Page 142 sur 149

Re: Essais aux fanfics

Posté : mar. 21 avr. 2015, 22:50
par Skyxyd
Tu pourrais me donner un exemple pour les fautes de syntaxe, la je suis dans le noir total. Je peux corriger avec la technique du mordre/mordu pour pas mal de verbe (environ 65%) mais le reste, la je sèche. Google aussi m'a aidé mais pas beaucoup ...
Niveau orthographe, déjà, relis-toi.
J'en ai bien besoin malgré que j'ai relu 3 fois, forcément plein de fautes m'ont échappé, et elle se cachent bien, parce que j'arrive pas à toutes les trouvées, c'est embêtant. Il me faut des outils de correction car tous seul, j'y arriverais pas, j'ai déjà essayer, la preuve

Il se peut aussi que j'oublie des mots (sa arrive) ou des lettres (ou qu'elle sont mal placées). Je pense que sa fait aussi partie de ces fautes là
Sinon côté ponctuation, vous trouvez qu'il y en a trop, ou pas assez ?

Re: Essais aux fanfics

Posté : mer. 22 avr. 2015, 00:10
par Khimeira
Exemple de syntaxe douteuse: chapitre 1.
- Je t'ai vu, faisait remarquer Roussil, que tu avait fait une chute de plus de dix mètres de haut et que tu avait été sauvé par les draps qui t'enroulait et par les buissons aussi. Quant je t'ai cherché dans le buisson, tu pleurais. C'est grâce à ces pleurs, que j'ai pu te retrouver. En tout cas tu avait l'air aussi âgé que moi. Du moins c'est ce que j'ai remarqué.
Et pour les fautes, je pense que le meilleur moyen de corriger ces fautes est de lire beaucoup, pour s'habituer aux formulations de phrases et aux mots que l'on veut utiliser.
Niveau ponctuation, c'est beaucoup mieux, et je pense que tu t'en sors pas mal à ce niveau. Par contre pense bien à sauter des lignes entre la description et le dialogue, sinon ton chapitre à l'air d'un pavé indigeste.

Re: Essais aux fanfics

Posté : ven. 24 avr. 2015, 14:09
par Voltali Fessenheim
Khimeira, vu la beauté de ton message, si t'avais de la barbe je te demanderai de m'épouser

Re: Essais aux fanfics

Posté : ven. 24 avr. 2015, 21:38
par Raishini
Le mariage risque d'attendre longtemps, alors

Re: Essais aux fanfics

Posté : ven. 24 avr. 2015, 23:02
par Zeos
Bonjour à tous ! Après avoir pris en compte les critiques et conseils de Khimeira, j'ai commencé à ecrire le chapitre 1. Je suis toujours prêt à recevoir cos critiques, avis, conseils etc.. Je precise que ce n'est qu'une partie du chapitre. Voila, je vous laisse lire. ^^
Spoiler :
CHAPITRE 1 :
L'air chaud et piquant de Koléona s'engouffra dans les narines de l'homme. Grand, baraqué, peau brune et cheveux bouclés noirs coupés courts, on ne pouvait distinguer si il était issu d'un métissage ou non. Une grande blouse blanchâtre cachait le reste de sa tenue et deux énormes valises de cuir marron encombraient ses mains puissantes en plus d'un sac à dos. L'homme ouvrit ses yeux d'un noir profond et observa le paysage alentours.

Une grande route de ciment traversait une plaine désertique parsemée de quelques touffes d'herbes sèches et de pierres rousses. Le vent soufflait fort et quelques particules de sables volaient en provenance du dessert Harassant à proximité de la ville de Fan. En effet, le scientifique était en face de la porte de sortie de l'aéroport international de Koléona, à quelques kilomètres de Fan. Une voiture de couleur similaire à l'herbe de la savane autour apparut au loin, roulant à toute allure sur la route. L'homme se tourna vers le porte qui le séparait de l'intérieur du bâtiment et plissa les yeux, à la recherche de quelqu'un ou quelque chose. Une jeune femme ne semblant pas dépasser la trentaine entra dans son champ de vision. Elle semblait récupérée des bagages lui appartenant. Ses cheveux blonds coupés courts lui arrivaient aux épaules, cachant les bretelles de son débardeur blanc. Elle portait un jean slim foncé et des baskets blanches et rouges. A son poignet gauche, un bracelet d'un blanc pur orné d'une plateforme rouge surmontée d'un disque de capture, et à son poignet droit, une mitaine grise. Elle attrapa un sac à dos bleu marine et une énorme valise noir et sortit, après avoir sorti un livret vert de sa poche arrière.

La blonde se posta à cotés de l'homme sans lever son regard des pages du bouquin. "Ecoute ça Kendal !, commença-t-elle avec entrain en interpellant son voisin. Ils disent dans le guide que Koléona est une région très spécial, puisqu'elle est divisée en trois sous-régions : Le Vassa, la zone désertique, les Iriannes, les deux îles au nord, et la Kolée, la partie au sud-est. C'est la première fois que j'entend parler de ça !
-En même temps, ce n'est pas une division "officielle", répondit l'intéressé d'une voix monocorde alors qu'il préparait ses affaires à l'approche du taxi.Ce sont surtout les habitants qui ont décidé de nommer les trois parties principales de la région.
-Dans ces cas la, pourquoi ces noms ?, demanda la blonde.
-De ce que je sais, reprit le dénommé Kendal. Le Vassa serait le nom du peuple qui vivait dans le désert avant la venue des colonisateurs de Hoenn. Tout ce qu'il reste d'eux est en ruines, en plein milieu d'un océan de sable, et les origines que porte certains habitants.
-Je suppose que c'est la même histoire avec les autres noms ?, continua la jeune femme en fermant son livre.
-Mmh... Je ne crois pas, grommela-t-il. Je ne suis vraiment pas sur, mais les Iriannes étaient des Déesses protectrices dans la mythologie de la bas. Quant à la Kolée, je ne vois vraiment pas. Tu n'auras qu'à le chercher dans ton bouquin, on en a pour sept heures de train pour traverser la Vyate. En attendant, aide moi à ranger les affaires dans le coffre du taxi, il entre dans le parking."

La voiture s'approcha d'eux et ils s'avancèrent à leur tour, valises en main. De près le véhicule ne semblait pas si neuf que ça, la carrosserie salie par le sable et le temps, des bosses ici et la... La portière s'ouvrit accompagnée d'un crissement aiguë, laissant entrevoir une femme ayant la cinquantaine sortir. Elle avait la peau très foncé, presque noir, et ses yeux de même. Son visage était dur et fermé, ce qui n'était en aucun cas chaleureux. Elle salua brièvement les deux arrivants et s'en alla vers l'arrière du véhicule. Kendal et son amie la suivirent et rangèrent leurs affaires avec l'aide de la conductrice. Quelques fois, celle-ci jetait des regards mauvais vers la blonde. L'intérieur semblait plus soigné que l'extérieur, des sièges confortables, un peu de poussière et des vitres. Le strict minimum, pour un taxi. Assise, la femme prit enfin la parole d'une voix rauque et basse : "Bienvenue dans le Vassa, messieurs dames. Je vous emmène comme prévu à la gare de Fan ?
-Exactement, merci, répondit calmement Kendal de sa voix grave."
La femme ne reprit plus la parole de tout le trajet.

Le paysage qui s'offrait au scientifique était magnifique. Les avis diffèrent selon la personne, mais les plaines désertiques du Vassa étaient un des nombreux trésors de cette région. Quelques fois, on apercevaient furtivement des Pokemons qui courraient se cacher à la vue du monstre de métal. Alors que l'un se délectait de la vue du paysage, la blonde semblait perdue dans ses pensées. Le guide vert pomme dans ses mains étaient fermés et une douzaine de morceaux de papiers oranges sortaient d'entre les pages. Elle soupira et entreprit de lire à l'endroit où elle c'était arrêtée.

"Les trois parties de Koléona ne sont pas séparées que par des origines ou des cultures, mais aussi par un bras d'eau nommée la Vyate. La Vyate car dans la mythologie Iriannes, Vyate était le fils de la terre et de l'eau, expliquant pourquoi le cours d'eau passait entre les terres en provenance de l'océan.

Beaucoup de noms  ville, de montagnes, de forêt etc... Ont été donné par la mythologie et la religion aux Iriannes. Le peuple Irian donnait une si grande importance à leurs croyances avant la colonisation, que certaines de leurs villes n'étaient en faite que des temples gigantesque abritants toute une cité. Tout ceci fut malheureusement rasé par les arrivants de Hoenn, il ne reste rien des temples-cité ni de quelques monuments pré-coloniales. Pour plus de détails sur la culture Iriannes, allez page 73. "

La ranger s'arrêta de lire. En soupirant, lasse de ce trajet déjà beaucoup trop long, elle remarqua que les grandes plaines sèches avaient laissé place à une grande villes vivantes. Des dizaines et des dizaines de passants traversaient la route sans se soucier des multiples voitures bloqués dans les embouteillages. Certains faisaient portés d'énormes panier d'osier à des Cerfrousse ou des Tauros, d'autres étaient tellement pressés et énervés qu'ils en allaient même à taper les voitures, ce qui n'était que source de problèmes et prolongeait encore les bouchons. La blonde soupira encore, tandis que les deux autres passagers semblaient à peine troubler par la situation
Je suis désolé si il y a des fautes, je fais de mon mieux pour ne pas trop en faire. :?

Merci d'avance. :jap:

Re: Essais aux fanfics

Posté : dim. 26 avr. 2015, 17:58
par Khimeira
Zeod a écrit :Bonjour à tous ! Après avoir pris en compte les critiques et conseils de Khimeira, j'ai commencé à ecrire le chapitre 1. Je suis toujours prêt à recevoir cos critiques, avis, conseils etc.. Je precise que ce n'est qu'une partie du chapitre. Voila, je vous laisse lire. ^^
Spoiler :
CHAPITRE 1 :
L'air chaud et piquant de Koléona s'engouffra dans les narines de l'homme. Grand, baraqué, peau brune et cheveux bouclés noirs coupés courts, on ne pouvait distinguer s'il était issu d'un métissage ou non. Une grande blouse blanchâtre cachait le reste de sa tenue et deux énormes valises de cuir marron ainsi qu'un sac à dos encombraient ses mains puissantes en plus d'un sac à dos (syntaxe un peu lourde ici). L'homme ouvrit ses yeux d'un noir profond et observa le paysage alentours.

Une grande route de ciment traversait une plaine désertique parsemée de quelques touffes d'herbes sèches et de pierres rousses. Le vent soufflait fort et quelques particules de sables volaient en provenance du dessert Harassant à proximité de la ville de Fan. En effet, le scientifique était en face de la porte de sortie de l'aéroport international de Koléona, à quelques kilomètres de Fan. Une voiture de couleur similaire à l'herbe de la savane autour apparut au loin, roulant à toute allure sur la route. L'homme se tourna vers le porte qui le séparait de l'intérieur du bâtiment et plissa les yeux, à la recherche de quelqu'un ou quelque chose. Une jeune femme ne semblant pas dépasser la trentaine entra dans son champ de vision. Elle semblait récupérer des bagages lui appartenant. Ses cheveux blonds coupés courts lui arrivaient aux épaules, cachant les bretelles de son débardeur blanc. Elle portait un jean slim foncé et des baskets blanches et rouges. A son poignet gauche, un bracelet d'un blanc pur orné d'une plateforme rouge surmontée d'un disque de capture (la syntaxe est un peu étrange ici mais je n'ai pas réussi à trouver de phrase moins indigeste), et à son poignet droit, une mitaine grise. Elle attrapa un sac à dos bleu marine et une énorme valise noir et sortit, après avoir sorti un livret vert de sa poche arrière.

La blonde se posta à côté de l'homme sans lever son regard des pages du bouquin. "Ecoute ça Kendal ! commença-t-elle avec entrain en interpellant son voisin. Ils disent dans le guide que Koléona est une région très spéciale, puisqu'elle est divisée en trois sous-régions : Le Vassa, la zone désertique, les Iriannes, les deux îles au nord, et la Kolée, la partie au sud-est. C'est la première fois que j'entend parler de ça !
-En même temps, ce n'est pas une division "officielle", répondit l'intéressé d'une voix monocorde alors qu'il préparait ses affaires à l'approche du taxi. Ce sont surtout les habitants qui ont décidé de nommer les trois parties principales de la région.
-Dans ces cas là, pourquoi ces noms ?, demanda la blonde.
-De ce que je sais, reprit le dénommé Kendal. Le nom de Vassa viendrait du nom du peuple (syntaxe un peu douteuse ici) qui vivait dans le désert avant la venue des colonisateurs de Hoenn. Tout ce qu'il reste d'eux est en ruines, en plein milieu d'un océan de sable, et les origines que portent certains habitants.
-Je suppose que c'est la même histoire avec les autres noms ?, continua la jeune femme en fermant son livre.
-Mmh... Je ne crois pas, grommela-t-il. Je ne suis vraiment pas sûr, mais les Iriannes étaient des Déesses protectrices dans la mythologie autochtone. Quant à la Kolée, je ne vois vraiment pas. Tu n'auras qu'à le chercher dans ton bouquin, on en a pour sept heures de train pour traverser la Vyate. En attendant, aide moi à ranger les affaires dans le coffre du taxi qui entre dans le parking."

