Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Méandres Ecailleuses - Le fin fond
de Sphaxy

                   


Postulat de départ de ce blog :
Expliquer les techniques de gravure que je découvre et que j'emploie afin de faire découvrir un peu plus cet univers.
C'est technique, assez artisanal, et extrêmement manuel.
Si vous aimez vous salir les mains et avoir des courbatures aux bras à force de creuser du bois et de tourner des roues de presse,
VOUS ETES ICI CHEZ VOUS.

Bon en vrai je pense que ça dérivera avec sans doute d'autres articles, des trucs plus ou moins random et/ou personnels.
On verra si j'arrive à mettre un peu d'ordre à tout ça !

Merci de passer en tout cas !


Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


J'ai craqué
1: Des chansons qui te rendent heureux.
Don't stop me now - Queen
Crave you - Flight Facilities feat Giselle
Baby I'm yours - Breakbot & Irfane

2: Des chansons qui te font pleurer.
Bronte - Gotye
Explorers - Muse

3: Une chanson des années 80.
Owner of a lonely heart - Yes (1983)

4: Une chanson des années 90.
Porcelain - Moby (1999)

5: Une chanson des années 2000.
D.A.N.C.E. - Justice (2007)
P'têt pas ma préférée de la décennie, mais absolument marquante et première découverte de mes amours Justice.

6: Une chanson de ton artiste préféré.
Lol. Continuons sur Justice du coup ¯\_(ツ)_/¯
We are your friends |REPRISE| - Justice

7: Une chanson avec un jour dans le titre.
Monday Hunt - Carpenter Brut

8:Une chanson avec un mois dans le titre.
November has come - Gorillaz

9: Une chanson qui te rappelle quelqu'un que tu aimes.
Maman je t'aime, celle-ci c'est pour toi.
Eye in the sky - The Alan Parsons Project

10: Une chanson issue d'un film.
A real hero - College & Electric Youth (Drive)

11: Une chanson qui commence par la première lettre de ton prénom.
Pardon mais j'étais incapable de choisir là
Blood Dragon - Far Cry Blood Dragon
Black Magic - Savant
Behemoth - Gost (oreilles sensibles attention au MEGADROP à 50")

12: Une chanson qui commence par la dernière lettre de ton prénom.
Elevation - Para One

13: Une chanson que tu aimes depuis des années.
Emperor - Murtagh & Veschell <3 <3 <3
Et un truc un peu plus connu histoire que des gens se reconnaissent (enfin j'espère) :
Walking on a Dream - Empire of the Sun

14: Une chanson que tu connais grâce à un ami ou à un membre de ta famille.
Riot - Dance with the Dead (celle-ci elle est pour mon muhmuh)

15: Une chanson avec une couleur dans le titre.
Black Chrome Riot - Fixions Du sale
Blue Cigar - Midnight Sisters Et du doux

16: Une chanson d'un artiste toujours vivant.
Automaton - Jamiroquai (parce qu'on ne l'oublie pas)

17: Une chanson d'un artiste décédé.
Incapable de choisir entre les deux, désolée, les riffs sont trop jouissifs.
Shame on me - Avicii
Lay me down - Avicii

18: Une chanson d'un groupe qui s'est séparé.
I can't dance - Genesis

19: Une chanson qui passe à la radio.
Paris - L'Impératrice

20: Une chanson que tu aimes d'un artiste que tu détestes.
J'aime mon pays - Sexy Sushi
Je ne déteste pas foncièrement ces artistes, mais j'ai fait un blocage depuis que je déteste la personne qui me les a fait découvrir haha.


Thx Reshi' pour ce questionnaire musical sympathique !
Article ajouté le Mercredi 30 Mai 2018 à 02h20 |
2 commentaires
La typographie au plomb
Suite à mon post d'il y a quelques semaines, voici un petit tutoriel qui, j'espère, éclairera un peu mes méthodes de travail !
Enjoy :)





N'hésitez pas si vous avez des questions !
Article ajouté le Lundi 23 Avril 2018 à 20h38 |
5 commentaires
Votre parcours artistique
Ho
Ho
Ho

Dernièrement, SeaMyuu (ma go lel <3) a déterré un topic du forum concernant le parcours d'artiste de chacun. L'idée est simple, quelques questions auxquelles on doit répondre pour discuter de notre pratique.

