Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Le petit Carnet
de Mimoza

                   


Quelques essais de fanfics sans grande prétention.

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Format Feufeu.clean (Oh-oh, Simone on the road again !)
Afin de pouvoir publier des fanfictions (et plus particulièrement des One-Shot, n'aimant pas m'impliquer de mon seul chef sur des projets à long terme) touchant à d'autres fandoms que Pokémon, j'ai donc décidé de mettre à jour et de poster ma première publication sur le support presqu'international de ce fanmade, Fanfiction.net . Ceci n'influencera pas mes publications par rapport au fandom Pokémon, si ce n'est de possibles décalages de publi - FF.net devenant ainsi mon principal support.

Reste ce blog (assez libre de toutes les façons, même si j'essaierais de revenir le plus souvent sur le fandom Pokémon) pour la publication de mes essais en avance par rapport à une éventuelle publi officielle.


<< Lµt||N m@g|Q >>dit:
Pourquoi tu voulais ecrire avec tes pieds?

Tête de publi FF.net (Lien permanent)

Publi du jour

Ma première publication n'est donc que la représentation d'un One-Shot déjà publié sur Pokebip, Junkie de Toi. Et comme publié avec un accès restreint ici, il se présente pour vous avec un rating M (pour la suggestion poussée de l'acte sexuel (Strong but Non-Explicit Adult Themes)). En espérant que vous prendrez du plaisir à le lire ou à le relire :D
Junkie de Toi, sur FF.net (DISCLAIMER)
Junkie de Toi, sur Pokebip/EM
Article ajouté le Dimanche 16 Août 2009 à 18h52 |
1 commentaire
Impulsions

Présentation du projet

Impulsion (nom masc.sing.) du latin impulsionem (voir POUSSER) -- 1. Action, tendance d'un corps de donner un mouvement à un autre corps par un choc. 2. Passage d'un courant électrique dans un circuit fermé. 3. Incitation à, désir soudain de réaliser un certain acte. SYNONYMES: 1. Mouvement. 2. Mouvement. 3. Disposition, Instinct, Penchant, Elan, Essor.

C'est sous cette définition, à première vue peu engageante pour le lecteur quelconque disons lecteur A, que Mitashi, SeaMyuu et Mimoza signent pour la fanfiction collective Impulsions. Au départ, celui-ci ne se basait sur autre que le suivi quelque peu rigide du scénario base de la série spinoff "Pokemon Mystery Dungeon" ; le petit projet jaune a donc voulu se démarquer des autres fanfictions du genre par son univers. Celui-là même qui est détaillé, pour les lecteurs connus ainsi que notre lecteur A, dans la " PREMIERE IMPULSION " - des chapitres qui mettent en place le décor, si l'on veut le présenter ainsi.

- Politique: Les jeux n'ayant jamais été abordé autrement que par un village et ses infrastructures, il semblait original pour la base de la fanfiction d'aborder un thème politique. On trouvera dans le récit le peuple de l'Ouest, composé de groupes sédentaires menés par des chefs. Même si cela n'a pas encore été abordé plus loin, les groupes sont donc scindés en village, et par-dessus ces villages se trouve une autorité supérieure ; le peuple du Nord, qui se rapprocherait beaucoup plus d'une monarchie presque absolue. Et les nomades, que nous souhaiterions faire apparaitre dans la seconde partie de la fanfiction.

- Géographique: Pas de géographie encore précise, si ce n'est les indications de lieu (Oasis, pays froid, falaise, îles commerciales, etc.) qui donneraient des indices sur la disposition des lieux.

- Religieux: Ce sera abordé plus profondément dans les prochains chapitres, mais bien sûr, l'alternative facile qu'est Arceus servira de base à une thématique religieuse propre aux Pokemon - sans faire la moindre référence aux religions connues bien sûr. C'est autour de ce thème que l'impulsion est abordée, ceci est appris assez tôt. C'est sur les circonstances que la fanfiction veut laisser placer un doute et introduire de nombreux prétextes à perdre le lecteur A.