La voiture s'approcha d'eux et ils s'avancèrent à leur tour, valises en main. De près le véhicule ne semblait pas si neuf que ça, la carrosserie salie par le sable et le temps, des bosses ici et là... La portière s'ouvrit accompagnée d'un crissement aiguë, et une femme ayant la cinquantaine sortit laissant entrevoir une femme ayant la cinquantaine sortir. (syntaxe, là encore) Elle avait la peau très foncée, presque noire, et ses yeux de même. Son visage était dur et fermé, ce qui n'était en aucun cas chaleureux. Elle salua brièvement les deux arrivants et s'en alla vers l'arrière du véhicule. Kendal et son amie la suivirent et rangèrent leurs affaires avec l'aide de la conductrice, qui jeta de temps en temps Quelques fois, celle-ci jetait des regards mauvais vers la blonde (je me permets quelques reformulations, désolé). L'intérieur semblait plus soigné que l'extérieur, des sièges confortables, un peu de poussière et des vitres. Le strict minimum, pour un taxi. Assise, la femme prit enfin la parole d'une voix rauque et basse :
"Bienvenue dans le Vassa, messieurs dames. Je vous emmène comme prévu à la gare de Fan ?
-Exactement, merci, répondit calmement Kendal de sa voix grave."
La femme ne reprit plus la parole de tout le trajet.

Le paysage qui s'offrait au scientifique était magnifique. Les avis pouvaient différer selon la personne, mais les plaines désertiques du Vassa étaient un des nombreux trésors de cette région. Quelques fois, on apercevaient furtivement des Pokémon qui courraient se cacher à la vue du monstre de métal (j'ai corrigé parce que pour moi, Pokémon est invariable; mais cela peut être exact de l'employer au pluriel). Alors que l'un se délectait de la vue du paysage, la blonde semblait perdue dans ses pensées. Le guide vert pomme dans ses mains étaient fermés et une douzaine de morceaux de papiers oranges sortaient d'entre les pages. Elle soupira et entreprit de lire à l'endroit où elle s'était arrêtée.

"Les trois parties de Koléona ne sont pas séparées que par des origines ou des cultures, mais aussi par un bras d'eau nommée la Vyate, nommée ainsi La Vyate car dans la mythologie Iriannes, Vyate était le fils de la terre et de l'eau, expliquant pourquoi le cours d'eau passait entre les terres en provenance de l'océan.

Beaucoup de noms de ville, de montagnes, de forêt etc... Ont été donnés par la mythologie et la religion aux Iriannes. Le peuple Irian donnait une si grande importance à leurs croyances avant la colonisation, que certaines de leurs villes n'étaient en faite que des temples gigantesque abritants toute une cité. Tout ceci fut malheureusement rasé par les arrivants de Hoenn, il ne reste rien des temples-cité ou des quelques monuments pré-coloniaux. Pour plus de détails sur la culture Iriannes, allez page 73. "

La ranger s'arrêta de lire. En soupirant, lasse de ce trajet déjà beaucoup trop long, elle remarqua que les grandes plaines sèches avaient laissé place à une grande villes vivantes. Des dizaines et des dizaines de passants traversaient la route sans se soucier des multiples voitures bloquées dans les embouteillages. Certains faisaient porter d'énormes paniers d'osier à des Cerfrousse ou des Tauros, d'autres étaient tellement pressés et énervés qu'ils en allaient même à taper les voitures, ce qui n'était que source de problèmes et prolongeait encore les bouchons. La blonde soupira encore, tandis que les deux autres passagers semblaient à peine troublés par la situation
Je suis désolé si il y a des fautes, je fais de mon mieux pour ne pas trop en faire. :?

Merci d'avance. :jap:
(Fautes corrigées. Un conseil, évite les "si il(s)", beaucoup trop lourds, pour les remplacer par "s'il(s)".)

Voilà, voilà.
Conseils généraux:
- pense bien à te relire pour bien checker les accords (genre et nombre, j'ai vu que tu en avais loupé un paquet)
- fais gaffe à ta syntaxe, qui paraît parfois étrange. J'ai fait quelques propositions de phrase (sauf dans la description du Capstick où je n'ai pas réussi à trouver plus simple), qui me semblent moins complexes ou plus "jolis".

Dans l'ensemble, ça me paraît très bien. Le fait d'introduire la géographie et l'histoire de ton univers par un guide touristique est à la fois astucieux et amusant, les personnages sont bien décrits.
(Et tu fais bien de préciser que ce n'est qu'une partie du chapitre, je me demandais pourquoi c'était aussi court %) )

Re: Essais aux fanfics

Posté : dim. 26 avr. 2015, 18:13
par Zeos
Encore merci pour tes corrections, je ne pensais pas avoir un si gros problèmes avec la syntaxe. Concernant les accords, je vais me relire plus, je n'avais pas non plus remarquer. ^^

Merci pour le compliment, j'ai eu cette idée parce que je trouvais ça mieux qu'un preface ennuyeux où je racontais tout sur la région. :jap:

Re: Essais aux fanfics

Posté : dim. 26 avr. 2015, 19:28
par Skyxyd
Correction et amélioration V3

J'ai relu attentivement chaque mots
Spoiler :
Chapitre 1 : Prologue

Dans une contrée lointaine, à Kalos, Tom, jeune dresseur de 16 ans, accompagné de son frère, Roussil, un Pokemon parlant et aux caractères humains et de Victini son "animal de compagnie", et de Créfadet qui l'a rejoint juste avant son combat contre Urup, pour son 7ème badge qu'il vient de décrocher de justesse sans vouloir utiliser Créfadet qui s'amusait avec Victini.
- Ouf, c'était juste, faisais remarquer Tom.
- Tu a quand même gagné grâce à Lucario, répondit Roussil.
- Oui, d'ailleurs lui et Mustéflott ont été les meilleurs et les seuls Pokemon de mon équipe, à part les deux Evoli qui ont perdus et Créfadet que j'ai donné à Victini. Je les aient bien entraînés, même si de base, quant je les aient capturés, ils étaient déjà très fort. Et j'en suis très fière. Car sa reconnais mes talents d’éleveur et d’entraîneur.
- Calme-toi, tes chevilles font 2 mètres de diamètre là !
- Que diable ? Je ne suis point vaniteux, voyons !
- Ne joue pas le riche, ton langage laisse à désirer ...
- Rhôôô... Enfin Roussil tu ne voit donc pas que j'exprime ma joie ? Je vais participer à la ligue Pokemon de Kalos et enfin rencontrer mon père quant il avait 10 ans ... Je veux dire NOTRE père. Tu fait aussi partie de la famille, Roussil. N'est est ce pas Victini ?
- Victiiiii ? exprima Victini en continuant de jouer avec Créfadet.
- Donc si tu dit ça, c'est que tu as vraiment pris au sérieux les stupides prédictions de Mira, je me trompe ?
- Et alors ? J'y crois dur comme fer !
Une voix retentit du ciel comme si quelqu'un utilisait un mégaphone :
- Hum, hum... Je t'ai entendu ! Malotru ! Comment ose-tu critiquer mes méthodes de voyance, hurla Mira. Je te rappelle que je suis un haut-dieu, qui s'occupe de tout l'univers, et que c'est moi qui vous aient envoyés à cette époque ! Pour vous protéger de la destruction de la planète terre en guise de récompense pour m'avoir aidée à retourner chez moi, dans mon royaume, au fin fond de l'univers.
- Excuse-moi Mira, de t'avoir mise en colère, s'excusa Roussil.
- Dit-moi Mira, tu nous a envoyé en quelle année déjà ? demanda Tom.
- En 2015, pourquoi cette question ?
- Si je me souvient bien des écrits de mon père que j'avais trouvé dans son ancienne maison qu'il a abandonné, dans son journal intime qu'il avait rédigé à l'age de 21 ans, mon père a participé à la ligue Pokemon de Kalos en 2015 avec ses amis, venu pour l'encourager. Un certain Lem dont j'ai du affronter le père car il était parti en voyage avec sa sœur Clem, et Séréna, une amie d'enfance de mon père, et aussi ... ma mère.
- Ah oui, reprit Roussil, Séréna, ta mère, qui est aussi la mienne quand même, qui est décédé juste après l'accouchement et papa a aussi écrit qu'il était très triste de la perdre et qu'il voulait disparaître. Il ne l'a pas supporté.
- J'ai tous vu à travers ma boule de saphirs, répondit Mira. Quant Tom et son père partit de l'hôpital Saffrania, que je trouve d'ailleurs un peu trop "high-tech" à mon goût, comme le reste du monde, par le nouveau pont, celui qui relie Saffrania et Bourg Palette, un séisme de magnitude 15, ce qui est inhabituel, à frappé le pont de plein fouet, le faisant s’écrouler et faisant des centaines de victimes dont ton père. Tu est le seul survivant de cette catastrophe, Tom !

Tom en reste bouche bée, c'est la première fois qu'il entent cette histoire dont il ne se rappelait pas de son enfance. Ils se mettent tous en marche vers la ville la plus proche pour y passer la nuit, pendant leur discussion avec la doyenne des dieux, Mira, communiquant depuis son monde.
- Je t'ai vu, faisait remarquer Roussil, que tu avait fait une chute de plus de dix mètres de hauteur et que tu avais été sauvé par les draps qui t'enroulait et par les buissons également. Quant je t'ai retrouvé dans le buisson, tu pleurais. C'est justement grâce à ces pleurs que j'ai pu te retrouver. En tout cas tu avais l'air aussi âgé que moi. Du moins c'est ce que j'ai remarqué. Ce n'était qu'une simple hypothèse.

- En effet Roussil, reprit Mira, je vous aient vu par pur hasard quant je surveillais votre planète, voir s'il n'y avait pas d'éventuelles dégâts mortelles pour cette dernière, et c'est là que j'ai remarqué qu'un enfant a été mis au monde avec le décès de sa mère et la tristesse de son père par dessus. J'en ai versée une larme. Et un Pokemon est sorti de son œuf au même moment, non loin, dans un laboratoire clandestin qui visait à faire des expériences dangereuses sur des Pokemon, pour les faire muter et créer des machines à tuer. Et tu as reçu des gênes humains, Roussil !
- Oui, d'ou ma taille plus grande qu'un Roussil normal, le fait que je puisse parler comme vous et que j'ai cinq doigts, au lieu de trois... Seul ma voix s'est développé durant mon état de Feunnec. D’ailleurs, j'avais réussi à m'échapper de là-bas en sauvant tout le monde et en ayant signalé le laboratoire clandestin à la police, j'ai du éviter de parler pour cela. Il m'ont suivi à la trace, l'ont vu et l'ont entièrement démonté et ont emprisonnés les scientifiques.
- Vous m'excuserez mais je reçoit des invités importants, sur ce, je vous laisses. Et je part visiter quelques systèmes solaires dès demain matin. Je ne serait pas disponible pendant trois mois, si vous avez des questions c'est le moment !
- Donne nous les boules de cristal, s'il te plaît ! demanda Tom.
- Non, non, non et non ! Tom ! Je t'ai déjà dit plusieurs fois que je ne peux et doit pas transgresser les lois de mon royaume ! Je n'ai donc par conséquent pas le droit de les donner à qui que ce soit, même vous, et aucunes exceptions ne sera faites ! Je les aient déjà utilisées pour vous ramener et j'ai dû les rechercher toute les sept, à travers ma planète, de plus, je suis seule. Donc, c'est non ! Et je ne le répéterais pas !
- Ok * soupir *. J'aime pas t'es lois, révéla Tom.
- Ce sont mes lois, c'est tout et ne rouspète pas ! Bon c'est pas tout ça, mais les invités sont arrivés, je vous dit bye et je coupe la communication.
- Ok, merci Mira, remerciaient-t-ils tout les deux.
- Bien donc, prochaine ville on s'arrête dormir, propose Tom.
- Il va y avoir du chemin à faire ...

Une explosion retentit de l'arène d'ou sortaient Tom et Roussil, et ceux-ci se dépêchent pour constater que les dégâts sont énormes, car l'arène à été anéantit en grande partie par le souffle de l'explosion. Urup gisait par terre, près de la ou était la sortie. Heureusement les secours sont vite arrivés et Urup était rapidement hors de danger. Tom entra dans une colère noir. Qui à fait ça ?
Roussil, lui aussi, est furieux :
- Celui qui a fait ça va le payer cher, crois moi ! Personne n'a le droit de blesser un humain ou un Pokemon. Celui qui a fait ça ne doit pas avoir de cœur et doit être sans remords, jura Roussil.
Ils s'éloignaient de l'arène qui continua de flamber comme un feu de camp, tandis que les pompiers essayaient en vain d'éteindre le brasier. Tom et Roussil distinguent une vague silhouette d'homme au centre des flammes depuis leur hauteur, qui disparue derrière une flamme. Ils se demandaient tout les deux, quel était cette chose, ou qui était cet étrange individu. Étais ce un fantôme ? Un esprit ? Ou bien une réincarnation ? Peut être un revenant ?
Au bout de dix minutes, l’incendie disparut laissant derrière lui, un vieux bâtiment complètement calciné et prêt à s’effondrer au moindre touché. Tom fait rentrer Créfadet dans sa Pokéball et Victini se pose sur son épaule droit. Ils continuent de s’éloigner sans se retourner et gagnent de la hauteur. Il fait de plus en plus froid et Tom ferme la tirette de son gilet brun avant de mettre la capuche attachée à celui-ci.