Je vais donc répondre à ces questions sur mon blog par soucis de visibilité.
Notamment parce que je suis là si vous avez besoin de renseignements sur les écoles d'art. Je suis dans le milieu, j'ai fait un gros paquet de portes ouvertes en France et en Belgique depuis plusieurs années maintenant, et je connais la plupart des parcours & diplômes (autant privés que publiques). Donc si des gens veulent se lancer là-dedans et manquent d'info, n'hésitez pas à me MP ou commenter ici.

Alors.

Quand ai-je commencé ?

Très tôt, dès que j'ai su tenir un crayon. Au début ça se cantonait à des fleurs. Ensuite j'ai viré sur des dauphins et des baleines, qui ont vite été agrémentés de dinosaures. Puis à partir de mes 6 - 7 ans, j'ai récupéré le guide Pokemon Cristal de mon frère (on avait même pas Pokemon Cristal mais c'est pas grave ?). A la fin du bouquin, il y avait un Pokedex. C'était ma mine de références. Je dessinais des Pokemons partout, tout le temps. Qui se battaient et se faisaient face. J'ai été obsessionnelle très longtemps dans le dessin. J'avais des périodes de plusieurs mois où je gribouillais tout le temps la même chose. Mais de manière générale ça a toujours été des bestioles, des animaux, des Pokemons.

Pourquoi ?

Pas la moindre idée. Je sais que c'était vraiment une envie puissante, limite un toc. Je m'ennuie très vite si je fais rien de mes mains. Ma mère avait toujours des feuilles, des calepins et des crayons partout où on allait, parce que je tanais en toute circonstance pour dessiner. J'étais pas intéressée par grand chose à part ça niveau activités.

A quel rythme est-ce que je produisais ? A quel rythme je produis actuellement ?

Tous les jours pendant des années. Jusqu'à ce que j'arrive au lycée en fait. J'ai un peu calmé le jeu au bahut à cause de pas mal de choses, le fait que je trouvais mes sujets de dessin rébarbatifs - mais que j'étais incapable de faire autre chose par exemple. Le temps que me prenait mon école aussi (bahut militaire = pas un max de temps libre). Cependant mes marges de feuilles et de cahiers étaient toujours remplies de croquis, donc ça restait une production quotidienne même si pas trop prise au sérieux.
Aujourd'hui je pense que je produis bien plus qu'avant. Ce sont mes études et j'ai 38h de cours par semaine + énormément de devoirs, alors je dessine BEAUCOUP. Mais lorsque je suis en vacances, en week-end, etc... Des fois je vais avoir envie de lâcher, et de faire autre chose. S'acharner c'est pas toujours bon, je préfère prendre mon plaisir dans des sorties / expo / jeux-vidéos / etc. C'est plus aussi quotidien qu'avant mais c'est beaucoup plus travaillé et abouti.

Ai-je eu un/des moment(s) déclencheur(s) qui m'a/ont fait évoluer ? Si oui le(s)quel(s) ?

Il y a eu plusieurs moments déclencheurs oui. Mais je parlerai plutôt de rencontres. Il y a eu Aku, qui m'a fait découvrir Pokebip et Pokegraph au début du collège. Ensuite j'ai tissé des liens avec LoulouJ/Alaspargus grâce à ces sites. Elle m'a permis de vraiment me projeter d'un point de vue professionnel dans le milieu de l'art. J'ai pris conscience que ça pouvait être quelque chose d'envisageable et même réalisable. Sans ces personnes, je ne sais pas si je serai dans ce domaine aujourd'hui. Une fois arrivée en école d'art après le bac, j'ai rencontré une floppée de gens aux styles et aux goûts différents, et ça a ouvert mon champ des possibles; de ce qui peut être produit, de ce qui peut être étudié, apprécié, dessiné, créé... Ca m'a rendu éclectique, autant au niveau du medium que du sujet.

Me suis-je déjà aventuré dans d'autres domaines que mon art de prédilection ?

En plus du dessin que j'ai toujours fait et maintenant de la gravure qui est mon domaine d'étude, je fais pas mal de trucs. J'aime le bricolage, la broderie, la reliure, le digital, la photographie. De manière générale, je suis attirée par l'artisanat et le manuel. J'adore les vieilles techniques d'impression, comme la typographie au plomb. J'aime me salir les mains et je trouve que les outils et étapes de création sont tout aussi "art" que le sujet ou le produit fini. Par exemple, le savoir-faire d'un souffleur de verre et l'observation de sa manière de travailler est tout aussi - voire plus - beau que le fait qu'à la fin ça donne un cheval et que ce soit propre.

Bon, je rajoute cette question pour éclairer un peu tout ce dont je parle et où j'en suis aujourd'hui exactement.
Quel est ton parcours scolaire, tes écoles, tes formations ?

