Interviews des auteurs de fics

Discutez des fictions Pokémon, ou toutes oeuvres écrites basées sur l'univers Pokémon.
Avatar du membre
Icejjj
Évaluatrice des fanfics
Messages : 77
Enregistré le : mar. 06 nov. 2012, 13:22
Localisation : Bangkok, Thailand

Re: Interviews des auteurs de fics

Message par Icejjj » ven. 10 nov. 2017, 17:35

Merci pour cette seconde interview Soundlowan. Ça nous permet de connaitre un peu plus ceux qui se passent dans la tête des auteur-es de Pokébip ! (ou plutôt des modérateurs-ices pour ces deux dernières interviews ? :p)

J'espère que tu continueras sur ta lancée. Ça vaut le déplacement de l'EM au forum. ;)
take the gun, leave the cannoli
Fanfiction, obsession depuis des années: https://www.pokebip.com/index.php?phppa ... re&c=49131

Avatar du membre
Soundlowan
Comité de Lecture
Messages : 339
Enregistré le : jeu. 12 mai 2011, 11:00
Localisation : le pays des rêves

Re: Interviews des auteurs de fics

Message par Soundlowan » ven. 10 nov. 2017, 23:38

Ah tiens c'est rigolo vos questionnements sur les évaluations des fics, personnellement j'ai plus de facilités à évaluer et/ou corriger des textes courts type one-shots parce que ça m'aide de garder une cohérence et une "fraîcheur" de la lecture pour rendre mon verdict. Non pas que je ne sache pas du tout m'occuper de textes plus longs, mais je sais pas mon goût pour les OS vient peut-être du fait que j'écris des nouvelles dans la vraie vie d'en dehors du net. Va savoir.
En tout cas je peux comprendre le problème, coupons la poire en deux la solution serait peut-être de prévenir que les participations du concours ne peuvent être "transformées" en one-shots sur l'espace membre et donc potentiellement soumis à l'évaluation qu'à partir d'une certaine longueur ? C'est sûr que c'est dur d"évaluer un texte de 2 paragraphes pour un concours amateur par exemple, mais un one-shot assez long pourrait sûrement fournir assez de matière ^^

Pour le reste vraiment dommage pour le forum, mais du coup merci pour ton compliment Icejjj ça me fait d'autant plus plaisir ;) Faut pas hésiter à en parler autour de soi du coup, si ça peut suffire à rameuter un peu de monde vers le forum tant mieux ! Et en même temps on peut aussi faire revivre le sujet dédié aux suggestions d'interviews hein, moi j'aime bien avoir de nouveaux noms surtout que j'ai sans doute loupé quelques bons nouveaux auteur.rices avec la longue pause que j'ai faite ^^'

Pour faire autre chose de mes interviews, comme je l'ai dit je suis à la disposition de l'équipe du site. Pour l'instant j'ai bien compris que c'était un peu compliqué avec les actualités, quand vous aurez plus de temps et des idées sur le sujet j'en discuterai avec plaisir.

Enfin, c'est vrai que j'ai fait beaucoup de membres du staff depuis mon retour xD En même temps c'est logique, dans le comité de lecture on choisit à priori des gens calés en écriture donc ça occupe le Panthéon bien comme il faut tout ça. A priori si les interviews s'enchaînent comme je le prévois on parlera de gens qui ne font pas partie de l'équipe dans les prochaines (ah là là on me fait lâcher des infos en avance)
Interviews des auteurs de fics, que du bonheur !
Spoiler :
Mes fanfictions
J'aurais voulu être... ~ A l'aventure, Willelmina (coopération avec illapa, foncez lire ses fanfics c'est du grand art !) ~ Pocket Monster Encyclopedia Poetica

Le Sound Challenge
~ Un nuzlocke revisité avec quelques règles additionnelles, une équipe tarée, une narratrice blasée et d'autres nouveautés ~

N'hésitez pas à encourager tout cela d'un petit commentaire, cela reste la meilleure motivation du monde !

Avatar du membre
Soundlowan
Comité de Lecture
Messages : 339
Enregistré le : jeu. 12 mai 2011, 11:00
Localisation : le pays des rêves

Re: Interviews des auteurs de fics

Message par Soundlowan » mar. 21 nov. 2017, 13:07

Je suis de retour, pour vous jouer un mauvais... comment ça cette référence a déjà été trop utilisée ?

Tout le monde dit bonjour à notre nouveau challenger !
Spoiler :
Introduction de l’interviewée

Bonjour-bonsoir !

Quand SoundIowan m’a proposé de m’interviewer pour le forum, j’ai d’abord cru à une blague, mais non, c’était très sérieux. Me voilà donc me prêtant à un jeu très mégalomane consistant à parler de soi et de son rapport à l’écriture. C’est assez étrange, je dois dire, ça donne presque l’impression d’être un écrivain célèbre.

Bref, je me présente, je suis une étudiante de vingt ans en deuxième année d’histoire de l’art et en première année de droit. Sur Internet, je m’appelle Mentalira le plus souvent, mais si vous croisez une Aurore H., il est possible que ce soit moi !

J’écris depuis que j’ai environ dix ans mais j’imagine des histoires pour me divertir depuis aussi longtemps que je me souvienne. J’ai commencé à écrire à partir du moment où j’ai trouvé triste le fait que mes histoires s’évaporent dans le néant dès lors que j’avais fini de jouer avec. En les écrivant, je peux les partager avec d’autres et leur éviter cette tragique disparition. Toutes mes histoires écrites le sont donc dans le but de divertir des lecteurs et j’espère modestement y arriver quelques fois.

J’espère que cette interview plaira à ceux qui la liront. A l’heure actuelle, je ne sais pas encore ce qu’elle contiendra, mais j’espère que ce sera intéressant !


Parle-nous de lecture !

Que cherches-tu, qu’aimes-tu trouver dans une fanfiction que tu lis ?
Avant tout, une intrigue bien construite et originale. On voit trop souvent certains thèmes revenir en boucle, notamment dans des OS, et ça ne donne pas envie de commencer la lecture. Pour le côté bien construit, c’est en lisant qu’on le découvre, bien entendu, mais c’est agréable de sentir que l’auteur sait où il va.
Pour ce qui est d’une fanfiction Pokémon, eh bien, je veux voir des Pokémons ! Il faut que leur présence soit véritablement utile à l’intrigue et qu’on puisse se dire : ça, ça n’aurait jamais pu se passer dans le monde réel avec des animaux.


Et à l'inverse, que n'aimes-tu pas trouver dans une fanfiction ?
En premier lieu, trop de fautes d’orthographe. J’ai pour habitude de signaler à l’auteur celles que je vois, mais quand il y en a trop, ça me décourage à tel point que parfois j’abandonne la lecture.
Ensuite, mais ce n’est pas un point secondaire, je n’aime pas lire une histoire avec des ellipses temporelles trop récurrentes. Ça donne l’impression que l’auteur a préféré sauter un passage parce qu’il le trouvait trop compliqué à écrire.
Enfin, dans le cadre d’une fanfiction Pokémon, je n’aime pas, lorsque les personnages sont tous des Pokémons dans un monde où les humains n’existent pas, avoir l’impression que l’intrigue aurait pu se passer chez les humains mais qu’on les a remplacés par des Pokémons pour plus « d’exotisme ».
Oulà, je m’aperçois que ma réponse à cette question est plus développée que la précédente, peut-être parce que finalement, je ne suis pas très difficile quand il s’agit d’une fanfiction, dès lors que je ne retrouve pas l’un des trois points que je viens de citer.

Question-Fantominus : Que penses-tu des régions inventées dans les fanfics ?
Eh bien, c’est à double tranchant. Il faut faire attention à ne pas divulguer trop d’informations tout de suite, au risque de noyer le lecteur, et il ne faut pas non plus laisser le lecteur se perdre dans une sorte de flou artistique que l’auteur lui-même peine à démêler. On peut parfois s’aider avec la création d’une carte mais je trouve que ce n’est pas une solution pratique dans le cadre d’une fanfiction. Dans un livre, c’est facile, le lecteur n’a qu’à retourner à la page de la carte chaque fois qu’un lieu nouveau est mentionné. Mais dans le cadre d’une fanfiction, la lecture se fait sur Internet et donc sur divers supports : un ordinateur, une tablette, un téléphone portable. Sur ce dernier, ouvrir deux pages en même temps afin de pouvoir consulter la carte à tout moment est parfois un peu compliqué à gérer et peut décourager un lecteur qui n’a pas envie de se prendre la tête (je parle en connaissance de cause, je fais partie de ceux-là !). Donc la carte peut être un bon support mais je ne pense pas que ce soit nécessaire : après tout, il faut aussi que le lecteur accepte de se faire guider. C’est comme dans tous romans, on ne connaît pas forcément les lieux où se déroulent l’action, et pourtant, quand l’histoire nous captive, on lit quand même.
Ça, c’était pour la pratique. Pour une approche plus théorique, je dirais qu’il faut que la présence d’une région inventée soit nécessaire et justifiée. Il faut, en tant que lecteur, qu’on se dise que ces évènements n’auraient pas pu se produire à Sinnoh, Kalos ou Hoenn. Il faut que la région inventée ait une particularité qui la rende unique. J’ai en tête quelques auteurs qui font ça très bien. Parce que sinon, inventer une région qui pourrait tout à fait être l’une de celles des jeux, mais avec des noms différents, je ne suis pas convaincue que ce soit l’idée du siècle : l’univers Pokémon est déjà très riche en lieux divers alors pourquoi se compliquer la tâche ?


Quel type d'intrigue apprécies-tu le plus ?
Je vais prendre le contre-pied de la question : je suis plutôt bon public et j’aime toutes sortes d’intrigues mais je suis assez allergique aux thrillers et aux histoires policières. La vie est une source suffisamment importante d’incertitudes pour qu’on n’ait pas en plus besoin de s’inquiéter pour des personnages fictifs. Je n’ai rien contre le suspens bien dosé mais une intrigue reposant uniquement là-dessus et avec un nombre interminable de rebondissements, c’est trop pour mon âme sensible (qui, du coup, n’apprécie pas non plus les histoires d’horreur) !

Quel type de personnage apprécies-tu le plus ?
Ceux avec un caractère bien approfondi. Il m’arrive parfois, en tant qu’auteur, d’avoir recourt à des personnages stéréotypés quand ils sont secondaires parce que c’est pratique mais ça me crispe quand même un peu à chaque fois. Du coup, c’est toujours le personnage principal que j’apprécie le plus, parce que c’est en général le plus développé. Après, il est toujours très agréable de trouver quelques personnages secondaires si bien travaillés qu’on se dit qu’ils auraient tout à fait pu être les héros de leur propre histoire.

Aurais-tu un auteur ou une fanfiction à nous recommander ?
Question difficile : ne donner qu’un seul nom est trop compliqué. Pour des histoires dignes de romans, je conseille les fictions d’Eliii : Great Wars est vraiment très bien, tant par le style de son auteur et par ses personnages approfondis, et la réécriture de Rien n’est noir ou blanc promet d’être vraiment excellente. Pour une lecture détente et zéro prise de tête comme on n’en trouverait jamais dans un roman, Magical Girl de Flageolaid est parfaite ! Et puis sinon, je lis actuellement Fer de Lance de Cyrlight et c’est vraiment addictif !

Parle-nous d'écriture !

Quels ont été tes débuts en écriture ? N'as-tu écrit que des fanfictions Pokémon ?
J’ai commencé à écrire je devais avoir dix ou onze ans. Ma toute première histoire mettait en scène mon double dans un pays imaginaire nommé Mentalira (d’où mon pseudo !). Elle y apprenait la magie dans une école spécialisée. Je n’ai jamais terminé cette histoire, mais c’est surtout parce que je ne savais pas comment j’allais la finir !
Ensuite, au collège, j’ai commencé à prendre goût aux rédactions des cours de français. Même si pendant les deux premières années, mes notes n’étaient pas exceptionnelles, j’étais le plus souvent parmi les meilleurs. Ensuite, en 4ème et en 3ème, j’étais toujours première de ma classe en français. Ça m’a beaucoup encouragée à écrire. Je me souviens particulièrement de deux évènements qui m’ont convaincue que j’étais capable d’écrire des choses intéressantes. Tout d’abord, en 4ème, notre prof nous avait demandé à chacun d’écrire une nouvelle dans le registre fantastique. Elle avait dit qu’elle faisait ça toutes les années et qu’il ne lui été arrivé qu’une seule fois de mettre un 17. Je fus le deuxième ! Mon histoire s’appelait Les Vierges de marbre et racontait la nuit passée par un avocat dans une auberge hantée par des statues de la Vierge. Et ensuite, en 3ème, ma prof a un jour testé un nouveau barème pour évaluer les rédactions, quelque chose de très précis. Par exemple, nous devions intégrer une ellipse dans notre récit et si nous y parvenions, ça nous rapportait trois points. J’ai eu 17 parce que j’avais mal introduit cette ellipse. D’autres élèves avaient eu 18. A la question de mes camarades qui voulaient savoir si j’avais eu 18, la prof a répondu : « Non, [Mentalira] n’a pas eu la meilleure note mais, stylistiquement, sa copie est bien au-dessus du panier ! »
Ça n’a l’air de rien mais ces deux encouragements m’ont beaucoup marquée ! Et du coup, non, je n’ai pas écrit que des fanfictions. En seconde notamment, j’ai écrit un roman. Et depuis le lycée, je tiens un recueil de descriptions de gens rencontrés dans les transports en commun.


Pourquoi choisir l'univers Pokémon pour tes écrits ?
C’est un curieux concours de circonstance. J’avais créé un blog pour regrouper mes écrits et j’espérais attirer des lecteurs. J’avais des visiteurs, mais personne ne commentait ce que j’écrivais. J’ai découvert à peu près à cette époque qu’on pouvait publier des fanfictions sur l’espace membre de Pokébip. J’avais justement une histoire qui se passait chez les Pokémons, je veux parler de la Poké Ball Grise. J’ai donc sauté sur l’occasion et rédigé les premiers chapitres pour tenter de les faire valider. Quand enfin ils le furent, j’ai eu la chance d’avoir des lecteurs intéressés par mon histoire, et ça m’a donné envie de continuer !

Qu'est-ce qui te donne l'envie et te motive pour écrire ?
Je n’ai pas besoin de motivation pour inventer des histoires, c’est un passe-temps très naturel pour moi. Mais pour les écrire, j’ai deux motivations. Les retours positifs de mes lecteurs en sont une, et non la moindre. Quant à l’autre, j’ai parfois une irrépressible envie d’écrire parce qu’en inventant mes histoires, des phrases me viennent à l’esprit et je les trouve tellement géniales (ah, modestie, quand tu nous tiens !) que je ne veux pas les oublier, donc je les écris. Parfois aussi, quand j’ai fini d’inventer une histoire, je me dis qu’elle m’a bien divertie quand je l’imaginais mais qu’elle me semble suffisamment bien construite pour intéresser d’autres personnes, alors je la rédige.

Quelle serait ta plus grande qualité en écriture, de quoi es-tu la plus fière ?
Je ne suis pas sûre d’être la mieux qualifiée pour répondre à cette question ! Si je me fonde sur ce qu’on dit de moi, alors je suis apparemment assez douée pour décrire des combats Pokémon, c’est en tout cas quelque chose que mes lecteurs ont l’air d’apprécier !

Et quel serait ton plus grand défaut ?
Là non plus, je ne peux pas juger. Eventuellement, je peux te dire quel était mon plus grand défaut quand je commençais à écrire et c’est le fait de faire s’enchaîner trop vite les actions, sans prendre le temps de poser le décor et l’ambiance. Je fais très attention à cela maintenant et nul doute que je me suis améliorée mais peut-être est-ce un reproche qu’on pourrait encore me faire.

La définition de ton style d'écriture personnel ?
C’est une question très difficile. Je vais faire une comparaison : si j’étais le metteur en scène d’un film, mes acteurs me détesteraient car je ne leur laisserais aucune liberté d’interprétation ! J’essaie toujours de faire en sorte que le lecteur s’imagine très exactement la scène que j’ai en tête, quitte parfois à décrire très précisément les gestes et mimiques de mes personnages au risque qu’une certaine lourdeur se fasse sentir. C’est peut-être pour ça que mes combats sont appréciés, je fais toujours en sorte de décrire les actions au geste près. Si je pouvais joindre un plan de tous les lieux dans lesquels se déroulent mes histoires pour être absolument sûre que le lecteur comprenne bien, je le ferais sans hésiter !

