Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Être lonely, l'affaire d'un Phyllali
de Skyzoguy - Poképhilosophe

                   



Si vous trouvez un contenu choquant, vous pouvez contacter la modération via le formulaire de contact en PRECISANT le pseudo de l'auteur du blog et le lien vers le blog !

» Retour au blog

Speed'Fic du 29/09/2017
Hey !
Le thème était cette fois-ci : Les rêves d'avenir de Chimpenfeu. Les mots à placer etaient : cieux, pouvoir et grains. Le mot final était : passé.

  • "Tel est ton destin." "Un Chimpenfeu n'a aucune chance de la fuir." "N'essaye pas d'y réchapper." "Nous sommes tous condamnés à croupir dans notre pauvreté."

    J'en ai entendu, des conseils de ce genre – si on peut appeler ça des conseils. Les gens d'ici tentent d'empêcher les autres de quitter ce quartier miteux en leur faisant croire en cette chose qu'ils appellent la solidarité. Balivernes ! Ce n'est qu'un prétexte pour ne pas finir seul dans ce marécage que tout le monde a envie de fuir. Malheureusement, le travail ingrat des mines de Charbourg a cette particularité de créer des liens de dépendance entre ses esclaves. La société nous musèle en nous empêchant de nous instruire. Elle essaye de nous faire croire que nous avons le contrôle via ses syndicats pseudo-pro-mineurs. Un simple système de cocotte-minute pour éviter que la classe inférieure se rebelle. Je suis le seul à m'en rendre compte dans ce trou à Rattata ; il faut croire que la pauvreté n'obscurcie pas que les poumons. Enfin, même les Rattata ont une meilleure vie avec leur type Normal. J'aimerais bien voir ces petits bourgeois cracher leur cuillère en argent devant ce texte.
    "Un Pokemon Combat qui réfléchit ? Il va bientôt savoir faire des additions, le bougre."
    Le fait qu'ils aient raison m'irrite, et celui que c'est grâce à ça que je gagne ma vie est insupportable. En effet, je suis obligé de jouer mon repas du soir sur une partie d'échecs. Jouer est un bien grand mot, vu que je gagne à tous les coups. Mais tout ceci est bientôt fini, mes amis. Ce soir, je vais enfin pouvoir

    *Dring Dring*

    Ce qui me sert de père m'appelle. Je vais devoir écourter la séance d'aujourd'hui.

    Je lâchai ma plume de Déflaisan en prenant soin de ne pas renverser mon flacon d'encre. Je m'affalai sur mon inconfortable chaise et renversai ma tête vers le plafond en bois pourri, passant ma main sur mon récent coquard ; un autre pigeon des échecs. Des fissures s'étaient formées ici et là, laissant entrevoir le ciel charbonneux. Les cieux des Normals doivent être parfaitement bleus, eux.

    *Dring Dring*

    "Ramène toi, fils indigne. J'ai mal."

    Je ne savais pas ce qui me dégoûtait le plus chez ce Simiabraz entre son apparence galeuse, son vocabulaire aussi riche que lui ou sa voix qui à elle seule violait l'intégrité de notre tête. Il était cloué au lit depuis qu'il avait attrapé une maladie mystérieuse. Mais très bientôt viendra la délivrance. Sa maladie les emporteront ce soir, lui et nos dettes. Comment je le sais ? Et bien...

    "J'arrive, père."

    Je pris une de ses trente bouteilles d'alcool - sans exagération - et me dirigeai vers le salon qui lui servait aussi de chambre. Je lui posai négligemment ladite bouteille sur sa table de chevet et retournai dans ma chambre en esquivant son torrent d'insanités. Il était maintenant temps pour moi d’assister au dernier thème du mouvement du concerto pour voix en pauvre mineur. Allongé sur mon matelas, un sourire au lèvre, je savourai les derniers gémissements de mon géniteur. Les graines étaient devenues des fruits ; la récolte était enfin terminée. Il poussa son dernier cri vers minuit, point d’orgue de ma souffrance. J’allais enfin pouvoir accomplir mon ascension sociale, montrer que le talent d’un Pokemon pouvait surpasser l’héritage des autres. Et alors, quand j’aurais atteint la plus haute marche, je pourrais enfin dire :

    « Voyez comment un être peut défier la société ! Voyez comment il a renié sa misère pour obtenir le pouvoir, comment son rêve d’avenir est devenu réalité en acceptant son passé !


Je suis plutôt content de ce que j'ai fait (à part les paroles de fin où je devais placer un KONO DIO DA, surtout que je n'ai eu que 1h15. Les possibles (certaines) fautes d'orthographe seront corrigées dans la soirée ou demain.
[Edit]Elles le sont.
Sur ce !
Article ajouté le Vendredi 29 Septembre 2017 à 20h36 | |

Commentaires

Chargement...