Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Le blog d'une Massko qui adore les couleurs
de Maski

                   



Si vous trouvez un contenu choquant, vous pouvez contacter la modération via le formulaire de contact en PRECISANT le pseudo de l'auteur du blog et le lien vers le blog !

» Retour au blog

CardCaptor Sakura
Quand j'étais petite je ne regardais pas beaucoup la télévision. Même si un dessin animé me plaisait, j'avais plutôt tendance à préférer jouer. Cardcaptor Sakura est l'un d'entre eux. A l'époque je trouvais le doublage horrible et les noms moches. (je me disais que « Lionel » n'allait vraiment pas à Syaoran) Surtout en ce qui concerne Sakura en français, car elle a la même voix qu'Anna dans Hamtaro. Je ne sais pas pourquoi mais ça me perturbait.

Encore une fois, Youtube me proposait plein de vidéos de Clear Card Hen. Donc je me suis dit « Bon, puisqu'on me dit beaucoup de bien de CCS et que Clear Card Hen vient de commencer, je vais combler ce trou dans mon enfance. »

Je pense séparer les reviews de Cardcaptor et de Clear Card Hen, déjà parce que Clear Card Hen vient de commencer, et ensuite parce qu'au vu du rythme de parution des chapitres (l'anime et le manga sont très différents) je pense qu'on va attendre encore longtemps la fin de l'arc.




Cardcaptor Sakura

Oui à 21 piges je décide de regarder un anime pour les petites filles.
Eh bah figurez-vous que même si je l'avais regardé quand j'étais gamine, j'aurais eu l'impression de voir un anime totalement différent.

Le scénario est simple : Sakura doit récupérer toutes les cartes de Clow qui se sont échappées d'un livre magique. Le scénario est simple mais … bah en fait le scénario on va voir qu'on s'en fiche un peu. On dirait que CLAMP avait juste envie de mettre un peu de Magical Girl dans l'oeuvre parce que voilà.

Voir Sakura capturer des cartes pendant XX épisodes, ça ne m'avait déjà pas intéressée à l'époque.
La saison 3 se concentre davantage sur le développement des personnages, surtout Syaoran. Cela permet d'équilibrer la balance même si le scénario reste répétitif et qu'on n'a aucun doute sur l'identité du nouvel antagoniste.

Tant qu'on y est, parlons un peu des personnages. Sakura l'héroïne typique des magical girl : elle est naïve, toujours souriante et veut que ses proches soient heureux. Elle a laissé échapper les cartes de Clow et a maintenant pour mission de les capturer. Sinon, une catastrophe se produira. Elle est aussi amoureuse de Yukito, le meilleur ami de son frère.
On a ensuite Keroberos – Kero-chan pour les intimes – qui est « la bestiole kawaï qui choisit et donne ses pouvoirs à la magical girl ». Pour un gardien des cartes de Clow, il ne fait pas très bien son travail. Malgré sa gourmandise c'est un ami au grand coeur. Là non-plus rien d'exceptionnel.

On passe à Tomoyo, la meilleure amie de Sakura. Elle aime Sakura et adore la filmer quasiment H24, surtout quand la chasseuse de carte porte les vêtements que son amie lui a elle-même fabriqués. C'est un passe-temps plutôt dérangeant, je vous l'accorde. Elle va même jusqu'à regarder sur grand écran les films qu'elle fait de Sakura ! Mais je trouve que c'est aussi ce qui fait le charme du personnage (parce que jusque là, aucun ne sort vraiment de l'ordinaire) et on verra par la suite, surtout dans Clear Card-Hen, que Tomoyo est loin d'être la folle furieuse fada des moments kawaï de Sakura.

Vient ensuite Syaoran. Comme Sakura, il a des pouvoirs magiques mais à la différence de celle-ci, il ne peut pas capturer les cartes. Débarqué de Hong-Kong dans le but de récupérer les cartes de Clow pour empêcher la catastrophe, Syaoran est loin d'être sympathique au début. Il faudra du temps et quelques cartes pour que lui et Sakura deviennent amis. C'est néanmoins un personnage extrêmement gentil. Dans l'anime, il a une cousine folle amoureuse de lui. Bien qu'elle soit horriblement énervante, il faut reconnaître que sa présence met davantage en avant la gentillesse de Syaoran. Lui aussi est au début amoureux de Yukito ce qui est loin d'arranger ses premiers échanges avec Sakura (bon, spoiler : Syaoran et Sakura finissent quand même ensemble).
Rien avoir mais je n'aime pas sa mère (regardez le film 1).

