Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Être lonely, l'affaire d'un Phyllali
de Skyzoguy - Poképhilosophe

                   



Si vous trouvez un contenu choquant, vous pouvez contacter la modération via le formulaire de contact en PRECISANT le pseudo de l'auteur du blog et le lien vers le blog !

» Retour au blog

Oush #3
Quelques secondes passèrent sans que personne n’ose bouger un cil. Le gosse attendait une réaction de la part de la fontaine rouge qu’était devenu le sbire 89. Son cerveau – déjà bien amoindri par l’alcool de la veille – se mettait à surchauffer. Chouchou était l’un des rares Pokemons Skull à ne pas avoir été volé autrement qu’à son habitat naturel ; jamais il n’avait omis de l’appeler par son surnom en dix ans d’amitié. Alors valait-il mieux briser une tradition lourde de sens ou anéantir une coiffure qui prenait deux semaines à se régénérer ? Perdre la confiance de son Pokemon ou perdre sa crédibilité ? Le combat ou les cheveux ?
Le sbire regretta soudainement d’avoir déjà utilisé le mot Ouille.

- Oush, qu’est-ce tu fous ? T’es qué-blo ?

- Ah ah, il a la trouille de mon Doudou, rajouta le short-boy sur un ton de provocation.

Une ouverture ! Le sbire 89 reprit son geste et tenta de retrouver du crédit auprès du sbire 97.

- Ton Doudou, on va le rosser en deux-deux ou…ais.

Il lança son unique Super Ball dans ce mouvement caractéristique qui liait tous les dresseurs. La mécanisme de la balle, détectant sa chute libre, se mit en marche pour relâcher dans un éclair bleu le minuscule Chouchou. Minuscule était bien le mot pour ces 45 centimètres d’amour, de tremblotes et de couinements sur pattes. Le Skull adopta instinctivement les mimiques de combat de sa bande et glissa un regard au sbire 97. Ses doutes semblaient s’être apaisés ; elle lui lâcha même en imitant ses mouvement de bras :

- Oush, c’ça cousin !

Le rase-moquette, touché par un sursaut d’ego, retourna sa casquette Pikachu et poussa sa boule rose du bout du pied.

- Z’est parti Doudou !

Les deux Pokemons se regardaient d’un air pathétique, comme mendiant la pitié de l’autre. Ils auraient bien voulu le révéler, le secret de leurs dresseurs. Celui que partageait les adversaires d’un match sans le savoir et qu’ils cherchaient à cacher dans le boost d'assurance qui les touchait.

C’était leur premier combat.
Article ajouté le Mardi 21 Août 2018 à 22h30 | |

Commentaires

Chargement...