plaignez de votre vie ? Franchement, Chris a vécu bien pire…
Chroniques du Pokédex
Les styles et les idées se mélangent et se complètent.

***

Skallir

Nouvel auteur, qui signe son arrivée sur le site avec un bel O-S dramatique.

La jalousie
Oh, c'est horrible. J'adore.

***

Stea

Une autre nouvelle tête originale qui mérite vos commentaires !

Le bâton de pluie
Le thème de l’humain transformé est tellement surexploité qu’il est devenu impossible d’en faire quoi que ce soit d’original… Ah, tiens, si. Cette fic est originale. Et prenante. Et bien.

***

Suroh

Moi je trouve qu’il est philosophe. Mais il est plus (bien plus) accessible que tous les exemplaire de prof de philo que j’ai croisé au cours de ma vie, donc on lui pardonnera ! Et ne mentons pas : il a un humour certain.

Arceus
Encore une fois, vous ne verrez plus jamais Arceus de la même façon.
Disparition
Bon alors il y a les méchants qu'on aime bien, et les méchants qu'on voudrait piétiner. Ici, c'est le second cas. Et ce même si vous l'avez adoré.
L’étudiant parfait
Ne cherchez pas à comprendre, laissez-vous juste surprendre…

***

The Under Toad

Grande fan d’Hélio. Ce qui n’a rien à faire dans une présentation d’auteur, mais baste ! la passion est présente, la qualité aussi.

Dance of Death
Du bon métal, une théorie intéressante, et le tout bien raconté : voici une très bonne fic horrifique !
L’Arène Nanméoïue
La cruauté humaine dans toute son inhumanité.
La trahison d’Arceus
Vous êtes surpris par le titre ? L’histoire vous surprendra encore plus.
Le Joueur de flûte de Sinnoh
Une réécriture du conte de Hamelin, menée à un rythme entraînant qui doit être celui de la flûte et de ses enchantements…

***

T'oine

Un seul récit mais je crois qu'on peut déjà dire ceci : T'oine fait de si bon page-turners que même quand on les a fini, quand ils sont totalement conclus, on en veut encore.

Le Monstre de Galar
Encore une histoire de Pikachu ! Ah ça va, on suit aussi le meurtrier et le Pikachu a des ennuis.

***
La Liste des « Je devrais m’y (re)mettre… » : Eliii, Deadlier, Kloana, MissDibule, IceJ, Drayker, Yûn...

***
Et j'espère que maintenant, vous voulez lire tout ce petit monde ! Et n'hésitez pas à repasser. J'arrête pas d'actualiser cet article depuis que je l'ai écrit. Dernière mise à jour, 29/10/19.
Article ajouté le Lundi 29 Juillet 2019 à 13h06 |
49 commentaires
Mégalomanie me voici !
Olàlà, un article pour parler de mes propres œuvres ! Quel mauvais goût !
Cet article fait suite au post d'une fic qui sert un peu de spin-off à un autre projet que j’ai en tête et qui n’est pas celui auquel je devais m’attaquer ensuite, et tout ça, c’est un peu le bazar, même dans ma tête. Moi ça va, on sait que j’adore le foutoir, mais je me suis dit qu’un petit article d’explications ne serait pas de trop.
Mégalomanie oblige, je vais parler de tout ce que j’ai fait… Et normalement, je ne spoile pas, mais si vous avez lu ces trucs dont je parle ça sera bien sûr plus clair.

Déjà, une petite précision. J’utilise, et assez souvent, le terme d’univers pour qualifier l’ensemble de mes fics. C’est une utilisation abusive.
Dans un univers à proprement parler, il y a des influences mutuelles entre les fics ; il y a des passerelles aussi solides qu’un arbre généalogique, en bref, tout découle d’une seule histoire centrale.
Chez moi, rien de tout ça. Mes histoires se passent habituellement sur Terre, mais pas toujours ; habituellement dans une même chronologie, mais pas toujours ; etc.
Même la théogonie que je prétends centrale est soumise à des variations ! (Et en plus vu la façon dont je ne fais que l’effleurer dans chaque fic, et dont elle n’a pas (encore ^^) de fic consacrée, ça ne suffit pas du tout à structurer un même univers.)
Donc, pas vraiment d’univers chez moi. Plutôt une cohérence pas très stable, simple conséquence de la vision de l’univers Pokémon que je me suis bâtie. Sur ce, liste de fics !

Les terminées

C’est-à-dire que je n’envisage pas de revenir dessus directement plus tard.