Impulsions
Dernier chapitre: Absence et ambiance [Mimoza]

Adhérer au projet




Aujourd'hui, le groupe se trouve avec un effectif réduit et assez inactif - vacances d'été en cause. Et c'est pourquoi je vous propose à vous! Oui vous l'adolescent boutonneux, vous le potentiel lecteur A, de participer à la fanfiction Impulsions !

Où poster ma candidature ?
A l'un des auteurs actifs (SeaMyuu et Mimoza) de préférence par Message Privé ; la réponse sera aussi rapide que possible. Sinon, vous pouvez aussi vous proposer par commentaires, mais selon les mêmes critères de candidature ; le MP reste donc le plus pratique.

Quelles sont les candidatures reçues ?
De préférence, une personne ayant déjà écrit une fanfiction (quel que soit le fandom d'ailleurs, Pokemon ne constituant pas le seul fandom exploitable). Un lien vers une de vos fanfictions ou un extrait serait préférable. Aussi, nous souhaitons de vous non pas une énorme disponibilité, mais une disponibilité régulière ; c'est-à-dire qu'on puisse vous contacter sans avoir à attendre deux mois sauf raison involontaire.

J'ai également reçu plusieurs messages privés se basant uniquement sur la présentation du projet Orion des ABE (que je respecte bien sûr) ; non, il ne s'agit pas d'introduire dans le récit un de vos personnages mais de jouer avec ceux déjà existants. Nous ne voulons donc pas de personnages guest-star. Désolée.

Quelle est votre façon de collaborer ?
Tout dépend de vos possibilités. MSN reste l'une des meilleures solutions de contact entre les auteurs pour corriger et assurer la stabilité du scénario en temps réel, mais les messages privés de Pokébip restent à disposition si cela ne peut hélas pas vous convenir.

Quelle est la façon de publier ?
Etant un petit projet peu ambitieux (contrairement à celui tenu par les ABE, voir plus haut), seul le support d'un compte d'un des auteurs est nécessaire, en l'occurence Mimoza. C'est donc par elle que passera la publication. Si néanmoins vous souhaitez publier certains chapitres à votre compte, avec le véto du Comité de Lecture, il reste qu'il s'agit de votre écriture et que vous en restez libres de droits.

N'ayez pas peur de proposer votre candidature, on ne mord pas (Y) Vous pouvez aussi par le biais des commentaires poser vos quelconques questions, que ce soit à propos de la fanfiction elle-même que par rapport au recrutement autour.
Let's do it ! :D

Essai: Impulsions

Le complément à un extrait déjà posté précédemment sur ce blog. Il introduit les premiers personnages nomades (peut-être les seuls, comptant comme un groupe réduit d'individus par le style employé dans les précédents chapitres).
Premier jour de l'Après. Selon les observations des géographes de l'Ouest, s’écoulait à ce moment précis la sixième heure de soleil plein. Mais pour les nomades, des petits groupes de convoyeurs indépendants, la notion du soleil plein et du soleil couvert était beaucoup plus vague que pour les sociétés et les peuples bien établis.

Une petite poupée de chiffon tordue, deux lunettes de papier sur les yeux, s’affairait de ses petits bras ronds sur une bien drôle de machine fumante. Une composition de tissus et de métal, avec une roue arrière pour deux roues avant ; avec un chargement de moult matières textiles - coton, calicot, feutre - qui faisaient marcher le commerce des nomades.

La machine avait eu quelques problèmes d’alimentation, entre la poche d’hélium gonflant les parties textiles et le mécanisme de l’unique roue avant ; apparemment causé par un morceau de fil de fer qui aurait bloqué le mécanisme. Tout un baratin de mécanicien, bref ; la brave petite calèche avait décidé, en plein milieu d’une forêt de pylônes électriques - oui, des arbres de même texture et de même usage que nos pylônes électriques -, de faire son petit arrêt réparations. Hop, on appelle le réparateur, simple prob’ d’carbu m’dame, merci monsieur ce fut très aimable, ça fera dix-huit euros. Bon.

