Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Être lonely, l'affaire d'un Phyllali
de Skyzoguy - Poképhilosophe

                   



Si vous trouvez un contenu choquant, vous pouvez contacter la modération via le formulaire de contact en PRECISANT le pseudo de l'auteur du blog et le lien vers le blog !

» Retour au blog

Carnet de route d'une voile narcoleptique : Chapitre 1
Hey !Chose promise, chose due : le premier chapitre du "carnet de route d'une voile narcoleptique" est enfin là. (Ce n'est pas vraiment un chapitre vu qu'il n'y a pas de conclusion ou de séparation mais... voilà). J’ai essayé plusieurs écriture et la théâtrale est celle qui rend le mieux. Fin’, vous pouvez toujours dite ce que vous préférez.
Enjoy !
Aide à la lecture :

Ici : texte du carnet

/!\Cette pseudo-fanfic reprend des personnages de Cadavre Exquis, une magnifique fanfiction collaborative (Gestalt et LunElf et Eliii et Lief et Kazumari et Suroh et Mentalira et Flageolaid y participe, c’est dire) que j’ai dû souiller en écrivant un chapitre. Pour ceux qui ont la flemme - et je les comprends - de lire mon étron, un pitit texte d’introduction est disponible sur mon blog./!\

  • Quinze heures de l’après-midi, un Vendredi matin. Ou l’inverse. Une petite fenêtre laisse passer la lumière du jour, éclairant la chambre et sa poussière en suspension. Ici et là traînent quelques livres de spéléologie, une console de jeu dernière génération et son partenaire l’écran plat, un trophée dorée en forme de quille, une Absol allongée dans son panier, un…

    Chao.- On s’ennuie…

    L'Absol se lève et s’étire en manquant de peu de se cogner sur/trancher avec sa corne la statue de quille, non contente de troubler la quiétude du lieu et sa didascalie

    Julien, en défonçant la porte de la chambre, la pince remplie de livres. - Chao, rregarde ce que j’ai trrouvé !

    Chao, soupire.-T’as encore délogé la porte… (happe un livre au hasard) Où est ce que t’as encore fouillé ?

    Julien.- Y’avait une boîte ferrmée à clé dans le grrenier avec marrqué dessus "Erreurrs de jeunesse". Je crrois qu’elle apparrtient à Kamu. (remarque que Chao fronçait les sourcils devant ce qui semblait être un pavé de lettres) N’essaye pas de les lirre, ils sont écrrit en humain.

    Chao.- Pas celui-là, justement. On dirait du Zarbi… (Julien se rapproche du livre, l’air interloqué.) Tu veux que je te le lise ? Kamu me l’a appris.

    Julien.- Bah, ça va prrendre pas mal de temps et il faut qu’on rrange ça avant son rretourr…

    Chao.- Mais non, il revient tard aujourd’hui.

    Julien ouvre la gueule mais se ravise au dernier moment. Il s’installe en face de l’Absol et lui fait signe de commencer.

    Chao.- Jour un du premier mois

    Ici commence mon carnet de voyage. Je ne sais malheureusement pas quel jour nous sommes, ni même quel mois. Seuls ce jour et le cycle lunaire me serviront de repères temporels, même si c’est plutôt "cette soirée" vu que le soleil vient de se coucher. D’ailleurs,
    n'en attendez pas trop de ce carnet : il se peut que j'abandonne au bout du premier jour, ou bien que mon aventure bizarre se fasse écourter par quelques tragiques accidents. Il est d'ailleurs peu probable qu'une personne autre que moi en prenne connaissance... Peu importe, on partira du principe que tout se passera bien et que ce journal aura des lecteurs.


    Julien.- Il change bien vite d’avis, ce voyageur…

    Chao.- Je me présente : Glyde, Scorplane de trente mois, né à Sinnoh et élevé dans une de ses nombreuses falaises par ma mère.

    Les deux Pokemons se regardent avec de grands yeux.

    Julien.- Tu penses que c’est le carrnet de Cancrrok ?

    Chao.- C’est totalement possible. Il disait être en voyage et avoir trois ans quand on l’a rencontré. Enfin, je m’en souviens plus trop, j’en avais qu’un à l’époque.

    Julien.- Et moi deux…

    Ils restent muets un long instant, l’air pensif. Chao se résout finalement à reprendre sa lecture.