Parle-nous de ton travail (aussi nommé la partie cachée des fictions)

As-tu des manies, des habitudes, des préférences au moment d'écrire ?
Eh bien, je n’écris que dans le silence absolu, digne d’une cathédrale ! J’ai besoin de calme pour me concentrer, le moindre bruit de fond a raison de toute ma bonne volonté. Et sinon, je relie toujours le chapitre précédent avant de me lancer dans l’écriture de la suite. Quand c’est une fanfiction, j’aime aller le relire directement sur Pokébip, pour me mettre à la place d’un lecteur lambda, qui découvre l’histoire avec la mise en page du site. Je ne sais pas si ça m’est très utile mais disons que ça a au moins le mérite de me remettre dans l’ambiance.

Quelle place accordes-tu à la documentation lorsque tu écris ?
Une grande ! Je déteste avoir l’impression de parler de choses que je ne connais pas. J’ai écrit un roman hors fandom qui se passe pour moitié à Paris et pour moitié en Corée. Je me suis renseignée sur ces deux endroits que je ne connaissais pas afin de paraître la plus crédible possible. Et pour les fanfics Pokémon, c’est pareil, je consulte tout ce que je peux trouver sur un Pokémon avant de le faire apparaître dans ma fic. Au fond, j’aime beaucoup ce travail d’investigation !

Quelle place accordes-tu au canon de l'univers Pokémon dans tes fics ?
Je me fonde essentiellement sur l’univers des jeux vidéo, j’essaie de faire en sorte que le lecteur ne se sente pas trop dépaysé. Si l’histoire se passe à Sinnoh, je veux être certaine que le lecteur a tous les éléments en main pour reconnaître les lieux. Pour la façon dont se passent les combats, je m’inspire plutôt de l’animé dans lequel un Pokémon n’attend pas gentiment le tour suivant avant d’attaquer de nouveau. Dans le même ordre d’idée, je considère qu’un Pokémon K-O n’est pas un Pokémon mort, seulement un Pokémon sonné.

Quelle est la chose qu'il ne faut surtout pas oublier lorsqu'on écrit ?
Se relire ! Cela peut sembler fastidieux mais c’est essentiel. Déjà, pour chasser les fautes d’orthographe et, au-delà de cet élément très factuel, pour s’assurer qu’on a réussi à rendre l’atmosphère qu’on voulait, et que tout est cohérent et compréhensible pour un lecteur qui n’est pas dans la tête de l’auteur et n’a pas la même vision des choses que lui. J’aime bien essayer de me mettre dans la position d’un lecteur qui découvre ce qu’il lit, mais je reconnais que ce n’est pas un exercice facile, il faut essayer de penser différemment afin de repérer les incohérences qui nous ont échappé à l’écriture.

Et quelle est la chose qu'il ne faut surtout pas faire lorsqu'on écrit ?
Rester bloqué sur un passage qu’on n’arrive pas à écrire. Personnellement, quand ça m’arrive, je laisse tout en plan et je reviens à la charge le lendemain en essayant d’avoir un œil neuf. Parfois, je n’y arrive pas alors je me force à écrire quand même, même si ça ne me parait pas à la hauteur, même si je ne suis pas convaincue par ce que j’écris. J’essaie de me dire que ce n’est qu’un mauvais moment à passer et qu’écrire la suite sera beaucoup plus intéressant !

A quelle chose accordes-tu une importance particulière lorsque tu écris tes fictions (décors, intrigue globale, personnages, relations entre ces derniers...) ?
Avant tout, à la cohérence de l’intrigue globale. J’écris pour raconter des histoires alors je ne peux pas me permettre de les construire de travers ! Mais que serait une intrigue, même excellente, sans des personnages à la hauteur ? C’est aussi une chose que je travaille beaucoup. J’aime aussi voir mes personnages évoluer au fil de l’intrigue et des rencontres qu’ils font, parfois d’une façon que je n’avais pas prévue mais qui semble naturelle au moment où je rédige. Ça m’oblige parfois à modifier un peu l’intrigue pour que le tout soit plus cohérent mais c’est quelque chose que j’adore : avoir l’impression que le personnage évolue d’une façon à laquelle je n’avais pas pensée, c’est comme s’il était vivant !

Parle-nous de tes écrits !

As-tu apprécié ton expérience en concours pour ton one-shot Arkéapti ou le fossile Plume ?
J’ai beaucoup aimé travailler sur un thème imposé, ça m’a permis d’écrire autre chose que la Poké Ball Grise, que j’adore mais qui me prend beaucoup de temps. Et puis, il était vraiment sympa de lire les one-shots des autres participants, ça a permis d’animer un peu l’espace fanfictions du site et c’était chouette !

Etais-tu heureuse d'être tombée sur ce pokémon par tirage au sort ?
Eh bien, au départ, je n’ai accueilli cette nouvelle ni comme une bonne, ni comme une mauvaise nouvelle. Je me disais que j’aurais pu tomber sur bien pire, je n’avais aucune envie d’écrire sur un Pokémon poisson, ou encore sur Tadmorv. Mais d’un autre côté, le défi aurait été plus grand et je me serais lancée dans la rédaction du one-shot avec autant d’entrain. Pour Arkéapti, j’avais le sentiment que c’était moins difficile, parce que c’est un Pokémon qui vit à l’air libre. J’ai pendant un temps envisagé d’écrire une histoire « classique » qui mettrait en avant le lien d’un Arkéapti avec son dresseur, puis j’ai compris que, puisqu’il s’agissait d’un Pokémon préhistorique, il y avait là un filon à exploiter ! L’idée d’écrire un documentaire m’est donc venue assez rapidement.

Comment est venue l'idée de La Boîte à Madeleines ?
Ah ça ! C’est une longue histoire qui a eu beaucoup de répercussions ! Tout a commencé sur mon blog, je ne sais plus de quoi il était question mais j’ai fini par déclarer que Cerfrousse était l’un de mes Pokémons favoris, ce qui a étonné mon camarade Flageolaid. Pour me justifier, j’ai raconté une anecdote qui expliquait mon attrait pour ce Pokémon et Flageolaid a fait remarquer que nous avions sans doute tous ce genre de petites histoires à raconter. Nous avons donc réfléchi à la question que nous pourrions poser aux autres Bipiens. Ils ont été nombreux à répondre et c’est ainsi qu’est née la Boîte à Madeleines !

D'où viennent les illustrations qui accompagnent les résumés des tomes de La Poké Ball Grise ?
Elles ont été faites par LunElf qui a un jour proposé d’illustrer des fictions. Comme elle lisait la Poké Ball Grise, je lui ai demandé si elle avait envie de créer une image pour cette histoire et elle a acceptée. Je l’ai laissée libre de faire comme elle l’entendait, ne chipotant que sur quelques détails afin que la représentation de Béatrice corresponde à son physique dans l’histoire. Je n’ai pas été déçue du résultat ! Pour le tome 2, je lui ai demandé si elle pouvait faire une illustration semblable à celle du tome 1, je trouvais que ce serait bien si les images se ressemblaient, et voilà ! Elles sont super belles, pas vrai ?

Pour quelle raison as-tu écrit un préquel à cette fanfic, et comment l'as-tu conçu ?
Le préquel raconte la jeunesse d’un des personnages de l’histoire. Au départ, c’était un personnage tout à fait secondaire et puis un jour, j’ai eu une illumination. A force de travailler le personnage, il a pris beaucoup d’importance dans l’histoire. Mais il y avait beaucoup d’éléments à son propos qui méritaient d’être expliqués, ce que je ne pouvais pas inclure dans le développement de la fic parce que ça n’y avait tout simplement pas sa place. J’ai tout de même placé quelques éléments faisant référence au passé du personnage et après cela, il n’y avait plus qu’à écrire l’histoire ! Au début, je pensais raconter toute sa vie, depuis sa naissance jusqu’au début de l’histoire principale mais je me suis vite rendue compte que ce n’était pas une bonne idée, parce que les actions allaient s’enchaîner trop vite. J’ai donc tout condensé autour d’un évènement particulier qui a marqué sa vie, et le préquel est devenu ce qu’il est.

Une conclusion avant de se quitter ?

As-tu un projet d'écriture particulier dont tu voudrais nous parler ?
A vrai dire, la seule chose qui m’occupe vraiment en ce moment, c’est la Poké Ball Grise. J’avais une ou deux autres idées de fanfictions à chapitres mais je ne publierai, ni n’écrirai d’ailleurs, rien tant que le tome 2 de la Poké Ball Grise ne sera pas terminé, et ce ne sera, hélas ! pas demain la veille !

Quel conseil donnerais-tu aux fanfictionneurs débutants qui liront cette interview ?
Vaste sujet. Avant tout, je pense qu’il faut se demander si l’histoire que l’on souhaite écrire s’inscrit particulièrement bien dans le cadre de l’univers que l’on a choisi, que ce soit Pokémon ou je ne sais quoi d’autre. Si l’histoire pourrait par exemple se passer dans le monde réel en remplaçant simplement les Pokémons par des animaux, c’est selon moi que l’histoire n’est pas destinée à devenir une fanfiction. Cela ne remet en aucun cas en cause la qualité de l’histoire, bien entendu, simplement, je pense que l’univers choisi ne doit pas servir de prétexte à raconter une histoire qui aurait pu se passer ailleurs.
Et bien sûr, très important aussi, ne pas se décourager et oser demander leur avis à d’autres auteurs ! Un bêta-lecteur par exemple, c’est vraiment très pratique. Ça permet d’avoir un point de vue auquel on n’aurait pas pensé soi-même, afin d’améliorer ce qu’on écrit avant de le mettre en ligne.


Veux-tu nous parler d'un dernier point en particulier ?
Eh bien, pourquoi pas ! Je vous invite à consulter quotidiennement l’accueil des fanfics durant le mois de décembre car, sous l’impulsion et l’idée de Flageolaid, le compte commun Corpus09 va publier un calendrier de l’avent de songfics. A raison d’une histoire par jour dont l’action prendra place en décembre, il y aura donc 24 histoires de 24 auteurs différents si toutefois d’autres volontaires se manifestent ! il manque du monde alors si vous voulez participer, n’hésitez surtout pas à contacter Flageolaid (a priori il ne mord pas). Aucun niveau particulier n’est requis et il n’y a aucune récompense à la clé, c’est juste pour le plaisir !
J'espère que vous apprécierez cette interview, qui m'a été suggérée par plusieurs personnes :thumbsup: Et je comprends, ce fut très plaisant de découvrir les textes de Mentalira ! Merci à elle pour son temps, et n'oubliez pas sa dernière réponse c'est un projet sympa ;)

Pour les interviews plus précisément, me voilà déjà contrainte de modifier l'ordre prévu initialement pour tenir mes délais. Rien de grave vu que je les ai tenu (yeah !), mais j'essaierai de revenir à une alternance interview globale/sur une fanfic en particulier dès les prochains passages.
Merci à toutes les personnes qui ont proposé des auteur.rices à interviewer, je suis en train d'en harceler certain.es pour les fois suivantes :twisted: On se dit à dans quinze jours !
Interviews des auteurs de fics, que du bonheur !
Spoiler :
Mes fanfictions
J'aurais voulu être... ~ A l'aventure, Willelmina (coopération avec illapa, foncez lire ses fanfics c'est du grand art !) ~ Pocket Monster Encyclopedia Poetica

Le Sound Challenge
~ Un nuzlocke revisité avec quelques règles additionnelles, une équipe tarée, une narratrice blasée et d'autres nouveautés ~

N'hésitez pas à encourager tout cela d'un petit commentaire, cela reste la meilleure motivation du monde !

Avatar du membre
Cyrlight
Chef du Comité de Lecture
Messages : 1439
Enregistré le : dim. 09 déc. 2012, 19:15
Localisation : Auteuil, enfin le coeur y est
Contact :

Re: Interviews des auteurs de fics

Message par Cyrlight » mar. 21 nov. 2017, 13:28

Merci Mentalira ;)
Je te rejoins sur le fait qu'il ne faut jamais rester bloqué sur un passage. Mieux vaut écrire quelque chose moins bon, quitte à y revenir plus tard, plutôt que de buter indéfiniment dessus.

Et bravo, Sound, pour tout ce travail !
"La terre est la seule chose qui vaille que l'on peine pour elle, que l'on se batte, que l'on se sacrifie pour elle, parce que c'est la seule chose qui dure."
Image

Avatar du membre
Pokéclément
Légende Pokébipienne
Messages : 7009
Enregistré le : dim. 29 avr. 2007, 18:34
Localisation :

Re: Interviews des auteurs de fics

Message par Pokéclément » mer. 22 nov. 2017, 14:10

Hey Sound', j'adore toujours autant tes interviews ! Tu fais sortir des propos vraiment intéressants et je ne connaissais pas du tout Mentalira... ces fanfics ont l'air diablement intéressante, merci donc de faire partager !
Sinon je me disais que le forum n'est pas toujours ultra visité et pas forcément l'endroit où le public qui peut être visé (les lecteurs/auteurs de fics) va se rendre forcément. De fait je me disais, si le comité fanfic est bien sûr d'accord, que tu pouvais peut être les poster dans la partie fanfiction ? Avec des interviews en guise de chapitre ?

C'est un projet qui peut ressembler à Fanfics de Pokebip, qui est vieux mais qui était un beau projet. Ca permettrait peut être de mieux toucher le public cible et faire encore plus partager ce que tu fais ? Elargir les choses !

Avatar du membre
Soundlowan
Comité de Lecture
Messages : 339
Enregistré le : jeu. 12 mai 2011, 11:00
Localisation : le pays des rêves

Re: Interviews des auteurs de fics

Message par Soundlowan » mer. 22 nov. 2017, 14:28

Merci pour la suggestion et les compliments Pokéclément !
C'est vrai que le forum semble quelque peu déserté, ce que personnellement je trouve vraiment dommage entre parenthèses, après du coup est-ce qu'il faut laisser tomber ce lieu ou essayer d'y faire revenir les gens, je ne sais pas.
Sinon c'est une idée qui s'étudie je pense, du coup je vais en parler avec mes collègues jaunes avant de me prononcer. Je ne sais pas si ça prendra la forme que tu suggères, mais on peut sûrement trouver une autre forme ou endroit pour les interviews si l'idée est de les faire gagner en visibilité ^^
Interviews des auteurs de fics, que du bonheur !
Spoiler :
Mes fanfictions
J'aurais voulu être... ~ A l'aventure, Willelmina (coopération avec illapa, foncez lire ses fanfics c'est du grand art !) ~ Pocket Monster Encyclopedia Poetica

Le Sound Challenge
~ Un nuzlocke revisité avec quelques règles additionnelles, une équipe tarée, une narratrice blasée et d'autres nouveautés ~

N'hésitez pas à encourager tout cela d'un petit commentaire, cela reste la meilleure motivation du monde !

Avatar du membre
Phillipe-Poutou
Membre
Messages : 95
Enregistré le : jeu. 05 nov. 2015, 15:23

Re: Interviews des auteurs de fics

Message par Phillipe-Poutou » mer. 22 nov. 2017, 17:19

Moi j'aime bien, c'est toujours intéressant de savoir ce qu'il se passe derrière une/des fic/s et les personnes derrière :^)
Image

Avatar du membre
Maski
Chef des Modérateurs Forum
Messages : 4567
Enregistré le : sam. 30 janv. 2010, 14:51
Localisation : Quelque part

Re: Interviews des auteurs de fics

Message par Maski » mer. 22 nov. 2017, 22:42

Perso' j'estime que les jaunes sont les plus à même de décider ce qu'il adviendra de cette section en terme d'activité. Mais si jamais quelqu'un veut lancer une animation ou autre ici, ma boîte à Mp est ouverte.

A propos des interviews, j'ai pas le temps en ce moment et les récents auteurs interviewés ne font pas partie de ceux que j'ai lus ou que je suis actuellement. Je lirai donc tout cela quand j'aurais le temps, mais je soutiens cette initiative que je trouve très intéressante.
Image
SH-CardBlogGalerieMa nouvelle 'fic

Avatar du membre
Soundlowan
Comité de Lecture
Messages : 339
Enregistré le : jeu. 12 mai 2011, 11:00
Localisation : le pays des rêves

Re: Interviews des auteurs de fics

Message par Soundlowan » mar. 05 déc. 2017, 22:16

On rempile avec une tête connue pour cette nouvelle interview !
Une interview de Cyrlight
qui nous parle aujourd'hui de sa fanfiction

Entre infini et au-delà
Spoiler :
Présentation/résumé de la fanfic

Entre infini et au-delà est une histoire qui met en scène une héroïne du nom de Katharina Granet. La jeune fille, après s'être perdue en forêt, découvre que toute sa famille a disparu dans un bain de sang. Agacée par l'enquête qui plafonne et par l'incompétence de la police, elle quitte Sinnoh et endosse l'identité de Cassy Rilène pour mener ses propres investigations.
Sous ses faux airs d'enquête policière, cette fic est en réalité d'une oeuvre de fantasy. Quelque temps après, alors que Cassy s'est réfugiée au Bourg-Palette, où elle trouve un soutien fidèle en la personne de Régis Chen, d'étranges glyphes, représentant chacun un type pokémon, commencent à apparaître sur certaines personnes. Cassy porte celui du dragon et elle est convaincue que tout ceci a un lien avec la disparition de sa famille, qui semble cacher beaucoup de secrets.