Bien plus tard, a la tombé de le nuit. Ils arrivent dans un village voisinant, tranquille et calme avec ses quelques habitants et ses quelques maison à colombage typique de chez eux dans un froid glacial dont ils ont l'habitude, derrière une petite montagne gelée. Un ombre semble les observer depuis les toits Il trouve et entrent dans le seul gîte du village enneigé, d'après une carte du village posté à l'entée, où une vieille dame accepta de bon cœur de les accueillir gratuitement pour cette nuit seulement. Roussil regarda l'heure sur l'horloge au dessus du comtoir :
- Il est tard, remarqua Roussil.
- Oui, il est minuit passé.
Ils entrent dans leur chambre.
Un bruit sourd résonne tandis que Victini s'endort dans le lit.
- Tu as entendu, Roussil ? On dirait des pas de quelqu'un qui nous espionne, je propose d'aller voir quel est ce bruit qui m'intrigue.
- Oui, passe devant.

Effectivement, quelqu'un enveloppé d'un long manteau noir se mis à courir à tout allure,dès qu'il passent la porte, pour tenter de les semer. Roussil, courant bien plus vite que Tom, rattrapait le fuyard en quelques secondes seulement, après avoir traversé tout le village ou la température était descendu en dessous du zéro à leur hauteur de mille mètre d'altitude, le silence régnait toujours, personne n'avait entendu leur course poursuite malgré leur seul bruit de pas de quelqu'un qui cour pour échapper à quelque chose. Roussil attrape l'homme par le manteau, mais celui ci saute, en abandonnant son manteau, s'accrocha à une barre vertical juste sous l'ampoule d'un lampadaire, et saute sur le toit enneigé d'une maison d'en face, puis il grimpe la paroi pentue et glissante, jusqu'au sommet ou il cour sur le point le plus haut du toit puis s’arrête net. Tom, stupéfait d'avoir vu quelqu'un grimper un pente très glissante, demanda :
- Qui... qui est tu ? Que nous veux-tu ?
- Moi ? Je me nomme Skyxyd. Retenez bien ce nom. Vous pourriez en avoir besoin !
- Hé ! Tu n'a pas répondu, à toutes mes questions, que nous veux-tu ?
Il se remit à courir puis disparut dans l'obscurité de la nuit. Il se mit à neiger doucement subitement.
- Non ! Il est parti ... Je ne le voit plus, il fait trop sombre là haut ...
Roussil qui tenait toujours son manteau, s'arrête net, glisse sur une plaque de verglas, et fonce dans un grand tas de neige d'ou il en sort gelé. Tom le recouvrit du manteau du fuyard.

Il le ramena à l'intérieur du gîte de la vieille dame.
- Vous n'auriez pas une écharpe pour Roussil ? demanda Tom à l'hôtesse. Je crois qu'il est malade.
- Bien sur, tien en voila une pour ton Pokémon, vous pouvez la garder. Et je te donnerais un de mes remèdes miracles après si tu veux.
- Merci madame. Tien, met cette écharpe autour de ton cou, tu aura moins froid comme ça.
Roussil met l'écharpe rouge autour du cou sans hésiter un instant et se colle à une couverture chaude.
- Tu pourrais pas utiliser une de tes attaques de type feu ?
- Atchoum... Peut pas, j'ai... trop froid.... Et puis... j'en connais aucunes... atchoum.
Roussil prend un mouchoir et se mouche dans ce dernier.
- Zut ! J'avais oublié. Tant pis, pensa Tom. Il est une heure du matin, allons dormir, nous verrons cela demain matin. Prend le remède, tu ira mieux.
- Au fait, pourquoi nous donne-t-il son nom ... atchoum ... ? demanda Roussil.
- Je ne sais pas. Mais ce que je peux te dire, c'est que mon petit doigt me dit qu'on le reverra.
- Quoi, t'es sûr ? questionna Roussil.
- Absolument certain ! confirma Tom.
Ils s'en allaient dormir tout les deux, dans la chambre ou Victini qui les attendaient, dormait déjà dans le seul lit, et à deux places, de l'appartement. Ils dormirent à trois dans ce même lit, assez grand pour eux, jusqu'au petit matin.

Quelque part, à des centaines de mètres de la ville :
- Amiral, je crois avoir trouvé ceux dont le maître a besoin, il s'agit d'un jeune garçon accompagné d'un Pokémon qui parle.
- Parfait, passe à la deuxième phase du plan, Skyxyd. Je contacte immédiatement le maître pour l’informer de la situation. Ils vont vite comprendre ! Hahaha...
- Comme le dit notre devise : Éliminer tous les obstacles, afin de rétablir la justice ! Récitait Skyxyd.
- Bien, j'ai eu le maître, et je te laisse l'honneur de commencer la phase deux du projet CAIDOZ ! Il lui faut les douze pierres plus celle que nous avons déjà en notre possession. Les onze autres divisions sont déjà sur le coup. Ne me déçoit pas, moi et le maître !
- A vos ordres, amiral !
La nuit passait paisiblement.
Spoiler :
Chapitre 2 : La rencontre des esprits

Une fois l'aube arrivée, nos héros sont déjà debout prêt a partir.
- Tu n'a rien oublié Tom ? demanda Roussil.
- Je n'ai jamais eu de sac Roussil, tu le sait bien.
- Non je te parlais de t'es Pokemon ! Idiot.
- Je n'ai que Lucario et Musteflott tu sais.
- Victiiii...
- Mais je ne t'oublie pas Victini, je te rappel que tu n'a pas de Pokeball toi !
- Victini ! Gronda Victini.
- Regarde, tu l'a vexé, montra Roussil en sortant de la pièce, cherchant son écharpe oublié au rez de chaussé sur une chaise près d'une cheminé encore chaude d'hier soir.
- Ok Victini, si tu veux, tu pourra commencer le premier combat de la ligue avec moi.
- Victiniii.
Victini sauta de joie à l'idée de pouvoir combattre pour la première fois dans une compétition, une vraie ! Tom a dit ça pour le calmer.
- Et je l'aurais cette fois ci !
Roussil entra, son écharpe retrouvée et mise autour cou, et dit :
- Tu parle de Add, n'est ce pas ?
- Et comment ! J'aurais ma revanche et cette fois, c'est moi qui gagnerais !
- Tu parle ! Tu n'a jamais été capable de le battre, tu devrais changer de Pokemon !
Soudain 2 Pokeballs s'ouvre de chez Tom et 2 Pokemon sortent de leur plein gré, mécontent.
- Lucaaa...
- Musteeee...
- Ok, ok, d'accord, mais ce que je voulais dire, c'est que tu devrais attraper plus de Pokemon pour remplir les douze espaces entièrement.
- Comment ça douze espaces ? Je n'en ai que six !
- Tu oublie encore que je suis compté comme un dresseur, à cause de mon caractère humain !
- Ah oui, c'est vrai, j'ai oublié que tu a reçu des gênes humains, c'est pour ça que tu as 5 cinq doigts au lieu de trois comme les Roussil normaux, observa Tom.
- Mais j'ai aussi la parole et la taille, un Roussil normal ne mesure qu'un mètre alors que moi je fais un mètre soixante-dix comme toi.
- En effet, oui. Et pour l'équipe du coup je vais trouver d'autre Pokemon pour la compléter. Au fait tu a l'air d'aller mieux depuis hier soir.
- Oui, grâce au remède miracle de la vieille dame, qui m'a même demandé de garder son écharpe rouge, ce matin. En plus c'est ma couleur préféré.
- Je préfère le bleu, mais ça me va aussi.
- Hé ! C'est mon écharpe ! T'a qu'à t'en acheter une. Celle là m'appartient maintenant. La dame me l'a donné gentiment et de bon cœur, s'énerva Roussil
- Ok, ok, t’énerve pas, c'est qu'une écharpe, je peux très bien m'en passer.
- Et tu crois pouvoir te passer de sac ?
- Bien sur ! Pas besoin de sac, c'est inutile. Je peux me débrouiller sans ! s'exclama Tom.

Une fois sortie de l'auberge dans laquelle ils passèrent une nuit, nos héros continuent leur chemin jusqu'à tomber dans une ville ou se déroule un tournois avec comme récompense, un magnifique œuf de Tarsal ainsi qu'un concours avec la même récompense. La stade est très grand et rond avec un plafond ouvrant qui donne sur le ciel bleu de l'après midi. Tom et Roussil n'ont pas mangés leur repas, mais sont très pressés pour s'inscrire aux tournois.

Après s'être inscrient, Victini secoua Tom pour lui demander Créfadet, son ami, pour jouer. Tom obéi et lui donne sa Pokéball pour qu'ils jouent ensembles. Ils entrent dans le hall et Tom propose un plan pour tenter de gagner les deux récompenses :
- Met un long manteau noir de sorte à ce qu'on ne te voie pas, et prend Musteflott, tu fais le concours et moi je m'occupe du tournois avec Lucario, on a le droit qu'a un Pokemon, c'est la règle.
- Bon ok, mais alors, il m'appartient.
- Ok comme tu veut, accepta Tom, vas y vite, le concours commence avant le tournois.
D'un côté le tournois commence avec une belle victoire éclair de Tom au premier tour, et une grande victoire du côté de Roussil, grâce à Musteflott, il est qualifié pour le tournois qui suis.
- Yes, je passe au huitième de finale, se réjoui Tom.
- Bravo, moi je passe les quarts, faisait remarquer Roussil.
- Alors bonne chance et j'espère que personne ne t'a aperçu.
- Non, non, t'inquiète pas, tout va bien avec mon long manteau et le chapeau noir, on me vois a peine pour dire que je suis un Pokemon. Personne ne le saura.
- J'espère ! J'y tient à ces œufs, moi !
Les tournois reprennent et tout deux se qualifient pour la finale que Roussil remporte haut la main, reste maintenant celle de Tom qui va affronter une personne qui ne lui est pas inconnue.
- Alors c'est toi mon prochain adversaire, demanda-t-elle.
- Eh mais ... je t'es déjà vu toi, tu est bien celle du grand festival ... Je t'ai vu a la télé.
- En effet je suis Aurore, la finaliste du grand festival de Sinnoh et j'ai perdu, mais je suis plus expérimentée maintenant et je compte bien te battre !
- Mais je croyais que tu étais coordinatrice ? Pourquoi tu n'a pas participé au concours plutôt qu'au tournois ? demanda Tom.
- Parce que je n'avais pas envie, et je veux plus entraîner mes Pokemon pour le prochain grand festival dans une région lointaine, Torno, à des milliers de kilomètres d'ici. Je prendrais Feurisson pour toi.
- Argh ... Les Evoli sont trop faibles ... Du coup je n'ai plus que Lucario ... Bon tant pis, pas le choix, il faut que je te batte, j'ai envie de cet œuf de Tarsal ! Déjà qu'il a gagner le concours, à mon tour de gagner.
- Ah donc, si je comprend bien, celui avec le long manteau et le chapeau noir est ton amis ? demanda Aurore.
- Oui, c'est Roussil, mon frère.
- Quoi ? Mais attend, Roussil c'est le nom d'une évolution d'un Pokemon de départ de la région, donné par le professeur Platane ?
- Oui mais pas lui ... Je t'expliquerais plus tard, allons combattre !
Ils se dirigent vers le stade :
- Une dernière chose. Tu fait quoi ici à Kalos ?
- Je voyage seule depuis que Gil à décidé de partir seul, lui aussi, mais pas à Kalos comme moi, il est parti à Hoenn pour le grand festival de là-bas. Je n'ai pas voulu le suivre alors, je suis venu ici ou j'ai reçu de la part du professeur Platane, un Marrisson que Tiplouf apprécie et moi aussi.
- Tiplouf !
- Tu vois ? Même lui te le dit. Et toi ?
- Moi je viens montrer au monde que ma place est sur le podium, à la première place. Mais je cherche aussi mon père qui est dans cette région selon son journal intime que j'ai préféré laisser chez lui. Je l'ai plus.