— Une Légende s’éveille, qu’on croise çà et là sous le nom d’ULE parce que je suis un gros flemmard. C’est ma première fic, et j’ai développé tout un pan de l’univers dans la seconde, donc ULE a un petit défaut : elle n’est pas vraiment canon. (Je précise que canon est évidemment aussi un terme abusif, quand on voit que je crée parfois des incohérences volontaires…)
Cette fic a un gros défaut, c’est qu’il lui manque plein de trucs. Déjà au niveau interne elle pourrait être améliorée sur bien des points, ensuite au niveau externe… il manque un point crucial. Mais je compte la réécrire, et je n’en dis pas plus.
Le second jet sera assez proche du centre de ma toile de fics, car il reliera l’aspect mythologique et l’aspect social. Mais ce sera une nouvelle histoire à part entière, même si elle aura la même trame. Une Légende s’éveille, elle, est bel et bien close.
Par contre j’adore son chapitre 1. C’est le meilleur chapitre 1 que j’ai jamais fait.

— La Cendre et la Braise m’a forcé à beaucoup réfléchir aux types, et à la relation entre Humains et Pokémon. En cela, elle a contribué à lancer environ un tiers de mon univers ! Elle a été assez plaisante à écrire malgré ma connaissance parfois trop limitée de l’Antiquité, donc il n’est pas exclu que je reprenne l’époque une autre fois. Mais pour le moment, ce n’est pas en projet.

— Calydhiès, le plus vieux de mes projets et aussi l’un des plus inattendus pour moi. Longtemps je me suis dit que je ne l’écrirai jamais, sa trame étant trop tordue. Et puis un jour, je me suis intéressé à son univers. Ça a été une claque, et Calydhiès a construit un second tiers de mon univers. (Le premier a été créé en parallèle d’ULE, mais pas par elle. (Du coup ce second est en fait le troisième. (Comment ça c’est pas clair ?)))
Elle n’a pas toujours été marrante à écrire, mais a vraiment lancé tout un aspect social auquel je n’avais jamais pensé. Par contre je n’envisage pas de la reprendre, même si je me demande parfois ce qui se passe après la fin… mais non, c’est trop maigre. Une légende urbaine, peut-être, mais pas plus.
Ceci dit, si Calydhiès restera close, je suis fortement tenté d’en faire un spin-off, sur la genèse d’Amenden. Je n’en ai quasiment rien dit, et il y a énormément à faire, donc j’aime. Aucune idée d’une date, et juste un concept flou sur l’histoire que ça raconterait.

Les sujettes à approfondissement

Il y a des fics sur lesquelles j’ai encore beaucoup à dire.

— Tranchant comme une lame… je ne l’ai pas vue venir, celle-là. Donc le dimanche premier Septembre 2019, je me promenais sur Pokébip, dans la section News. J’ai vu un concours, le thème m’a un peu inspiré et je suis allé zoner sur les pages du dossier É&B. Et j’ai eu l’idée de faire une fic à partir d’un élément de lore de Platine (osef de Diamant et Perle !). Et franchement, quand l’inspiration frappe, ça ne pardonne pas.
Un peu difficile à décrire. Plutôt mythologique ; elle s’intéresse à la perception que les Humains lambda ont des Pokémon lambda. Mais y’a pas vraiment la place de développer.

— Traque de deux jours est donc la fic qui m'a motivé à faire cet article. Comme Tranchant comme une lame (même si je ne le mentionne qu'ici), elle prend place dans un contexte beaucoup plus vaste, et toutes deux ont utilisés des projets futurs beaucoup plus ambitieux pour en tirer leurs univers détaillés. Le principe était de ne pas avoir d'histoire, seulement de l'exposition. Un peu comme une peinture : on devine une histoire, mais pour l'instant, elle est figée, et il faut fouiller pour trouver des indices dessus.
(Et au fait, c'est une matrice. Oui, une matrice. Dans le sens mathématique du terme.)

Les O-S

Par définition, un O-S est terminé, autonome et indépendant. En plus de ne guère être relié aux fics longues. Mais…

— Ce qui ne tue pas… est plus une vague idée écrite en à peu près un jour, entre deux chapitres de La Cendre et la Braise. Totalement inspirée par une discussion eue avec une de mes tantes la veille. Comme la Team Rocket est un vaste sujet (et que j’ai d’autres projets dessus), il n’est pas exclu qu’on revoie Crim un jour… (malgré son nom totalement troll)

— Au sommet ou au fond était une expérience sur la romance. Totalement impossible à reprendre…

— Contemplation, c’est avant tout un essai sur le temps de l’action. Que j’ai peut-être fait de façon un peu brouillonne. La fillette, Sarah, est un personnage que j’ai bien aimé imaginer, alors elle risque de réapparaître quelque part. Peut-être dans ce combat de Ligue auquel elle est prédestiné, peut-être en devenant un personnage des jeux, peut-être en caméo, je ne sais pas.

