Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Recueil de trucs
de Konn

                   



Si vous trouvez un contenu choquant, vous pouvez contacter la modération via le formulaire de contact en PRECISANT le pseudo de l'auteur du blog et le lien vers le blog !

» Retour au blog

Anthologie
Hé, salut.

Ce soir je suis de bonne humeur. La vérité, c'est que depuis quelques jours j'ai envie d'écrire un truc par ici, parce que j'ai plein de choses à dire. Sauf qu'à chaque fois, je partais en écriture libre et ça allait dans des coins un peu sombres, à parler de porno, de politique, de gens qui se la racontent, de problèmes d’ego et de tout un tas de trucs pas forcément hyper jouasses. Alors je laisse tout ça de côté pour peut-être les ressortir un jour où j'aurais envie de taper sur des trucs. Nan, ce soir j'ai envie de parler de trucs plus sympas. Et pour une fois, j'ai pas pour intention de faire un pavé monstrueux semi-pompeux ou je fais genre d'être un adulte fonctionnel capable de réfléchir. Enfin, presque. J'ai envie de parler de trucs qui me tiennent à cœur donc je sais très bien que je vais pas pouvoir m'empêcher de partir dans des tangentes terribles pour expliquer pourquoi je trouve tout ça trop cool.

Bref ! Ce soir, j'ai envie de parler de musique. Mais pas de n'importe quelle musique. J'ai envie de faire une petite anthologie des trucs qui m'inspirent et/ou m'ont inspiré à un moment. Ces morceaux qui payent pas forcément de mine mais qui ont réussi à résonner avec moi à un moment, pour une raison ou une autre. Donc voila, rien de bien extraordinaire, juste un prétexte pour écouter des sons qui me plaisent et faire découvrir des artistes parfois un peu obscurs.

Blues Drive Monster - the pillows, Little Buster, 1998 (version live parce que je préfère celle-là à la version studio)Pour faire vite fais l'historique, les pillows sont un groupe de rock indé japonais qui a commencé sa carrière en 1989 avec un premier album sorti en 90, et qui s'est fait connaître en occident grâce à leur travail sur la bande son de FLCL (le meilleur anime de tous les temps btw). Et du coup, Blues Drive Monster fait aussi partie de l'ost de FLCL (dans une scène de l'épisode 5 pour les curieux). Et du coup, imaginez. Konn, 11 ans, devant son ordinateur pendant les vacances de Noël, découvre ce morceaux en regardant l'anime. Et ça, même aujourd'hui, je saurais pas trop expliquer pourquoi ça a vibré en moi comme ça, mais c'est cet instant précis, ce morceau précis, qui m'a donné l'envie de faire de la musique. Donc ouais, niveau inspiration ça se pose là, je pense. C'est de là que j'ai appris à jouer de la guitare, de la basse, du piano (même si ça pour le coup je suis sûr d'avoir tout perdu). Et c'est encore hyper important pour moi aujourd'hui, et ça a toujours une place de choix dans ma playlist, comme quasiment toute la discographie des pillows en réalité.

Paper Wings - Rise Against, Siren Song of the Counter Culture, 2004 (encore une version live, ouais, j'aime beaucoup les versions live en général)J'ai moins de trucs à dire sur celui-là en réalité. Ça date de ma grosse période punk quand j'étais au collège . J'oscillais entre Rise Against, Linkin Park, The Offsprings, Zebrahead, ce genre de bails. Avec le temps, j'ai arrêté d'écouter LP, Zebrahead, et d'autres trucs un peu teenage comme ça. Mais de cette époque, y'a juste Rise Against qui continue de revenir très très régulièrement dans ma playlist, je continue de suivre leurs sorties et ouais, j'aime toujours beaucoup. Siren Song reste encore aujourd'hui mon album favori du groupe, et Paper Wings mon morceau favori de cet album. Bien sûr y'a d'autres titres d'autres albums que je trouve incroyables, mais j'ai un soft spot pour celui-là.