Ils entrent dans le stade chacun de son côté et envoient leur Pokemon, tandis que Victini et Créfadet s'arrêtaient de jouer pour admirer de combat de Tom, assis sur le toit des gradins du stade.
- Feurisson ! A toi ! hurla Aurore.
- Vas y Lucario ! hurla Tom. Je te laisse commencer Aurore.
- Tu est galant. Bon, Feurisson, roue de feu !
- Esquive Lucario.
Lucario esquiva l'attaque facilement qui fut lancé en rafale et qui finalement toucha sa cible qui se fatigua peu à peu.
- Non Lucario.
- Lance roue de feu une fois de plus
- Mais oui ! Lucario, bloque le, puis jette le en l'air et utilise dracochoc sur le sol pour te propulser en l'air jusqu'à lui, et enfin utilise close combat plusieurs fois avant de le jeter au sol.
Lucario bloqua avec ses pattes l'attaque puis le jeta en l'air avant de se propulser avec dracochoc, et frappa Feurisson plusieurs fois, avant de l'envoyer au sol violemment.
- Non ! Relève toi Feurisson, crie Aurore.
Soudain une lumière bleue recouvre Feurisson, c'est le début de l'évolution !
- Oh mais ... c'est un Typhlosion ! Parfait, alors utilise lance flamme !
- Utilise vitesse extrême pour esquiver ! hurla Tom.
- Attrape le !
Juste après l'attaque, Typhlosion attrape Lucario et le frappe avec poing de feu en le lâchant, ce qui le jette au loin.
- Finissons en avec roue de feu !
- Non ! S'il se fait toucher c'est la fin ... désespéra Tom
Lucario tente d'esquiver, mais la roue de feu était devenu plus grosse et rapide qu'avant. Elle heurte Lucario de plein fouet. De la fumée se forme et une fois dissipée, on aperçoit Lucario à terre, K.O.
- Lucario est dans l'incapacité de ce battre, le vainqueur est Typhlosion, la victoire revient à Aurore de Bonaugure, annonça l'arbitre.
- Merci Lucario, tu as fait de ton mieux. Revient, tu as mérité un peu de repos.
- Elle l'a battue, dit Rousil qui à tout vu du haut des gradins. Elles est forte. Je me demande s'il va lui demander ...
- Victiiii ? Crééé ? se demandent Victini et Créfadet ayant vu le match.

Les spectateurs applaudissent fort pour acclamer la grande championne du tournois, Aurore.
- Bravo tu as gagné l’œuf, je t'attend à la sortie, j'ai à te parler.

Une fois devant la porte de sortie, Tom demande à Aurore sous un ciel crépusculaire :
- Euh ... disent-ils ensemble.
- Vas y toi d'abord, dit Tom.
- Eh bien, tu as bien combattu de toutes tes forces. J'ai senti, que tes Pokemon et toi avez un grand potentiel que vous devriez continuer à exploiter. Tu mérite plus cet œuf que moi. Prend en grand soin ! Ordonna Aurore.
- Mais je ne peut pas accepter ... refusa Tom.
- Si tu peut ... tien prend le ... insista Aurore.
Tom prend l’œuf et remercie Aurore.
- Tu voulais me dire quelque chose, Tom ?
- Oui. Accepterais tu de continuer ton voyage avec nous ?
Victini se pose sur l'épaule gauche de Tom.
- Victini !, se présenta-t-il.
Aurore caresse Victini :
- Qu'il est mignon. Mais bien sur, j'en serais très heureuse.
Roussil arrive et dit :
- Ben dit donc, c'était pas facile de retirer l'imper, du coup je l'ai jeté avec le chapeau un petit peu déchiré. Oh, excuse moi tu est ?
- M ... m ... mais, il parle ?
- Oui je t'expliquerais en chemin vers Illumis, d'ailleurs je ne t'ai pas demandé ce que tu fait ici exactement ?
- Eh bien je parcours les arènes pour y affronter les champions et j'ai décrochée 7 badges, le prochain badge qu'il me manque pour pouvoir participer à la ligue de Kalos est celui d'Illumis.
- Tien nous aussi, fit remarquer Tom. Quel coïncidence !
- Quoi ? Tu fait les badges maintenant ? demande Roussil à Aurore.
- Oui, on m'a dit que c'était un superbe entrainement pour moi et je voulais aussi changer un peu plutôt que de faire concours sur concours et me rendre moi et mes Pokemon plus fort et plus déterminé que jamais, expliqua Aurore.
- On ferra ça ensemble alors, annonce Tom. Qui t'a dit ça ?
- C'est Pierre Rochard quant il est venu au nouveau festival de Bonaugure, pour remplacer Konner, parti en voyage d'affaire.
- Eh bien, bienvenue dans la famille Aurore, dit Roussil. Elle te plaît hein Tom ? Tu la veut comme petite copine, hein ? chuchota Roussil à Tom.
Tom chuchotant à Roussil :
- Mais sa va pas la tête ? Pas du tout ! Il n'y a rien entre nous ! Absolument rien !
- Mais tu rougissais avant ! C'est a cause de l’œuf peut être ? demanda Roussil pensant qu'il est amoureux.
- Non, c'est a cause du soleil qui se couche !
- Mais qu'est ce que vous marmonnez ?, demanda Aurore.
- Mais rien du tout, répondit Tom. Allons y.
Victini secoua Tom en lui suppliant quelque chose.
- Quoi ? Ah tu veut que Créfadet reste avec nous quelques temps ? Hum, d'accord, mais il rentrera dès notre arrivé au prochain centre Pokémon. Ok ?
Victini hocha la tête pour dire oui.
- Créééé ...
- Viiii ...
- Qu'ils s'amusent, rit Aurore, joyeuse.
Nos héros accompagnés d'une nouvelle personne, Aurore, partent pour Illumis pensant y défier Lem, le champion, alors que lui et Sacha s'apprêtent à entrer dans cette ville...
Spoiler :
Chapitre 3 : Un fou qui révèle tout !

Nos héros continuent leur voyage à travers Kalos pour y tenter de décrocher les 8 badges ainsi que le trophée de la ligue. Aurore voyage désormais au côté de Tom, pour changer temporairement de vie et partir à l'aventure. Maintenant elle fait partie du groupe et compte bien surpasser Tom avec ses Pokemon de Kalos.
- Dit-moi, demanda Tom, quel sont les Pokemon que tu as capturés ici, à Kalos ? A part ton Tiplouf et le Marison du professeur Platane évidemment.
- Eh bien c'est une surprise ...
- Typhlosion ? demande-t-il.
- Non, je l'ai rendu au professeur Sorbier, répondit Aurore, je l'ai juste pris pour le tournois.
Soudain l’œuf que Tom transporte s'illumine.
- Ah, on dirait qu'il va éclore ! faisait remarquer Roussil.
Maintenant c'est l'autre qui s'illumine avant qu'ils ne reprennent leurs apparences initiales.
- Ah, c'est n'était qu'un leur, pensa Tom.
- Non, reprit Aurore, ça veux juste dire qu'ils vont très bientôt éclores tout les deux.
Ils reprennent aussitôt la route et arrivent dans une petite ville appelé Rosville.
Les maisons étaient faites de granite rose qui faisaient penser à un pays rempli de bonbons. Quelques immeubles les surpassaient avec quelques mètres de granite rose de plus. Les rues étaient pavées d'un granite plus sombre que celui des maisons et immeubles avec des arbres plantés entre la route et le trottoir. Comme la ville est en bord de mer, les petits pavillons sur pilotis de boit, au bord de l'eau, semblaient prêt à s’effondrer, même s'il y avait assez de renforcement pour les retenir d'une grosse vague, c'est qui est plutôt rare dans ce lac. Il s'y trouvait même quelques petits magasins et restaurants.

Roussil regarde la carte du guide du routard :
- Tien, faisais remarquer Roussil, c'est le seul endroit ou on peut passer pour traverser le lac à partir du bateau qui se trouve derrière la ville sur l’île d'en face, Rosîle.
- Mais comment tu sait ça toi ? demanda Tom.
- Tu sait, j'ai juste pris un guide de Kalos gratuit, qui sont exposés à côté du guichet du centre Pokemon. J'en ai pris un avant de partir pour arriver ici.
- Fait voir, demanda Aurore, oui notre bateau est bel et bien sur la Rosîle derrière le grand pont suspendu qui traverse une toute petite partie du lac Rose.
- Le lac Rose ? Demanda Tom intrigué.
- Oui, répondit Roussil, on l’appelle comme ça car l'eau brille tellement au contact des rayons du soleil, parce qu'on est quand même dans une vallée et c'est le seul lac du coin qui fait un trou dans cette chaîne de montagne, et ce sont ces rayons du soleil qui rendent l'eau d'une couleur rosâtre.
- Roussil, y a quand même un pont d'au moins un kilomètre qui nous sépare de l'île, du port et du ferry.
- D'ailleurs on dit que c'est le seul port du coin et qu'il nous emmènent en face, au port de Watoru. La traversée dure environ une heure.
- Tien, ou est Aurore ?
- Youhou les garçons ! Je suis là, vous venez ?
- On arrivent ! crièrent-t-il en chœur avant de se précipiter dans la foulée jusque chez Aurore.
- Quand part le bateau ? demande Aurore.
Roussil regarde dans le guide.
- Dans deux heures c'est le nôtre, déclara-t-il.
- Alors si on allaient au restaurant, c'est la journée gratuite si on mange beaucoup, demande Aurore.
- Et tu mange beaucoup toi ?
- Oui évidemment depuis peu, et il y a même de la nourriture Pokemon rien que pour toi Roussil.
- Euh ... mauvaise idée Aurore ...
- Quoi, mais ça va pas ? J'ai horreur de la nourriture Pokemon, je la supporte pas, et de toute façon je mange humain, alors c'est pas quelques pâtisseries, hamburgers ou nouilles qui vont m'arrêter ! Et puis j'ai très faim moi aussi, alors allons y !
- Je suis d'accord avec lui, allons y, dit Tom.
- Dit moi Tom, il réagit toujours comme ça ? demanda Aurore.
- Quant on lui parle de nourriture Pokémon, oui. Il en a tellement horreur que sa pourrait lui donner la nausée.
- Ah, je vois, j'en parlerais plus alors, promis !
Victini secoua Tom qui compris qu'il veut jouer avec Créfadet. Il lui donne sa Pokéball, que Victini ouvre directement pour pouvoir jouer avec son ami Créfadet.
Le chemin était plutôt long avec au moins cinq minutes de marche et rempli de gens habiller de toutes sortes, jusqu'au restaurant, qu'on apercevait comme un bâtiment de couleur jaune, ne semblant pas être fait en granite comme les autres. Quelque bouche d'égout jonchaient le sol ainsi que des arbres devant le trottoir, comme les autres, qui bougeaient selon le souffle du vent. Nos héros ouvrent la porte vitrée qui les séparent de l'intérieur.

Un fois entrés dans le restaurant, ils découvrent qu'une foule de gens les attendaient de pied ferme. Une jeune femme plutôt mince les saluas et leur montra une table ou s’asseoir. Tom demanda si les Pokémon étaient acceptés hors de leur pokéballs, à l'intérieur du restaurant et lui dit qu'il est même recommandé de les sortir, du moment qu'il ne dépasse pas les deux mètres de hauteur et les cents kilos, sinon ce sera à l’extérieur, et du moment qu'ils ne font aucuns dégâts. Tom sort ses Pokémon mais pas Aurore, elle ne veut pas. Tom insiste, mais elle refuse.
- Bon tant pis, tu sais pas ce qu'ils ratent.
La serveuse arrive et prend des notes sur son petit bloc note.
- Je prend un Sushi-Coton façon rillettes avec du pilipili, annonce Roussil.
- Pourquoi coton ? demanda Tom.
- Tom, c'est fait en nuage comme du coton, expliqua Aurore.
- Haaaaa ... je comprend, répondit Tom.
- Moi je prend ça !
- Et moi, ça, ça, ça, ça, et ça, commanda Tom
- Je prend note cher client, l'addition sera nulle pour aujourd'hui.
La serveuse repart en pensant : Mon dieu, un Roussil qui parle !
Puis elle revient plus tard avec toute une flopée de plats tous plus appétissants les uns que les autres, et s'écrit :
- Bon appétit.
La serveuse repart tandis que nos héros mangent comme s'ils n'avaient pas mangés depuis des jours et s'enpifrent autant qu'ils peuvent.
Finalement après 3 services de plats remplis a ras bord avec cinq minutes et douze secondes au compteur pour finir chaque services, ils n'ont finalement plus faim, car les plats sont vides et les ventres, plein. Ils sortent du restaurant tout ballonné.
- J'ai trop mangée ... burp, rota Aurore.
- Pareil, continua Tom.
- Nos ventres ont doublés de volume, faisais remarquer Roussil.
- Viiiiic ...
- Je vois que toi aussi tu t'es bien régalé Victini, dit Tom en caressant Victini.
- Ben après des nuggets, hamburgers, frites, poissons panés, légumes, fromages et pâtisseries pour le dessert, je doute que nous ayons encore faim, dit Roussil.
- Ben attend, y a juste un camions de glace là bas, fait remarquer Tom.
- Oh non, moi j'en peux plus, dit Aurore.
- Reste là Tom, tu n’ira pas ! Après tout ce qu'on a ingurgité, une pause est la bienvenue. Et ne te comporte plus comme un enfant, les gens te regardent bizarrement quant tu fais ca !
- Mais ! Bon si tu insiste, je n’irais pas alors. De toutes façon, il y avait trop de gens qui font la queue. Et puis c'est surement la nourriture et le resto qui ramènent les gens. Parce qu'ils sont nombreux aujourd'hui.

Ils se reposèrent quelques minutes sur un banc avant de reprendre la route vers Rosîle, afin de prendre leur ferry à temps, il ne leur reste plus que cinquante minutes.