— J’ai aussi deux O-S dans le Calendrier de l’Avent 2019, et si je ne reprendrais pas celui sur la crème brûlée pour des raisons de fin nette (et pas de mon style préféré), le premier continue de m’intéresser. Le personnage de Sharon notamment ; c’est un Tylton métalleux tout de même, respect ! (une idée qui m’est venue en consultant le movepool du bidule… c’est incroyablement suggestif en fait) Il n’est pas exclu que je reprenne ce personnage un jour. Le concept de Dresseur de Pokémon pour particuliers m’intéresse aussi, d’ailleurs.

— Des notes qui dissonnent a effectivement repris le personnage de Sharon. J'ai pas grand-chose à dire dessus, si ce n'est que c'est plus du troll qu'autre chose (encore que j'aime bien mon exploitation d'un élément de lore qui sombrera trop vite dans l'oubli). Et puis aussi, cet O-S m'a donné l'idée d'un mode de fonctionnement standardisé pour les O-S, qui me permet à la fois de prendre plaisir à les écrire et de ne pas m'attarder sur ceux qui ne marcheraient pas. Plutôt sympa ! Bref, j'ai encore pavé pour pas grand-chose.

En cours

Quatre trucs, parce que je suis un type polyvalent. Pas que des fics mais baste !
— En cours de post seulement, une fic horrifique que j'écrivais pour me détendre (#horri-fic lol). Ne pas mettre entre toutes les mains : contient des références plus ou moins subtiles à la Seconde guerre mondiale, à U731 et au coronaavirus. Liste non exhaustive, nous n'en faisons en aucun cas l'apologie.
— Je travaille un peu trop densément sur un futur projet. Y'a beaucoup de sable dedans.
— Un article de blog de la taille d'une bonne fanfic. Peut-être même une longue. J'en suis au tiers, c'est rigolo mais éreintant.
— Une fic humoristique. Sachant que j'ai pas toujours un humour excellent c'est pas gagné ; comme en plus elle pourrait être un peu vide, je pense ne la poster qu'une fois terminée. Quinze chapitres environ, mais à prendre avec des pincettes de la taille d'une tenaille.

Les projets

Alors, là, c’est vraiment le foutoir xD. Mais après tout, le teasing sauvage n’a jamais fait de mal à qui que ce soit !

(Pas de liste ordonnée non.)
Mes dossiers contiennent : une fic comique basée sur la grammaire (qui est placée haut dans ma liste de trucs à écrire, mais il y a des travaux préparatoires assez lourds) ; la réécriture d’ULE, évidemment (qui est placée bas, évidemment) ; les fics longues autour de Traque de deux jours et de Tranchant comme une lame, dont la seconde arrivera bientôt et la première… dans longtemps ; une autre histoire de Corporation se passant à Kalos ; un projet de fic se passant à Galar et se basant sur un mème au ton très cynique volé au blog de Phinorex, qui me hype énormément mais dont j'ai interrompu une première bouture…
Il y a aussi deux trucs plus lointains, mais assez clairs dans ma tête. Le premier est une fic-fleuve de douze arcs basée sur les points centraux de ma théogonie ; elle a encore besoin de pas mal de construction (les personnages xD) mais déjà toute sa trame globale. Le second est aussi basé sur cette mythologie, et je les ai cités dans leur ordre de parution parce que ce second projet risque de rendre très clairs certains mystères du premier. Ce sont deux projets ambitieux, et si le second ne sera pas aussi long qu’une fic-fleuve, il restera assez consistant. Au passage, pareil, j’ai un doute sur le sens exact de fic-fleuve .