Gyroscope - In Flames, Whoracle, 1997C'est hyper difficile de mettre des mots sur ce morceau là. Parce que In Flames (ou du moins le In Flames des années 90), c'est un de ces groupes de metal qui utilisent la voix avant tout comme une instrument avant de mettre du sens dans leurs paroles. Du coup, si on écoute, ça peut sembler très confus et juste être des mots posés les uns à côté des autres sans véritable lien. Mais ça, bah c'est 100% mon délire et du coup ça résonne avec tout un tas de trucs en moi, tout un tas de bribes d'idées qui prennent vie. Je crois que j'ai découvert Gyroscope en 2008 ? Je sais plus la date, j'étais au collège c'est sûr. Et en plus d'être mon introduction au death metal, ça a mis en branle pas mal de trucs chez moi.

Butter-Fly - Kouji Wada, Butter-Fly, 1999 (là c'est la version full cast de Adventure Tri, parce que la nostalgie et jute trop forte pour être ignorée)Bon là c'est moins une source d'inspiration que quelque chose qui m'a suivi virtuellement toute ma vie. Je me souviens pas de la première fois que j'ai entendu Butter-Fly, mais je sais que c'était il y a longtemps et que j'étais très jeune. C'est un titre que j'écoute pas souvent, parfois il se passe un ou deux ans sans que je l'écoute ne serait-ce qu'une fois, mais ça rend chaque écoute d'autant plus forte. A chaque fois je me revois gamin, sauter dans le canapé de mettre la télé pour regarder Digimon avant d'aller à l'école. C'est un peu le catalyseur d'un temps que j'ai oublié, d'une époque qui me paraissait plus simple et innocente. Et en écrivant je me dis que putain, j'ai déjà un pied dans la tombe alors que bon, 22 ans c'est pas si pire quand même. Mais ça change rien, ça change rien au fait que quand je l'ai entendu chanté par tout le cast à la fin de Digimon Adventure Tri, bah j'ai chialé comme une merde, parce que c'est important.

ISM - Savant, ISM, 2012Alors là c'est très très simple. C'est ce morceau là qui m'a fait apprécier l'électro et la dubstep, et c'est aussi sur ce morceau là que j'ai écris de la science-fiction pour la première fois. C'est un très bon pote qui m'a fait découvrir Savant, et encore une fois, c'est devenu l'un des artistes que je suis un peu partout et pour lequel j'ai toujours une hype monstrueuse à chaque fois qu'il release un nouvel album. D'ailleurs y'en a un qui arrive bientôt et je ne puis contenir les litres de hype qui viennent s'écraser sur ma gueule à chaque fois que je vois passer l'annonce.

First Snow - Emancipator, Soon it will be Cold Enough, 2006Que dire, que dire, que dire. Que dire si ce n'est qu'encore aujourd'hui ce morceau est dans mon top 3 des plus belles pièces de musique de tous les temps. Que dire si ce n'est que celle-là, et une autre qui va arriver juste après, sont la source d'inspiration de 90% de mon travail sur Aedrelon, et de 90% de mon travail tout court en fait. C'est calme, c'est gris, c'est froid, c'est sombre, mais c'est en même temps tellement chaleureux, tellement familier. Quand j'écoute ça, je me sens bien. Plus que ça encore, j'me sens chez moi, à ma place, libre. J'serais incapable d'expliquer pourquoi ça me fait ça, et en vérité j'ai pas vraiment envie de savoir. Avec le temps c'est devenu une part de moi. C'est aussi d'ailleurs souvent ce que je passe en fond en boucle quand j'écris des articles ici.