Pendant qu'ils se dirigent vers le pont, la serveuse retourne vers les cuisines et aperçoit Olivier, un de ses cuisiniers, faire des choses bizarres et va lui parler.
- Olivier, qu'est ce que tu fait la tous seul, tu devrais manger en pause toi aussi.
- Euh ... Cécile, j'ai quelque chose à te dire, en privée. Viens sortons.
- Je te suit mais que veut tu me dire ?

Ils sortent du restaurant par la porte de service et attérissent dans un parking.
- Je ne veux pas que tu me vire, Cécile !
- Mais pourquoi tu voudrais que je te renvoie ?
- POUR CA !
Une machine sortant de nulle part s'empare de Cécile et l'enferme dans une cage en plexiglas. Tout le monde entent Cécile criée et se rassemblent pour voir se qu'il se passe. Nos héros se précipitent afin de sauver Cécile, de l'infâme Olivier qui jouais la comédie pour attirer nos héros dans son piège.

Olivier révèle qu'il est en fait un clone faisant parti de la douzième division de la Team Univers, avant d’emmener Cécile avec lui sur le pont pour que nos héros le poursuive et tombe dans son second piège.
- Non ! Le pont s’effondre devant nous, impossible d'avancer plus, rebroussons chemin, ordonna Tom.
Malheureusement son coup était bien calculé et la partie du pont derrière nos héros s’effondre elle aussi, leur laissant une infime partie pour attaquer le soldat clone.
Soudain quelqu'un surgit du fond de l'eau avec un navire ressemblant à un porte-avion insubmersible qui aspire et avale la machine du clone.

Nos héros décident de sauter et pénètrent tous dans la cale du navire qui se mis en mouvement en direction de Watoru en plongeant. D'autre soldats clones arrivent pour les mettres hors d'état de nuire. Le navire tangue.
Nos héros combatèrent donc les soldats avec leurs Pokémon.
- Qu'est ce que ..., s'intérroga Tom.
- Mais ? Nos pokéball ne fonctionne pas ici ! fait remarquer Aurore.
- Hahahahahaha, c'est maintenant que vous vous rendez compte que vous venez de vous faire avaler tout cru ? dit un soldat en ricanant.
- Quoi ? Non ... im-im-impossible, s’exaspéra Tom.
- Eh oui, nous avons un brouilleur haute fréquence qui reproduit les ondes des pokéballs, les neutralisant, les rendant inutilisable, alors que nous, soldats, allons nous battre a main nu ! dit un autre soldat. Car nous n'avons pas de Pokémon, nous somme des entités spéciales appelées "super humain".
- Mais vous êtes qui exactement ? demanda Tom en colère.
- Tiplouf attaque Siphon !
Il ne passe rien.
- Non, il agit aussi sur les attaques, dit Roussil.
A ce moment, un jeune homme vêtu de violet très clair de la tête au pied et aux cheveux blanc, entre et dit :
- Eh eh eh ... en effet, il s'applique également à leurs pouvoirs.
- Skyxyd ! Criaient Tom et Roussil en chœur.
Puis Roussil s'agenouille et s’effondre sur le sol en poussant un "Arrg" de douleur.
- Oh oui, j'avais oublié de préciser que les Pokémon sont drainés de leurs forces vital.
- Monstre ! Comment ose tu ? hurla Tom, fou de rage.
- Alors je t'attend au poste de commande ! Sache que mon Pokémon est immunisé au brouilleur.

Sur ces paroles il s'enfuit laissant les héros seul face aux soldats clones, puis Tiplouf et Victini s’effondre à leur tour.
- Revient Créfadet, dit de justesse Tom avant qu'il ne tombe lui aussi. Ca au moins ça marche.
- Tiiip ...
- Viiic ...
- Je ne lui pardonnerais jamais ce qu'il a fait subir à nos Pokémon, Tom !
- Laissons les là et allons nous battre à main nu !
- Quoi t'es sérieux ?
- Oui, très sérieux, tu sait te battre ?
- Euh ... J'ai appris avec Mélina les arts martiaux en rentrant chez moi. Et vu que j'avais un peu de temps à perdre ...
- Ok, trêve de bavardages et allons y !
- Ok ! accepta Aurore.
Ils foncent tout les deux sur les soldats qu'ils frappent à coups de poings et de pieds, et en les mettant K.O. à chaque fois. Ils progressent et atteignent le couloir qui relie Tom et Aurore à l'espace de commande, mais un Gallame fais son apparition et poussent nos héros jusqu'à une trappe qui mène à la salle des machines. Gallame leur fait face.
- Tu t'en occupe Tom ?
- Non, essaie de le retenir pendant que je combat Skyxyd !
Tom remonte et entre dans la salle des commandes ou comme prévue, Skyxyd l'attendait. Alors qu'Aurore se cache derrière des machines, ce qui oblige Gallame à les détruires, insoucieusement, Tom combat Skyxyd de toutes ses forces pour le soumettre et l'obliger à tous arrêter.
- Abandonne, je vais te battre ! ordonna Tom, plus déterminé que jamais pour sauver son frère, Roussil, en risquant sa vie. Je donnerais ma vie pour le protéger.
- Jamais, dit Skyxyd. Mais si tu veux nous donner ta vie, aucun problème, abandonne, laisse toi faire et tout ira mieux quant tu sera mort. Malheureusement l'amiral à besoin de vous. Je vais te laisser mourant toi et ton compagnon, afin de vous livrer au patron !
- Tu parle dans le vide ! Jamais je ne me laisserais faire, par une bande de voleur qui aime faire souffrir les gens !
- C'est notre vocation tu sais.
- Scélérat, je vais te soumettre, à genou ! Je me battrais jusqu'à épuisement !
- Tu est persévérant dis donc ! Tu sais que c'est une qualité ? provoqua Skyxyd.

Skyxyd et Tom commence à avoir de plus en plus mal partout à force de se taper dessus et Gallame détruit le brouilleur par erreur en voulant découper Aurore avant que celle ci ne se baisse, morte de peur, mais affrontant ses peurs. Un gros boom qui laisse Aurore sortir de la et qui repousse brutalement Gallame contre le mur et le met à terre. Aurore vois une prison à droite du couloir en remontant de la salle des machines et apperçoit la serveuse et deux gardes qui empêchent Aurore de la libérer. Aurore utilise des prises de kung fu que Mélina lui avait enseignée pour mettre à terre les deux gardes et récupérer la clé pour ouvrir la prison.
- Vite, sortez !
- Merci de m'avoir sauvée, je m’appelle Cécile et vous ?
- Moi, c'est Aurore, mais ce n'est pas moment de discuter, allez à l'arrière du sous marin et attendez nous ! suggéra Aurore.
- J'y vais de ce pas, bonne chance et encore une fois merci.

Aurore s'enprèsse ensuite de rejoindre Tom qui parait complètement à bout de force, ainsi que Skyxyd qui ne fait que s'amuser, même quant ils sont tout les deux blesses.
- J'ai battue Gallame et délivrée Cécile !
- Bravos Aurore, félicita Tom.
- Quoi ? Impossible ! Comment une fillette, faiblarde et seule pourrait-t-elle vaincre mon puissant Gallame ? Je ne peut pas perdre ! Je fais parti des douze chefs de division de la Team Univers !
- Quoi ? Moi faiblarde ? s'énerva Aurore.
- La Team Univers ? interroge Tom.
- Oui, c'est une organisation secrète qui agit dans le but de rétablir la justice dans l'univers !
- Tu est fous ... dit Tom
- Non, car "Éliminer tout les obstacles, afin de rétablir la justice !" est notre devise ! Et rien ne pourra nous arrêter.
- Met lui une patate de ma part, Tom, demanda Aurore.
- Le maître est impatient d'avoir l'univers entre ses mains, annonça Skyxyd.
- Ton maître ? demande Tom.
- Oui, d'ailleurs en ce moment même, il t'écoute et te vois comme tous les êtres vivants de cette planète ! Malheureusement personne de vivant n'a jamais vu à quoi il ressemblait, même pas nous, jamais il ne se montre, mais on raconte qu'il aurait pulvérisé à lui seul à plein pouvoir, toute une région, sans y laisser de traces de vie, ni de l'île géante qui représentait la région en question ...
- Quel horreur, dit Aurore, pétrifiée de terreur.

- C'est pour cela que nous avons une arme secrète très puissante, dans l'espace, capable de nous aider à triompher. On l'appelle "La Grande Renaissance". Tu pourra pas la louper si tu la cherche. Mais les douze mille ans de travaux nécessaire à sa construction sont bientôt fini, il reste une semaine. Puis nous l'alimenteront avec des âmes des humains et Pokémon défunts de ce monde et enfin nous tirerons le rayon géant de la victoire ! Mais il nous faut les quatre Golems afin de le desceller. Nous avons déjà Regigigas, mais sans les trois autres, il est inutile. C'est pourquoi les autres divisions sont déjà à leur recherche, et nous ferons tout pour les avoir ainsi que les douze pierres du Zodiac ! Il nous en manque déjà cinq. Le Caidoz est à notre portées, plus qu'un petit effort !
- Le Caidoz ? demanda Tom.
- C'est un monde ou tous n'est que désolation, ou le vide règne. Et notre arme va nous y emmener, car nous comptons détruire cet univers afin que le maître Z puisse le reconstruire !
- Mais si vous annihilez cet univers, vous ...
- Nous somme immunisés grâce à l'arme secrète qui est capable de recréer le Big Bang !
- Gah ! cria Tom, stupéfait de ces paroles.

C'est alors que Roussil, Victini et Tiplouf reviennent à eux et foncent dans la salle de commande.
- Tom !
- Roussil ! Tu est revenu !
- Quoi ? Non le brouilleur a dû être détruit.
- C'en est fini Skyxyd, rend toi ! Nous somme supérieur en force et tes soldats sont faible ! provoqua Tom.

Un bip résonne du téléphone de Skyxyd.
- Je suis le chef de la douzième division, retenez le bien ! Mais je vais devoir vous quitter car on m'appelle, ciao les jeunes, et à un des ces jours ! Soldats, arrêtez les !
- OUI CHEF, criaient-t-ils tous en chœur avant de s'élancer pendant que Skyxyd s'enfuit.
Le bateau sous-marin vibre et coule de plus en plus, à cause de la destruction du moteur qui engendre une défaillance de tout le système sauf l'éclairage qui mit plus de temps pour s'arrêter, laissant peut être le temps à nos héros de quitter cet enfers sous marin.

Skyxyd met un jet-pack et s'envole en défonçant la vitre de devant avec son pied afin de sortir du sous marin et de l'eau pour s'enfuir.
- Le bateau coule, vite, il faut sortir d'ici ! intervient Roussil.
Après être revenu à l'arrière du bateau ou Cécile les attendaient et sorti, le sous-marin coulant et explosant au fond du lac, nos héros s'en sortent indemne, repêchés par un hélicoptère qui les envoient directement au commissariat de Watoru sans passer par Rosîle, pour discuter de ce qu'il s'est passé la dessous avec ce Skyxyd à l'agent Jenny. Puis Cécile rentre chez elle hors de danger et nos héros se remettent en route vers Illumis. Le voyage continue ...
C'est mieux ?

Edit : Quelques erreurs ont été corrigées

Re: Essais aux fanfics

Posté : dim. 26 avr. 2015, 21:23
par Khimeira
Weeell.

Tu sembles m'avoir écouté au niveau de l'orthographe, c'est déjà un bon début. Je vois un peu moins de fautes d'orthographe (même si celle du TITRE du chapitre 3 pique les yeux) mais dans l'ensemble, y'a du mieux.

Pour le reste... J'ai vraiment l'impression que tu m'as pas écouté.
La syntaxe est toujours aussi hésitante (et tu n'as pas corrigé la faute que je voulais que tu voies dans le chapitre 1), j'ai l'impression que tes personnages n'ont pas bougé d'un poil et sont pour la plupart toujours aussi clichés, le scénario toujours aussi cliché et ne me fais pas partir sur les descriptions. Parce que le passage que je t'ai montré, tu l'as modifié. Bonne chose. Mais le problème c'est que tu n'as quasiment RIEN modifié, alors que je te demandais une grosse course-poursuite, bien décrite, avec un reveal qui soit un peu plus impressionnant que le cliché que tu viens de balancer. Parce que si je t'ai dit de décrire un peu plus, ce n'est pas pour que tu me sortes la phrase cliché du "souvenez-vous de mon nom" que sort le méchant.

Quand je t'ai dit de prendre ton temps, ce n'est pas pour rien. Et j'en ai clairement marre de m'égosiller si c'est pour parler à un mur. Parce qu'autant j'ai été relativement sympathique avec toi depuis le départ, autant si je m'aperçois que tu ne m'écoutes pas et que tu ne suis pas mes conseils alors que je prends de mon temps pour faire en sorte que tu t'améliores, on va pas être copains.

Re: Essais aux fanfics

Posté : lun. 27 avr. 2015, 00:29
par Skyxyd
Comment tu veux faire un personnage non cliché sans être parfait ?