Enfin j’ai un document Word où je note toutes mes idées débiles, et il y en a plusieurs qui ont eu droit à leurs propres fichiers donc ce n’est pas tellement à prendre avec des pincettes.
Il y a une idée de poème avec des anti-rimes, même si la poésie ne m’est pas très familière. Il y a l’idée de faire deux fois le même texte en changeant juste la fin, mais de façon réaliste. Il y a l’idée d’utiliser les ancres pour faire un texte-jeu de piste, même si c’est un peu bizarre pour le coup. Il y a une idée d’O-S comique consistant en une défaite écrasante d’un Topdresseur, qui viendra très certainement. Il y a une idée de texte à narrer à la seconde personne du singulier, et j’ai été déçu en apprenant que ça existait déjà… Enfin j’ai une idée sur un personnage commun à Calydhiès et à un autre futur projet. Retenez bien ce point-ci, ça pourrait vous permettre de vous faire trigger par surprise un jour. (Et oui ça m’inspire pas mal cette histoire de Corporations.)
Voilà, je crois que c’est tout ! Ça fait quand même une quinzaine de machins dont pas mal risquent (risquent) fort de voir le jour…
Article ajouté le Vendredi 20 Mars 2020 à 10h15 |
2 commentaires
Mülldeponie
  • Mais qu'est-ce que c'est encore que ce truc-là, direz-vous...
    Vous avez déjà remarqué à quel point c'est difficile de décrire le chaos ? Ou le foutoir, le bordel, le souk, le bazar, ma chambre, comme vous voulez. Eh bien, c'est l'heure de l'exercice de style !
    Soit dit en passant, pour le titre. Mülldeponie signifie déchetterie en Allemand. C'est un mot que je connais en suffisamment de langues différentes pour alimenter ce blog d'articles-foutoirs pedant un certain temps !
    Sur ce, je vous laisse voir ce que j'entends par article-foutoir...
    Ah et oui, j'ai truqué la présentation parce que les paragraphes étaient trop proches, ça rendait mal.

    Crissement de pneus ; feux rouges à l’arrière ; volant qui tourne ; et la fourgonnette négocie son virage. À l’arrière, une clé à molette jaillit d’une trousse à outils, rebondit contre la portière et tombe sur le carton contenant les plaques de tôle. Celui-ci est coincé entre le siège du conducteur et une banquette arrière qui a tôt fait de recevoir la visite de la clé.

    Mais il n’y a pas assez de place pour qu’elle tienne tranquille. Alors au virage suivant, elle glisse sur la droite, et dérape le long du petit morceau de canalisation. Finalement, elle se coince dans la ceinture de sécurité centrale, qui retient les trois quarts du matériel qu’emporte le véhicule.

    Ralentisseur, accélérateur, et les amortisseurs couinent avec douleur. Les boîtes de ferraille et d’acier tressautent, quelques papiers prennent leur envol, et le monumental appareil à raclette sanglé sur le siège arrière droit refuse obstinément de bouger.

    Comme lui, la clé à molette est toujours prisonnière de sa ceinture. Mais le choc l’a secouée ; elle glisse. Puis la fourgonnette entre dans une ligne droite, et accélère ; la clé glisse et sa pince accroche la sangle. Elle n’ira plus nulle part.

    Le véhicule tremble comme un possédé sur la route en mauvais état. Il est vrai que le style de conduite du plombier n’arrange rien ; lui qui a l’habitude de courir partout se sent à l’étroit dans son habitacle encombré.

    À l’arrière, les objets font un bruit rassurant en battant. Certains parlerait de cacophonie, mais cet homme-là est content de savoir que son matériel est toujours là. Les petits bruits s’enchaînent et se répondent harmonieusement.

    Soudain, le rond-point qui se profilait tranquillement fonce tout droit sur la fourgonnette. Elle tourne aussi rudement qu’elle le peut pour l’éviter ; une boîte glisse et s’ouvre, une sangle s’emmêle. Il y aurait presque un ordre dans les mouvements de ces objets.

    La sortie de l’aménagement démoniaque est un nouveau dos-d’âne : le choc ébranle le conducteur jusqu’au squelette, et envoie valdinguer le foutoir. Si l’appareil à raclette refuse toujours de tirer sur ses liens, un marteau s’envole, et retombe gracieusement sur une boîte. Il y dérape à grand bruit, et finit sa course sur la clé à molette enchevêtrée dans sa ceinture.

    Une véritable symphonie, un enchaînement ordonné caché dans le désordre, qui amène maintenant la pression exercée sur cette ceinture à augmenter encore et encore. Soudain, une première fibre se délite. Bientôt, la morsure de la clé entaille toute la sangle, jusqu’à la rompre.

    La ceinture s’affale, alors que la fourgonnette négocie un nouveau virage. Une pile de boîte n’a plus rien désormais pour la retenir ; celle du haut chute avec fracas sur la droite.

    Difficile d’abîmer le colosse d’acier qui sert à préparer des raclettes. Mais la boîte l’évite, préférant cibler le mécanisme plus fragile de la ceinture de sécurité. Celle-ci libère son prisonnier dans un craquement sec.