Far Fowls - Nujabes, Spiritual State, 2011Et la voila, la meilleure pièce de musique de tous les temps. Ouais, pour moi, on n'a jamais rien fait de mieux que ça, et je pense pas qu'on puisse la dépasser. Ce qui est vraiment terrible avec Far Fowls, et avec tout l'album Spiritual State en fait, c'est qu'il est sorti un an après la mort de Nujabes. C'est un collage de morceaux pas terminés retrouvés dans son téléphone et son ordinateur après sa mort, terminés par ses amis, collègues et collaborateurs. Ça rend l’écoute de l’album toujours terriblement mélancolique pour moi, même si la plupart des morceaux sont chauds, joyeux et vivants. Même aujourd’hui j’ai toujours une larme à l’œil quand j’entend le rire au milieu de Far Fowls. J’y vois juste un gars au sommet de son art, qui se marre en travaillant, qui prend son pied sans se prendre la tête et qui pond malgré lui un putain de chef d’œuvre. C’est une œuvre importante, et c’est très certainement aussi la pièce de ma collection qui a le plus de valeur à mes yeux.

Parade – Susumu Hirasawa, Paprika Original Soundtrack, 2006Encore une fois, pas vraiment une source d’inspiration majeure, mais juste un morceau important dans ma vie. J’vais encore vous demander d’imaginer. Konn, 2007, 10 ans, est invité chez par son cousin pour regarder un film d’animation. Trop cool, bonne soirée en perspective. On a regardé Paprika, de Satoshi Kon. C’était incroyable. Je me souviens parfaitement être resté comme un débile devant l’écran sans rien comprendre, mais j’avais ce sentiment qu’il venait de se passer quelque chose de formidable devant moi. Et même si j’avais quelques films des studios Ghibli, que j’étais déjà à fond dans Dragon Ball, Naruto et One Piece, bah c’est ce film qui a fait naître ma passion pour l’animation. Fun fact : c’est aussi de là que vient mon pseudo, Konn, pour Satoshi Kon.

Get Up – Windmills, Broken Records, 2014Ça, c’est le premier morceau de rap que j’ai apprécié. C’est à partir de là que j’ai commencé à écouter du rap plus régulièrement et que c’est peu à peu devenu l’un de mes genres favoris. Même si j’en écouté déjà à travers Nujabes, Fat Jon, CYNE ou Substantial, c’est là première fois que j’allais de moi-même écouter du rap US qui ne soit ni du trip/jazz-hop ou un descendant de la vague asiatique.

Song of the Ancients – Keiichi Okabe & Emi Evans, NieR Original Soundtrack, 2010 (Version mixed parce qu’il y a en fait plusieurs versions du même morceau mais avec des instruments différents, ici c’est tout superposé pour avoir la pièce « complète »)Et on termine avec un morceau tiré de la bande son du meilleur jeu de tous les temps. Ouais, rien que ça. C’est NieR, et tout le travail de Yoko Taro en réalité, qui m’a donné en vie de faire du jeu dans la vie. Même si je sais très bien avec le recul que c’est évidemment pas le cas, tout dans ce jeu est parfait. C’est un peu comme FLCL pour moi en fait, malgré les défauts, ça reste une part hyper importante de ma vie à travers laquelle j’me suis construit en tant que personne, et ça ne changera jamais. Fun fact : quand NieR est arrivé en France, il a fait un flop monumental, personne n’en avait rien à foutre. La boutique où j’ai acheté le jeu en avait reçu 2 exemplaires. Un que j’avais commandé en avance, et un que le vendeur avait pris pour lui.

Et voila, c’est pas mal là. Je voulais pas faire un pavé, mais j’ai l’impression que c’est plus fort que moi, ahah. Bref, vous avez sous les oreilles 10 morceaux qui ont chacun eu à leur échelle une influence sur ma vie et mon travail. Y’en a encore beaucoup beaucoup d’autres, mais ça sera pour une prochaine fois, si ça vous intéresse.
Article ajouté le Samedi 28 Septembre 2019 à 20h19 | |

Commentaires

Chargement...