Concernant les fautes, j'ai vu, y a les "tous", les "quant" les "t" avec "tu" (surtout les verbes pouvoir et vouloir), les mot oublié, les met, ... bref que des joyeusetées

Je vais donc rallonger la course poursuite comme demandé et dit tout de suite s'il y a d'autres choses mal faites et à corriger ou rallonger

J'ai rajouter des noms de familles en japonais aux méchants que si tu traduit, surprise

Re: Essais aux fanfics

Posté : mer. 29 avr. 2015, 12:19
par Skytcho
Skyxyd a écrit :Comment tu veux faire un personnage non cliché sans être parfait ?
À moins que je n'ai pas compris la première phrase pour soucis de formulation, un personnage non cliché est souvent original, mais pas tout le temps; Il arrive que ce ne soit qu'un dérivé n'entrant pas vraiment dans l'originalité. Mais un personnage ne peut pas être parfait. C'est simple, s'il l'est, l'intérêt du récit n'existe plus. Après comme je n'ai presque rien compris à ta phrase, je ne suis pas sûr que ma réponse s'adresse à la bonne question.
Skyxyd a écrit :Concernant les fautes, j'ai vu, y a les "tous", les "quant" les "t" avec "tu" (surtout les verbes pouvoir et vouloir), les mot oublié, les met, ... bref que des joyeusetées
Tu es bien loin de toutes les fautes de ton récit. Le problème ici n'est pas la relecture, c'est que tu n'as pas de bonnes notions d'orthographe. Si tu te relis mot pour mot et qu'il reste des fautes c'est soit que tu n'as pas fait attention, soit que tu ne savais pas qu'il y avait une faute. Donc révise toutes les notions de français qui pourraient te servir, ça t'aidera beaucoup. Fais-toi relire par un proche ou un correcteur si besoin est. Et comme l'a dit Khimeira, prends ton temps. Un chapitre de bonne qualité qui arrive en deux mois est meilleur qu'un médiocre arrivant en une semaine.

Bonne chance, et suis les conseils que l'on te donne, sans ça tu ne progresseras pas.

Re: Essais aux fanfics

Posté : ven. 08 mai 2015, 23:13
par Zeos
Bonjour/Bonsoir tout le monde :mrgreen:
Je reviens avec une possible fin du chapitre 1, même si je la trouve un peu bizarre :<
Enfin je vous laisse juger par vous même. Je precise que j'ai changer la durée du trajet puisque la ville vers laquelle ils vont n'est pas aussi loin que prevu... Bref, je suis désolé si il y a baucoup trop de fautes. Sur ce, bonne lecture ! :mrgreen:
Spoiler :
CHAPITRE 1 :
L'air chaud et piquant de Koléona s'engouffra dans les narines de l'homme. Grand, baraqué, peau brune et cheveux bouclés noirs coupés courts, on ne pouvait distinguer s'il était issu d'un métissage ou non. Une grande blouse blanchâtre cachait le reste de sa tenue et deux énormes valises de cuir marron ainsi qu'un sac à dos encombraient ses mains puissantes. L'homme ouvrit ses yeux d'un noir profond et observa le paysage alentour.

Une grande route de ciment traversait une plaine désertique parsemée de quelques touffes d'herbes sèches et de pierres rousses. Le vent soufflait fort et quelques particules de sable volaient en provenance du dessert Harassant à proximité de la ville de Fan. En effet, le scientifique était en face de la porte de sortie de l'aéroport international de Koléona, à quelques kilomètres de Fan. Une voiture de couleur similaire à l'herbe de la savane autour apparut au loin, roulant à toute allure sur la route. L'homme se tourna vers le porte qui le séparait de l'intérieur du bâtiment et plissa les yeux, à la recherche de quelqu'un ou quelque chose. Une jeune femme ne semblant pas dépasser la trentaine entra dans son champ de vision. Elle semblait récupérer des bagages lui appartenant. Ses cheveux blonds coupés courts lui arrivaient aux épaules, cachant les bretelles de son débardeur blanc. Elle portait un jean slim foncé et des baskets blanches et rouges. A son poignet gauche, un bracelet d'un blanc pur orné d'une plateforme rouge surmontée d'un disque de capture, et à son poignet droit, une mitaine grise. Elle attrapa un sac à dos bleu marine et une énorme valise noir et sortit, après avoir sorti un livret vert de sa poche arrière.

La blonde se posta à côté de l'homme sans lever son regard des pages du bouquin. "Ecoute ça Kendal ! commença-t-elle avec entrain en interpellant son voisin. Ils disent dans le guide que Koléona est une région très spéciale, puisqu'elle est divisée en trois sous-régions : Le Vassa, la zone désertique, les Iriannes, les deux îles au nord, et la Kolée, la partie au sud-est. C'est la première fois que j'entend parler de ça !
-En même temps, ce n'est pas une division "officielle", répondit l'intéressé d'une voix monocorde alors qu'il préparait ses affaires à l'approche du taxi. Ce sont surtout les habitants qui ont décidé de nommer les trois parties principales de la région.
-Dans ces cas là, pourquoi ces noms ?, demanda la blonde.
-De ce que je sais, reprit le dénommé Kendal. Le nom de Vassa viendrait du nom du peuple qui vivait dans le désert avant la venue des colonisateurs de Hoenn. Tout ce qu'il reste d'eux est en ruines, en plein milieu d'un océan de sable, et les origines que portent certains habitants.
-Je suppose que c'est la même histoire avec les autres noms ?, continua la jeune femme en fermant son livre.
-Mmh... Je ne crois pas, grommela-t-il. Je ne suis vraiment pas sûr, mais les Iriannes étaient des Déesses protectrices dans la mythologie autochtone. Quant à la Kolée, je ne vois vraiment pas. Tu n'auras qu'à le chercher dans ton bouquin, on en a pour quatre heures de train pour traverser la Vyate. En attendant, aide moi à ranger les affaires dans le coffre du taxi qui entre dans le parking."

La voiture s'approcha d'eux et ils s'avancèrent à leur tour, valises en main. De près le véhicule ne semblait pas si neuf que ça, la carrosserie salie par le sable et le temps, des bosses ici et là... La portière s'ouvrit accompagnée d'un crissement aiguë, et une femme ayant la cinquantaine. Elle avait la peau très foncée, presque noire, et ses yeux de même. Son visage était dur et fermé, ce qui n'était en aucun cas chaleureux. Elle salua brièvement les deux arrivants et s'en alla vers l'arrière du véhicule. Kendal et son amie la suivirent et rangèrent leurs affaires avec l'aide de la conductrice, qui jeta de temps en temps des regards mauvais vers la blonde. L'intérieur semblait plus soigné que l'extérieur, des sièges confortables, un peu de poussière et des vitres. Le strict minimum, pour un taxi. Assise, la femme prit enfin la parole d'une voix rauque et basse : 
"Bienvenue dans le Vassa, messieurs dames. Je vous emmène comme prévu à la gare de Fan ?
-Exactement, merci, répondit calmement Kendal de sa voix grave."
La femme ne reprit plus la parole de tout le trajet.

Le paysage qui s'offrait au scientifique était magnifique. Les avis pouvaient différer selon la personne, mais les plaines désertiques du Vassa étaient un des nombreux trésors de cette région. Quelques fois, on apercevaient furtivement des Pokémon qui courraient se cacher à la vue du monstre de métal. Alors que l'un se délectait de la vue du paysage, la blonde semblait perdue dans ses pensées. Le guide vert pomme dans ses mains étaient fermés et une douzaine de morceaux de papiers oranges sortaient d'entre les pages. Elle soupira et entreprit de lire à l'endroit où elle s'était arrêtée.

"Les trois parties de Koléona ne sont pas séparées que par des origines ou des cultures, mais aussi par un bras d'eau nommé la Vyate, nommée ainsi car dans la mythologie Iriannes, Vyate était le fils de la terre et de l'eau, expliquant pourquoi le cours d'eau passait entre les terres en provenance de l'océan.

Beaucoup de noms de ville, de montagnes, de forêt etc... Ont été donnés par la mythologie et la religion aux Iriannes. Le peuple Irian donnait une si grande importance à leurs croyances avant la colonisation, que certaines de leurs villes n'étaient en fait que des temples gigantesque abritant toute une cité. Tout ceci fut malheureusement rasé par les arrivants de Hoenn, il ne reste rien des temples-cité ou des quelques monuments pré-coloniaux. Pour plus de détails sur la culture Iriannes, allez page 73. "

La ranger s'arrêta de lire. En soupirant, lasse de ce trajet déjà beaucoup trop long, elle remarqua que les grandes plaines sèches avaient laissé place à une grande ville vivante. Des dizaines et des dizaines de passants traversaient la route sans se soucier des multiples voitures bloquées dans les embouteillages. Certains faisaient porter d'énormes paniers d'osier à des Cerfrousse ou des Tauros, d'autres étaient tellement pressés et énervés qu'ils en allaient même à taper les voitures, ce qui n'était que source de problèmes et prolongeait encore les bouchons. La blonde soupira encore, tandis que les deux autres passagers semblaient à peine troublés par la situation. 

Nouvelle partie du chapitre !

Après une quinzaine de minutes passées à attendre, le taxi entra enfin dans le parking de la gare. La conductrice se gara aux places prévus pour les taxis et sortit rapidement. Le coffre venait de s'ouvrir que les deux autres passagers émergeaient à leurs tours du véhicule. Kendal partit aidé la femme à prendre les bagages, tandis que la blonde observait le grand édifice qui s'offrait à elle. "En effet, la gare de Fan, l'une des trois plus importantes de la région, était le plus bel atout de cette métropole, en plus de l'aéroport.", disait le guide. 

Fait de pierre ocre, le bâtiment qu'était la gare laissait entrer et sortir des dizaines et des dizaines de personnes sans s'arrêter. Pour la plupart, leur teint était plus clair que les habitants natifs de la région, sous entendant qu'ils étaient ici en touriste. Trois gigantesques portes de verre régulaient le flot de voyageurs, et au dessus d'elles, un énorme cadran d'horloge indiquait 12 : 28. "Ça va, le train n'est qu'à quarante, on à le temps." songea-t-elle. Le grand bâtiment s'étendait d'un bout à l'autre du parking, ce qui était très long. On pouvait voir aux extrémités les rails continuer au loin. Alors qu'elle allait s'intéresser plus en détails à l'architecture du monument, son compagnon de route l'interpella, ils devaient se dépêcher. "Allez Maël ! Le train est à quarante !, dit-il en réglant la conductrice. N'oublie pas tes affaires hein.
-Non, non, t'inquiète, répondit-elle sans entrain. Je suis plus une gamine, sérieux.
-Et bien, s'engoua Kendal. Où est passée ton enthousiasme de tout à l'heure ?"
Pour seul réponse, la dénommée Maël émit un grognement digne d'un Pokémon et partit devant, valise en main. Il éclata de rire et la suivit alors que le taxi s'éloignait déjà dans les rues bruyantes de Fan.

Les portes étaient toujours encombrées de voyageurs, mais en regardant de plus près, la ranger remarqua des hommes aux uniformes peu communs, accompagnés de Pokémon imposants et intimidants. Elle entra dans la foule avec difficulté et tenta de traverser sans trop se faire bousculer. Alors qu'elle jouait des coudes pour passer, elle tomba nez à nez face à un Hippodocus assez étrange, sa peau au lieu d'être jaune sable était d'un rouge cramoisi. La jeune femme, troublée par cette couleur, fut encore plus surprise lorsque le Pokémon ouvrit sa gueule béante et se pressa de sortir de cette foule. Elle retrouva Kendal qui l'attendait dans l'allée qui menait visiblement aux quais. "Ah, te voila enfin !, s'exclama-t-il. Dépêche toi, on va être en retard !
-Au fait, j'ai une question, demanda-t-elle en le suivant. Pourquoi...
-Chht, coupa Kendal. On parlera dans le train, on aura quatre heures pour ça, sauf si on le rate, alors parle moins et marche plus."
Elle grommela quelques choses et accéléra le pas. En effet, si il ne l'avait pas pressée, ils auraient été en retard. 

Ils s'installèrent à deux minutes du départ, Maël coté fenêtre et Kendal coté couloir. Leurs bagages étaient dans les emplacements en hauteur sauf leurs sacs qu'ils avaient gardés avec eux. La blonde tenait son guide dans une main, l'autre retenant sa tête contre la vitre. Son regard se perdit derrière les trains et rails, où on pouvait voir quelques arbres. Kendal, quant à lui, avait déjà installé son ordinateur portable, une Thermos remplie de café et quelques papiers rattachés par des trombones. L'appareil s'allumait silencieusement alors que l'annonce informait les passagers du départ imminent. "Au fait, commença le scientifique. Comment tu as fait pour Airmure ?
-Il fait le voyage tout seul, je lui fait confiance, répondit-t-elle sans quitter le paysage du regard. Un Pokémon comme lui n'aime pas être enfermé. Revenons en à tout à l'heure. Tu as vu les genres de militaires au milieu de la foule ? Ils avaient même leurs Pokémon ! C'est pas interdit de sortir des Pokémon aussi imposants dans des lieux publiques comme une gare ?
-Ça fait beaucoup de question, observa Kendal. En fait c'est plutôt compliqué. Pour faire simple, l'armée est la pour protéger la population.
-Oui, ça je m'en doutais, figure toi, reprit Maël en levant les yeux au ciel. Je suis pas idiote, mais pourquoi ils sont dans la gare ? En plus en taxi, je suis sur d'en avoir vu dans la ville, et même à l'aéroport maintenant que j'y pense !
-C'est une longue histoire, tenta son compagnon en se tournant vers son ordinateur.
-Ça tombe bien, dit la ranger en croisant les bras. On a quatre heures de trajet devant nous."
L'homme soupira et se tourna vers son acolyte.