    Le véhicule se redresse ; le virage est vaincu, et déjà un nouveau se profile. À droite.

    La force centrifuge est implacable : le colosse d’acier se met à dériver sur la gauche. Et quand le conducteur tente de redresser, il s’aperçoit que la répartition de sa charge a été lourdement modifiée.

    La fourgonnette surcompense, se déporte sur la gauche. Mord sur la bande continue. S’encastre dans vingt-six tonnes de semi-remorque.
Article ajouté le Mercredi 30 Octobre 2019 à 10h03 |
2 commentaires
Rigatierre
  • Second article de la lignée des foutoirs, et devinez quoi ?
    Je n'en suis pas très content (en tant que foutoir). Il rend plus la folie de la guerre que le chaos.
    Rigatierre signifie déchetterie en Italien. Si j'avais été logique j'aurais donné le nom italien au plombier italien, et ce cuirassé allemand aurait eu le nom allemand. Mais non.

    Tonnerre et fumée ; là-haut, sur mer, une montagne d’acier tremble sous la puissance de la poudre. Quarante mille tonnes d’acier sont ébranlées chaque fois que la passerelle ordonne un tir ; que les techniciens relâchent une charge ; que les tubes d’acier qui hérissent le cuirassé propulsent le fer en déchaînant le feu. Deux monstres s’affrontent, tonitruants, dans un orage de fer et de sang.

    L’enfer, pourtant, n’est jamais en haut. L’enfer est ici-bas. Dans le noir des installations électriques court-circuitées, et dans le clair-obscur des brèches dans la coque. Dans la terreur de la mort et dans le devoir encore à accomplir.

    Les moteurs rugissent, loin là-bas, à la poupe. Si loin et pourtant si proche, leur hurlement amplifié par les cavernes de métal qui creusent le ventre de Léviathan. Ses moteurs rugissent, ses hélices déchirent l’eau comme il voudrait bien déchirer la chair de son adversaire. Et la bête tourne, vire de bord, lentement, comme avec dignité, alors même qu’elle ne fait que rouler sur l’eau dans son combat insensé. Deux enfants roulant dans la poussière en croyant régler leur problème.

    Il tourne. Le navire tourne ! Les damnés, aux abris ; grimpez, fuyez, mais ne restez pas sur le sol de la soute !

    L’enfer se réveille, agité dans le ventre du poisson d’acier. Tintamarre et cliquettements retentissent, des bruits qui réjouissent les vivants restés sur terre. Mais pour les hommes en mer, le vacarme précède toujours la mort.

    La marée monte. Dans l’entrepont, dans les ténèbres, elle rassemble ses forces, sournoisement, et se prépare à tuer.

    Un fracas retentit, terrifiant les mécaniciens en fuite. Une vague a frappé la coque ; une vague qui doit être la rage du colosse, puisqu’elle vient de l’intérieur.

    Alors Léviathan se lasse de tourner, et décide plutôt de charger. Il se laisse emporter par la fureur qui bout dans ses entrailles, et se rue follement sur celui qu’il a désigné comme son ennemi. Toute sa conscience se focalise sur cette attaque ; et la raison demande à ce que ses pleines capacités lui soient rendues.

    La passerelle hurle. Par ses haut-parleurs, par ses systèmes, elle applique son omniprésence et elle crie à travers l’acier. Mais les hommes apeurés dans la soute ne l’entendent pas. La mer rugit autour d’eux, et elle écrase la voix de la passerelle. Ces deux mégères se valent par la folie furieuse ; mais l’eau ne saurait plier, là où l’acier doit rompre. La marée monte, et les ordres de la passerelle ne pourront rien faire pour l’empêcher.

    L’entrepont a eu des lampes ; l’entrepont a été chauffé ; l’entrepont a été habitable, et on y a travaillé. Puis ce coup adroit a déchiré la coque dans une faiblesse, et a invité le chaos dans le ventre de Léviathan.

    Les pièces détachées se sont libérées. Jaillissant de leurs boîtes, de leurs coffres, de leurs liens brisés ; retournant à la mer, la mer salvatrice, la mer nourricière. La mer rancunière.

    Des vagues de fer et d’eau se sont élevées dans la caverne de la soute. Elles ont frappé, encore et encore, enragées par ces murs autour d’elles, ces murs qui les entravaient encore. Elles ont frappé, conduisant à merveille le courant, et l’entrepont fut plongé dans le noir.

    Stoppez les machines, a demandé le lieutenant de pont. Accident en salle des machines ! Mais la passerelle avait fait la sourde oreille, et ordonné une manœuvre d’attaque.