Généralités sur la fanfiction

Comment t’es venue l’idée de cette fanfic ?
Un peu au hasard. J'étais inscrite depuis peu sur un forum pokémon et j'avais sympathisé avec quelques lecteurs de La loi de la nature. Comme je n'avais rien de prévu après le second tome, je me suis dit que j'allais écrire une autre histoire, plus longue et plus creusée. C'est comme ça qu'est née Entre infini et au-delà. Bon, au début, elle ne devait faire qu'une cinquantaine de chapitres, puis une centaine, puis j'ai commencé à me dire que je n'en verrai jamais le bout... Au final, c'est une aventure que je suis heureuse et fière d'avoir vécu.

Quelles ont été tes inspirations ?
Moi-même. Enfin, plutôt l'un de mes romans, qui n'était même pas écrit à ce moment-là. J'avais le scénario en tête et je l'ai pris comme point de départ de cette fic. D'ailleurs, la ressemblance n'a pas manqué de frapper mes lecteurs lorsque j'ai posté le premier chapitre en extrait sur mon blog. Les similitudes sont vraiment très grandes pour tout ce qui touche à l'enquête et la disparition de la famille Granet.
Bien sûr, j'en ai eu d'autres. Le mythe de Lilith est un élément clé de cette histoire (et la mythologie en elle-même, d'ailleurs). Beaucoup ont mentionné Percy Jackson, à tort. Il y a une ressemblance, certes, mais à l'époque, je n'en avais jamais entendu parler. L'idée de faire apparaître les dieux me vient de la saga littéraire Nicolas Flamel. Scathach a d'ailleurs été l'une des premières légendaires à germer dans mon esprit.
Ceux qui ont vu la série d'animation Jackie Chan retrouveront les pouvoirs des talismans dans ceux des glyphes. Les fans des Mew Mew Power auront tôt fait d'établir un parallèle entre ma Bridget et celle de l'animé (les marques sur la peau proviennent également de là). Les circonstances de la mort d'un personnage m'ont été littéralement soufflées par le film Tomb Raider : Le berceau de la vie... J'en passe et j'en oublie, mais j'ai pioché de nombreux éléments à droite et à gauche, ne serait-ce que pour faire des clins d'oeil.


Comment décrirais-tu l’intrigue de cette fanfic ?
Aïe. Cette colle. Au début, tout porte à croire qu'il s'agit d'une enquête policière ou d'un thriller, puis ça bascule vite dans le fantastique avec l'apparition des glyphes. Et, comme à peu près les trois quarts de mes écrits, il s'agit d'un drame. En fait, c'est surtout un mélange de plusieurs genres, et c'est en quelque sorte de là que provient le titre, de cette étendue.
Au commencement, il n'y a qu'un tout petit univers, la ferme des Granet, et le village voisin. Rapidement, Kathy/Cassy va s'apercevoir que le monde est bien plus vaste que ça. Elle enquête d'abord sur la disparition de sa famille, puis sur les glyphes, et elle se retrouve finalement embarquée dans une histoire qui dépasse l'entendement. Il y a l'infinité d'un monde qu'elle croyait découvrir, et ce qui s'étend encore au-delà, puisqu'elle va bien plus loin.


Comment décrirais-tu les relations entre les (principaux) personnages ?
Déjà, c'est compliqué de définir les personnages principaux, parce que ça varie considérablement d'une partie à l'autre, et que certains arrivent beaucoup plus tardivement. Je vais donc répondre globalement.
Les relations sont très variées. J'ai essayé d'en construire le plus possible, tout en m'efforçant de les rendre toutes différentes les unes des autres, afin d'offrir aux lecteurs une plus grande diversité.
Il y a les rapports à la famille, aux amis, aux ennemis, l'amour sous plusieurs formes (classique, haine, sado-masochisme, inceste, homosexualité, poképhilie...), les mentors, la rivalité, la rancune, la soif de vengeance, la loyauté, la fraternité... Je pourrais tout énumérer (et encore, j'en oublierais sûrement), mais la liste est très longue.
Il y a aussi des relations que j'avais en tête et que je n'ai pas faites, soit parce que je n'ai pas trouvé l'occasion de les placer, soit parce qu'elles étaient incompatibles avec d'autres. Par exemple, plusieurs de mes lecteurs trouvaient que Yohanna aurait formé un joli couple avec Crios, mais je préférais garder un rapport plus "fraternel" entre eux deux. En revanche, j'ai souvent pensé qu'elle aurait été très bien avec Satan.
Mais les deux personnages que j'aurais le plus souhaité voir ensemble, aussi étonnant que cela puisse paraître tant ils étaient différents au premier abord, c'était Sven et Léa. Le jour où j'ai confié cette anecdote à mon meilleur ami, il a probablement pensé que je perdais la raison, car il avait du mal à imaginer ce que cela aurait pu donner. Finalement, j'ai pris ça comme un défi et j'ai rédigé quelque temps plus tard le film 10 (You belong with me). C'est d'ailleurs l'un de mes préférés, avec le n°12.


Quel est l’aspect de l’univers Pokémon que tu as voulu développer en premier lieu ?
Là encore, je crois que je me suis efforcée de toucher un peu à tout. La mythologie, bien sûr, puisque c'est le thème central, mais aussi les Arènes et les Champions, le dressage, les combats... J'ai toujours eu un faible pour la coordination, d'où la vocation de Léa. J'évoque le Pokéathlon, je fais apparaître certains personnages des jeux ou de l'animé... Pour faire simple, dès que j'avais l'occasion de placer quelque chose tout en demeurant cohérente, je n'hésitais pas à le faire.

Y a-t-il un message que tu as voulu faire passer au travers de cette fic ?
Il y en a beaucoup, même si le plus visible de tous est celui qui tourne autour de la religion et de la foi. C'est un sujet assez tabou, qu'il faut souvent aborder avec des pincettes, ou même ne pas aborder du tout. Je m'interroge souvent sur la logique et le sens des croyances, et j'en suis arrivée à la conclusion que l'être humain a désespérément besoin de croire en quelque chose, mais pas forcément en un dieu (en la science, au destin, en sa bonne étoile, à des lendemains meilleurs...). Beaucoup me pensent athée, mais en réalité, je suis agnostique, et je me pose beaucoup de questions, au point de ne pas hésiter à remettre en doute le pouvoir divin, s'il existe, comme le fait Cassy. Ce qui me vient à l'esprit, quand je pense à cela, c'est une réplique tirée de la série Les oiseaux se cachent pour mourir. Après que Meggie a perdu son père et son frère dans un incendie, Ralph de Bricassart déclare que Dieu a éteint les flammes, et en guise de réponse, elle lui demande qui les avait allumées. La Toute-Puissance et la bienveillance divines sont remises en cause par cette seule phrase, une remise en cause que Cassy applique à Arceus.
L'autre message principal, c'est que personne (ou presque) n'est foncièrement bon ou foncièrement mauvais, et qu'il ne faut pas avoir honte de la part de ténèbres que nous avons en nous. Même Marion, qui est la personne plus droite et la plus responsable de la Confrérie, dévoile un côté sombre dans le bonus qui lui est consacré. D'ailleurs, dans la suite que j'écris actuellement, je m'efforce de creuser ses démons et de la confronter à eux, en particulier sa crainte de ne plus réussir à faire la part des choses entre ce qu'elle juge être le bien et ce qu'elle juge être le mal, et de marcher dans les pas de Cassy.
Enfin, je dirais que j'ai aussi voulu montrer à quel point la vie était injuste. On ne retire parfois que du malheur à tenter de faire le bien (n'est-ce pas, Athéna ?), alors qu'il est parfois nécessaire de soigner le mal par le mal. Si Lilith avait accompli sa vengeance lors de la bataille de la Salle Originelle, bien des morts auraient été épargnées.


Détails sur l’écriture

Comment t’es-tu documentée au cours de l’écriture ?
Quasiment toute ma documentation concernait l'univers pokémon (Pokédex, cartes, personnages...) Pour l'essentiel, j'effectuais mes recherches sur Poképédia, et pour le reste, je faisais appel à ma mémoire. Quand j'écris, je préfère le faire sur des sujets que je maîtrise plus ou moins. Un exemple tout bête : Hoenn apparaît très peu dans ma fic, pour la simple et bonne raison qu'à ce moment-là, je n'avais jamais joué à un jeu se déroulant dans cette région, contrairement au trois autres. Elle m'était beaucoup moins familière. Pareil pour les dernières générations qui sont absentes.
Sinon, à l'occasion, il m'arrive toujours de jeter un oeil sur Google quand j'ai besoin de vérifier quelque chose. L'avantage d'Internet, c'est qu'on peut vite trouver des réponses à ses questions, en quelques clics.


Combien de temps t’a pris l’écriture ? A-t-elle été régulière ?
Très régulière, puisque j'écrivais un à deux chapitres presque tous les jours. J'ai dû mettre approximativement un an et demi pour rédiger la fic en elle-même, et une fois terminée, j'ai tout de suite enchaîné sur les bonus. Eux, en revanche, je les écris à un rythme beaucoup plus irrégulier, et depuis quelque temps, ils sont même à l'arrêt, car je me consacre à d'autres fics (dont la suite de celle-ci, d'ailleurs).

Comment as-tu élaboré les personnages ?
Beaucoup sont directement inspirés de personnages que j'ai déjà créés. J'ai des « moules », en quelque sorte, c'est à dire des personnages avec une personnalité (et parfois même un physique) sensiblement identique, que je réutilise dans différentes histoires. Pas par manque d'imagination, mais simplement parce que je les adore, et parce qu'ils m'inspirent. On peut dire que ce sont des muses, en quelque sorte.
Parmi ces personnages, on retrouve : Marion (la pragmatique), Sven (dangereux et séduisant), Yohanna (d'une loyauté indéfectible), Lilith (la femme fatale, sensuelle et venimeuse), Sandra (le mentor), Emily (le personnage secondaire surpuissant) et depuis quelque temps Michelle (la fillette aux penchants ténébreux et l'incroyable maturité).
Pour Cassy, c'est différent. Je voulais un personnage qui ne se contente pas d'évoluer, mais qui change du tout au tout au fil de l'histoire. Je tenais à ce que la Cassy des dernières pages soit une personne complètement différente de la Kathy qui se promenait dans la forêt avec son Ponyta.
Au final, pourtant, ce n'est pas l'évolution la plus marquante de la fanfic, probablement parce qu'on la suit au fur et à mesure et qu'elle survient progressivement. S'il y a un personnage qui se transforme radicalement, c'est Léa. Parfois, avec mes lecteurs, je vais jusqu'à préciser Léa 1.0 ou 2.0, en fonction du passage auquel je référence, s'il est pré ou post-Circé.


Comment as-tu élaboré l’intrigue ?
Je mentirais si je prétendais avoir eu tout ça en tête dès le début. Ma première idée, c'était de permettre à Cassy de prendre le contrôle des Dragons légendaires grâce à son glyphe et de botter avec eux les fesses de la Team Galaxie aux Colonnes Lances. Finalement, je suis partie sur une double guerre, avec la TG d'un côté et Arceus de l'autre.
Le reste, je l'ai inventé au fur et à mesure. Plus je progressais dans l'histoire et plus l'inspiration me venait. Par exemple, je n'ai eu l'idée de LA légendaire qu'aux environs du chapitre 200. Pareil pour l'intrigue concernant Pandore, qui n'a germé que très tard dans mon esprit. Pire, je n'ai envisagé de faire d'Athéna la plus puissante des divinités qu'au cours des bonus.
Le problème, c'est que ça a aussi provoqué pas mal d'incohérences dans le scénario, c'est pourquoi je suis actuellement en train de réécrire toute la fanfic, afin d'harmoniser mon propre univers.


As-tu apporté, ôté ou modifié quelque chose au canon de l’univers Pokémon ?
J'ai parfois dû faire quelques entorses à l'univers pour imbriquer toutes les pièces dans le puzzle de mon histoire. Il était difficile de conserver certains éléments, et il m'est arrivé d'en "réécrire" la plupart pour qu'ils collent à ma fanfic. La mythologie pokémon est un bon exemple, mais ces retouches pouvaient aussi concerner des détails moins importants (la clef de voûte ne renferme pas un Spiritomb ordinaire, mais l'âme des Gijinkas de Lilith ; les objectifs de la Team Galaxie ont été indirectement soufflés à Hélio par une légendaire...)

A quoi as-tu accordé le plus d’importance au cours de l’écriture de cette fic ?
Honnêtement, je ne saurais dire. À la surprise, peut-être. Chaque fois que j'écrivais une révélation ou un retournement de situation, je trépignais d'impatience à l'idée de voir les réactions de mes lecteurs. Mon but, c'était surtout que personne ne devine la suite, et en particulier la fin, de manière à les tenir en haleine jusqu'au bout.

As-tu un défaut d’écriture dont tu t’es aperçu ou que tu as tenté de corriger au cours de l’élaboration de cette fic ?
Mon principal défaut, ce sont les incohérences. Même quand je m'applique à prévoir des scénarios à l'avance, je m'apercevrai toujours de mes erreurs après coup, ce qui m'oblige à effacer et à recommencer des chapitres entiers pour tout réparer.
Après, des défauts, j'en avais beaucoup plus à l'époque où j'ai entamé cette fic. Par exemple, je faisais très peu de descriptions, je creusais très peu mes personnages, et encore moins leurs relations... Je dirais qu'elle m'a beaucoup aidé à progresser, parce que je l'ai écrite sans pression, tout m'appliquant à m'améliorer.
Je l'ai commencée fin 2012 (même si elle n'a été publiée que début 2013), donc en presque cinq ans, mon style a radicalement évolué. Quand je l'ai reprise, il y a quelque mois de ça, le chemin que j'ai parcouru en tant qu'auteur m'a sauté aux yeux. Au début, mon seul objectif était d'éliminer le plus d'incohérences possible, mais à présent, je me dis aussi que je la réécris parce que je suis capable de faire nettement mieux qu'à l'époque. Et sûrement que dans cinq autres années, je pourrais faire encore plus, mais même si j'adore cette fic, je ne me lancerai pas dans ses deux mille pages une troisième fois !

Question-Fantominus : Quelle est la chose que tu as le moins apprécié dans l'écriture de cette fanfic ?
Le trop grand nombre de personnages. Au début, j'arrivais à les gérer tant bien que mal, mais à mesure que les glyphes et les légendaires se manifestaient, j'ai été dépassée par tout ce petit monde. À cause de ça, les derniers membres de la Confrérie sont presque passés inaperçus (John, Angus et Hitaki en particulier), mais surtout, je me suis résolue à en écarter quelques-uns dans la deuxième partie (Sven, Esméralda, Marco, Léa, Lilith...). Ça m'était vraiment devenu très difficile de tous les coordonner, et je m'embrouillais parfois, surtout à partir du moment où Cassy a entrepris d'accumuler les secrets et les manipulations.
Pour ces pauvres personnages que j'ai négligés, j'ai essayé de me rattraper dans les bonus, mais aussi dans Après la fin, où j'ai un peu inversé les rôles. Des personnages-clés tels que Sylvain ou Yohanna ont moins d'importance, alors que d'autres, comme Angus, Hitaki, John ou encore Bridget apparaissent plus souvent. Ça vaut aussi pour les légendaires, d'ailleurs. Les Rénégats ayant eu la part belle dans le premier tome, je préfère me concentrer sur les autres (Aphrodite, Héra, Thor, Apollon...). J'essaye d'équilibrer, en quelque sorte.


La fanfiction elle-même

Cette fanfic compte plus de 300 chapitres, sans compter les Films présents après l’épilogue. Comment conserve-t-on sa motivation et son inspiration lors de l’écriture d’une œuvre si longue ?
L'inspiration, ce n'est pas un problème, elle est toujours au rendez-vous. Parfois même un peu trop, puisque j'ai des idées qui surviennent sans arrêt, et qui m'oblige parfois à revoir complètement la direction que je donne à l'histoire.
La motivation, par contre, n'a pas toujours été au beau fixe. Par moments, je me disais que je ne verrais jamais le bout de cette fic, or elle me prenait quand même un temps considérable au quotidien, temps que j'aurais parfois préféré consacrer à d'autres projets.
Ce qui m'a toujours incitée à poursuivre, c'est cet accord tacite qu'il y a entre un auteur et un lecteur. Je pars du principe qu'à partir du moment où l'on publie quelque chose et que quelqu'un le lit, on est tenu de terminer l'histoire, par respect pour ceux qui la suivent. C'est pourquoi il est toujours bon de recevoir un petit mot de leur part, parce que ça prouve que les gens s'intéressent, et ça nous rappelle pourquoi il faut continuer, en plus de nous encourager.


