Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Être lonely, l'affaire d'un Phyllali
de Skyzoguy - Poképhilosophe

                   



Si vous trouvez un contenu choquant, vous pouvez contacter la modération via le formulaire de contact en PRECISANT le pseudo de l'auteur du blog et le lien vers le blog !

» Retour au blog

Intégration volcanique #2
Chapitre précédent

Les yeux bleus du Zoroark s’ouvrirent sur un environnement que le commun des mortels qualifierait de clinique. D’abord le plafond blanc, puis les murs et la commode blanche ; l’atmosphère semblait être saturée de cette froideur propre aux habitations modernes de fortune. La seule couleur dans la chambre était le bleu pastel du lino qui s’étendait dans tout le reste de l’appartement.

Dwight savait ce qu’il devait faire après s’être réveillé : attendre. Attendre que l’autre quitte son silence et annonce le début de la journée. Le Zoroark restait couché, immobile, les bras le long du corps, la tête tournée sur la droite et le regard rivé sur...

*Dring dring dring*

D’un geste millimétré, il leva son bras droit et l’abaissa lourdement sur le réveille-matin. Il sauta du lit et prit l’œuvre d’horlogerie entre ses griffes. Les aiguilles indiquaient six heures, vingt minutes et deux secondes. Nouveau record ! Dwight la reposa sur sa commode basse, arborant un sourire de satisfaction ; il venait de faire sa matinée.

Comme ses yeux, sa fourrure grise luisait de plus belle sous les rayons de soleil que laissait passer la fenêtre. Cette fenêtre, le Zoroark pouvait se permettre de rester devant dans sa vraie forme. La seule entité qui pouvait le surprendre s’extasier sur son exploit ne communiquerait jamais son identité aux autres. Une des qualités de la mer, en somme.
Le logement faisait parti de la ruche nommée "Sous-sol du musée", plus particulièrement de l’aile réservée aux employés chargés d’entretenir les locaux. L'essentiel des appartements était semblable au sien : une chambre, une cuisine intégrée et une salle d'eau. L’architecture et la localisation spéciale des lieux faisaient qu’une partie de la façade ressortait d’une falaise, plaçant plus le sous-sol comme un sur-mer.

Dwight se dirigea vers la cuisine en happant un téléphone à clapet sur le meuble. Il utilisa deux de ses griffes pour l’ouvrir.

Nouveau message

"Salut Dwight ! Bien dormi ? Je voulais juste te prévenir que je terminerai plus tard ce soir (une urgence de dernière minute). Donc… je ne sais pas si je pourrai pour la soirée cinéma."

L’intéressé essaya de répondre avec difficulté, les griffes n'étant pas adaptées aux claviers numériques. Depuis ses quelques mois sur l’île, ce réceptacle de "magie humaine" avait été son premier achat et son unique contact avec la technologie – et tel une personne âgée qui découvrait les joies du Pokematos, il avait encore du mal à bien l’utiliser.

"ok pa grav"
Sa correspondante avait l’habitude de ses réponses courtes. L’explication officielle était que Dwight souffrait de dyslexie et de dysorthographie ; l’officieuse étant qu’il n’avait eu que très peu de temps dans sa vie pour étudier l’écriture humaine. Tout comme pour sa nature de Zoroark, il prenait soin d’être le seul à connaître la véritable raison. Un personnage humain se créait peu à peu pour substituer celui de Polymorfox ; la première expérience du genre pour Dwight.

Il ferma le cellulaire et le garda quelques temps dans sa patte avant de le reposer. Sa bonne humeur avait été légèrement atteinte. Déjà qu’ils avaient dû mal à se voir avec Rose…
Rose, c’était en quelque sorte son seul contact amical sur Cramois’île. Cette jeune fille d’à peine vingt-cinq ans travaillait à la mairie – donc à l’arène, l’aversion d’Auguste pour l’administration forçant ce lieu à porter les deux casquettes – en tant qu’assistante pour les formulaires d’immigration. Ils s’étaient rencontrés à cause de leur boulots respectifs, l’un faisant une faute tous les deux mots, l’autre le prenant en pitié. Le naturel bon et naïf de Rose l’avaient poussé à aider dans son intégration sur l’île le dénommé "Dwight".

Ce dernier avait déjà fini de boire le café qui constituait son petit-déjeuner – car oui, même les Pokemons peuvent avoir besoin de caféine. Il ne lui restait plus qu’à mettre son habit de travail et à recourir à sa forme humaine pour braver les dangers de l'extérieur.

Chapitre suivant
Article ajouté le Dimanche 09 Septembre 2018 à 00h14 | |

Commentaires

Chargement...