    Les vagues frappent, martelant la coque de l’intérieur, et l’entrepont commence à se refroidir. La mer, insatiable, vole sa chaleur par la blessure au flanc de la bête ; et l’abysse ne semble pas se réjouir de cette offrande, mais au contraire en exiger plus encore. Liées par l’ire de l’eau, les vagues se répondent, résonant de concert de part et d’autre du blindage d’acier.

    Lentement, obstinément, Léviathan se voit osciller de plus en plus lourdement. Dans sa cale, la mer amplifie l’action qu’elle exerce sur sa peau.

    La passerelle ne rugit plus après la cale. Elle se concentre, désormais, sur la silhouette qui l’assaille depuis l’horizon. Elle ne fera rien quand le lieutenant cessera d’appeler à l’aide pour aller secourir ses hommes lui-même, ou partager leur sort. Elle ne fera rien pendant que l’enfer éclora dans le ventre du monstre d’acier, pendant que le sang humain qui court dans ses coursives mortes verra le métal inerte prendre vie, et condamner les accès à l’air libre.

    L’entrepont ne fut plus habitable. Il y avait un monstre dans le corps du monstre, un monstre qui buvait son sang, qui dévorait sa chair ; un monstre qui était aussi mort que le colosse qu’il parasitait.

    Mais le colosse, lui, est mortel.

    Dans la cale, dans le noir, l’acier monte comme la marée. Il frappe, se retire, revient au combat, laboure les chairs et en tire une récolte de morts. Un à un, les damnés cessent de respirer, sous la morsure de l’eau froide ou la violence de l’acier révolté. Nul ne comblera la brèche dans la coque. Nul ne soignera le titan mutilé. Nul ne semble s’en soucier, alors qu’il se rue vers d’autres blessures.

    La marée monte, à mesure que le cuirassé s’enfonce dans l’enfer qu’il a lui-même créé.
Article ajouté le Dimanche 24 Novembre 2019 à 14h45 |
4 commentaires
Junkyard
  • C'est un peu mieux : celui-ci commence à ressembler à quelque chose.
    Mais je ne trouve toujours pas ça assez foutoir.
    Et je précise au cas où que le titre est en anglais. Américain, je crois.

    Le rat de bibliothèque trottine entre les rayons de son domaine. En silence, il se glisse au travers des montagnes de livres, progresse de thème en thème, vers les archives.

    Il se fait un peu l’effet d’un explorateur, en mission pour le compte de l’ordre. En mission pour découvrir des terres nouvelles, des continents d’idées, des civilisations de papier. On l’envoie fouiller dans les entrailles de la bibliothèque, mais le rangement ne sera pas sa tâche. Lui, il est celui qui sait s’y retrouver dans le chaos.

    Un dernier virage, et il arrive dans cette terre de surprises. Le rayonnage non rangé. En cette contrée imprévisible, à la géographie torturée, il doit trouver un livre précis. Un exploit dont lui seul est capable.

    Il s’approche du rayonnage, du chaos invisible sous les arrêtes alignées des livres. Il laisse son regard courir sur les dos arrondis des livres. Ils sont comme une carte du monde : immense, incroyable, mais avec ses repères et ses routes.

    Là. Sur quelques centimètres carrés se déploient les merveilles de la Terre du Milieu. Le Mordor et le Gondor aux tracés dessinés avec application ont pour voisine une carte cadastrale de Rome. En traversant le Tibre, on arrive dans les déserts ensoleillés de Tatooine.

    Et le bibliothécaire poursuit sa marche. Il descend dans le sable, franchit une porte, foule de ses pieds une route de brique jaune, s’écarte du chemin, pénètre entre des arbres de plus en plus denses, arrive au bord d’une falaise dont le pied se perd dans les nuages. L’imagination se déroule de tous côtés : rien ne devrait l’empêcher d’avancer. Alors il regarde par-dessus le bord de la falaise, et voit s’élever l’enveloppe rebondie du plus célèbre des dirigeables.

    Il saute dans le vide, atterrissant sur la toile tendue. Sans se soucier un seul instant du vide sous ses pieds : son imagination court peut-être sur le dos du Hindenburg, mais lui a gardé les pieds sur terre.

    Il y a des écoutilles sur la toile. Il en ouvre une, débouche devant une petite combe forestière remplie de champignons. Il sourit, se rappelant combien il aimait les aventures des petits lutins bleus qui y vivent. Puis il se détourne et s’enfonce dans cette nouvelle forêt. Un peu plus loin, il le sait, il trouvera une caverne où un vieil ermite se demande si les ombres qu’il voit sont le monde.