"Ça fait maintenant deux ans que les extrémistes Assanes ne sont plus au pouvoir, commença-t-il. Ils ont été renversés par le peuple lors de la révolution. Les extrémistes étaient une communauté religieuse qui exagérait et obligeait la pratique de leur religion au peuple. Pendant dix-sept ans, les Koléens ont été sous leur joug. Malheureusement, même si ils n'étaient plus au pouvoir, certains partisans continuaient leurs pratiques abusives de notre religion.
-Mais l'armée vient faire quoi la dedans en fait ?
-L'armée a été envoyé pour protéger l'état des Assanistes, car tel est leur nom. Ils ont provoqué de nombreux actes terroristes et violents durant ces deux dernières années, proclamant qu'ils étaient les seuls à pouvoir diriger le peuple puisqu'ils étaient "élues" par notre bon Dieu. Les soldats sont ici pour vérifier que les lieux publics sont sécurisés et combattre les menaces si il y en a. Voila, maintenant tu sais à peu prêt tout.
-Putain, c'est chaud comme situation, siffla la blonde avant de laisser planer un silence de quelques minutes. Après trois à ton service, je decouvre enfin ton pays d'origine !"

L'interessé hocha la tête tout en continuant d'observer ses dossiers informatiques. Visiblement, il ne voulait pas parler. La ranger leva les yeux aux ciel et decida de lire durant les prochaines heures de trajet.
Merci d'avance. :jap:

Re: Essais aux fanfics

Posté : dim. 10 mai 2015, 15:48
par Skytcho
Zeos a écrit :Bonjour/Bonsoir tout le monde :mrgreen:
Je reviens avec une possible fin du chapitre 1, même si je la trouve un peu bizarre :<
Enfin je vous laisse juger par vous même. Je precise que j'ai changer la durée du trajet puisque la ville vers laquelle ils vont n'est pas aussi loin que prevu... Bref, je suis désolé si il y a baucoup trop de fautes. Sur ce, bonne lecture ! :mrgreen:
Spoiler :
CHAPITRE 1 :
L'air chaud et piquant de Koléona s'engouffra dans les narines de l'homme. Grand, baraqué, peau brune et cheveux bouclés noirs coupés courts, on ne pouvait distinguer s'il était issu d'un métissage ou non. Une grande blouse blanchâtre cachait le reste de sa tenue et deux énormes valises de cuir marron ainsi qu'un sac à dos encombraient ses mains puissantes. L'homme ouvrit ses yeux d'un noir profond et observa le paysage alentour.

Une grande route de ciment traversait une plaine désertique parsemée de quelques touffes d'herbes sèches et de pierres rousses. Le vent soufflait fort et quelques particules de sable volaient en provenance du dessert Harassant à proximité de la ville de Fan. En effet, le scientifique était en face de la porte de sortie de l'aéroport international de Koléona, à quelques kilomètres de Fan. Une voiture de couleur similaire à l'herbe de la savane autour apparut au loin, roulant à toute allure sur la route. L'homme se tourna vers le porte qui le séparait de l'intérieur du bâtiment et plissa les yeux, à la recherche de quelqu'un ou quelque chose. Une jeune femme ne semblant pas dépasser la trentaine entra dans son champ de vision. Elle semblait récupérer des bagages lui appartenant. Ses cheveux blonds coupés courts lui arrivaient aux épaules, cachant les bretelles de son débardeur blanc. Elle portait un jean slim foncé et des baskets blanches et rouges. A son poignet gauche, un bracelet d'un blanc pur orné d'une plateforme rouge surmontée d'un disque de capture, et à son poignet droit, une mitaine grise. Elle attrapa un sac à dos bleu marine et une énorme valise noir et sortit, après avoir sorti un livret vert de sa poche arrière.

La blonde se posta à côté de l'homme sans lever son regard des pages du bouquin. "Ecoute ça Kendal ! commença-t-elle avec entrain en interpellant son voisin. Ils disent dans le guide que Koléona est une région très spéciale, puisqu'elle est divisée en trois sous-régions : Le Vassa, la zone désertique, les Iriannes, les deux îles au nord, et la Kolée, la partie au sud-est. C'est la première fois que j'entend parler de ça !
-En même temps, ce n'est pas une division "officielle", répondit l'intéressé d'une voix monocorde alors qu'il préparait ses affaires à l'approche du taxi. Ce sont surtout les habitants qui ont décidé de nommer les trois parties principales de la région.
-Dans ces cas là, pourquoi ces noms ?, demanda la blonde.
-De ce que je sais, reprit le dénommé Kendal. Le nom de Vassa viendrait du nom du peuple qui vivait dans le désert avant la venue des colonisateurs de Hoenn. Tout ce qu'il reste d'eux est en ruines, en plein milieu d'un océan de sable, et les origines que portent certains habitants.
-Je suppose que c'est la même histoire avec les autres noms ?, continua la jeune femme en fermant son livre.
-Mmh... Je ne crois pas, grommela-t-il. Je ne suis vraiment pas sûr, mais les Iriannes étaient des Déesses protectrices dans la mythologie autochtone. Quant à la Kolée, je ne vois vraiment pas. Tu n'auras qu'à le chercher dans ton bouquin, on en a pour quatre heures de train pour traverser la Vyate. En attendant, aide moi à ranger les affaires dans le coffre du taxi qui entre dans le parking."

La voiture s'approcha d'eux et ils s'avancèrent à leur tour, valises en main. De près le véhicule ne semblait pas si neuf que ça, la carrosserie salie par le sable et le temps, des bosses ici et là... La portière s'ouvrit accompagnée d'un crissement aiguë, et une femme ayant la cinquantaine. Elle avait la peau très foncée, presque noire, et ses yeux de même. Son visage était dur et fermé, ce qui n'était en aucun cas chaleureux. Elle salua brièvement les deux arrivants et s'en alla vers l'arrière du véhicule. Kendal et son amie la suivirent et rangèrent leurs affaires avec l'aide de la conductrice, qui jeta de temps en temps des regards mauvais vers la blonde. L'intérieur semblait plus soigné que l'extérieur, des sièges confortables, un peu de poussière et des vitres. Le strict minimum, pour un taxi. Assise, la femme prit enfin la parole d'une voix rauque et basse : 
"Bienvenue dans le Vassa, messieurs dames. Je vous emmène comme prévu à la gare de Fan ?
-Exactement, merci, répondit calmement Kendal de sa voix grave."
La femme ne reprit plus la parole de tout le trajet.

Le paysage qui s'offrait au scientifique était magnifique. Les avis pouvaient différer selon la personne, mais les plaines désertiques du Vassa étaient un des nombreux trésors de cette région. Quelques fois, on apercevaient furtivement des Pokémon qui courraient se cacher à la vue du monstre de métal. Alors que l'un se délectait de la vue du paysage, la blonde semblait perdue dans ses pensées. Le guide vert pomme dans ses mains étaient fermés et une douzaine de morceaux de papiers oranges sortaient d'entre les pages. Elle soupira et entreprit de lire à l'endroit où elle s'était arrêtée.

"Les trois parties de Koléona ne sont pas séparées que par des origines ou des cultures, mais aussi par un bras d'eau nommé la Vyate, nommée ainsi car dans la mythologie Iriannes, Vyate était le fils de la terre et de l'eau, expliquant pourquoi le cours d'eau passait entre les terres en provenance de l'océan.

Beaucoup de noms de ville, de montagnes, de forêt etc... Ont été donnés par la mythologie et la religion aux Iriannes. Le peuple Irian donnait une si grande importance à leurs croyances avant la colonisation, que certaines de leurs villes n'étaient en fait que des temples gigantesque abritant toute une cité. Tout ceci fut malheureusement rasé par les arrivants de Hoenn, il ne reste rien des temples-cité ou des quelques monuments pré-coloniaux. Pour plus de détails sur la culture Iriannes, allez page 73. "

La ranger s'arrêta de lire. En soupirant, lasse de ce trajet déjà beaucoup trop long, elle remarqua que les grandes plaines sèches avaient laissé place à une grande ville vivante. Des dizaines et des dizaines de passants traversaient la route sans se soucier des multiples voitures bloquées dans les embouteillages. Certains faisaient porter d'énormes paniers d'osier à des Cerfrousse ou des Tauros, d'autres étaient tellement pressés et énervés qu'ils en allaient même à taper les voitures, ce qui n'était que source de problèmes et prolongeait encore les bouchons. La blonde soupira encore, tandis que les deux autres passagers semblaient à peine troublés par la situation. 

Nouvelle partie du chapitre !

Après une quinzaine de minutes passées à attendre, le taxi entra enfin dans le parking de la gare. La conductrice se gara aux places prévus pour les taxis et sortit rapidement. Le coffre venait de s'ouvrir que les deux autres passagers émergeaient à leurs tours du véhicule. Kendal partit aidé la femme à prendre les bagages, tandis que la blonde observait le grand édifice qui s'offrait à elle. "En effet, la gare de Fan, l'une des trois plus importantes de la région, était le plus bel atout de cette métropole, en plus de l'aéroport.", disait le guide. 

Fait de pierre ocre, le bâtiment qu'était la gare laissait entrer et sortir des dizaines et des dizaines de personnes sans s'arrêter. Pour la plupart, leur teint était plus clair que les habitants natifs de la région, sous entendant qu'ils étaient ici en touriste. Trois gigantesques portes de verre régulaient le flot de voyageurs, et au dessus d'elles, un énorme cadran d'horloge indiquait 12 : 28. "Ça va, le train n'est qu'à quarante, on à le temps." songea-t-elle. Le grand bâtiment s'étendait d'un bout à l'autre du parking, ce qui était très long. On pouvait voir aux extrémités les rails continuer au loin. Alors qu'elle allait s'intéresser plus en détails à l'architecture du monument, son compagnon de route l'interpella, ils devaient se dépêcher. "Allez Maël ! Le train est à quarante !, dit-il en réglant la conductrice. N'oublie pas tes affaires hein.
-Non, non, t'inquiète, répondit-elle sans entrain. Je suis plus une gamine, sérieux.
-Et bien, s'engoua Kendal. Où est passée ton enthousiasme de tout à l'heure ?"
Pour seul réponse, la dénommée Maël émit un grognement digne d'un Pokémon et partit devant, valise en main. Il éclata de rire et la suivit alors que le taxi s'éloignait déjà dans les rues bruyantes de Fan.

Les portes étaient toujours encombrées de voyageurs, mais en regardant de plus près, la ranger remarqua des hommes aux uniformes peu communs, accompagnés de Pokémon imposants et intimidants. Elle entra dans la foule avec difficulté et tenta de traverser sans trop se faire bousculer. Alors qu'elle jouait des coudes pour passer, elle tomba nez à nez face à un Hippodocus assez étrange, sa peau au lieu d'être jaune sable était d'un rouge cramoisi. La jeune femme, troublée par cette couleur, fut encore plus surprise lorsque le Pokémon ouvrit sa gueule béante et se pressa de sortir de cette foule. Elle retrouva Kendal qui l'attendait dans l'allée qui menait visiblement aux quais. "Ah, te voila enfin !, s'exclama-t-il. Dépêche toi, on va être en retard !
-Au fait, j'ai une question, demanda-t-elle en le suivant. Pourquoi...
-Chht, coupa Kendal. On parlera dans le train, on aura quatre heures pour ça, sauf si on le rate, alors parle moins et marche plus."
Elle grommela quelques choses et accéléra le pas. En effet, si il ne l'avait pas pressée, ils auraient été en retard. 

Ils s'installèrent à deux minutes du départ, Maël coté fenêtre et Kendal coté couloir. Leurs bagages étaient dans les emplacements en hauteur sauf leurs sacs qu'ils avaient gardés avec eux. La blonde tenait son guide dans une main, l'autre retenant sa tête contre la vitre. Son regard se perdit derrière les trains et rails, où on pouvait voir quelques arbres. Kendal, quant à lui, avait déjà installé son ordinateur portable, une Thermos remplie de café et quelques papiers rattachés par des trombones. L'appareil s'allumait silencieusement alors que l'annonce informait les passagers du départ imminent. "Au fait, commença le scientifique. Comment tu as fait pour Airmure ?
-Il fait le voyage tout seul, je lui fait confiance, répondit-t-elle sans quitter le paysage du regard. Un Pokémon comme lui n'aime pas être enfermé. Revenons en à tout à l'heure. Tu as vu les genres de militaires au milieu de la foule ? Ils avaient même leurs Pokémon ! C'est pas interdit de sortir des Pokémon aussi imposants dans des lieux publiques comme une gare ?
-Ça fait beaucoup de question, observa Kendal. En fait c'est plutôt compliqué. Pour faire simple, l'armée est la pour protéger la population.
-Oui, ça je m'en doutais, figure toi, reprit Maël en levant les yeux au ciel. Je suis pas idiote, mais pourquoi ils sont dans la gare ? En plus en taxi, je suis sur d'en avoir vu dans la ville, et même à l'aéroport maintenant que j'y pense !
-C'est une longue histoire, tenta son compagnon en se tournant vers son ordinateur.
-Ça tombe bien, dit la ranger en croisant les bras. On a quatre heures de trajet devant nous."
L'homme soupira et se tourna vers son acolyte.