Devant, le petit danseur au corps minuscule s’impatientait. Sa chevelure, compactée en une seule mâchoire, à l’esprit autonome et au caractère plutôt vicieux, grognait avec vigueur, et surtout l’air de se moquer de la petite personne à l’arrière avec ses clés de douze et ses tournevis en verre.

« Plusch, tu as bientôt fini avec la carriole ? »

La poupée releva la tête et ôta les petites lunettes de mécano. Les deux billes rouges qui lui servaient d’yeux exprimaient une certaine impuissance - petit problème, imprévu, gros problème, effet papillon. La fermeture Eclair constituant sa bouche commença à babiller des excuses rapides. Et on retourne au boulot sans autre forme de cérémonie. On n’a pas que ça à faire, quand même.

Pour seule réponse à ce monologue incompréhensible, le « petit danseur » poussa un petit soupir déçu - sans se départir de son sourire un peu trop paisible - et reprit son activité, à savoir compter les pellicules de fil coincés entre ses orteils de peau noire.

Dans la boîte faisant office de moteur - une récente invention plus que formidable -, une petite ampoule entourée d’une enveloppe laiteuse et fluorescente ouvrit les yeux. Deux petits yeux ronds et blancs qui fixaient le mécanicien venant la revisser sur son support. Elle étira ses bras minuscules, constitués de la même enveloppe, en poussant un bâillement.

Pfoua.
Clac.

Plusch referma la trappe et remit tranquillement ses lunettes autour de son cou, façon motard aux doigts-dans-le-cambouis. Il n’y avait plus qu’à voir si les rustines, avec un peu de chance, tiendraient le coup jusqu’au prochain arrêt pipi. La poupée avait l’air satisfaite de son boulot, mine de rien.

« V’là Kiefer. S’tout prêt ta bécane.
- Monsieur Branette (Air taquin) m’en voit ravi.
- Yep, Mysdi’ ! (Réponse à la plaisanterie) Tout beau tout neuf ! »

Le Mysdibule lui rendit un de ses sourire très féminin, et empoigna les petits leviers de la machine. Pas possible de se tromper : bille rouge pour le frein, avec bille verte pour l’accélerer, bille bleue pour le « stop on arrête tout et on prend notre pause café les gars ». On abaisse le levier à bille verte, un petit bruit de pétarade, et la petite machine démarre doucement sur le chemin chaotique. Dans la boîte-moteur, la petite ampoule faisait vibrer du bout de ses doigts chargés d’électricité statique les plaques de métal contre le ballon d’air.

Se dégonflait, avançait ; se regonflait, s’arrêtait ; et on recommence. Drôle d’invention qu’un moteur fonctionnant simplement à l’énergie corporelle.
Le Mysdibule caressa sa chevelure vivante qui lui mordillait le bas de sa robe de peau. Le Branette, assis contre un cube de feutre, essuya délicatement les membranes de papier de ses lunettes avec une rigueur de politicien.


Impulsions
Article ajouté le Lundi 27 Juillet 2009 à 14h05 |
1 commentaire
(2009) (Essais) Rock-on baby!

Essai

Ce qui s'étendait à perte de vue, ce qui couvrait l'ensemble du décor, était une forêt. Une forêt inactive, une forêt triste, une forêt morte ; pleine d'arbres aux troncs tordus, de feuilles mortes, de citrouilles aux sourires menaçants, de tondeuses à gazon renversées. Tout simplement l'oeuvre du temps ou de quelque machine humaine furieuse, me direz-vous en voyant une forêt comme celle que je décris - ou que j'imagine, peut-être.
Mais moi, je vois autre chose.

Moi, je vois les plumes de corbeaux emportées par la fumée, les morceaux de verre piétinés, les canettes écrasées ; je vois les balançoires abandonnées sur les branches cadavériques, et les boîtes de cookies déchirées en petits coupons.

Je sens aussi l'odeur d'une sucrerie mortelle dans l'air, un poison, une drogue. J'entends aussi le sifflement des bougies internes dans la bouche des citrouilles. Je touche les herbes folles entremêlées dans la crasse.