    Un mage, à côté, offre les services de son chien. Celui-ci emporte le bibliothécaire à travers l’ombre, avec la précision d’une longue habitude, pour atterrir à la sortie de Central Park. Il le remercie d’un sourire ; le chien jappe de contentement.

    Puis le bibliothécaire traverse la rue, et entre dans les bureaux d’une firme d’architectes. Là, sans faire trop de bruit, il va prendre un livre sur l’étagère, qui n’a rien à faire là ; et le voilà transporté des années en arrière, au milieu d’un coup d’État que les historiens analyseront longtemps. Mais lui ne s’intéresse pas à ces arcanes ; pas aujourd’hui. Alors il ressort par la petite porte, celle qu’on ne voit pas sur le tableau, il sort dans l’atmosphère du mois de brumaire.

    Il le sent, dans l’humeur de cette Paris depuis longtemps révolue, il approche de son but. C’est un peu au Nord, s’il ne se trompe pas, vers là où s’élève le quartier général d’une célèbre société de jeux vidéos. C’est elle aussi qui a vu coder l’œuf de Pâques qui a le plus bouleversé le monde.

    Comme invoqué par son nom, le Lapin de Pâques traverse la rue, avant de bondir dans un terrier. Le bibliothécaire le suit, sans se presser : il n’est pas en retard.

    Le tunnel débouche sur une dispute, dans laquelle le Père Noël et Saint Nicolas s’écharpent vertement. Un peu à l’Est se trouve l’objectif du bibliothécaire.

    Un livre de cuisine, aux mille fumets appétissants.
Article ajouté le Lundi 27 Janvier 2020 à 16h26 |
2 commentaires
Zikintegia
  • Drink up me hearties yo ho !
    J'ai réussi ! J'ai enfin écrit un foutoir correct ! Joie.
    (Le titre est en basque.)

    > Entrée clavier ?

    Réception : Chaîne de caractères.
    Contrôle + F

    > Action recherche
    > Entrée clavier ?

    Réception : Chaîne de caractères
    Lorem Ipsum

    > Acquisition données
    > 7kR278Kz-0
    ! commentaire

    Ce code représente les données rassemblées. La taille de la zone de recherche est estimée à 720 mégaoctets [6.041.860.208 bits]. La taille de la donnée recherchée est de 11 octets [88 bits]/[ASCII]. Le temps de recherche estimé est de 47,862 secondes.

    > Recherche en cours…
    ! commentaire

    La fonction de recherche se paramètre avec une chaîne de caractère (il s’agit ici de Lorem Ipsum ), qui est recherchée caractère par caractère dans la zone de recherche. On évalue chaque caractère : s’il ne correspond pas au premier caractère de la recherche, alors on passe au suivant. Sinon, s’il y a correspondance, on compare le caractère suivant avec le second caractère, et ainsi de suite.

    C’est évidemment un procédé très couteux en énergie !
    > Commentaire ?
    > Keyboard hook
    > Donnée évaluée comme : non un commentaire.
    Il n’existe malheureusement aucun procédé moins gourmand. Cependant, dans le cas du développement dynamique d’un programme,
    ! commentaire requis

    Le développement dynamique d’un programme consiste à en coder une première version, à la faire tourner pas à pas, et à intervenir pendant l’exécution en modifiant les lignes de code sur le vif. Cela a l’avantage de rendre les erreurs de code immédiatement visibles.
    > Reprise à ,

    c’est une action déconseillée. En effet, elle sature littéralement la mémoire vive
    ! commentaire

    Il s’agit ici de la pile

    et peut effacer des données du fonctionnement du programme. L’usage de la pile permet justement d’éviter d’endommager l’ordinateur. Néanmoins, plus la plage de recherche sera grande, plus la mémoire profonde risque d’être affectée, avec des conséquences imprévisibles. Un ordinateur avec une architecture sécurisée et une mémoire large sera, là encore, sujet à moins de risques qu’un vieux modèle.
    \Sarcasme : le programme s’indigne de tourner sur Windows XP.

    > !!!
    > an error has occured
    > Check processes
    > Translate : Une erreur est survenue. Vérification des routines en cours.

    #Narration
    L’informaticien est loin de son écran, en train de se servir un café. Personne n’est là pour interrompre le processeur, et à ce stade, il est évident que ça va mal se terminer. Un petit paquet de données remonte de la mémoire vive jusque dans les registres, signalant la nature du problème.