    Chao.- Ca faisait longtemps que je voulais tester mes talents d’écriture et ce voyage en est la parfaite occasion. Etant donné que je ne l’ai pas encore commencé, le texte d’aujourd’hui sera un peu spécial. Je vais essayer de vous raconter les raisons de mon départ et mes craintes (et sûrement ma vie).
    Ma mère a longtemps été le seul être vivant avec lequel je pouvais communiquer. Peu de Pokemons aimaient vivre dans les falaises, d'après elle. En réalité, c'était plus son attitude envers les autres qui effrayait tout le monde. Ne vous méprenez pas ! Elle pouvait se montrer douce et attentionnée, principalement (exclusivement) avec moi.


    Julien.- Comme une mèrre avec son fils, quoi.

    Chao.- Bah normal, vu que c’était sa mère.

    Silence pesant. Julien fixe Chao qui, après un court instant, laisse brièvement passer une expression de compréhension sur son visage et enchaîne rapidement.

    Chao.- Après tout, c’est grâce à elle que je peux vous écrire (en dépit des cinquante stylos bille que j’ai brisé. Vous avez déjà essayé de tenir un truc aussi fragile avec des pinces ?)

    Julien.- Oui, et c’est ultrra-chiant.

    Chao.- et que j’ai pu découvrir le mystère autour des mythes de Sinnoh en plus de l’art du vol, de la chasse, du combat et de détester les humains. Et c’est aussi grâce à - ou à cause d’- elle que je pars. Enfin, Yveltal a décidé qu’il était préférable de nous séparer. Il a même mis sur le coup son meilleur agent en la personne de la maladie incurable. Sa traque de six mois a eu raison de ma mère avant-hier, laissant son habituel voile de mort sur notre nid devenu tombeau. C’est pour ça qu’il évite toujours le sujet des parents...

    Julien.- C’est pas vrraiment une rraison.

    Chao, feint d’ignorer Julien .- En fait, ça faisait longtemps que je pensais à quitter la falaise et explorer la région. Mais entre le manque de courage, l’apprentissage au maniement du stylo, les cours de mythologie, les entraînements au tonneau aérien, la chasse aux humains (rien de sanglant), puis la maladie… Bref, mon but premier est de me libérer des chaînes du deuil. Revenons à nos Wattouats. Le principal problème de ma mère était que sa douceur avait la fâcheuse habitude de s'évaporer à l’approche d'un individu tierce.

    Julien.- Un peu comme son fils avec nous les prremiers mois.

    Chao.- Il faut dire que la voix rauque et légèrement sifflante des Scorvols n'aidait pas ; ça et leur manie de rouler les r (j’espère ne pas avoir ce genre de difficulté lorsque j’évoluerai). (fixe Julien )

    Julien, faussement outré.- Quoi ? C’est un handicap comme un autrre !

    Chao.- L’image que nous donnait ma mère ne m’aidait pas vraiment à sociabiliser avec les Pokemons du coin. Tel mère tel fils qu’ils disaient.

    Julien .- Et ils avaient rraison.

    Chao, air de reproche.- Julien !
    Il y avait bien ce Keunotor qui semblait en avoir rien à faire, mais le niveau de discussion avec lui était... On va dire qu’il ne volait pas haut. En y réfléchissant bien, je me rend compte qu’il en avait rien à faire de tout. Il préférait les choses simples, comme lui. Et se disputer avec un Cerfrousse sur la prétendue supériorité de leur espèce respective - allez savoir pourquoi. Mais je digresse.

    Julien, sourire aux lèvres.- Grraisse !

    Chao, ignorant Julien.- Je pense que vous commencez à discerner le problème (à moins que vous l’ayez compris depuis le début, auquel cas je divague beaucoup trop)

    Julien, même jeu .- Vague beaucoup trr…

    Chao, coupe la parole.- Je vais devoir interagir avec beaucoup d’individus… alors que je ne l’ai presque jamais fait avant

    Enfin bref. Je partirai cette nuit avec mon sac de stylos sur le dos et le croc en pendentif (ou pendentif de croc, je n’ai jamais su quel ordre était le bon) de ma mère autour du cou. On verra bien ce que le futur me réservera.


    Julien.- On dirrait bien que son optimisme était fondé, vu qu’il a surrvécu jusque là.

    Chao.- Après, il y a un passage hachuré mais c’est encore lisible. Ça fait dix minutes que je bloque sur la conclusion de cette journée…. En fait, je cherche une formule que je pourrai reprendre pour les prochaines fois ; quelque chose de court, mais plus recherché qu’un simple au revoir.

    Julien.- Donc c’est là qu'est né son…

    Chao.- Sur ce !


(J'ai un peu forcé sur les didascalies mais chuuut). Pas de séparations entre les différents chapitres, comme dit plus haut. En espérant qu'il vous aura plu.
Sur ce !
Article ajouté le Mardi 10 Octobre 2017 à 11h06 | |

Commentaires

Chargement...