Avais-tu envisagé de morceler cette fic en plusieurs textes plus petits, plutôt que de proposer en une seule œuvre un si grand nombre de chapitres ?
Non, ça ne m'a pas effleuré l'esprit. Je n'avais aucune idée de sa longueur approximative quand je l'ai entamée, et même quand je l'écrivais, je disais souvent qu'elle ne dépasserait pas les deux cents chapitres, puis les trois cents... Quand je relis ces messages, je ris moi-même de ma naïveté.
Par contre, pour les films, je regrette presque de ne pas l'avoir fait. En regroupant tous ceux qui prennent place avant le début d'Entre infini et au-delà, j'aurais eu matière à faire une préquelle, puisque le bonus d'Athéna compte à lui seule une centaine de pages.
Après la fin était d'ailleurs censé être un film, à la base, mais j'avais tellement d'idées qu'il m'a semblé plus judicieux d'en faire une fic. Sachant que j'en suis à plus de 170 chapitres, c'était vraiment la décision adéquate.


Les titres des chapitres sont des titres de chansons, peux-tu nous expliquer ce choix ?
S'il y a eu une raison à ça, je ne m'en souviens plus. La plupart de mes choix se justifient généralement par le fait que j'en avais envie, voilà tout.
Par contre, je l'ai amèrement regretté, par la suite. Il m'arrivait parfois de passer plus de temps à trouver une chanson correspondant au chapitre qu'à écrire le chapitre lui-même. L'inverse s'est également produit. Il m'est arrivé d'en rédiger parce que certains titres me les avaient soufflés. Cela fut notamment le cas pour deux bonus. « Back to december », de Taylor Swift, m'a aussitôt fait penser à l'hiver que Cassy et Sylvain ont passé à l'Arène d'Ébènelle, et quand j'ai vu le clip de « Fire meet gasoline » (Sia), je l'ai assimilé à Seth et Inari.


Quel a été ton sentiment lorsqu’est venu le moment de rédiger l’épilogue de cette fanfic ?
Du soulagement ! Après avoir longtemps pensé que je ne terminerais jamais cette fic, j'y suis finalement parvenue. Bien sûr, je ressens toujours un pincement au coeur quand j'achève une histoire (surtout lorsqu'elle est aussi longue), mais je savais que les bonus arrivaient derrière, donc la conclusion n'a pas été si difficile que ça. D'ailleurs, j'avais même entamé les films avant d'avoir fini la fic, ce qui fait qu'il n'y a pas vraiment eu de transition. Et maintenant, il y a Après la fin, alors je ne risque pas de me défaire de cet univers avant encore un bon bout de temps.

Quel a été ton sentiment lorsque tu as vu ta fiction entrer au Panthéon, dont elle occupe actuellement la deuxième place en terme de meilleure note ?
Ce fut une immense satisfaction. J'avais beau m'y attendre, car les précédents commentaires de mon évaluatrice tendaient dans ce sens, ça ne m'a pas empêchée de sauter au plafond lorsque c'est arrivé. Cette fic doit d'ailleurs beaucoup à Kydra et je me demande souvent ce qu'elle en penserait, maintenant, si elle n'avait pas quitté Pokébip. J'espère qu'elle l'estimerait toujours autant.

Il est certain que tu abordes dans cette oeuvre des thèmes complexes, pouvant heurter certaines sensibilités, parfois de manière très frontale. Selon toi, qu'est-ce que ton lectorat doit retenir de ce parti pris ?
Mes histoires sont volontairement sombres. À une époque, je m'auto-censurais, mais voilà maintenant un moment que j'ai cessé de le faire. Ce que j'essaye de montrer à travers mes écrits, c'est que la vie est loin d'être rose (ou peut-être qu'elle l'est pour certains, mais en tout cas, moi, je n'ai jamais eu l'occasion de la percevoir de cette couleur).
La mort, la souffrance, l'abandon, la solitude, la haine... sont autant de thèmes qui méritent d'être traités, au même titre que d'autres plus joyeux. Certes, ça peut choquer les lecteurs les plus sensibles ou les plus jeunes, mais il ne faut pas oublier que certaines personnes, plus jeunes encore, sont confrontées à tout ça non pas dans ce qu'ils lisent, mais dans ce qu'ils vivent. J'aurais l'impression de mentir aux gens en dépeignant un univers plus gai que celui que je perçois, et que j'ai toujours perçu.
Certains de ces sujets sont clairement une prise de position de ma part. Le seul point sur lequel je n'ai pas été fidèle à mes convictions, c'est sur la relation entre Cassy et Sylvain. Selon mes principes, quelqu'un peut fréquenter la personne de son choix, qu'elle soit du même sexe, du même sang, plus âgée ou plus jeune... À partir du moment où c'est ce que les deux désirent et où ils ne font de mal à personne, je ne vois pas pourquoi ils n'en auraient pas le droit. Or, Cassy et Sylvain ne franchissent pas ce tabou de l'inceste. Pas parce que j'avais peur de choquer encore plus (sinon je ne serais pas en train d'écrire Fer de Lance), mais parce que je ne décelais aucune alchimie entre eux. Je n'imaginais pas du tout ces deux personnages ensemble, et je les aime finalement bien mieux séparés, à souffrir dans leur coin de cet amour qu'ils refusent de partager (même si Cassy le supporte bien plus aisément que Sylvain).


Tu m'as confié que cette fic est en révision à l'heure actuelle. Doit-on s'attendre à une histoire radicalement remaniée ?
Il y a de gros changements à prévoir, oui. La trame reste la même, naturellement, mais il a fallu que je modifie certains points par souci de cohérence, qui ont entraîné d'autres modifications, et ainsi de suite, donc au final, à part les premiers chapitres, rien ne va rester tel quel.
J'en ai aussi profité pour glisser des indices sur des éléments auxquels je n'avais pas encore songé au moment où j'écrivais ces lignes. Par exemple, toute la partie qui se déroule dans le QG de la Team Galaxie et que je suis actuellement en train de réécrire, subit de gros changements pour concorder avec un bonus que je n'ai pas encore publié, et qui retrace en fait tout le début de la fic du côté de l'organisation. Avant, Sven ne découvrait l'identité de Cassy qu'à son arrivée au QG, alors que dans la nouvelle version, il établit le lien par lui-même après lui avoir sauvé la vie.
Et je creuse également certains détails sur lesquels je trouve que je n'ai pas suffisamment insisté. Je pense notamment à la relation entre Cassy et Sylvain. Tout du long, du moins jusqu'à l'arrivée d'une certaine personne, j'ai toujours perçu Sylvain comme le grand amour (impossible) de Cassy, mais en me relisant, j'ai réalisé que ça ne transparaissait pas vraiment, surtout de son côté à elle.


Pourquoi avoir ajouté des textes tels que les "Fiches Personnages" à ta fiction, est-ce un moyen de communiquer avec ton lectorat autour de cette oeuvre ?
Il y a une explication simple et une explication plus tordue (en même temps, avec moi...). La version simple, c'est juste que je trouvais ça pratique de s'y référer, autant pour les lecteurs que pour moi, car je les consulte régulièrement en rédigeant Après la fin, en particulier pour me rappeler de quels pokémon sont constitués les équipes. Je ne les connais pas par coeur et certains apparaissent beaucoup moins souvent que d'autres.
L'explication tordue, c'est que la première chose que je fais, lorsque je lis une histoire, c'est d'aller voir le dernier chapitre. Je me spoile volontairement, parce que ce qui me plaît, en lisant, c'est de découvrir comment il est possible, depuis le point A, d'en arriver au point Z. Si j'étais une lectrice et que je découvrais cette fic, je pense que mon premier réflexe serait de consulter les fiches personnages.


Le regard de l’auteur

As-tu privilégié l’originalité pour cette fic, ou t’inscris-tu plutôt dans la lignée d’autres fics ?
Quand j'ai commencé Entre infini et au-delà, je n'étais pas encore membre du Comité de lecture, et j'avais lu très peu de fics. La plupart du temps, je me contentais de jeter des coups d'oeil de ci, de là. Il faut dire que j'ai mis beaucoup de temps à me faire à la lecture sur écran. Maintenant, j'ai pris l'habitude, mais j'adhère toujours moyennement.
Dans l'ensemble, j'ai donc privilégié l'originalité, même si ça ne m'a pas empêché de puiser des brins d'inspiration à droite et à gauche (cinéma, littérature, expérience personnelle...).


Es-tu satisfaite du début et du dénouement de ta fic ?
Dans l'ensemble, je dirais que oui, puisque mon objectif était que, une fois la fin de l'histoire atteinte, le lecteur puisse constater l'énorme chemin parcouru par les personnages depuis le début.
J'ai tout de même dû réécrire l'affrontement contre Cronos, car plusieurs personnes avaient été déçues par le manque d'action, mais après avoir modifié et rajouté quelques passages, elles ont paru mieux l'apprécier.


Y aurait-il une chose que tu voudrais désormais modifier dans cette fic si tu devais la réécrire ?
Pas mal de chose, c'est d'ailleurs pour ça que je suis en train de le faire. Comme dit plus haut, je traque les incohérences, j'améliore le niveau global, je retravaille certains points, comme la relation entre Cassy et Sylvain...
S'il y a une chose qui manque, dans cette fic, c'est peut-être un background solide pour la plupart des personnages. À part les Galaksija, Lilith, Sven et Yohanna, je donne peu d'informations sur leur passé, leur famille, leur vie en dehors de la Confrérie... Comme je me suis cependant appliquée à pallier ça dans les bonus pour certains et dans Après la fin pour d'autres, je ne pense pas m'étendre sur le sujet dans la réécriture, sinon ça pourrait être redondant avec le reste.


Quelle est la chose dont tu es la plus satisfaite au sujet de cette fic ?
Marion <3 Je l'aime, je l'adore, je la vénère ! Ce qui est très ironique, parce que mes lecteurs, dans le meilleur des cas, ne se sont jamais intéressés à elle, et dans le pire, ils ne l'aimaient pas. (Ou comment perdre la moitié de son public, puisqu'elle est le personnage principal d'Après la fin...)
À travers elle, je décris en quelque sorte la femme que je souhaiterais être. Forte, indépendante, épanouie dans sa vie professionnelle, capable de faire preuve de pragmatisme et de sang-froid quelles que soient les circonstances... Bon, et un peu (beaucoup) rancunière, mais on ne va pas chipoter pour si peu.


Cette fic marque-t-elle une modification de ton style d’écriture, ou au contraire est-elle un exemple de ce que tu écris habituellement ?
Un peu des deux. Le style évolue avec l'expérience, donc au bout d'un millier de pages, il n'est clairement plus le même qu'au début, il a forcément muri en chemin.
Par contre, je dirais que l'histoire en elle-même est un "condensé", si j'ose dire vu la longueur, de ce que j'aime écrire. Je me suis fait plaisir en abordant tous les thèmes qui me tiennent à coeur ou d'autres auxquels je veux sensibiliser les gens (l'enfance, par exemple). Pour ceux qui me lisent régulièrement, ils ne seront pas surpris de les retrouver ailleurs. Je pense notamment à mes romans, où j'ai une relation amoureuse entre cousins (Cassy/Sylvain), une relation assez particulière entre deux femmes (Cassy/Yohanna), un drame familial (dont le parallèle peut être établi avec le passé de Marion) et bien sûr celui qui a inspiré cette fanfic.


Quelle place occupe cette fanfic au sein de ton œuvre ?
Au niveau de la fanfiction, c'est mon oeuvre maîtresse, cela va sans dire. Et même en dehors, elle occupe une place très importante. On ne peut pas écrire quelque chose d'aussi long, pendant aussi longtemps, sans s'y sentir particulièrement attaché. C'est tout un univers que j'ai mis en place et parfois, j'ai même du mal à prendre du recul. Récemment, j'ai lu une fanfic qui avait Hélio pour personnage principal, et j'ai été très déstabilisée par ses réactions, parce que je ne parvenais pas à me détacher de la personnalité que je lui ai donnée dans Entre infini et au-delà. C'est dire à quel point elle ne me quitte jamais vraiment !

Pour conclure

Peut-on espérer une suite ou un prologue ?
Une partie des bonus font office de prologue. Ils retracent les évènements qui se sont produits à l'aube de la guerre entre les légendaires, et ceux qui ont suivi : l'exil de Lilith, le schisme des Renégats, Pandore, les bannissements de Némésis et de Lamia, le départ d'Athéna, l'enlèvement d'Aphrodite, l'incendie de la Tour Cendrée...
Quant à la suite, Après la fin, elle est déjà en cours de publication, et j'ai plus de cent quatre-vingt chapitres écrits. Je me fais plaisir avec le scénario, encore plus qu'avec Entre infini et au-delà, parce que cette fois, je n'ai plus les limites que m'impose un personnage unique. Il faut donc s'attendre à beaucoup plus de morts, de violence et de surprise, avec une Confrérie plus désunie que jamais, des ennemis aussi dangereux qu'Éric et Arceus... Bref, ce ne sont pas les rebondissements qui vont manquer.


Quels conseils donnerais-tu à un fanfictionneur débutant qui voudrait écrire une fic ressemblant à la tienne d’une façon ou d’une autre ?
De se lancer, de suivre son instinct et d'être fidèle à lui-même. On peut s'inspirer d'autres histoires, mais il faut être soi-même quand on écrit, suivre ses envies, ses désirs.
Le meilleur moyen de débuter, c'est de faire comme on le sent, de rédiger une histoire sans se poser de question, sans se prendre la tête. Puisque ça ne sera pas parfait, autant se lancer avec décontraction, puis ensuite essayer de voir ce qui peut être améliorer. L'expérience vient au fil des pages.


As-tu un dernier commentaire au sujet de cette fic ?
Je dirais qu'elle m'a permis de prendre confiance en moi, de laisser mes craintes au placard et d'assumer pleinement ce que j'ai envie de faire. Maintenant, aussi tordues ou malsaines que soient mes idées, je n'ai plus aucune réticence à les écrire, quel que soit le regard que les gens peuvent porter dessus. Tout comme Cassy, j'assume la part de ténèbres qu'il y a en moi.
J'espère que cette interview incitera les lecteurs à découvrir (ou redécouvrir) Entre infini et au-delà, et je remercie une fois encore Soundlowan pour son excellent travail !
Voilà, cette fois-ci sans aucune ironie prenez une semaine de RTT si vous comptez lire toute la fanfic avant l'interview. Cette dernière a d'ailleurs mis un peu de temps à être faite par rapport à la place qu'elle occupe dans le Panthéon, parce que bon hinhinhin... 359 chapitres. TROIS. CENT. CINQUANTE. NEUF. CHAPITRES.

Nan mais parce qu'on parle de l'intervieweuse sadique qui pose des questions trop dures et bla bla bla, mais j'ai tout à fait des auteurs qui veulent m'éliminer aussi je pense :sisi:
Bonne lecture !
Interviews des auteurs de fics, que du bonheur !
Spoiler :
Mes fanfictions
J'aurais voulu être... ~ A l'aventure, Willelmina (coopération avec illapa, foncez lire ses fanfics c'est du grand art !) ~ Pocket Monster Encyclopedia Poetica

Le Sound Challenge
~ Un nuzlocke revisité avec quelques règles additionnelles, une équipe tarée, une narratrice blasée et d'autres nouveautés ~

N'hésitez pas à encourager tout cela d'un petit commentaire, cela reste la meilleure motivation du monde !

Avatar du membre
Malak
Membre
Messages : 5404
Enregistré le : dim. 10 mai 2009, 21:53
Localisation : Hors de ce monde...

Re: Interviews des auteurs de fics

Message par Malak » mar. 05 déc. 2017, 23:11

Deux interviews quasiment à la suite sur Cyrlight en à peine un mois. On sent les Pokédollars qui ont circulé sous la table... à moins que ce ne soit les coups de cravache :huhu:

C'est bien ce concept d'interview sur une fic en particulier. Et ça me fait penser que - honte à moi - je n'ai pas encore lu la fic-mère de ma propre supérieure ( sens les coups de cravaches sur son corps :shlak: ). Mais bon, 359 chapitres quoi... faut trouver la foi. Quel auteur censé écrirait un truc d'une taille aussi ridiculement longue, je vous le demande ? :sisi:
Le seul dieu dont j'accepte le joug est la raison.

Avatar du membre
Cyrlight
Chef du Comité de Lecture
Messages : 1439
Enregistré le : dim. 09 déc. 2012, 19:15
Localisation : Auteuil, enfin le coeur y est
Contact :

Re: Interviews des auteurs de fics

Message par Cyrlight » mar. 05 déc. 2017, 23:40

Merci Sound, pour cette super interview.
Moi aussi, je me le demande, Malak ;) Une cravache ? Moâ ? Jamais !