Et si je l'imaginais, comme un monde imaginaire, dans ma folie de petit garçon blond, avec sa salopette noire calcinée ; croyez-vous que j'aurais pu voir, sentir, entendre, toucher toutes ces choses effrayantes sortie du coeur endormi et meurtri d'une forêt morte ?

Non ? Vous avez peut-être raison, interlocuteur au visage inconnu et invisible. Peut-être ne suis-je qu'un gamin - ou une gamine - inventif (ive) et qui voit juste là le domaine monstrueux sous son lit, ou sous le lit de ses parents. Et si vous aviez raison ?

Oui ?
Alors la main toute blanche sur votre épaule est fausse, alors ...


En rapport avec...

Le petit topic ingénieux de LG-Nimbus, le "rock-on baby" propose chaque semaine une petite musique "thème" sur laquelle écrire un court essai, plus ou moins en rapport avec Pokémon. La musique qui m'a inspiré fut Thursday - In Silence, proposé par Negi'.
Le rock-on baby !
Article ajouté le Samedi 13 Juin 2009 à 18h26 |
2 commentaires
(2009) (Essais) Impulsions

Essai

Un bout de préquelle qui marquerait une seconde partie dans l'histoire d'Impulsions, on ne sait pas encore. Quoiqu'il en soit, on fait allusion à un passé humain du héros, Nenshû, où se manifestent les faibles signes de l'impulsion naissante qui va lui tomber dessus comme une épée de Damoclès. Aussi, les repères d'Avant ou d'Après sont des temps par rapport à la nuit décrite dans le prologue ; occasion ainsi de marquer les différences de décompte du temps dans les deux mondes mis ainsi en parallèle.
Dernier jour de l’Avant. Selon les datations du calendrier grégorien encore en vigueur, nous sommes la journée du 13 octobre 2003. Un mardi après-midi similaire aux autres mardis après-midi de cette année, et qui sera un modèle pour les semaines d’automne à venir. Personne ne se souciera des premières absences ; que voulez-vous, le monde des hommes est un monde de gens distraits.

Comme chacun de ces mardis, la foule se bousculait dans la rue large. Les mères attrapaient les mimines des enfants, ces mêmes enfants qui couraient derrière les chariots de crème glacée ; les pères reluquaient le postérieur bien enrobé en chair des demoiselles célibataires, ces mêmes demoiselles célibataires qui s’arrêtaient devant les magasins de pompe-funèbres avec un sourire las. Bref, il s’agissait d’un de ces rendez-vous spontanés et typiques de la folie humaine. Allez donc comprendre.

Dans un magasin de jouets, le vieux vendeur derrière son comptoir repeignait soigneusement la peau de bois écaillé d’un pantin. Le jouet souriait de son sourire inanimé, et semblait malgré tout être content du bon soin qu’on lui accordait. Le commerçant posa le pinceau, rehaussa ses lunettes avec un soupir satisfait, et reprit son travail à la colle. Un pan de la chemise du pantin se décollait de son torse d’ébène.

Derrière la vitrine, un petit garçon regardait d’un air béat les multitudes de joyaux exposés. Les petits hommes de plastique, habillés à la mode du Far West, les gros nounours rembourrés de coton, et le petit train qui suivait son circuit en émettant quelques tchu tchu en passant devant le pied d’une marionnette géante.

Le môme essuya du revers de la manche une coulée de morve et reprit sa contemplation, les deux mains collés à la vitre, laissant ici et là des traces de crème glacée toute fraîches. Le vendeur posa la marionnette à côté de sa tasse de chocolat chaud, maintenant plus tiède que chaud ; et prit dans le bocal trônant sur son bureau, atelier, fourre tout, une poignée de dragées. Les mioches adoraient venir manger ses sucreries. Et ça le rajeunissait. Le pantin approuva de son sourire figé. Les yeux-de-verre pendus vers le bas admiraient les petites mains de cire minutieusement retravaillées.

La clochette à la porte sonna.