"Ça fait maintenant deux ans que les extrémistes Assanes ne sont plus au pouvoir, commença-t-il. Ils ont été renversés par le peuple lors de la révolution. Les extrémistes étaient une communauté religieuse qui exagérait et obligeait la pratique de leur religion au peuple. Pendant dix-sept ans, les Koléens ont été sous leur joug. Malheureusement, même si ils n'étaient plus au pouvoir, certains partisans continuaient leurs pratiques abusives de notre religion.
-Mais l'armée vient faire quoi la dedans en fait ?
-L'armée a été envoyé pour protéger l'état des Assanistes, car tel est leur nom. Ils ont provoqué de nombreux actes terroristes et violents durant ces deux dernières années, proclamant qu'ils étaient les seuls à pouvoir diriger le peuple puisqu'ils étaient "élues" par notre bon Dieu. Les soldats sont ici pour vérifier que les lieux publics sont sécurisés et combattre les menaces si il y en a. Voila, maintenant tu sais à peu prêt tout.
-Putain, c'est chaud comme situation, siffla la blonde avant de laisser planer un silence de quelques minutes. Après trois à ton service, je decouvre enfin ton pays d'origine !"

L'interessé hocha la tête tout en continuant d'observer ses dossiers informatiques. Visiblement, il ne voulait pas parler. La ranger leva les yeux aux ciel et decida de lire durant les prochaines heures de trajet.
Merci d'avance. :jap:
Oh, très intéressant ! La façon dont tu commence ton récit est bien, la description des personnages me fait tout de suite imaginer à quoi ils ressemblent. Le tout est assez bien structuré et aéré, je ne vois pas de problèmes ici. À part quelques erreurs d'accent à la fin de ton récit (de l'inattention je suppose), l'orthographe est très correcte, en partie grâce aux corrections de Khimeira mais tu manies bien les mots.
Il y a également quelques soucis d'accord comme "aux places prévus pour les taxis", où tu as oublié le "s". Je n'ai pas la motivation pour une correction complète car je suis sur mobile, mais une relecture ne sera pas de trop malgré le niveau d'orthographe très correct.
Un petit autre détail que j'ai remarqué, là je ne suis pas sûr mais je parle de ce moment: "Allez Maël ! Le train est à quarante !, dit-il en réglant la conductrice". Il me semble qu'après le point d'exclamation, on ne met pas de virgule. C'est comme mettre un point après un point d'interrogation. Je ne suis pas sûr mais si tu pouvais me le confirmer ce serait bien.

Maintenant, place à l'histoire. J'ai bien aimé le début, même si un peu vide pour un chapitre, je verrais bien le tout en prologue; Les personnage sont très bien représentés, ça c'est très bien mais c'est dommage qu'il ne ce soit pas passé plus de choses. Pour cela, je pense que la suite sera bien plus mouvementée, je n'ai pas peur de ce côté.
L'univers est très bien construit. Les nouveautés par rapport à la guerre, incorporer ça dans une fiction avec des rangers ne doit pas être facile, donc bonne chance, ce sera un travail difficile je pense. Je reste attentif à la suite, continue d'écrire, et bonne continuation.

Re: Essais aux fanfics

Posté : dim. 10 mai 2015, 18:51
par Zeos
Tout d'abord je te remercie d'avoir pris le temps de lire mon chapitre et d'avoir donné ton avis à.son sujet.

Pour les conseils d'orthographe etc... J'avoue que je n'ai pas souvent le réflexe de relire entièrement mon chapitre alors que je viens de le terminer. Je remercie encore Khimeira d'avoir lui aussi pris le temps de tout lire et corriger, parce que j'ai visiblement un très gros problème avec les fautes d'inattention...
Pour la virgule, j'ai vérifié dans mes cours et effectivement, il n'y en a pas après les exclamations et interrogations.

Par rapport à l'histoire, je sais que le premier chapitre peut paraitre vide, mais il est surtout la pour planter le décor et les personnages. Évidement la suite sera plus intéressante, mais je ne vais pas commencer un récit trop brutalement, c'est pas mon genre.

Pour finir, j'aimerais votre avis par rapport à une idée que j'ai eu récemment. Je voulais faire que, puisque la ranger se met à lire durant tout le trajet, durant tout le chapitre deux on pourrait lire le guide avec elle. Comme ça on en apprend sur la région et son histoire etc... Mais j'ai peur que cela n'alourdisse encore le début de l'histoire, qui est déjà assez lent... Voilà j'ai besoin de vos avis, merci d'avance !

(Désolé pour l'orthographe, j'étais sur mobile et en voiture...)

Re: Essais aux fanfics

Posté : jeu. 14 mai 2015, 13:16
par Skytcho
Zeos a écrit :Pour finir, j'aimerais votre avis par rapport à une idée que j'ai eu récemment. Je voulais faire que, puisque la ranger se met à lire durant tout le trajet, durant tout le chapitre deux on pourrait lire le guide avec elle. Comme ça on en apprend sur la région et son histoire etc... Mais j'ai peur que cela n'alourdisse encore le début de l'histoire, qui est déjà assez lent... Voilà j'ai besoin de vos avis, merci d'avance !
Eh bien, je pense que c'est une bonne idée. Lire le guide avec le personnage permet d'"incruster" le lecteur dans le récit, entre guillemets évidemment de le faire rentrer dans l'histoire. Le début de l'histoire peut paraître lent et rajouter le guide pourrait en effet alourdir ton introduction mais un chapitre un ne peut pas contenir beaucoup d'action, à moins qu'il ait une grande taille. Si j'étais toi, je mettrais l'idée du guide dans le chapitre un afin de bien faire comprendre ce qui va se passer dans l'histoire.

Le chapitre deux devrait, je pense contenir les premières scènes d'action, pour ne pas faire durer le début qui pourrait paraître inintéressant pour certains lecteurs. Pour ma part je l'ai lu avec plaisir mais ce n'est peut être pas le cas de tout le monde. Je t'expose ma vision des choses et mes conseils, mais je te conseille de faire comme tu le sens, cela dépend aussi du public que tu cherche à attirer avec ta fic, si plutôt jeune ou âgé.

Je te souhaite bonne chance, et j'ai hâte de lire la suite de ta fiction, je la suivrais de près !

Re: Essais aux fanfics

Posté : jeu. 14 mai 2015, 13:50
par Maski
Nan au contraire c'est bien de prendre le temps de poser les bases de la situation et de la région dès le début. Tu n'es pas obligé de le faire en une seule fois : par exemple lorsqu'ils passeront devant un lieu important ou entendront des gens parler d'un évènement particulier etc, tu pourras inclure un résumé ou une citation du passage du guide.

Il y a quelques fautes d'orthographe. D'abord, je crois que lorsque tu coupes une phrase dans un dialogue pour ajouter un " dit-il " par exemple, je crois qu'il faut une virgule et non un point lorsque tu reprends la phrase. Imagine que tu joues le rôle du personnage et que tu dois lire la phrase : en mettant un point après le " dit-il ", c'est perturbant.

Le reste des fautes est corrigeable grâce à une relecture.
Spoiler :
"En effet, la gare de Fan, l'une des trois plus importantes de la région, est le plus bel atout de cette métropole, en plus de l'aéroport.", disait le guide.
On n'utilise pas l'imparfait mais un présent de vérité générale.
D'ailleurs, pas besoin de la virgule après les guillemets : tu as déjà mis un point après " aéroport " pour marquer la fin de la phrase. (de toute façon, comme tu as fermé les guillemets, on comprend que le " disait le guide " fait partie de la narration)

En tout cas, je suis très contente de voir une 'fic avec comme personnage principal un Pokémon Ranger. (Petit conseil : met une majuscule à " Ranger ", ça peut éviter des confusions avec le verbe " ranger ")

Re: Essais aux fanfics

Posté : jeu. 14 mai 2015, 16:29
par Zeos
Skytcho : Je pense que je vais faire comme tu me l'as proposé, je vais terminer le chapitre 1 sur la lecture de la Ranger et entrer dans l'action dans le chapitre 2. Par rapport au public que je souhaite attirer, je ne sais absolument pas, je cherche juste des lecteurs qui apprecieront mon recit quelque soit leur âge.

Maski : Tout d'abord, merci d'avoir pris le temps de lire mon chapitre ! Merci de m'avoir montré quelques fautes par rapport à la ponctuation (Je ne savais pas du tout où placé les points ou les virgules etc...). Je corrigerais tout ça plus tard.
J'ai voulu inclure un Pokemon Ranger dans ma fic parce qu'effectivement, je n'en ai pas beaucoup vu et j'ai trouvé original d'en placé un.

J'ai encore besoin de votre avis, si ça ne derange pas... En fait, je ne sais pas si parler de l'Histoire de la région ne serait pas trop lourd puisqu'ils en parlent deja dans leur dialogue. Mais je ne sais pas ce qu'il y a de très important à preciser dès le debut par rapport à une région inventées, donc j'aurais encore besoin de vos conseils d'expert en la matière ! ^^

Merci d'avance. :jap:

Re: Essais aux fanfics

Posté : jeu. 14 mai 2015, 21:12
par Maski
Ca dépend de ton scénario (c'est marrant, nos deux 'fics racontent les aventures de Rangers dans une région inventée xD ). Si ton histoire ne porte pas sur la découverte de l'Histoire de la région, ne te prive pas pour donner des détails. Ma précédente 'fic comportait elle aussi beaucoup d'explications. Je pensais que c'était saoulant mais en fait les retours ont été plutôt positifs. Je pense que prendre le temps de bien expliquer les particularités de ton univers et de ta région te permet de ne pas te perdre, de savoir où tu vas dans ton histoire (et le lecteur aura très certainement les mêmes impressions). Quand je lis ce genre de 'fics, j'ai l'impression que l'auteur a vraiment travaillé son histoire et qu'elle est beaucoup plus réaliste.

En ce qui concerne le contenu des chapitres, il faut globalement suivre ce schéma (peut-être le connais-tu déjà) :

Situation initiale (généralement le premier chapitre) : présentation des héros, de l'univers/la région.
Elément perturbateur (généralement introduit dans le deuxième chapitre) : apparition d'un problème/évènement qui va lancer l'histoire (à noter que celui-ci peut intervenir chronologiquement avant les évènements du premier chapitre. Il faut simplement que tu expliques dans le chapitre quel est cet évènement/problème, en amenant un flashback par exemple).
Péripéties (peu importe le nombre de chapitres) : ce qui arrive aux héros (combats, découvertes, rencontres, révélations ... )
Dénouement (peu importe le nombre de chapitres) : combat contre " le boss final ".
Situation finale (généralement à la fin du dernier chapitre du dénouement) : ce qui arrive aux héros après qu'ils aient vaincu le " boss final ".

C'est la plan que suivent toutes les oeuvres de fiction.

Re: Essais aux fanfics

Posté : jeu. 14 mai 2015, 22:18
par Zeos
Justement, ma fic parlera de l'Histoire de la région, du coup je prefererais privilegier d'autres points importants de la région dans le guide pour l'instant. Mais le problème c'est que je ne sais pas quoi mettre qui soit interessant...
Moi aussi je trouve que les fictions avec une région inventée bien detaillé et recherché sont vraiment pas mal, je crois que je n'ai pas encore lu tes fics, j'y vais de ce pas :wink:

Merci beaucoup pour ce petit plan, je pense que je vais devoir un peu accelerer l'arrivée de l'élèment declencheur.
Je viens d'avoir une idée. Est ce que ça serait interessant de parler des Pokémon et des particularités aux niveaux de la faune et la flore de Koléona ?

Re: Essais aux fanfics

Posté : jeu. 14 mai 2015, 23:05
par Maski
Bah après garde à l'esprit que c'est un guide touristique : il résume les évènements importants de l'Histoire de la région et les raconte brièvement. Par exemple " c'est dans ce bâtiment que les rois étaient couronnés. Ils écrivaient d'abord un souhait sur un bout de papier puis le collaient sur la statue à l'effigie de Jirachi avant de recevoir leur couronne ".

Evidemment, tu n'as pas besoin de faire ça pour tous les lieux présentés dans le guide. S'ils ne sont pas importants, tu peux juste les citer, comme ceci : " ils passèrent devant d'autres lieux que la Ranger reconnut grâce au guide " ou " ils traversèrent la place où avait eu lieu l’exécution du dernier roi, puis passèrent devant le plus grand musée de la région ".


En ce qui concerne la faune et la flore de la région, on est dans une 'fic Pokémon donc il faudra forcément en parler, même un peu (surtout si tu y inclus des Pokémon inventés). Le tout c'est juste d'en parler au bon moment. Ex :
" mon XXX s'est enfui !
-Un XXX ? C'est quoi comme Pokémon ?
-C'est un Pokémon Plante très timide qui ressemble à une branche. On en trouve beaucoup dans les forêts denses, comme celle aux abords de la ville. "