Soit dit en passant, dans la réécriture, j'ai tellement rallongé certains chapitres qu'ils seront divisés en deux. Je trouvais qu'il n'y en avait pas assez comme ça :P
"La terre est la seule chose qui vaille que l'on peine pour elle, que l'on se batte, que l'on se sacrifie pour elle, parce que c'est la seule chose qui dure."
Image

Avatar du membre
Malak
Membre
Messages : 5404
Enregistré le : dim. 10 mai 2009, 21:53
Localisation : Hors de ce monde...

Re: Interviews des auteurs de fics

Message par Malak » mar. 05 déc. 2017, 23:41

Il n'y a jamais assez de chapitres, c'est la règle de base :sisi:
Le seul dieu dont j'accepte le joug est la raison.

Avatar du membre
Lief97
Membre
Messages : 289
Enregistré le : lun. 02 nov. 2015, 18:45
Localisation : Quelque part dans les Spires de l'Imagination.

Re: Interviews des auteurs de fics

Message par Lief97 » mer. 06 déc. 2017, 15:28

Mais bon, 359 chapitres quoi... faut trouver la foi. Quel auteur censé écrirait un truc d'une taille aussi ridiculement longue, je vous le demande ?
C'est vrai que je connais aucun auteur avec une fic de plus 330 chapitres.

Sinon je la trouve sympa, cette interview centrée sur une seule fic !
"Ne confonds pas le rêve et l’Imagination.
Si le premier vient à toi de son propre chef, c’est volontairement que tu décides d’arpenter la deuxième."
Les Âmes Croisées, Pierre Bottero.

Mes fanfics

Avatar du membre
Soundlowan
Comité de Lecture
Messages : 339
Enregistré le : jeu. 12 mai 2011, 11:00
Localisation : le pays des rêves

Re: Interviews des auteurs de fics

Message par Soundlowan » mer. 06 déc. 2017, 22:39

Merci pour les retours ^^
Par contre pourquoi vous faites les étonnés au sujet des interviews sur une seule fic ? Je fais ça en alternance depuis un petit moment déjà xD
Interviews des auteurs de fics, que du bonheur !
Spoiler :
Mes fanfictions
J'aurais voulu être... ~ A l'aventure, Willelmina (coopération avec illapa, foncez lire ses fanfics c'est du grand art !) ~ Pocket Monster Encyclopedia Poetica

Le Sound Challenge
~ Un nuzlocke revisité avec quelques règles additionnelles, une équipe tarée, une narratrice blasée et d'autres nouveautés ~

N'hésitez pas à encourager tout cela d'un petit commentaire, cela reste la meilleure motivation du monde !

Avatar du membre
Lief97
Membre
Messages : 289
Enregistré le : lun. 02 nov. 2015, 18:45
Localisation : Quelque part dans les Spires de l'Imagination.

Re: Interviews des auteurs de fics

Message par Lief97 » mer. 06 déc. 2017, 23:36

Pour ma défense, je ne connais tes interviews que depuis peu :huhu:
"Ne confonds pas le rêve et l’Imagination.
Si le premier vient à toi de son propre chef, c’est volontairement que tu décides d’arpenter la deuxième."
Les Âmes Croisées, Pierre Bottero.

Mes fanfics

Avatar du membre
Soundlowan
Comité de Lecture
Messages : 339
Enregistré le : jeu. 12 mai 2011, 11:00
Localisation : le pays des rêves

Re: Interviews des auteurs de fics

Message par Soundlowan » jeu. 04 janv. 2018, 23:40

Une très belle année 2018 à tout le monde ! Pour commencer du bon pied, voici la toute première interview de cette nouvelle année. Merci à
Spoiler :
Introduction de l’interviewé

Salut à tous,

Je dois avouer que lorsqu'on reçoit une proposition d'interview en tant qu'auteur en herbe, on ressent cette petite flamme chaleureuse qui témoigne de l'enthousiasme et du bonheur de savoir que l'on est apprécié dans notre création. Je me livre donc à mon tour à l'exercice, dont l'égocentrisme gentillet ne peut qu'être amusant, de répondre à toutes les questions de notre intervieweuse de choc, Soundlowan.

Pour ceux qui ne me connaissent pas, j'imagine que cela vaut pour la plupart d'entre vous, je me fais appeler Feather, anciennement connu sous le pseudo "lucasfilms017". Je suis sur Pokébip depuis de nombreuses années maintenant, depuis que je suis tombé amoureux de la troisième génération des jeux Pokémons et que je recherchais par tous les moyens des trucs et astuces pour évoluer dans l'aventure sur Nintendo DS. Lorsque j'ai découvert l'Espace Membre et la possibilité de publier ses propres histoires, ce fut comme une révélation pour moi. En effet, de nature plutôt réservée, je me suis toujours enfermé dans mon imagination à la recherche d'une quelconque manière de créer "mon monde à moi", comme disent les enfants.

J'ai été très actif durant toutes mes études dans la production de fanfics que je postais à l'époque sur l'espace Blog (car mon style d'écriture était très médiocre, je le reconnais), jusqu'à mon entrée à l'université où, d'après la société, il était temps de passer à autre chose. Ce n'est que lorsque j'ai redécouvert mes écrits que j'ai décidé, munis de mes nouveaux bagages langagiers, de poster des fanfics autour de l'univers Pokémon qui m'a toujours fasciné. Ainsi, aujourd'hui, je cumule plusieurs fanfics aux styles et aux thèmes très différents les uns des autres. C'est pour moi une façon d'expérimenter toutes les facettes de mon imagination.

Aujourd'hui, je suis enseignant en langues anglaise et espagnole et, même si je n'ai plus beaucoup de temps pour arroser ma passion pour l'écriture, je ne cesse d'écrire sur le côté dans l'espoir de trouver quelques heures afin de poster la suite des chapitres de mes fanfics.


Parle-nous de lecture !

Que cherches-tu, qu’aimes-tu trouver dans une fanfiction que tu lis ?
En règle générale, quand je me perds dans l'incroyable bibliothèque des fanfictions de Pokébip, ce qui m'accroche le plus, c'est la manière dont les auteurs ont réussi à s'approprier l'histoire de personnages connus (de l'animé ou des jeux vidéos) et qui, tout en changeant leur passé, arrivent à garder toute la substance du personnage et nous le rend beaucoup plus profond que ce personnage ne l'est dans l'animé. Je finis très souvent par tomber sur des fanfictions calmes et qui décrivent les états psychologiques des personnages en expliquant comment ils en sont arrivés à cet instant de leur vie.

Et à l'inverse, que n'aimes-tu pas trouver dans une fanfiction ?
Ce qui me désintéresse totalement, ce sont les fanfictions qui ne sont écrites que pour décrire des combats pokémons sans aucun autre intérêt que la baston générale. Quand je lis un combat pokémon, s'il fait plus de deux pages sans rien d'autre que du "Linéon, attaque flaire ! - Oh non ! Ténéfix va pouvoir être touché par ses attaques de type normal !", la plupart du temps, je me lasse et je passe vite à autre chose. Cependant, cela ne veut pas dire que les combats pokémons ne m'intéressent pas. Moi-même, j'en écris énormément dans mes épisodes de Rubis & Saphir - The Origins. Ce qui m'accroche dans ce genre de scènes, ce sont les liens entre le combat pokémon en cours et la psychologie des personnages. Est-ce que le personnage remet en cause la violence ? Est-ce qu'il y a un discours particulier autour de ce combat ? Si le combat n'existe que pour que les deux pokémons s'entretuent sans rien autour, cela ne m'intéresse pas.

Quel type d'intrigue apprécies-tu le plus ?
Ce qui me plait vraiment dans toutes mes lectures en règle général, ce sont les intrigues qui mettent du temps à se développer et qui, une fois la solution à l'intrigue révélée, te donne envie de relire le livre pour partir à la recherche de tous les indices que l'auteur a laissé au fil des chapitres, un peu à la Dan Brown. Cet amour pour l'intrigue à suspens, les "puzzles énigmatiques" comme j'aime les appeler, me vient de mon enfance/adolescence bercée par la lecture des livres Harry Potter. En ce qui concerne les fanfictions dans l'univers de Pokémon, j'accroche toujours plus lorsque le scénario donne envie de lire le chapitre suivant tout de suite, quitte à te faire passer une nuit blanche, plutôt que lorsqu'on se retrouve dans une énième histoire de dresseurs qui veulent à tout prix gagner des matches mais qui ne sont pas assez *insérer adjectif noble*. Bref, quand y a du suspens et qu'on me permet de chercher des indices dans le texte pour résoudre tout seul le scénario, je suis le plus heureux des lecteurs.

Question-Fantominus : Y a-t-il un genre de fanfiction que tu aimerais voir plus souvent ou, à l'inverse, dont tu es lassé à force de le croiser ?
Je suis récemment tombé sur une fanfiction (que je citerai dans deux questions) humoristique qui m'a littéralement scotché ! Il manque cruellement de fanfictions humoristiques qui mettent en situation des pokémons aux caractères farfelus et qui dévoilent toute l'absurdité de certaines réalités de l'univers pokémon. Allez, non, je la cite ici, cela servira mes propos : "On fait quoi pour la Gen 8" de Flageolaid. Dans cette fanfic, il a réuni un pokémon emblématique par génération qui se mettent à discuter de ce qu'ils peuvent créer comme pokémon pour la génération 8, et les situations sont à mourir de rire ! Malheureusement, il n'y a pas assez de bons écrits humoristiques de ce genre à mon goût.


Quel type de personnage apprécies-tu le plus ?
Ma grande passion, ce sont les personnages très sombres mais qui gardent une part de lumière en eux. Ou à l'inverse, des héros parfaits dans tous les domaines qui finissent par libérer leur côté obscur. Lorsque j'écris, je n'ai en tête qu'une chose que je considère comme la caractéristique la plus importante : le développement radical de la personnalité d'un personnage. J'essaie toujours d'aller chercher ce qu'il y a de plus noirs dans l'être humain pour le développer et essayer de comprendre pourquoi un tel personnage serait aussi sombre, ce qui lui donne un côté très attachant. Mes personnages préférés sont les bad guys / bad girls qui finissent par être si attachants qu'on s'en veut des les apprécier, les meilleurs ennemis, ceux qu'on aime détester et qu'on déteste aimer.

Aurais-tu un auteur ou une fanfiction à nous recommander ?
Comme j'en ai déjà parlé, je recommande vivement les écris de Flageolaid : je trouve qu'il s'agit d'un auteur qui ne se prend pas la tête et dont l'humour, parfois très naïf et simpliste, fait un bien fout à lire. Je suis malheureusement doté d'une mémoire en forme de passoire, j'ai bien du mal à me souvenir des titres des fanfics qui m'ont touchées. Il y en a une qui m'a particulièrement fasciné et dont je n'ai pas manqué une miette du début à la fin, et qui date un peu : "Atteindre les cieux" de shyroiryu. Elle racontait l'histoire d'un enfant prêt à tout pour rencontrer Rayquaza et se venger pour avoir rendu sa vie tristement pathétique, et on suit sa très très lente ascension d'une montagne parsemée d'embuche. Malheureusement, je pense que cette fanfic ne se trouve plus sur le Bip car il m'est impossible de la retrouver, mais je sais que cette personne a un blog. Enfin, je conseille vivement à tous ceux qui aiment les longues fanfics aux intrigues originales de lire les écrits de Eliii dont la productivité m'impressionne ! C'est toujours un réel plaisir de suivre ses intrigues qui rompent vraiment avec l'ambiance générale des fanfictions du Bip.

Parle-nous d'écriture !

Quels ont été tes débuts en écriture ? N'as-tu écrit que des fanfictions Pokémon ?
Je crois que le jour où la passion de l'écriture s'est insinué en moi, ce doit être la première fois où j'ai réussi à écrire de manière lisible et correcte, lorsque j'étais tout petit. Je me souviens avoir passé des heures à créer des bandes dessinées (dont la qualité était vraiment exécrable) lorsque j'étais un enfant. J'ai toujours été très discret à l'école et un excellent élève : lorsque je m'ennuyais en classe dans mon coin (c'est-à-dire très souvent), je m'amusais à dessiner mes camarades et à les mettre dans des situations loufoques au centre de mes BDs d'amateur. Une de mes maîtresses d'école m'avait félicité pour un conte que nous devions écrire et depuis, je ne me suis jamais arrêté d'écrire, aussi peu doué que je fus. Dans la fiction, je me suis souvent tourné vers des univers fantastiques qui m'émerveillaient car ils pouvaient me permettre de laisser libre cours à mon imagination. Mais en grandissant, je me suis aussi lancé dans des projets plus variés : j'ai inventé un journal dans lequel je reportais les moindres faits et gestes des membres de ma famille, je me suis plongé dans l'écriture de fanfictions variées (à l'époque, Harry Potter était plutôt tendance). Plus récemment, je me suis lancé dans l'écriture de chroniques pour une petite radio universitaire locale. Et il traîne actuellement dans ma tête beaucoup d'idées de nouvelles plus sombres qui développeraient des personnages en quête de leur identité. Bref, je crois que depuis qu'on m'a mis un stylo en main, je n'ai eu de cesse d'écrire de quelque manière que ce fût.

Qu'est-ce qui te donne l'envie et te motive pour écrire ?
Principalement, c'est mon imagination. Mon cerveau est comme déconnecté de la réalité en permanence pour lui laisser toute la possibilité d'exprimer ses fantasmes littéraires. En réalité, ce qui me donne le plus envie d'écrire, c'est la dénonciation de quelque chose qui a provoqué en moi un sentiment, qu'il soit positif ou négatif. J'aime beaucoup développer au sein d'une histoire fictive des thèmes très précis liés à l'actualité, et dénoncer les travers de la société que je juge immoraux. Cela me permet de défouler les sentiments de déception, de tristesse, de colère, ou même de joie que je peux ressentir face à certains faits. Et puis, sans langue de bois, c'est surtout les retours positifs des lecteurs qui me motivent le plus. Il n'existe pas, je pense, de sentiment plus merveilleux que celui que l'on ressent quand on a réussi à toucher quelqu'un grâce à sa production artistique.

Quelle serait ta plus grande qualité en écriture, de quoi es-tu le plus fier ?
Je crois qu'il s'agit de ma capacité à insérer plusieurs niveaux de lecture dans mes textes. Nombres de mes écrits contiennent, par exemple, des discours très féministes (il s'agit souvent de personnages féminins dont on n'attendrait pas qu'ils aient ce caractère ou cet aspect physique, ou de personnages masculins qui trahissent une grande part de sensibilité). Ce qui me donne envie d'écrire, en résumé, c'est le challenge que je m'oblige à relevé dans lequel je m'oblige à créer plusieurs lectures de mon texte. Dans le premier épisode de "Survivors", par exemple, un personnage a cette réplique : "Les derniers qui se sont mis en marche ne sont pas allés très loin." Lorsqu'on place cette réplique dans un contexte politique, lié à la fin du monde décrite dans la fanfic, on voit tout de suite le sens profond qu'elle acquiert. Et ça, c'est ce qui me donne le plus envie d'écrire : m'investir dans des causes qui me sont chères tout en divertissant et en faisant réfléchir le lecteur.

Et quel serait ton plus grand défaut ?
La précipitation, sans aucune hésitation. Les idées fusent beaucoup trop vite dans ma tête, ce qui m'oblige à tout noter sans arrêt dans des documents qui, au fil du temps, s'allongent en des dizaines de pages. Une fois que mon scénario est bouclé, j'écris tout d'une traite, quitte à y passer plus de 6 heures d'affilée parfois. Plus j'écris mes fanfictions, plus les chapitres s'allongent. Mon record s'élève à 21 pages Word pour le 51ème épisode de ma fanfic "Rubis & Saphir - The Origins". Une fois que le chapitre est terminé, tout relire me prend une éternité et, très souvent, dans la précipitation, je manque d'énormes fautes d'orthographe ou de grammaire qui me brulent les yeux quand je retombe dessus. Mais cette précipitation se traduit aussi dans mes écrits, lorsque je veux aller trop vite droit au but et que le suspens en pâti.

La définition de ton style d'écriture personnel ?
Je crois que mon style d'écriture se rapproche énormément de la manière dont sont écrites les séries télévisées. Je suis un grand passionné des intrigues à suspens, ce qui fait que je suis très influencé par les séries télévisées qui ne vivent que grâce au suspens. Sans lui, il ne peut y avoir d'envie de lire la suite. Du coup, chaque chapitre de mes fanfics est construit comme une histoire différente faisant partie d'un tout mais qui, lu individuellement, contient une situation initiale, des péripéties et une situation finale. C'est la raison pour laquelle j'ai récemment créé deux nouvelles fanfics qui rompent complètement avec ce modèle, afin de moderniser mon style d'écriture et le faire ressembler davantage à un roman. Dans tous les cas, j'essaie de faire preuve d'originalité dans mon style d'écriture.