J'ai fait un lycée militaire en internat. A la base j'avais très peur de bosser dans l'art et je ne pensais pas que ça me conviendrait. Au final je me suis lancée dedans, puisque le cursus d'éthologie que j'envisageais était très risqué pour ne pas dire impossible.
Après mon bac, j'ai donc postulé à l'EPSAA, pour une année préparatoire en arts appliqués. C'est une prépa publique et donc accessible financièrement.
Lors de cette année, j'ai découvert la gravure d'illustration (à ne pas confondre avec l'ornementation. Là je parle de création d'images). J'ai vraiment eu une attirance extrêmement puissante pour cet univers; à la fois ancré dans l'évolution de l'art et de la culture à travers les siècles, et en même temps tout à fait méconnu au XXIème siècle.
Après renseignement, j'ai découvert qu'une seule école en France fournissait un diplôme dans ce milieu : Estienne.
Pas de bol, la prépa ne comptait pas pour une MANAA, et mon bac n'était pas en Arts Appliqués. Or, sans ça, impossible de demander cette école.
J'ai donc postulé pour différentes MANAA et j'ai été prise à Auguste Renoir dans le 18ème arrondissement de Paris. Cette nouvelle année de préparation aux concours n'était pas de trop et je me suis donnée à fond pour obtenir les meilleurs résultats possibles.
Après plusieurs mois de boulot acharné, les résultats tombent et me voilà prise à Estienne !
Aujourd'hui, je termine ma première année de Diplôme des Métiers d'Arts Option Gravure, diplôme en 2 ans qui m'apprend le travail du métal en amont, et l'impression de celui-ci en aval.
Je me considère technicienne plus qu'artiste, dans la mesure où la gravure est un milieu tout à fait rigoureux. Mais une fois les connaissances et les réflexes acquis, les possibilités de maniement du métal sont quasi infinies. Ici la frontière entre l'artisanat et l'art est fine, et c'est ce qui me plaît. La création survient après avoir appliqué des règles bien précises, c'est un peu comme de la cuisine. J'ai l'impression de donner une valeur à mes créations dans la mesure où elles n'existent que parce que j'ai un savoir-faire bien précis pour leur donner vie.

La gravure et l'impression ont réellement joué de grands rôles culturels et politiques à travers l'histoire.
Ne laissons pas d'aussi beaux métiers s'éteindre au profit de l'automatisation mes amis !
Article ajouté le Dimanche 25 Février 2018 à 18h27 |
5 commentaires
Eau-forte
Bon aujourd'hui je vais parler de l'eau-forte.
C'est un procédé archi génial qui m'a vraiment motivée à partir dans un cursus de gravure.
Il y a plusieurs dérivés de l'eau forte, avec des noms particuliers.
Je ne les ai pas encore testés (mais ça viendra au fur et à mesure à partir de la rentrée vous en faites pas.)
Du coup on va rester sur l'eau-forte de base, la technique la plus simple.

Selon Wikipédia,
L’eau-forte est un procédé de gravure en taille-douce sur une plaque métallique à l’aide d’un mordant chimique (un acide).
L’artiste utilisant l’eau-forte est appelé aquafortiste. À l’origine, l’eau-forte était le nom donné à l’acide nitrique.


(Cette définition contient le mot bizarre "taille-douce".
La taille-douce est une technique de gravure sur métal en creux : l'encre se mettra donc dans les creux que l'on va créer en gravant.)
Et oui je ferai un article lexique parce que sinon on va pas s'en sortir.
Alors.
J'ai quelques photos plus ou moins belles réalisées lors de cette gravure pour illustrer les étapes, pour le reste ce sera des photos du Ternet.
Puisque cette gravure avait été réalisée sur zinc (même si d'autres métaux peuvent être utilisés), voici une jolie petite image de plaque de zinc avant utilisation :


Le papier bleu sur la plaque, c'est un film de protection.
Vu que la gravure fonctionne par attaque du métal, la moindre rayure fait tout foirer.
Donc la plaque est protégée lorsqu'on l'achète en magasin.
Ensuite, on utilisera plein de journal pour emballer les plaques si on veut les trimballer.