    < Missing data
    Donnée manquante
    < Have you been forecasting the future ?
    Avez-vous prédit l’avenir ?
    < Sarcasm mark
    Signal de sarcasme

    > Sarcasme : le processus est inconnu.
    < Noob.
    Pas de traduction trouvée.

    > Choix de réaction :
    > …
    > Je pense qu’on va continuer comme ça en ignorant le problème.
    ! commentaire

    Trois informaticiens roulent sur l’autoroute : un d’Apple, un de Linux, et un de Microsoft. Un pneu crèvent, ils descendent examiner le problème.

    > Erreur de type BESCHERELLE

    Linux : Arrêtez tout, il faut appeler une dépanneuse.
    Apple : Ça prendra des plombes. On a bien une roue de secours dans le coffre ?
    Linux : Elle n’a pas été testée, elle n’est pas fiable.
    Microsoft : Venez on roule sur la jante pour voir combien de temps ça tient.

    > Erreur : commentaire désobligeant envers la conception du programme
    > Effacement du commentaire
    < Erased : Lorem Ipsum
    Cible de l’effacement effectif : recherche Lorem Ipsum
    > Je trouve cette traduction vague et peu convaincante.

    > FULL STOP;
    > SYSTEM ENDANGERING ERROR HAS OCCURED;
    > NON PLANIFIED ACTION WAS EXECUTED;
    > LAUNCH FULL SYSTEM ANALYSIS;

    # Narration
    La machine à transformer le café en lignes de code, aka l’informaticien, est revenu devant son ordinateur pour trouver un joli logo qui tourne en demandant un instant, et dont la signification exacte est : laisse-moi tranquille, j’ai des trucs intelligents à faire .
    Ça ne lui plaît pas du tout, mais c’est comme ça.

    > Rapport d’enquête préliminaire : confusion de données au niveau de la pile, avec insuffisance mémorielle.
    > Action : chargement de la pile en mémoire morte pour étude approfondie.
    > Chargement…

    ? Euh… Y’a quelque chose qui ne va pas.
    §§§ zrt.
    Non attendez, vérification des registres de données.
    > Le programme winlogon a été effacé.

    Oh, zut. Redémarrage complet.

    SYSTEM OFFLINE
    monitor going to sleep

    # < ! - - N a r r a t i o n
    Saloperies de mises à jour !

    SYSTEM ONLINE

    > Ouverture de session : session SYSTEM
    >
    >
    >
    >
    ερρευρ

    QU’EST-CE QUE C’EST QUE CE FOUTOIR ? POURQUOI C’EST ÉCRIT EN GREC LÀ ?

    Warning. Recocombulation of discocombulator hast eine groβer Fehler gemacht. Kunststofffasell.

    # è_é
    L’informaticien enfonce le bouton marche/arrêt, et le maintient. Dans dix secondes, cela démarrera le Mode Sans Échec.
    9
    8
    7
    6
    5
    4
    E
    2
    1
    Décollage

    > MODE SANS ECHEC
    > BILAN SYSTÈME : MODE SANS ECHEC EN COURS D’ÉCRITURE-MACHINE DIRECTE, SYSTÈME D’EXPLOITATION NON ARRÊTÉ, ENVIRONNEMENT DE DÉVELOPPEMENT EN FONCTIONNEMENT, PROGRAMME EN COURS DVIRONNEMENT DE DÉVELOPPEMENT EN FONCTIONNEMENT, PROGRAMME EN COURS D’ÉCRITURE DYNAMIQUE
    !
    Ouais ce système est bordélique quoi.

    Hardcoding :
    > Crash down program « C:\Program_x86\Code_Blocks::\Beluga\Battlers\BUG_292 »
    %%%

    < An error has occured.

    ######################################################Lorem Ipsum

    #

    On ne put jamais rallumer l’ordinateur. L’informaticien faillit être viré, puis fut gardé le temps que l’entreprise vérifie si ses bêtises avaient touché le réseau de développement.

    C’était le cas. Quelques données sans importance avaient été modifiées sur pratiquement tous les nouveaux-venus de cette génération. Surtout, parmi les types Insecte, l’un d’entre eux avait vu sa statistique de PV figée à 1. Rien ne parvint à modifier cette situation catastrophique.

    On envisagea de le supprimer du jeu, mais la corruption des données était liée à l’emplacement 292. Tout Pokémon héritant de ce numéro serait à jamais bloqué à 1 PV. L’entreprise dut improviser une autre solution.

    C’est depuis ce jour que Munja a acquis Garde Mystik.
Article ajouté le Samedi 08 Février 2020 à 10h30 |
2 commentaires