Parle-nous de ton travail (aussi nommé la partie cachée des fictions)

As-tu des manies, des habitudes, des préférences au moment d'écrire ?
J'aime m'isoler lorsque j'écris. L'écriture est une activité solitaire. Cela me permet de me recentrer sur moi-même, aller fouiller au fond de moi à la recherche de sentiments et d'émotions à exploiter dans mes écrits. Je ne peux écrire que dans le silence le plus assourdissant, afin de laisser toutes les chances à mon esprit de s'égarer de sa propre volonté pour aller chercher de l'inspiration. En revanche, lorsque j'écris des combats pokémon, j'aime écouter des musiques liées aux thèmes de l'univers pokémon pour me plonger dans l'ambiance.
En règle général, j'écris toujours avec des feuilles de papier et des stylos qui me servent à tracer des plans, dessiner des lieux pour construire mon scénario, etc. J'aime aussi écrire le soir, peut-être parce qu'en journée il est difficile de trouver du temps étant donne que je suis enseignant, mais peut-être aussi parce que je suis un noctambule.


Quelle place accordes-tu à la documentation lorsque tu écris ?
J'accorde énormément de place à la documentation, quelles que soient les fanfics sur lesquelles je travaille. Pour "Les contes de Rapsode l'Aède", par exemple, la documentation est la base même de chacun de mes contes : j'inclus dans mes contes une solide base littéraire et historique tout en travaillant des thèmes très philosophiques selon des mouvements de pensée très précis. Dans "Cosmos", c'est l'histoire de l'Amérique Latine qui prime et qui sert d'ambiance générale pour le développement du scénario, avec la réalité géopolitique des caciques, des esclaves, de l'économie de la colonisation, etc. Pour ce qui est de "Rubis et Saphir - The Origins", je pense qu'on peut retrouver dans chacun des épisodes que j'ai écrits au moins une référence à mon background intellectuel, comme dans tous les récits de n'importe quel auteur d'ailleurs. Que ce soit pour une parodie du conte du "Joueur de flûte" ou que ce soit lié à l'actualité dramatique du terrorisme dans le monde, la documentation est fort présente dans mes écrits car je considère que la lecture et l'écriture sont nécessairement un miroir de la réalité humaine et sont employés pour réfléchir sur notre monde.

Quelle place accordes-tu au canon de l'univers Pokémon dans tes fics ?
J'ai été très conformiste par le passé, et c'est conformité à l'univers pokémon se voit très bien dans ma série principale où je traite des pokémons de la même manière que les jeux vidéos les traitent (avec beaucoup plus de réalisme et de maturité, soit disant). C'est la raison pour laquelle récemment, j'ai voulu changer ma manière d'écrire pour m'éloigner un peu plus du canon, afin de les considérer comme des créatures fantastiques qui aident les humains, ou comme des monstres qui sont un danger pour les êtres humains. Jusqu'ici, toutes mes fanfics s'insèrent dans la réalité de la région de Hoenn (car j'en suis un grand fan). Mais avec "Survivors", je m'éloigne du canon en cherchant à englober les monstres pokémons dans notre réalité européenne.

Quelle est la chose qu'il ne faut surtout pas oublier lorsqu'on écrit ?
Lorsqu'on écrit, on peut tout se permettre. Mais il y a une seule chose qu'il faut garder en tête : c'est la vie autonome que mène un texte. Comme le soutient Roland Barthe, un texte se suffit à lui-même : c'est ce qu'il appelle "la mort de l'auteur". Bien qu'il faille physiquement un auteur pour écrire, l'auteur devient obsolète une fois le texte terminé. C'est à dire que chaque lecteur quelle que soit l'époque à laquelle il lit le texte, quel que soit son niveau de culture général, quel que soit sa vision du monde, chaque lecteur aura une compréhension différente du texte. Je pense que c'est le seul élément à ne jamais perdre de vue : le texte a sa propre vie, et quoi que l'on désire en tant qu'auteur, nous ne sommes pas maîtres de nos textes. Même moi je me surprends à comprendre différemment un texte que j'ai moi-même écrit en le lisant quelques années plus tard !

Et quelle est la chose qu'il ne faut surtout pas faire lorsqu'on écrit ?
Penser au lecteur. Cela peut être intriguant comme opinion, mais je pense qu'il ne faut surtout pas penser au lecteur lorsqu'on écrit. C'est pourquoi l'exercice de la fanfiction est très compliqué et peut être très frustrant. Une fanfiction est un récit que l'on écrit autour d'un univers commun à un ensemble de passionnés, et où l'on voudrait une fidélisation importante des lecteurs pour avoir un retour sur ses écrits et poursuivre son écriture. De la même manière qu'une chaîne Youtube ne vit que par ses nombres de vue, un auteur de fanfiction a besoin de réception auprès de son public pour continuer à écrire, sinon il abandonne. Même un auteur classique qui publie dans une maison d'édition peut tomber dans le piège du besoin absolu de revenus pour pouvoir vivre de ses écrits. Car je pense qu'à partir du moment où on n'écrit plus pour soi, mais pour les autres, ou pour gagner absolument de l'argent, notre texte subit une transformation entre ce que l'on voudrait qu'il soit et ce que le public voudrait qu'il soit. Cette envie de plaire au maximum de personnes nuit au texte, à mon humble avis.

A quelle chose accordes-tu une importance particulière lorsque tu écris tes fictions (décors, intrigue globale, personnages, relations entre ces derniers...) ?
Les deux aspects les plus importants dans tous mes textes sont : la psychologie des personnages (et leur relations entre eux), et la cohérence de l'intrigue. Dans tous mes textes se trouvent des détails minuscules, que j'ai parfois bien du mal à retrouver moi-même, sur l'histoire englobante. L'histoire englobante, c'est l'histoire qui se déroule en-dehors du cadre de la narration, ce qui n'est pas raconté mais qui se déroule de manière naturelle. Par exemple, Sacha dispute un combat contre le champion Major Bob (ceci est l'histoire narrée), mais la ville de Carmin-sur-Mer continue à vivre avec ses problèmes économiques et sociaux (l'histoire englobante). Lorsqu'on relit mes chapitres, on peut très vite s'amuser à retrouver tous les détails de la vie de Hoenn qui suit son court en se disant "ah mais, cette chose qui se passe dans l'épisode 45, en fait elle a commencé dans l'épisode 10 et on avait rien vu venir !".

Parle-nous de tes écrits !

Comment t'es venue l'idée de ton recueil Les contes de Rapsode l'Aède, et comment as-tu élaboré chaque conte ?
Quiconque aura lu cette fanfiction se sera vite rendu compte de ma source d'inspiration pour l'écriture des Contes de Rapsodes l'Aède. En grand fan de l'univers de Harry Potter, j'ai lu tous les livres dérivés, dont le célèbre "Les contes de Beedle le Barde". Transposé dans l'univers de Pokémon, je me suis demandé quel genre de personnage pourrait être la source de contes pour enfant que les jeunes dresseurs auraient lus durant leur enfance. J'ai donc puisé toute mon inspiration dans le format du livre de J. K. Rowling pour créer ce personnage grec qui débarque sur une île peuplée de créatures magiques. Mais ma première version de ces contes n'était pas aboutie et j'ai laissé le projet de côté. Lorsque le concours de Fanfiction à propos de la sortie des jeux ROSA a été lancé, j'ai dépoussiéré ma fanfic du placard en imaginant un recueil de conte qui expliquerait la mythologie de la région de Hoenn. Je pense que c'est la fanfic qui m'a le plus amusé à écrire, surtout grâce aux commentaires de Monsieur Marco qui me permettent de me mettre dans la peau d'un vieillard devenu sceptique avec le temps et qui empli de connaissances "scientifiques" sur le monde dans lequel il vit.

Avons-nous une chance de voir de nouveaux contes venir compléter ce recueil ?
J'ai toujours cette liste de contes qui trainent dans un dossier et qui n'attendent qu'à être écrits et publier. Le plus compliqué avec ce genre de fanfic, c'est le style d'écriture. Un conte a un style d'écriture très particulier, très schématisé et dont le langage est très poétique. De plus, généralement, il faut trouver une morale à l'histoire. C'est plutôt compliqué d'écriture ce genre de récit, ce qui prend énormément de temps. D'autant plus que c'est un univers lié à ma fanfic principale et que j'aimerais que les deux se croisent de temps à autres. Donc si je parle d'un conte dans ma fanfic principale, il se peut qu'il soit publié dans la fanfic "Rapsode l'Aède". Bref, il faut que je me laisse guider par mon inspiration pour écrire de nouveaux contes.

As-tu été surpris de l'évaluation de Raishini, que ce soit au niveau des commentaires ou de la note ?
16.8/20, c'est une note très positive et plutôt rare sur le Bip ! J'ai été plus que surpris, et cela m'a rendu plus qu'heureux. L'évaluation de cette fanfiction, comme le mentionne Raishini, est complexe car elle est très différente de la plupart des autres récits dans le sens où elle sort de l'ordinaire par son style. Avec ce genre de fanfiction, ça passe ou ça casse. Là, ça a plutôt bien passé. J'ai été très impressionné du retour plus que positif des lecteurs qui ont commenté cette fanfic : je ne m'attendais pas à ce que cela plaise autant. Pour moi, il s'agissait simplement d'une envie d'écrire des contes sans trop me prendre la tête, mais il s'avère que mes récits ont été très appréciés. C'est généralement ce qui arrive : c'est quand on fait les choses simplement, sans grandes ambitions, qu'on se surprend à provoquer de l'enthousiasme chez les autres.

Comment résumerais-tu le principe de ta fanfic Survivors, et comment travailles-tu sur une oeuvre de cette nature ?
"Survivors" est une fanfiction participative où les lecteurs ont le pouvoir de décider du destin des personnages. Les personnages sont plongés dans un monde apocalyptique où les pokémons sont devenus des ennemis sanglants, et ils vont devoir survivre à leurs rencontres et au monde hostile qui les entoure. A chaque fin de chapitre, plusieurs choix sont proposés aux lecteurs afin qu'ils votent et décident de comment les personnages vont réagir dans le chapitre suivant à la péripétie qui vient de leur arriver.
C'est une fanfiction qui demande beaucoup d'organisation ! Je travaille toujours avec des fichiers Excel dans lesquels je note la chronologie des évènements qui se déroulent afin de savoir quelles choses se sont déroulés dans quels chapitres et éviter les incohérences. Pour cette fanfic, j'ai dû créer des fiches de personnages sur lesquels je note le matériel qu'ils ont avec eux, leur état de santé, les affinités qu'ils ont avec les autres personnages, la description de leurs vêtements, de leur physique,... et surtout les points qu'ils ont dans leurs différentes caractéristiques. Car cette fanfic est aussi basée sur le hasard. Tous leurs combats sont joués aux dés selon les points qu'ils ont en force, en défense, en esquive,... sur le modèle des jeux de rôle. (Je conseille à tout le monde de regarder les vidéos du Joueur du grenier sur sa chaîne Youtube "Bazar du grenier", desquelles je me suis inspiré). J'ai aussi un fichier Excel avec les choix et les propositions faites aux lecteurs, où je prends note des votes. Mais je pense améliorer le système de vote prochainement avec un lien vers un site qui gère seul les votes reçus. Pour le moment, je m'en sors avec mes fichiers Excel, mais si le nombre de lecteur grandit de manière conséquente, le site sera plus pratique.


Comment conserve-t-on de l'originalité dans une fanfic lorsque son scénario est supposé s'approcher autant des jeux originaux que dans Rubis et Saphir - The Origins ou Blue Ranger ?
En romançant davantage les parties non scénarisées des jeux. Pour RSTO, ma volonté était clairement dès le départ de rendre le scénario plus réaliste, moins enfantin et plus palpitant. J'ai ajouté la Team Rocket pour cette même raison : leur donner un rôle de méchant qu'il mérite et une chance de ne plus passer pour des boulets comme l'animé le fait si bien. "Blue Ranger" n'est qu'une simple tentative d'écrire une fanfic humoristique, mais RSTO est la fanfic sur laquelle je bosse le plus. Chaque chapitre fait en moyenne 15 pages Word (au début, ils n'en faisaient que 6...). L'originalité de ces fanfics vient du fait que chaque personnage a une psychologie et un caractère complexes. Aucun personnage n'est parfait. Sofian, le héros, est aussi courageux qu'imbu de sa personne, Flora est aussi douce qu'en manque d'affection, Timmy cache son extrême anxiété qui découle de sa maladie derrière un humour et un pacifisme idéologique. Quant aux méchants, leur part d'ombre laisse une certaine place pour le développement de sentiments positifs : la Team Rocket commet des délits sans pour autant être dénué de morale et virer dans le crime, Max Magma est diabolique mais les objets qu'il cache dans son bureau et sa relation avec Sarah laissent entendre qu'il peut ressentir des sentiments, Arthur Aqua est manipulateur mais se bat pour des valeurs qui lui sont propres,... Je pense que c'est ce travail acharné pour développer des psychologies complexes qui rend cette fanfic intéressantes. Elle me permet, en tout cas, de développer des thèmes d'actualité et des combats qui me sont chers, comme le féminisme, l'écologie, le danger de la technologie, l'esclavage, la violence ou même la religion.

Pourquoi avoir choisi de consacrer ton blog à tes fanfics, et comment croises-tu ces deux médias ? Quels en sont les intérêts pour ton travail d'écriture ?
Je sais qu'un blog est généralement utilisé pour parler de ces sentiments du moment, des choses qui nous intéressent ou d'anecdotes de la vie de tous les jours que l'on désire transmettre. Je ne suis pas vraiment une personne qui parle de soi, ou qui partage beaucoup sur sa vie parce que je ne la considère pas très intéressante. En réalité, un blog sert à se créer une communauté d'amis avec qui on partage des choses, et j'avoue que j'ai un peu de mal avec cet usage. Je me suis dit que le blog pouvait tout de même être intéressant à faire connaître mes récits afin d'avoir un retour sur ce que j'écris. Je suis conscient que tel qu'il est construit pour le moment, mon blog est un peu vide d'intérêt. Mais il me sert à poster des actualités sur mes écrits, prévenir quand je vais bientôt sortir un chapitre, poster des trailers pour faire patienter quand je prends du retard,... Cela peut être un bon média de communication avec les lecteurs, mais je n'en ai pas assez que pour qu'il soit très utile en ce moment. Cependant, si des lecteurs sont intéressés par mes écrits, ils peuvent suivre l'actualité de ma production écrite sur mon blog !

Une conclusion avant de se quitter ?

As-tu un projet d'écriture particulier dont tu voudrais nous parler ?
J'ai beaucoup de projets d'écriture qui sortent du cadre de Pokémon. Je pense à écrire un recueil de nouvelles qui tourneraient autour du thème de l'identité, avec un style un peu surréaliste (à la belge, on ne renie pas ses origines !). J'ai aussi envie d'écrire un long roman post-apocalyptique pour dénoncer la société capitaliste dans laquelle on vit, et un roman dystopique sur le thème de la démocratie et les dangers de celle-ci. Et aussi un roman plus fantastique où le héro qui est mal dans sa peau écrirait son histoire qu'il vivrait simultanément... Bref, beaucoup de projets, rien de concret pour l'instant. D'autant plus que je n'ai jamais publié de récits autrement qu'en fanfiction. L'avenir nous dira ce qui adviendra de mes idées !

Quel conseil donnerais-tu aux fanfictionneurs débutants qui liront cette interview ?
Je leur conseillerais de bien prendre leur temps. Il ne faut surtout pas se précipiter et publier un récit en toute hâte. Lorsqu'on commence l'écriture, on a toujours cette petite excitation car on entre dans un nouveau monde qui nous passionne. Il faut prendre le temps de bien écrire ses premiers chapitres, car ce sont eux qui vont définir l'intérêt de la fanfiction. Les premiers chapitres, je pense, doivent être plutôt courts pour donner envie aux lecteurs de poursuivre leur lecture. De plus, je conseille d'écrire au moins quatre chapitres avant de les publier, pour fidéliser le lecteur, pour prendre le temps d'installer l'ambiance générale et les péripéties, de présenter les personnages, et donner une raison aux lecteurs d'attendre la publication des chapitres suivants. Enfin, dernier conseil et non des moindres, il s'agit d'écrire lorsque le coeur nous en dit ! Il ne faut pas se forcer à écrire : quand on n'a pas d'inspiration, on n'en a pas. Parfois, l'inspiration apparaît sans qu'on ne s'y attende. Le plus important, c'est de passer un bon moment durant l'écriture.