Il est aussi utile de mentionner Touya, le grand-frère de Sakura. Ayant lui aussi des pouvoirs (dont il ne se sert jamais vraiment), il sait très bien que sa sœur s'embarque dans des aventures magiques. Il passe son temps à l'embêter en la traitant de monstre, lui disant qu'elle cuisine mal, qu'elle n'est douée qu'en sport … Mais plus les épisodes passent, plus on comprend que ces moqueries sont en fait des preuves d'amour fraternel. Touya aime sa sœur et en tant que grand-frère il cherche à la protéger. Mais ça, pour le comprendre, il faut qu'on nous l'explique.

Parlons donc du dernier personnage à présenter : Yukito. Le grand amour de Sakura et Syaoran et le meilleur ami de Touya. C'est un garçon toujours souriant, doué en sport et qui mange comme quatre. A la différence de Touya, il se montre toujours gentil avec tout le monde. On apprendra plus tard qu'il n'est pas humain : c'est le déguisement de Yue, l'être magique « complémentaire » de Kero-chan. Outre le fait d'être le love interest de l'héroïne – et d'être le déguisement de Yue – c'est un personnage important car c'est lui qui comprend et nous explique l'attitude de Touya envers sa sœur.


Maintenant que les présentations sont faites, passons au coeur du sujet : pourquoi Cardcaptor Sakura c'est bien ?

J'ai l'habitude de dire que les animes sont différents de nos dessins animés occidentaux. Si on y regarde de plus près, beaucoup d'animes destinés aux enfants parlent, de près ou de loin, de thèmes assez matures. Inazuma Eleven, aka du foot avec des pré-ados/ados ayant des super-pouvoirs, parle ouvertement de la pénurie de pétrole et de l'abus de pouvoir des riches hommes d'affaire sur les plus pauvres dans les pays défavorisés. Que vont retenir les enfants ? Que le monsieur au long nez est un méchant qui aime l'argent. Mais quand on va leur parler de ces sujets à l'école, ils vont sans doute se souvenir du monsieur qui fait des méchantes choses pour l'argent.
Beaucoup d'animes utilisent la double-lecture pour aborder des thèmes plus matures et les présenter aux enfants de manière simple. Et ce sans utiliser l'humour.

Cardcaptor Sakura utilise beaucoup la double-lecture. Ce qui est intéressant, ce n'est pas la capture des cartes, ce sont les relations entre les personnages. Et des relations diverses et variées, il y en a beaucoup dans CCS. On a vu plus haut la façon dont Touya avait d'exprimer son affection pour sa sœur. Vous aimez le boy's love ? Il y a du boy's love. Vous voulez de la romance classique ? Il y a de la romance classique.
Je vais reprendre une citation d'un de mes amis de la fac à propos de la romance façon CLAMP : « Ce que j'aime dans les œuvres de CLAMP, c'est qu'il y a de la romance pour tous les goûts. »
On voit toutes sortes de relations et toutes sortes de façons d'exprimer ses sentiments (surtout l'affection ici). Et c'est nettement plus intéressant que la chasse aux cartes.

Sakura est une enfant de 10 ans qui aime que ses proches soient heureux. Elle se fiche de savoir que sa copine sorte avec son prof (oui oui je vous jure) ou que Syaoran aime la même personne qu'elle. Sakura a l'esprit ouvert parce qu'elle est encore une enfant. Elle ne comprend pas quand on lui dit qu'elle et Touya sont vraiment proches parce que tout ce qu'elle voit, c'est que son frère passe son temps à se moquer d'elle. Elle adore Yukito parce qu'il est toujours gentil avec elle. Elle adore sa mère alors qu'elle n'en a aucun souvenir parce qu'on lui dit qu'elle était géniale. Son père apparaît comme le papa parfait qui est gentil et sait tout faire parce qu'elle le voit comme ça.
CCS nous montre la façon dont un enfant voit le monde. Je suis sûre que ma nièce de 6 ans pense aussi que son père est le meilleur père du monde.

S'il y a des relations que l'on peut facilement comprendre – l'admiration de Sakura pour son père par exemple – il y en a d'autres qui sont bien plus difficiles à interpréter. Le meilleur exemple est celui de Touya. Au début, on peut comprendre qu'il n'aime pas Syaoran mais on constate que c'est toujours le cas même après que lui et Sakura soient devenus amis. Encore une fois, c'est grâce à Yukito que l'on comprend pourquoi : le Touya hyper protecteur envers sa sœur a l'impression que Syaoran va « lui voler quelque chose qu'il chérit depuis longtemps. ».
En fait, Touya n'arrive pas à accepter qu'un jour Sakura n'aura plus besoin de lui.