Sur cette plaque, on va poser un vernis.
C'est un vernis qui doit être capable de résister à l'acide; ici, c'est un vernis dur (qui va sécher et ça prend un peu de temps).
L'objectif, c'est de protéger correctement la plaque, et de manière homogène.
Ensuite, on va venir gratter avec une pointe sèche (un petit manche avec une pointe de métal).
Il y a plusieurs outils, certains permettent des pleins et des déliés, ça a des noms particuliers.
Personnellement je n'ai bossé qu'à la pointe sèche (c'étaient mes premières gravures et on m'avait pas trop fourni de matos).
Cet outil, étant une pointe, ne permet pas de travailler par masse ou de varier l'épaisseur du trait.


Ah, et comme je ne suis pas une folle furieuse, j'avais auparavant fait le brouillon de mon dessin à graver.
Je l'ai transféré avec du papier carbone, délicatement.
(vous savez le papier rose que quand tu écris sur son dos le rose se transfère sur la feuille en dessous)

Des petites photos cracra de ce à quoi ressemblait ma plaque lorsque j'étais en train de la graver (et donc de gratter le vernis) :


Une fois que l'on a terminé de graver la plaque (enfin de gratter le vernis plutôt), on va la tremper dans de l'acide.
Je veux pas dire de bêtises mais pour ma plaque on l'avait laissée 15 minutes environ.
Je ne sais pas si ça dépend des vernis ou de la proportion de gravure ou autre.
Pourquoi plonger la plaque dans de l'acide ?
Alors.
L'acide va "mordre" la plaque là où il n'y a pas de vernis pour la protéger.
Les parties que l'on a donc grattées vont être attaquées par l'acide, qui va creuser la plaque.
Ça va littéralement transférer la gravure dans le métal !
Une fois la plaque sortie de l'acide (avec des gants et des lunettes hein, ne soyons pas maso), on la nettoie.
On peut prendre du WhiteSpirit par exemple. L'objectif c'est de retirer le vernis.
Toujours avec des chiffons ou des éponges douces, pour ne surtout pas rayer la plaque.

Et voilà, la phase 1 est terminée !
Tout ce que je viens de vous raconter, ça n'arrive qu'une fois par gravure.
Vernir, graver, plonger dans l'acide et nettoyer, ça vous permet d'obtenir la matrice.
Et maintenant, cette matrice, elle va subir plusieurs fois le même traitement, et ce autant de fois qu'on va faire d'impressions.
L'impression (ou estampe) c'est la gravure transférée sur papier.

Pour pouvoir imprimer la matrice, il faut l'encrer. Pour cela on prend un encre spéciale, un peu pâteuse.
On va ensuite prendre de la tarlatane, c'est un textile (coton plus exactement).
On l'assouplit un peu, puis on en fait une sorte de boulette/poupée. On en plonge le bout dans l'encre, et on étale sur la plaque.
Il y a une manière un peu particulière d'étaler l'encre.
Pour qu'elle pénètre bien dans les creux de la gravure, on fait des sortes de cercles et de rotations avec une grosse pression.


Une fois l'encre étalée, il faut retirer le surplus, afin de ne garder l'encre que dans les creux de la gravure.
Pour cela, on reprend de la tarlatane, propre cette fois-ci, et un retire doucement avec des grands mouvements d'essuyage amples.


On nettoie jusqu'à ce que l'encre soit bien retirée.
Ensuite, la partie trop cool, la délivrance !
La matrice est fin prête.
On a au préalable mouillé puis essuyé notre papier sur lequel l'impression sera faite.
Cela permet d'optimiser la qualité de l'impression (me demandez pas ce que ça fait sinon, j'ai jamais essayé).
On a donc une grande presse.
C'est une grande tablette avec un rouleau qui fait pression au milieu.
En tournant une roue, la tablette passe d'un côté à l'autre du rouleau.
Quand on pose la gravure/matrice puis la feuille par dessus et qu'on tourne la roue, le rouleau fait pression sur la matrice et l'encre est transférée de la matrice au papier !


(bon ces deux images là viennent de mon autre gravure en eau-forte que je vais sans doute poster sur ma galerie aussi)
On tourne donc la presse, puis on récupère l'impression que l'on va mettre à sécher pendant quelques jours entre des langes.
Puis on nettoie la matrice, afin de retirer le restant d'encre.
Toujours tout doucement et sans rayer.
Puis, il n'y a plus qu'à recommencer pour les impressions suivantes !


Si vous avez des questions ou autre, n'hésitez pas !
Je ne suis pas pro dans le milieu, mais je le serai dans deux ans, donc si vous avez des questions archi techniques soyez patients :p

Merci d'avoir lu tout ça !
Article ajouté le Jeudi 20 Juillet 2017 à 14h41 |
2 commentaires