Veux-tu nous parler d'un dernier point en particulier ?
Je tiens à te remercier, Soundlowan, pour cet intérêt que tu portes à mon travail. Cela fait vraiment chaud au coeur de susciter de l'intérêt. Je crois que si j'ai appris une chose en écrivant sur le Bip, c'est qu'il ne faut pas avoir peur de se lancer dans une passion, même si on est novice ou pas forcément compétent. Je suis arrivé sur le site il y a bientôt dix ans. J'avais 13 ans à l'époque, j'entrais fraichement dans mes études secondaires, je n'avais pas encore développé ma compétence écrite, bref, j'étais un enfant. Mais partager ces 10 années sur le Bip avec la communauté, lire les textes des autres, écrire de mon côté,... tout ceci a fait se développer ma capacité à écrire correctement, à développer des histoires. Peu importe qui nous sommes ou notre niveau dans certains domaines, si on fait ce qu'il nous plait, si on travaille notre passion, on ne peut que s'élever intellectuellement. Le plus beau, c'est de se rendre compte que notre travail a permis à d'autres de développer des sentiments, quels qu'ils soient, et d'en tirer des apprentissages.
En résumé, si je devais terminer cette interview avec seulement trois mots, ils seraient les suivants : à vos claviers !
Je trouve que 2018 démarre en beauté avec ces réponses de qualité :thumbsup: N'hésitez pas comme à chaque fois, à aller découvrir les textes de la personne interrogée, surtout qu'ici plusieurs fanfics sont vraiment d'un format très original ! Qui a envie de participer à une fic collaborative ? :mrgreen:

Je profite de cette interview pour parler un peu de la suite des événements. Cette sortie a été légèrement décalée à cause des fêtes, qui ne m'ont pas laissé beaucoup de temps pour le site. Toutes mes excuses à celles et ceux qui attendaient cette interview !
J'essaie maintenant de reprendre sur les bases que je m'étais fixée, c'est-à-dire une interview tous les quinze jours ou disons deux par mois pour laisser un peu plus de souplesse de mon côté. Donc je pars pour le moment sur ce planning :
1e semaine du mois : Interview sur un auteur ou une autrice (ensemble de son oeuvre sur Pokébip)
3e semaine du mois : Interview sur une fanfiction en particulier
Vous saurez donc à l'avenir à peu près vers quelles dates vous pouvez attendre une interview, et si à la fin des semaines annoncées il n'y a toujours rien mes lecteurs/lectrices des interviews peuvent me demander des nouvelles par MP au besoin :wink:
En cas d'imprévu de mon côté, chez les auteurs ou autres, je tâcherai de vous informer au plus vite si une interview est décalée. Sur ce, encore une excellente année à tout le monde !
Interviews des auteurs de fics, que du bonheur !
Spoiler :
Mes fanfictions
J'aurais voulu être... ~ A l'aventure, Willelmina (coopération avec illapa, foncez lire ses fanfics c'est du grand art !) ~ Pocket Monster Encyclopedia Poetica

Le Sound Challenge
~ Un nuzlocke revisité avec quelques règles additionnelles, une équipe tarée, une narratrice blasée et d'autres nouveautés ~

N'hésitez pas à encourager tout cela d'un petit commentaire, cela reste la meilleure motivation du monde !

Avatar du membre
Drayker
Membre
Messages : 2098
Enregistré le : mer. 13 juin 2007, 13:59

Re: Interviews des auteurs de fics

Message par Drayker » ven. 05 janv. 2018, 00:40

Très bonne interview ! Je rejoins beaucoup des points de vue de Feather sur le format épisodique des fanfics et le côté "basculement" dans la psyché des personnages. (bigup pour les dystopies et le post-apo ! :thumbsup: )

Ah, et la fanfic de Shiroi dont tu parles existe encore, elle est ici.

Avatar du membre
Feather17
Membre
Messages : 49
Enregistré le : sam. 08 août 2009, 22:25

Re: Interviews des auteurs de fics

Message par Feather17 » sam. 06 janv. 2018, 17:43

Merci Soundlowan pour ces mots gentils et ce petit coup de pub pour mes écrits !
La fanfic collaborative, c'est un appel à candidature ? :p

Et merci à toi Drayker pour ton ressenti et pour avoir retrouvé la fanfic dont je parlais ! Je vais pouvoir la relire (quand j'aurai le temps) !! :p
Découvre mes fanfics si la lecture te passionne !

Rubis & Saphir - The Origins
Les véritables aventures de Rubis, Saphir et Émeraude dans une quête palpitante et dramatique au cœur de Hoenn.

Survivors
Cinq survivants doivent survivre dans un monde post-apocalyptique, entre les attaques répétées des Fauves et des Marcheurs. Mais la tâche s'avère compliquée car... leur survie est entre vos mains !

Cosmos
Aron l'enfant sauvage est part à la recherche des sept Talismans de Cosmos qui, une fois réunis, offriront à leur détenteur le pouvoir de sauver Cosmos de son terrible destin.

Avatar du membre
Soundlowan
Comité de Lecture
Messages : 339
Enregistré le : jeu. 12 mai 2011, 11:00
Localisation : le pays des rêves

Re: Interviews des auteurs de fics

Message par Soundlowan » dim. 21 janv. 2018, 22:45

Bonjour bonjour ! Nous enchaînons avec la deuxième interview de cette année 2018, remercions pour cela
Spoiler :
Introduction de l’interviewée

Je n'en reviens pas trop de ce que je suis en train d'écrire, mais les faits sont là... Soundlowan a fait le vœu de m'interviewer, alors me voilà. J'avoue que je n'ai pas trop compris lorsqu'elle m'a dit que j'étais rentrée dans sa liste d'auteurs à interviewer. J'ai cru à une farce élaborée. Mais non, Sound est une gentille personne qui parle sincèrement. Alors cette entrevue - pour ne pas abuser de son équivalent angliche - a bel et bien eu lieu. Quel honneur pour moi !
Bref, je suis MissDibule, dix-sept ans, auteure de plusieurs fanfics sur Pokébip. À mon arrivée sur le site, j'étais si enthousiaste que j'écrivais un chapitre par jour, ce qui m'a valu une réputation de cinglée chez certains ! Enfin, bon ne nions pas la réalité...
Sinon, je lis et j'écris depuis ma plus tendre enfance. J'ai commencé à lire sur Pokébip très tôt également, et le site m'a tout de suite plu. Maintenant que je suis réellement inscrite dessus, je m'y sens comme dans une seconde famille. Et cette interview prouve que je me sens bien sur ce site.


Parle-nous de lecture !

Que cherches-tu, qu’aimes-tu trouver dans une fanfiction que tu lis ?
Ce que je cherche dans une fanfiction, c'est avant tout un moyen de pouvoir m'évader du quotidien. J'aime quand l'histoire est si bien ficelée que, lorsque j'en ressors, je me suprends à rêver encore et encore de cet univers que je viens de quitter. J'apprécie tout particulièrement le genre du mystère, c'est-à-dire les histoires aux intrigues complexes, où même le plus insignifiant des événements peut se révéler capital par la suite. Mais je ne suis pas très difficile : en général, tout ce qui est bien écrit a des chances de me plaire. Pour ce qui est de Pokémon, j'ai plutôt tendance à lire des fictions centrées sur des humains, mais ce n'est qu'une légère préférence. J'ai lu de tout, et aimé de tout !

Et à l'inverse, que n'aimes-tu pas trouver dans une fanfiction ?
Ce que je n'aime pas dans les fictions... Eh bien, comme dit précédemment, il en faut beaucoup pour qu'une fiction me déplaise. Je m'efforce toujours de voir le positif dans un texte. Malgré tout... Il y a des choses qui ne passent pas. Parmi elles, on peut notamment citer les fautes d'orthographe. C'est vrai que ce n'est pas toujours évident d'écrire correctement certains mots dans la langue de Molière, je le conçois. Ainsi, certaines erreurs sont plus pardonnables que d'autres, surtout si elles sont peu nombreuses. Mais trop de fautes, surtout si ce sont des fautes facilement évitables grâce à une simple relecture, ça a tendance à m'agacer, et parfois même à bloquer ma lecture. Enfin bon, à part ça, je suis plutôt bon public. Même si certains genres m'attirent moins que d'autres. L'horreur par exemple, pour n'en citer qu'un seul.

Quel type d'intrigue apprécies-tu le plus ?
Ah mince, j'ai déjà un peu répondu auparavant... Bon, pas grave. Alors, comme dit précédemment, j'aime les intrigues complexes, avec du suspense et des rebondissements. La présence du mystère est importante pour moi, tout comme les histoires d'énigmes et de passés perdus. Ce que je préfère, ce sont les récits compliqués dans lesquelles on suit divers personnages qui n'ont apparemment aucun lien direct, jusqu'à ce que leurs chemins s'entrecroisent de manière tout à fait cohérente. J'admire les auteurs qui parviennent à mettre ce genre de fiction sur pied. C'est également ce que j'essaye de faire, à mon niveau.

Quel type de personnage apprécies-tu le plus ?
Hum, épineuse question. Surtout parce que je n'y ai jamais vraiment réfléchi avant, en fait. Alors... Je dirais que j'apprécie les personnages plutôt "humains", ceux qui ne sont pas surpuissants. Comme tout le monde, ils possèdent leurs propres forces et faiblesses. Ainsi, ils mettent à profit les premières pour tenter de surmonter les secondes, tout cela dans le but d'atteindre leurs objectifs, et ça me plaît. Je suppose que ça explique en partie pourquoi j'ai tendance à préférer les protagonistes. Les antagonistes modérés sont chose rare, et c'est dommage, je trouve.

Aurais-tu un auteur ou une fanfiction à nous recommander ?
Absolument ! Plus d'un(e), d'ailleurs ! Il y a Kazumari, dont la richesse de l'univers n'a d'égale que sa qualité. Toutes ses fics valent le détour, mais ma favorite reste pour l'instant "Aphélia Store", que je dévore jour après jour. Si vous aimez l'Histoire - avec un grand "H" - et les récits agréables à lire, c'est Eliii qu'il faut aller voir, notamment sa fic "Sans ét(h)iquette". Par contre, si vous avez l'amour de l'humour, je vous conseille absolument la prose loufoque de Flageolaid, qui nous a cependant prouvé qu'il était tout à fait capable d'écrire tout aussi bien en étant sérieux. Ses deux fics "Magical Girl" et "Entre ciel et mer", que j'ai particulièrement aimées, sont deux exemples d'histoires superbes mais très différentes qu'il a pu produire. Et enfin, si vous êtes friand d'émotions et de tragédies, je ne peux que vous inviter à lire les récits larmoyants de cette chère Kloana, en particulier "Prisonnier".

Parle-nous d'écriture !

Quels ont été tes débuts en écriture ? N'as-tu écrit que des fanfictions Pokémon ?
D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours aimé écrire. Petite, j'écrivais quelques trucs - j'ai notamment retrouvé récemment un vieux projet de roman écrit à mes onze ans, c'est dire ! Donc non, je n'ai absolument pas écrit que du Pokémon, je n'en avais même jamais écrit avant de m'inscrire sur Pokébip. Enfin si, mais c'était un projet avorté de fic à écrire sur Pokébip quand j'avais douze ans, alors bon... C'est vraiment le fait de lire des fanfics sur ce merveilleux site qui m'a donné envie de le faire à mon tour et de me lancer pour de bon, d'où ma présence ici. Sinon, pour ce qui est de mes écrits actuels hors Pokémon, il faut savoir que j'écris un roman fantastique, qui est malheureusement un peu à l'arrêt... Mais si cela en intéresse certains, je suis tout à fait apte à en parler, et qui sait, peut-être que cela me redonnera la motivation pour reprendre son écriture ?

Qu'est-ce qui te donne l'envie et te motive pour écrire ?
Bonne question. Je crois que j'écris avant tout pour moi-même, parce que j'en ai envie. J'aime créer une histoire dans ma tête, puis la coucher sur le papier... Et enfin après, la faire partager aux autres, une perspective que je n'ai envisagée que très récemment, à mon arrivée sur Bip, en fait. Avant cela, mon unique lectorat était constitué de mes ami(e)s, donc pas très objectif. Pour résumer, je dirais que je m'insuffle moi-même ma motivation, selon l'inspiration qui me vient - même si souvent l'inspiration me vient d'autres oeuvres. Je ne sais pas vraiment si c'est une bonne chose, car ça rend la parution de mes fics assez aléatoire (coucou La couleur de lumière qui paraissait chaque jour au début et quasiment toutes les deux semaines à présent). Mais ça n'empêche que j'adore écrire mes fictions, et je rassure ceux qui les lisent : je compte bien les finir !

Quelle serait ta plus grande qualité en écriture, de quoi es-tu la plus fière ?
Alors déjà, il faut savoir que j'ai un peu de mal à me rendre compte de mes points forts de manière générale... Question difficile donc. Mais je dirais que ce qui me rend particulièrement fière de ce j'écris, c'est le fait de ne pas faire de fautes d'orthographe et d'avoir une bonne expression globale. Lorsque je vois la déchéance de l'orthographe aujourd'hui - on ne parlera pas d'une certaine réforme ridicule qui apprend aux jeunes enfants qu'écrire "nénufar" c'est tolérable - je suis très contente d'avoir appris à ne pas faire de fautes et à maîtriser cette langue complexe qu'est le français. Bien sûr, je ne prétends pas êre infaillible hein, mais il fallait bien trouver quelque chose à dire ici !

Et quel serait ton plus grand défaut ?
Mon plus grand défaut d'écriture ? Déjà, c'est plus facile. Mes personnages. Avant d'avoir une conversation avec une certaine personne pleine d'enseignements qui j'espère se reconnaîtra si elle passe par là, je ne m'étais absolument pas rendu compte que plusieurs de mes personnages étaient des Mary-Sue en puissance. Pour ceux qui ne sauraient pas, une Mary-Sue (ou un Gary-Tsu, son équivalent masculin) est un personnage en quelque sorte parfait, et peu réaliste de ce fait, qui peut même aller jusqu'à agacer le lecteur. C'est pourquoi je fais tout pour m'améliorer de ce côté-là, car outre ce problème de personnage parfait, mes personnages ont tendance à ne pas être assez développés lorsque je n'écris pas du slice of life, ce qui est dommage. J'essaie donc de m'appliquer dans la caractérisation de mes personnages. Après tout, on ne cesse de progresser !

La définition de ton style d'écriture personnel ?
Eh bien encore une question ardue ! Enfin, pas tellement, mais c'est surtout que je n'y ai jamais vraiment réfléchi en fait... Si je m'appuie sur les remarques que l'on m'a déjà faites sur mon style, je dirais qu'il est fluide. Il est vrai que j'ai parfois tendance à faire des phrases un peu longues, mais globalement mon but est toujours de rendre l'expression claire et imagée. Lorsque j'écris, j'essaie de formuler mes phrases de manière à ce qu'elles soient à la fois simples et belles. Je joue beaucoup sur le compromis concision/élégance, cherchant le parfait équilibre entre les deux. Je pense que c'est une fois que je l'aurais trouvé que je pourrais vraiment dire que j'ai trouvé mon style. Pour l'instant, je dirais qu'il est assez ployvalent, mais ce n'est pas nécessairement négatif. Du moins, c'est quelque chose que je rangerais plus dans mes points forts que mes points faibles.

Parle-nous de ton travail (aussi nommé la partie cachée des fictions)

As-tu des manies, des habitudes, des préférences au moment d'écrire ?
Oui, comme tous les auteurs, je suppose. Au moment d'écrire, j'aime me poser confortablement, c'est pourquoi j'écris quasiment tout le temps dans mon lit. Une de mes particularités, c'est que je préfère en général avoir un bruit de fond, tout simplement car c'est naturel - et même nécessaire - pour moi de faire plusieurs choses à la fois. Ainsi, quand j'écris, je mets de la musique ou même une vidéo en fond. Enfin, je dis ça mais... récemment, cela a changé. Maintenant, j'ai tendance à écrire dans le silence. Je pense que c'est parce l'écriture est la seule activité que je pratique pouvant se suffire à elle-même. Quand j'écris, je n'ai besoin de rien d'autre, je suis comblée. D'ailleurs, à l'heure où j'écris ces mots, je suis dans mon lit, et je ne fais rien d'autre qu'écrire. On peut dire que je n'ai pas menti !

Quelle place accordes-tu à la documentation lorsque tu écris ?
Une très grande place, à vrai dire. Dès que j'écris quelque chose, que ce soit du Pokémon ou autre, j'ai toujours Google ouvert à côté au cas où j'ai un doute sur la véracité de quelque chose. Je n'écris jamais rien si je n'en suis pas sûre. Par exemple, pour ma fiction principale, La couleur de la lumière, on - si "on" passe par là, il se reconnaîtra, c'est un lecteur assidu et un auteur talentueux que j'ai déjà évoqué - m'a récemment fait remarquer qu'il ne devrait pas neiger dans la ville de Frimapic en été. Or, j'avais bien vérifié au préalable, et il apparaît que Frimapic est constamment enneigée à cause des intempéries provenant du Mont Couronné. C'est un simple détail, certes, mais bon, je suis perfectionniste... Je préfère de loin être critiquée sur ma façon d'écrire plutôt que sur mon manque de rigueur.