« Bonjour, bonhomme ! »

Le gamin se tourna vers le bonhomme, avec son sourire édenté et jauni, sa vieille moustache crasseuse et les quelques cheveux blancs dressés raides sur son crâne nu. Il semblait sortir tout droit d’un de ces dessins animés, où le capitaine Luciole devait à la fois aider les animaux-baudruches à migrer et sauver le vieillard qui voulait traverser la mer sur son rafiot.

« Bonjour, m’sieur ! »

Il sourit à son tour. Un sourire tout en dents, constellé de crème glacée parfum pistache. Il avait toujours les doigts plaqués sur la vitre, comme vivants et attirés par le royaume miniature, figé dans l’éternelle jeunesse de sa génération. Le marchand lui tendit la poignée de dragées.

« Veux-tu des bonbons ?
- Oh oui ! » Une jolie petite voix mièvre, même un peu trop immature pour un môme de quatre ans affligé d’un début de bronchite. Il plongea les doigts dans la poignée largement ouverte et enfourna les petits bonbons enrobés dans sa bouche.

Le bonhomme s’essuya les mains - certain, dans ses lubies de vieillard, que quelques traces infimes de crème à la framboise allaient lui refiler on-ne-sait quel cancer inconnu - sur sa chemise carrelée, toujours avec le même sourire édenté.

« C’est bon, n’est-ce pas ? »

Rien ne paraissait louche aux enfants, lorsqu’il s’agissait de sucreries offertes - pas gagnées par un joli petit bricolage, mais gracieusement offertes -, et par un adulte de surcroît. Il hocha la tête, le visage crispé, en faisant craquer entre ses dents les dragées multicolores. Le vieux imita le geste et retourna clopin-clopant derrière son comptoir. Le pantin, la chevelure métallique plongeant dans la tasse pleine, souriait d’impatience.

Le môme reprit la contemplation admirative du royaume miniature. Dans la gare en bois peint, un automate de renard à deux queues faisait des rondes en attendant le train. Et le train ne s’arrêtait jamais. Jamais au bon endroit, du moins.

Il s’arrêta précisément devant le pied de la marionnette géante, et émettant quelques tchu tchu sur place. Le train semblait rouler dans le vide. Il n’avançait pas, il ne reculait pas. On dira qu’il s’agira d’un problème de fabrication, un modèle défectueux.

Il ne s’agit pas d’une pulsation électrique inhabituelle qui aurait fait trembler la vitrine, les mini-Indiens, la clochette à la porte et la tasse de chocolat.

Ce serait ridicule, pour un monde terre-à-terre comme celui que nous décrivons.

A un autre endroit, on aurait qualifié cela de phénomène. Dans cet « autre part », nous l’avons simplement désigné comme un préliminaire, une impulsion.


En rapport avec...

Impulsions est un projet crée sous l'initiative de Mitashi ; l'intrigue étant essentiellement basé sur le principe des jeux "Donjon Mystère" (Mystery Dungeon), le défi a été de rendre cette fanfiction largement plus réaliste, en abusant des décalages temporels et spatiaux, des descriptions de sensations et d'un peu de politiques locale. Selon moi, un pari plutôt réussi pour le modeste projet que l'on s'en faisait ;)
Impulsions
Dernier chapitre: Absence et ambiance [Mimoza]
Article ajouté le Jeudi 11 Juin 2009 à 18h02 |
0 commentaire
(2009) (Gifts)
Un énorme merci, plein de câlins et de généreux bisous parfum banane, à Negi qu m'a fait une adorable (question de point de vue) signature avec un adorable petit bout de hérisson (l) Alors je l'exhibe pour mes beaux yeux noisette. Encore merci <3


Article ajouté le Mardi 16 Juin 2009 à 17h29 |
1 commentaire
(2007) (Anniversaire)

Merci Flygon_Heart !


Merci MimiGoupix !


Merci Myssdii !


Merci Voltaly !


Merci Laurene1993


Merci, Yamiyo !

Merci LG_Nimbus !Merci Walker !
Merci Harukaze !Merci Zean !
Article ajouté le Dimanche 09 Décembre 2007 à 14h18 |
16 commentaires