On retrouve cela chez l'arrière-grand-père maternel de Sakura : il n'a jamais vraiment apprécié le père de Sakura car sa petite fille chérie est partie vivre avec lui.
Voir que quelqu'un qu'on aime et qu'on a protégé pendant longtemps peut voler de ses propres ailes, ça rend quand même un peu triste. Je suppose que c'est ce que ressentent tous les parents quand leurs enfants quittent la maison.

On va pas se mentir, mis à part ces éléments, CCS a un scénario vraiment basique et sans prise de tête. C'est plutôt girly et enfantin, mignon pour certains, et on devine facilement qui sont les antagonistes. Mais comme expliqué, le scénario et les « combats » ne sont pas le principal intérêt de CCS.


Je vais faire une exception cette fois-ci et consacrer toute une partie aux différences entre le manga et l'anime. En général, je recommande l'un ou l'autre mais dans ce cas-ci, j'estime qu'il faut regarder les deux.

Commençons par le manga.
L'un de ses points forts par rapport à l'anime, c'est le nombre de cartes : il n'y a que 19 cartes à capturer contre 52 dans l'anime (plus une dans le film). De ce fait, on n'est pas trop lassé par le scénario de la première partie de l'histoire et ça c'est un gros plus. L'ordre de capture des cartes est aussi plus logique : Sakura attrape les cartes les plus compliquées à trouver et à capturer à la fin, et non au début comme dans l'anime. Dans la même idée, certains évènements sont mieux organisés chronologiquement. Je n'ai malheureusement pas d'exemple en tête mais j'ai plusieurs fois haussé un sourcil à ce propos en regardant l'anime.

Un autre point à souligner : Sakura dit plusieurs fois que Yukito et Eriol lui font un peu penser à son père. Cet élément est important pour la suite pour expliquer plusieurs choses.
Et pour finir la fin. Même si elle ne diffère que peu de celle de l'anime, je la préfère car je la trouve plus logique.


Mais l'anime n'est pas non-plus en manque de qualités.
Si nombre d'épisodes fillers sont peu intéressants, il y en a certains qui ont retenus mon attention. L'un de ceux que j'aime beaucoup est celui consacré au père de Sakura. De manière générale, les personnages sont davantage développés dans l'anime, de même que les relations qui les lient. Cet épisode le fait très bien avec la relation Sakura – son père : comme tous les enfants elle voit son père comme la personne parfaite et elle veut l'aider du mieux qu'elle peut.

J'ai aussi remercié l'anime pour le travail sur Syaoran. On découvre vite que c'est un personnage extrêmement gentil. (c'est bien l'une des seules choses positives que la présence de Meilin, sa cousine, apporte) On comprend aussi pourquoi et comment il est tombé amoureux de Sakura. Même si ses sentiments sont rapidement évidents pour tout le monde (sauf Sakura bien sûr), lui met beaucoup de temps à les comprendre. La progression est lente mais elle est réaliste, surtout sachant que c'est un enfant. On pourrait presque résumer la deuxième partie de l'histoire par : « Syaoran est amoureux de Sakura et le réalise enfin. » tant il est inutile lors des « combats ». (même dans le manga) J'ai eu beaucoup plus de mal à l'apprécier dans le manga tant elle est rapide comparée à celle de l'anime.

D'ailleurs, il y a une chose qui me fait grincer des dents que ça soit dans le manga ou dans l'anime : je n'ai absolument pas compris comment, ni quand, ni pourquoi Sakura est tombée amoureuse de Syaoran. L'information est arrivée comme ça, BOUM ! d'un seul coup. Alors oui elle le trouve très gentil et elle est contente qu'il reste un peu plus temps au Japon mais et ensuite ? J'ai l'impression que CLAMP a complètement zappé de développer cet élément.
Bon au moins, elle aussi a eu un peu de mal à comprendre ses sentiments.


En ce qui concerne les films, ils ne sont clairement pas transcendants. Pour moi le seul intérêt du film 1 est qu'il montre la famille de Syaoran. Sa relation avec sa mère est … étrange ? On sent bien qu'elle est froide et exige beaucoup de lui. C'est un personnage que j'aimerais beaucoup revoir.
Le deuxième film est la suite de l'anime où Sakura donne sa réponse aux sentiments de Syaoran. Rien de bien palpitant.


Ceux qui veulent de l'action, du suspense et se fichent des relations entre les personnages auront beaucoup de mal à accrocher. Mais si on commence CCS en n'en attendant rien de particulier, cela reste un anime et un manga sympathique sans prise de tête.

Vidéo :
Article ajouté le Mercredi 10 Octobre 2018 à 21h56 | |

Commentaires

Chargement...