Quelle place accordes-tu au canon de l'univers Pokémon dans tes fics ?
Tout dépend de ce que j'écris. En général, j'essaie de le respecter, surtout celui des jeux vidéo, l'univers qui m'inspire le plus. Du moins, j'essaie de rester cohérente avec les informations que je possède. Il est vrai que, moi qui parlais de documentation, je prends parfois quelques libertés, sans m'en rendre compte. Par exemple, j'ignorais que l'âge des protagonistes des jeux vidéo était connu, c'est pourquoi en écrivant Une leçon de vie, ma fic du concours USUL, je n'étais pas allée me renseigner. Cette fanfic a pour protagoniste Ludvina, l'héroïne de N2B2, dans laquelle je lui ai donné vingt-deux ans. Or, j'ai appris avec stupeur plus tard que dans N2B2, elle a quatorze ans ! Ce qui situe ma fic huit ans après le jeu... Ce n'est pas très cohérent je l'avoue. Du coup, le canon - le coup de canon ! Ok je sors... ah non j'peux pas c'est mon interview... - bah, je le respecte quand j'y pense on va dire !

Quelle est la chose qu'il ne faut surtout pas oublier lorsqu'on écrit ?
Il y en a plus d'une. Je dirais bien "se relire", mais ce serait assez gonflé de ma part car je ne le fais moi-même pas systématiquement. En revanche, un vrai conseil que je peux donner c'est : toujours faire attention à ce que le texte soit clair et compréhensible. Je m'explique : lorsque l'on écrit, on n'est pas très objectif, c'est un fait. C'est pourquoi il faut toujours essayer de se mettre à la place du lecteur et clarifier au maximum le propos. Il ne faut pas oublier que le lecteur n'est pas dans votre tête, et qu'il ne connaît pas toutes ces ficelles scénaristiques que vous manipulez pour écrire. Il faut donc essayer de lui faciliter le plus possible la tâche, afin de rendre sa lecture agréable et lui donner l'envie de la poursuivre. Sauf si, bien sûr, votre but est de volontairement "perdre" le lecteur : lors d'une scène de foule à la première personne, par exemple, lorsque le personnage est aussi confus que le récit. Mais, mises à part certaines exceptions comme celle-ci, le mieux reste de bien expliquer le déroulement de l'action, sinon vous risquez d'agacer le lecteur.

Et quelle est la chose qu'il ne faut surtout pas faire lorsqu'on écrit ?
Cela rejoint un peu ce que j'ai dit précédemment, mais... il ne faut pas écrire en pensant uniquement à soi, en oubliant totalement que quelqu'un va lire derrière, et que, fatalement, cette personne ne va pas forcément tout comprendre. Sauf que bon, je radote là, donc, Tutankafer, je vais donner un autre conseil : il ne faut pas oublier de prévoir le scénario de l'histoire un minimum. Alors oui, ça peut paraître barbant. Mais c'est vital. Autrement, votre récit risque de se perdre dans les méandres de l'incompréhension et de vous décourager vous-même. Si ça vous ennuie tant que ça, prévoyez au moins la fin ! En plus, j'ignore si c'est le cas de tout le monde, mais, personnellement, quand j'écris une histoire et que je suis à fond dedans, je trouve très vite plein d'idées. Plus qu'à les organiser, et hop ! Une histoire de prête. Sans compter qu'il n'y a aucune obligation d'écrire un plan véritable. Tout cela peut très bien se faire dans votre tête si vous avez une bonne mémoire. Du moins, c'est comme ça que je fais.

Question-Fantominus : Selon toi, comment être certain que l'intrigue d'une fanfic tient la route avant de se lancer dans l'écriture ?
Tiens, une question sur le scénario, justement ! Alors, comment être certain... Excellente question. Je ne suis pas sûre d'être vraiment en mesure de donner une réponse concrète, mais je vais essayer quand même. Je pense qu'il faut prendre le temps d'observer son intrigue et tenter d'être objectif, même si - je le redis - c'est loin d'être facile : repenser à tout, et se poser les bonnes questions. Des questions pertinentes comme : "est-ce que la réction d'untel est cohérente par rapport à son caractère ?" ; "est-ce que telle scène est bien amenée ?" ; "y'a-t-il une évolution des personnages par rapport aux péripéties vécues ?" ; ce genre de choses. Et si on ne voit rien de véritablement gênant, que tout semble logique, eh bien, à mon humble avis, le scénario de la fanfic tient la route : elle est prête à être écrite.


A quelle chose accordes-tu une importance particulière lorsque tu écris tes fictions (décors, intrigue globale, personnages, relations entre ces derniers...) ?
Je crois que ça se voit dans mes réponses précédentes, mais... ce à quoi j'accorde le plus d'importance, c'est indubitablement l'intrigue globale. C'est ce qui m'importe le plus. J'aime provoquer cette attente chez le lecteur, qui désire insatiablement en lire plus, et pour cela, je tente de ficeler un scénario assez ambitieux. J'ignore si c'est toujours réussi, mais en tout cas je m'amuse bien ! User du suspense, c'est vraiment grisant. Tout comme élaborer des histoires totalement folles. La couleur de la lumière, par exemple. Je n'ai pour l'instant dévoilé l'entièreté du scénario qu'à une seule personne, une amie proche. Une fois que j'eus fini mes vingt minutes d'explication de scénario, elle me formula cette réponse qui valait de l'or : "Ouais, y'a que toi de suffisamment dingue pour inventer un truc pareil...". Et vous savez quoi ? J'étais super heureuse, car ça prouvait l'originalité de mon histoire.

Parle-nous de tes écrits !

Comment élabores-tu ton recueil La Poésie de A. à Z. ? Chaque poème sera-t-il différent des autres dans la forme ?
Oh, c'est assez simple, vraiment. Les poèmes seront de taille variable - par exemple, le troisième sera assez court et le quatrième plutôt long - et leurs titres commenceront toujours par une lettre de l'alphabet, dans l'ordre, jusqu'à Z. Il n'y aura pas d'unicité au niveau de la forme, les strophes et la disposition des rimes changeront d'un poème à l'autre. Cependant, je pense pouvoir affirmer que les vers seront systématiquement des alexandrins, que j'affectionne tout particulièrement. Les tatillons peuvent vérifier, tous mes vers sont des alexandrins. Une autre chose importante à savoir, c'est que chaque poème se situe dans un endroit précis du Pokémonde. Ils ne se déroulent donc pas dans des lieux sortis tout droit de mon imagination. Maintenant que cela a été dit, je laisse le soin aux lecteurs d'essayer de tous les deviner au fur et à mesure ! Mais de toute façon, une fois le recueil terminé, ils seront tous dévoilés sous forme d'extras.

Au final, qui est le narrateur dans ce recueil ?
Moi qui pensais que le premier sonnet et le nom du recueil étaient parlants, on dirait bien que non, finalement. Mais je crois comprendre pourquoi. Alors, histoire de lever tout de suite ce suspense insoutenable, disons-le : le narrateur est, pour absolument tous les poèmes du recueil, A.Z., l'ancien roi de Kalos apparaissant dans les jeux Pokémon X/Y. Oui oui, dans tous les poèmes, même le sonnet d'introduction. Alors, j'entends déjà des "objection !" rugir au fond de la salle - quoi comment ça y'a personne ? - car il est écrit à la troisième personne. Certes. Mais il ne faut pas oublier qui est A.Z. : un homme triste et désespérement seul. C'est la raison pour laquelle il parle de lui-même à la troisième personne. Non pas par égocentrisme, au contraire : pour s'éloigner de ce personnage monstrueux qu'il est devenu, et prendre du recul. Du moins, c'est ma vision des choses.

Comment as-tu abordé la création de ta première fanfic publiée sur le site La couleur de la lumière ?
Avec appréhension. J'étais si peu sûre de moi - à dix-sept ans, j'ai honte - que j'ai demandé à ma meilleure amie qu'elle soit avec moi quand je m'inscrirai sur Bip et que je commencerai à publier. J'ai écrit mes deux premiers chapitres que j'ai publiés rapidement. D'ailleurs, c'est un heureux hasard que j'aie pensé à en publier deux, car je ne savais pas du tout que c'était obligatoire si le premier ne faisait pas 20 000 mots. Une vraie néophyte. J'étais trèèèèèèèèès stressée à ce moment-là. En plus, j'ignorais le principe de validation, nous avons dû chercher avec mon amie pour comprendre pourquoi ma fic n'apparaissait pas sur le site. Vraiment pas glorieux. Alors, j'ai attendu dans l'angoisse pendant ces quelques jours de latence - mais aussi jours de vacances - la validation. Pendant ce temps, j'écrivais d'autres chapitres. Ouais, j'étais assez motivée, on peut au moins me reconnaître ça. Jusqu'au jour où est arrivée l'inespérée validation, de la part d'un bg très Khlass. Je suis quand même assez fière de pouvoir dire qu'après avoir été validée, La couleur de la lumière a été étoffée d'un chapitre par jour pendant plus de trois semaines !

Est-ce que ton insertion dans une communauté de personnes écrivant sur le site t'a aidé à t'améliorer ? En as-tu tiré des conseils ou une aide quelconque ?
Absolument. Ce fut plus que bénéfique. J'ai pu me rendre chose de certaines faiblesses dans ma manière d'écrire. Comme je l'ai déjà dit, on m'a fait remarquer le côté Mary-Sue de mes personnages, quelque chose dont je ne m'étais pas du tout rendu compte. Cependant, j'ai également pu me rendre compte de quelques-uns de mes points forts. J'ai été heureuse qu'on me complimente sur mon expression et mon orthographe. Mais, plus que tout, c'est partager mes écrits avec un public bienveillant - la très grande majorité du temps - qui apprécie ce que je fais qui m'a aidée à m'épanouir. J'ai aussi pu concourir aux côtés d'autres auteurs très talentueux, et entrapercevoir que j'avais peut-être un peu de talent, tout compte fait. Et je ne compte pas m'arrêter là. Mes fics ne font que commencer !

Pourquoi avoir choisi de rédiger ton one-shot La vie rêvée de Guzma si court ? Comptes-tu retravailler ce texte afin d'approfondir davantage l'intrigue peut-être ?
Ah oui, c'est vrai que j'ai écrit ce truc-là... Je sais que c'est pas terrible, hein... Déjà, oui, c'est court. Terriblement court. Et pour être honnête, je n'ai pas réussi à l'écrire comme je le souhaitais. Guzma est un personnage que j'aime beaucoup, et j'avais été intriguée par sa relation avec Euphorbe. J'ai donc voulu essayer d'écrire un truc sur ces deux-là, en m'inspirant, comme à mon habitude, exclusivement du jeu vidéo dont sont tirés les personnages, à savoir Pokémon Soleil et Lune. Et ce n'est pas vraiment une réussite. La manière dont je m'exprime dans cet OS, en essayant d'imiter celle de Guzma, est assez... pathétique. Comme dit dans les commentaires, j'aurais mieux fait d'écrire cette histoire en plusieurs chapitres. Qui sait, si j'ai l'inspiration, je la réécrirai peut-être un jour... Mais pour l'instant ce n'est pas ma priorité.

Tes écrits intègrent beaucoup de personnages et d'éléments du canon, aussi bien des jeux que des films. Est-ce un plaisir particulier pour toi de vouloir approfondir ces personnalités canons et d'explorer les possibilités laissées par ces univers ?
En effet, l'univers des jeux vidéo est ma principale source d'inspiration quand j'écris mes fictions. C'est ce que je préfère dans la licence. Je trouve que l'histoire et les personnages des jeux sont sympas, mais manquent de profondeur, comme on pourrait s'y attendre d'un jeu que les développeurs destinent intentionnellement aux enfants. C'est dommage, je trouve. Approfondir ce que les jeux ont commencé, c'est un peu ce que je me fixe comme objectif avec mes fics. La couleur de la lumière, par exemple, est une sorte de "déconstruction" du schéma classique des jeux vidéo, comme me l'a déjà fait remarquer une gentille lectrice. Oui, c'est une histoire de voyage initiatique, avec des badges, des concours et une Team malfaisante. Pour autant, ce n'est qu'un prétexte pour servir la véritable histoire : celle des origines de l'héroïne et les mystères qui l'entourent.

Une conclusion avant de se quitter ?

As-tu un projet d'écriture particulier dont tu voudrais nous parler ?
Oui ! Mon roman. Alors, oui, c'est vrai qu'il est un peu au point mort depuis un petit moment déjà. Mais ça ne coûte rien de raconter le synopsis. C'et un roman heroic fantasy intitulé Les Chroniques d'Uria. Uria, c'est le nom du continent où se déroule l'histoire. Il a été découvert par la famille éponyme environ un millier d'années avant le début de l'action. Les cinq frères et sœurs Uria ont alors chacun fondé un royaume, royaumes auxquels ils ont plus ou moins donné leurs prénoms - ouais, je sais, ils ont pas trop d'imagination dans cette famille. Les cinq royaumes sont : Phirrsa, Sibur, Éraudème, Efelnide et Yrizia. C'est dans ce dernier que se déroule le premier tome. Il débute sur l'assassinat du roi d'Yrizia par sa fille, qui devient reine, et même Tyreine, comme elle est surnommée. Le seul espoir qu'il reste alors aux miséreux d'Yrizia réside dans un inventeur de génie qui tente de leur rendre la vie plus facile. Jusqu'à ce qu'il soit enlevé par la reine...

Quel conseil donnerais-tu aux fanfictionneurs débutants qui liront cette interview ?
Euh... Eh bien, je ne prétends pas être un modèle en quoi que ce soit, mais... Je dirais qu'avant tout, avant d'écrire, que ce soit une fanfiction ou autre, il faut être conscient que ce n'est pas quelque chose à faire à la légère. C'est avant tout un plaisir, oui, et quand on écrit sans publier, il n'y a pas de pression. Mais à partir du moment où on publie, il faut s'appliquer. Par là, je n'entends rien de bien compliqué, juste procéder à des vérifications simples comme se relire pour voir si on a pas fait de fautes, ou si la syntaxe est correcte... Le minimum syndical, quoi. Et puis, si on n'arrive vraiment pas à bien cerner ses défauts, on peut toujours faire appel à un(e) bêta-lecteur(ice). C'est bien utile d'avoir un avis extérieur, croyez-moi !

Veux-tu nous parler d'un dernier point en particulier ?
Pour clore cette interview, j'aimerais aborder le sujet des projets d'écriture à plusieurs, que ce soient les fics collectives ou les concours où l'on se mesure à d'autres auteurs. C'est purement génial. Si vous êtes motivé par l'un de ceux qui se déroulent sur Pokébip en ce moment, comme par exemple Portrait de ville, initié par LunElf, foncez ! Ce sont de super expériences. Pour ma part, j'ai adoré participer au concours d'OS organisé par Kloana et au concours USUL organisé par le site. Et, plus récemment, j'ai eu le bonheur d'écrire deux song-fics dont je suis plutôt fière pour Le calendrier de l'Avent 2017 de Flageolaid. Voilà, c'était un peu de pub pour des gens géniaux avec des projets qui le sont tout autant. Dont notamment Soundlowan, cette merveilleuse personne qui a bien voulu prendre le temps de m'interviewer, et qui s'est investie à fond dans le projet de calendrier dont je viens de parler. Alors, merci à elle !
C'est un grand plaisir pour moi de vous présenter son travail, j'espère que vous l'apprécierez autant que moi ! Merci à elle pour sa disponibilité et sa bonne humeur tout au long de l'interview ^^

Comme l'auront remarqué mes lecteurs, pour le moment je tiens mes délais bien que tout juste cette fois-ci paf: et finalement ce sont deux interviews sur des auteurs qui se sont enchaînées pour le mois de Janvier. La faute à un désistement de dernière minute qui m'a obligé à bouleverser quelque peu mon planning, mais au moins vous avez tout de même une interview à lire tous les quinze jours :inlove: Il est donc fort probable que le mois de Février soit occupé par deux interviews centrées sur une seule fanfic, histoire d'équilibrer tout ça.
Et enfin, pour les personnes intéressées je publie désormais ces interviews également sur mon blog personnel de l'espace membre. N'hésitez pas à commenter, que ce soit ici ou là-bas ! A dans quinze jours :jap:
Interviews des auteurs de fics, que du bonheur !
Spoiler :
Mes fanfictions
J'aurais voulu être... ~ A l'aventure, Willelmina (coopération avec illapa, foncez lire ses fanfics c'est du grand art !) ~ Pocket Monster Encyclopedia Poetica

Le Sound Challenge
~ Un nuzlocke revisité avec quelques règles additionnelles, une équipe tarée, une narratrice blasée et d'autres nouveautés ~

N'hésitez pas à encourager tout cela d'un petit commentaire, cela reste la meilleure motivation du monde !

Répondre